Canada - République Tchèque (28 décembre 2002)

 

Match comptant pour le premier tour des Championnats du Monde des moins de 20 ans 2003, groupe B.

Les deux équipes rivalisent de brio dans une première période où les stars sont les deux gardiens, mais aussi les poteaux, qui repoussent les tentatives de Taticek, Wellwood et Parenteau (deux fois). Mais l'énergie de joueurs comme Jordin Tootoo et Scottie Upshall donne l'avantage au Canada. Le premier, véritable idole du public qui rugit à chacune de ses charges, met en échec Lukas Krajicek qui donne un coup en retour et va en prison. Le second profite du jeu de puissance pour ouvrir le score.

Le rythme élevé ne se dément pas en deuxième période et la première ligne canadienne continue à en imposer à chacune de ses sorties, inscrivant un deuxième but par Tootoo sur un centre de Jay McClement. En déséquilibre, Kyle Wellwood marque le troisième but du genou, et, en troisième période, c'est encore l'acharnement de Tootoo qui provoque un coup de coude de David Turon, et un jeu de puissance encore une fois transformé par les Canadiens grâce à Pierre-Alexandre Parenteau.

Le public canadien s'est régalé d'un spectacle comme il les aime. La République Tchèque n'a pas refusé le combat et a tout donné, mais elle s'est logiquement incliné face au Canada et à son Jordin Tootoo. Ce joueur, premier hockeyeur de haut niveau - avec son frère - à être originaire du Nunavut dans le grand nord canadien, a été élu joueur le plus physique de la WHL - qui est la plus physique des ligues junior majeur canadiennes - depuis dix ans. Il met le public en extase à chacune de ses mises en échec et a évidemment reçu le prix de meilleur joueur canadien du match. Du côté tchèque, la récompense est revenue à Martin Falter, auteur d'arrêts spectaculaires bien que pas toujours orthodoxes.

 

Commentaires d'après-match :

Marc Habscheid (entraîneur du Canada) : "Le premier but nous a enlevé une partie de la frustration qui a résulté des trois poteaux. C'est pour ça que Scottie est notre capitaine. Il a attendu que le gardien soit hors de position, c'est vraiment un but de pur buteur. Je voulais encore voir à l'œuvre notre gardien Marc-André Fleury, sa réputation n'est pas usurpée. Il est très rapide et agile et a fait des arrêts déterminants. Quant à Jordin Tootoo, il a trois effets : un sur l'adversaire, un sur notre équipe, et un sur le public. C'est un joueur intelligent, très physique, mais jamais au-dessus de la limite."

Petr Taticek (attaquant de la République Tchèque) : "Le match aurait été bien différent si le palet était rentré sur mon tir au lieu de frapper le poteau. Cela vous donne énormément de confiance quand vous marquez dans les cinq premières minutes."

 

Canada - République Tchèque 4-0 (1-0, 2-0, 1-0)

Samedi 28 décembre 2002 à 15h10 au Metro Center de Halifax. 10594 spectateurs.

Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) assisté de Peter Feola (USA) et Pavel Makarov (RUS).

Pénalités : Canada 8' (4', 2', 2'), République Tchèque 10' (8', 0', 2').

Tirs : Canada 38 (15, 13, 10), République Tchèque 22 (9, 8, 5).

Évolution du score :

1-0 à 18'34" : Upshall assisté de Wellwood et Colaiacovo

2-0 à 24'33" : Tootoo assisté de MacClement et Woywitka

3-0 à 32'12" : Welwood assisté d'Upshall

4-0 à 47'48" : Parenteau assisté de White et Laich (sup. num.)

 

Canada

Gardien : Marc-André Fleury.

Défenseurs : Brendan Bell - Steve Eminger ; Nathan Paetsch - Alexandre Rouleau ; Jeff Woywitka - Carlo Colaiacovo ; Ian White - Matthew Stajan.

Attaquants : Jordin Tootoo - Jay McClement - Daniel Paille ; Pierre-Alexandre Parenteau - Pierre-Marc Bouchard - Brooks Laich ; Boyd Gordon - Kyle Wellwood - Scottie Upshall ; Joffrey Lupul - Derek Roy - Gregory Campbell.

République Tchèque

Gardien : Martin Falter.

Défenseurs : Lukas Krajicek - Petr Puncochar ; Martin Toms - David Turon ; Lukas Chmelir - Jan Holub ; Jiri Svoboda - Ladislav Kolda.

Attaquants : Milan Michalek - Jiri Hudler - Jiri Novotny ; Jakub Klepis - Petr Taticek - Tomas Fleischmann ; Petr Domin - Roman Vondracek - Zbynek Novak ; Jakub Koreis - Petr Dvorak - Tomas Micka.

 

 

Retour aux championnats du monde juniors