Dynamo Moscou - Metallurg Magnitogorsk (11 octobre 2003)

 

Match comptant pour la treizième journée de la Superliga russe 2003/04.

Quelle affiche ! Le co-leader de la Superliga russe (le Dynamo) reçoit le quatrième, le Metallurg de Magnitogorsk. Le club de la capitale ayant cinq points d'avance sur son rival de l'Oural, mais en Russie, la victoire est à trois points. Un classique du championnat et même de la Coupe d'Europe avec la victoire en finale de l'EHL en 1999 des Ouraliens sur la glace du Dynamo qui reste dans toutes les mémoires avec un but venu de nulle part... de l'autre bout de la patinoire. Depuis, le "Magnitka" a baissé dans la hiérarchie russe et le Dynamo a repris sa place tout en haut.

Le premier tiers est très équilibré, mais avec beaucoup de pénalités, malgré un jeu des plus corrects, comme très souvent dans le championnat russe. Les "Métallurgistes" sont régulièrement sanctionnés, mais cette saison, si Magnitogorsk est souvent ballotté, il a une défense très solide et des qualités morales qui lui permettent de résister. Le premier gros tournant de ce tiers survient à la seizième minute. Cela commence avec un simple accrochage entre le Moscovite Stepanov et l'Ouralien Sokolov. Deux minutes de chaque côté, sauf que Sokolov se sert de sa crosse pour autre chose que jouer au hockey. Un petit coup sans conséquences physiques, mais qui ne plait pas à monsieur Gorsky qui redonne 2'+2'+10' au joueur pas impérial sur ce coup (Sokol en russe est un nom de rapace, genre "faucon" ou "aigle"...). Mais Magnitogorsk résiste encore et toujours. 0-0 à la fin de la première période.

Le deuxième tiers débute immédiatement par deux prisons, une de chaque côté, et le jeu est toujours très équilibré. Pas de buts à la mi-match, mais du très beau jeu, très rapide. Il faudrait un coup de génie pour tout débloquer. Il arrive à la trente-sixième sur un tir du poignet très vif d'Alexandre Korechkov qui laisse pantois le gardien moscovite Vitali Eremeïev. Ils pourront en discuter tous les deux dans les vestiaires de l'équipe nationale du Kazakhstan. Ils sont en effet tous les deux citoyens kazakhstanais !

Après ce but, la "montagne de fer" (Magnitogorsk) semble soulagée et enchaîne les actions dangereuses, en particulier par son capitaine Valeri Karpov. Au deuxième coup de sirène, Magnitogorsk mène donc 1-0.

Les 4500 spectateurs présents (dans une patinoire de 8000 places) commencent à s'inquiéter, leurs "Dynamo Moskva" sont moins virulents. Il faudrait un coup de génie pour tout (re)débloquer. Il arrive juste avant la quarante-cinquième minute par le petit génie du hockey russe. Le junior (incroyable d'avoir autant de talent à cet âge !) Alexandre Ovetchkine, qui est maintenant majeur et que le public moscovite peut voir jouer sans grille pour la première fois, loge le palet dans un minuscule espace de la cage de l'Ukrainien Igor Karpenko. Dans ce cas, les journalistes en mal d'inspiration sortent le cliché du "trou de souris"...

Mais les Ouraliens ne sont pas abattus. Ils poursuivent le développement de leurs belles actions et c'est logiquement qu'ils reprennent l'avantage de la plus classique des manières. Un engagement gagné, une passe latérale très rapide et une reprise immédiate du défenseur Nikolaï Ignatov : 2-1 pour les visiteurs. Du jeu d'école. Il reste huit minutes à jouer et l'on se demande comment les Moscovites vont s'en sortir. Une nouvelle fois sur un coup d'éclat. À deux minutes de la fin, l'excellent défenseur Alexandre Jdan reprend un rebond laissé par Karpenko et égalise pour le leader ! Pourtant Magnitka est toujours aussi dangereux, les Rouges et Bleus ont une occasion en or, une occasion incroyable, énorme, à quelques secondes de la fin ! La cage est grande ouverte... et le palet passe à côté. Coup de sirène et mort subite !

La prolongation de cinq minutes débute par une autre grosse occasion de Magnitogorsk... Encore raté ! À force de jouer avec le feu, les Métallurgistes se brûlent, puisque la deuxième minute n'est pas encore terminée (61'25) que sur sa première chance, le Dynamo marque le but décisif par le défenseur kazakhstanais Alekseï Trochinsky en embuscade juste devant la cage de Karpenko. Trochinsky, ancien joueur de... Magnitogorsk !

Le Dynamo reste donc en tête et profite même de la défaite 5-1 du champion en titre Yaroslavl en déplacement à Kazan. L'équipe moscovite qui s'en est très bien sortie avec énormément d'efficacité (la chance du champion ?). Quant au Metallurg, il aura le (long) voyage de retour dans l'Oural (deux fuseaux horaires) pour méditer ce proverbe du café du commerce : "si tu vendanges tes occasions, comment veux-tu être champion ?"...

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaires d'après-match

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur du Dynamo) : "Pour être franc, nous avons eu de la chance. Nous avons gagné en prolongation, nous aurions tout aussi bien pu perdre. Les joueurs de Magnitogorsk se sont même retrouvés en face-à-face avec le gardien, ou en deux contre un, ce qui est inadmissible. Globalement, je n'ai rien de positif à dire de ce match. Nous avons pris deux points. C'est tout."

Marek Sikora (entraîneur de Magnitogorsk) : "Pour la fin des matches aller, le calendrier nous a préparé une petite surprise : nous devons nous déplacer successivement chez le Dynamo, le Salavat Yulaïev et le Lada. J'aurais certainement voulu remporter deux ou trois points aujourd'hui, mais en pratique je me contente d'un seul. Jusqu'ici, nous avons été meilleurs à domicile qu'à l'extérieur. Mais aujourd'hui, nos joueurs se sont plusieurs fois couchés devant le palet, ils sont allés dans de rudes duels. Cette attitude combative est bonne."

 

Dynamo Moscou - Metallurg Magnitogorsk 3-2 a.p. (0-0, 0-1, 2-1, 1-0)

Samedi 11 octobre 2003 à la Malaya Arena Loujniki. 4500 spectateurs.

Arbitrage de M Gorsky (Saratov) assisté de MM. Kalinin et Aleshin (Saint-Pétersbourg).

Pénalités : Dynamo Moscou 10', Metallurg Magnitogorsk 26'.

Tirs : Dynamo Moscou 25 (9, 6, 8, 2), Metallurg Magnitogorsk 22 (3, 8, 10, 1).

Évolution du score :

0-1 à 36'13" : A. Koreshkov assisté de Malkin

1-1 à 44'58" : Ovechkin

1-2 à 52'00" : Ignatov

2-2 à 57'59" : Zhdan assisté de Kudashov

3-2 à 61'25" : Troshchinsky

 

Dynamo Moscou

Gardien : Vitali Eremeïev.

Défenseurs : Aleksandr Zhdan - Sergueï Vyshedkevich ; Ilya Nikulin - Andrei Skopintsev ; Aleksei Troshchinsky - Mikhaïl Lyubushin ; Tomá Harant - Igor Shchadilov.

Attaquants : Aleksei Kudashov - Aleksei Chupin - Aleksandr Savchenkov ; Aleksandr Ovechkin - Vadim Shakhraïchuk - Dmitri Starostenko ; Igor Mirnov - Aleksei Tereshchenko - Aleksandr Stepanov ; Aleksandr Kharitonov - Miroslav Hlinka - Aleksandr Kuvaldin.

Metallurg Magnitogorsk

Gardien : Igor Karpenko.

Défenseurs : Andrei Sokolov - Sergueï Klimentiev ; Oleg Davydov - Nikolaï Ignatov ; Vitali Atyushov - Ivan Sidorov ; Aleksandr Boïkov - Evgueni Varlamov.

Attaquants : Eduard Kudermetov - Dmitri Khristich - Valeri Karpov ; Evgueni Malkin - Ravil Gusmanov - Aleksandr Koreshkov ; Aleksei Kaïgorodov - Sergueï Ossipov - Aleksei Tertyshny ; Lubomír Vaic - Dmitri Pestunov - Tomá Chlubna.

Absent : Evgueni Koreshkov (blessé au coude contre Novokuznetsk).

 

Retour au championnat de Russie