République Tchèque - Russie (3 septembre 2002)

 

Match amical.

Avant de partir pour Zlín et la première étape de l'Euro Hockey Tour, les Russes font escale à Brno pour un premier match amical face à leurs hôtes tchèques. C'est une grande première pour les entraîneurs des deux camps, Slavomir Lener et Vladimir Plyushchev. Les deux hommes n'ont pas fait l'unanimité lors de leur nomination à la tête de leurs équipes nationales respectives. Lener n'a été élu qu'à une voix près devant Hadamczik lors du vote du conseil fédéral, et Plyushchev a parfois été vu comme un choix par défaut, ses titres de champions du monde obtenus avec les juniors ne trouvant pas grâce auprès de ceux qui pensent que les seniors sont un tout autre monde.

Même si Brno n'est pas une ville de hockey, les tribunes sont bien garnies pour cet affrontement, pour lequel les deux Tchèques évoluant en Russie, Patera et Prochazka, ont été mis en réserve en vue des matches suivants. L'évènement de la sélection locale est le grand retour de Petr Briza, à trente-sept ans ! Le gardien du Sparta Prague n'a pas toujours eu les faveurs de l'équipe nationale, et il n'avait plus été sélectionné depuis une débâcle (1-7) face à l'Allemagne lors de la Coupe du Monde 1996. Mais son retour en grâce ne se passera pas comme il l'aurait souhaité.

Les premiers deux buts russes peuvent paraître à première vue paradoxaux puisque le premier est marqué en supériorité numérique mais en contre-attaque, grâce à un service parfait de Gusev pour Antipov, et le second en infériorité mais sur un rebond, pris par Ivan Nepryaïev. Pour être exact, Nepryaïev avait en fait suivi Suglobov qui avait parfaitement anticipé l'attaque adverse pour l'interception.

Quant à Briza, sa première est écourtée puisqu'il est remplacé peu après la mi-match par Adam Svoboda. N'y voyons pas forcément une sanction, mais plutôt une volonté de faire tourner les gardiens. En tout cas, la physionomie du match ne s'en trouvera pas chamboulée. Les Tchèques tentent bien réagir, poussés par leur public, mais la Russie de Plyushchev, beaucoup plus offensive que celle de Mikhaïlov, sait aussi défendre.

Dans la dernière période, les Russes marquent un troisième but un peu chanceux par Vlasenkov, mais le quatrième, exécuté par le trio Tkachenko-Korolev-But, est une véritable leçon de hockey. Petite consolation pour la fierté des Tchèques bien mise à mal dans ce match, ces quatre buts russes ont été signés par des joueurs du Lokomotiv Yaroslavl, club champion de Russie dont s'occupe l'entraîneur... tchèque Vladimir Vujtek.

Même si la République Tchèque rend le score plus acceptable en fin de match, la Russie sort grande gagnante de cette rencontre. Son passage à un jeu d'attaque frais et enjoué s'est fait sans encombres, et elle n'a pas pratiqué un aussi beau hockey depuis trois ans.

 

Commentaires d'après-match :

Slavomir Lener (entraîneur de la République Tchèque) : "Les Russes ont été très sûrs devant leurs cages et ont parfaitement utilisé leurs occasions de but."

Vladimir Plyushchev (entraîneur de la Russie) : "Je suis content que nos débuts - les miens et ceux de mes joueurs - aient été réussis. Après avoir vu la composition de l'équipe tchèque, nous pensions que la rencontre serait difficile. Notre adversaire a voulu nous surpasser par son talent, mais en hockey il y a aussi la ferveur et l'envie. Aujourd'hui, nous en avions plus."

 

République Tchèque - Russie 2-5 (0-1, 0-1, 2-3)

Mardi 3 septembre 2002 à Brno (TCH). 5000 spectateurs.

Arbitrage de Thomas Andersson (SUE).

Pénalités : République Tchèque 12', Russie 14'.

Tirs cadrés : République Tchèque 33, Russie 30.

Évolution du score :

0-1 à 17'07" : Antipov assisté de Gusev (sup. num.)

0-2 à 23'09" : Nepryaïev assisté de Suglobov (inf. num.)

0-3 à 42'46" : Vlasenkov assisté de Malenkykh

0-4 à 48'06" : But assisté de Korolev et Tkachenko

1-4 à 49'39" : Duda assisté de Balaštík et Kucharcík (sup. num.)

1-5 à 51'37" : Proshkin assisté de Zinoviev et Korolyuk (sup. num.)

2-5 à 58'11" : Michálek assisté de Ujcík (sup. num.)

 

République Tchèque

Gardien : Petr Bríza (puis Adam Svoboda à 31'37").

Défenseurs : Petr Kadlec - Frantisek Kucera ; Marek Zidlický - Martin Richter ; Michál Sýkora - Karel Rachunek ; Jiri Marušák - Petr Mudroch.

Attaquants : Viktor Ujcík - Josef Beránek - Milan Michálek ; Ondrej Kratena - Michal Broš - Jaroslav Hlinka ; TomᚠVlasák - Richard Král - David Moravec ; Radek Duda - Tomas Kucharcík - Jaroslav Balaštík.

Russie

Gardien : Maksim Sokolov.

Défenseurs : Denis Grebeshkov - Vladislav Bulin ; Dmitri Proshkin - Aleksandr Zhdan ; Vladimir Malenkych - Andreï Gusev ; Aleksandr Guskov - Igor Shchadilov.

Attaquants : Ivan Tkachenko - Sergueï Korolev - Anton But ; Igor Grigorenko - Sergueï Zinoviev - Aleksandr Korolyuk ; Vladimir Antipov - Konstantin Gorovikov - Dmitri Vlasenkov ; Aleksandr Perezhogin - Ivan Nepryaïev - Aleksandr Suglobov.

 

 

Retour aux matches internationaux