Dynamo Moscou - AK Bars Kazan (17 novembre 2003)

 

Match comptant pour la vingt-cinquième journée de la Superliga russe 2003/04.

Après les Bachkires, voilà les Tatars qui débarquent à Moscou. Après donc le Salavat Youlaev d'Oufa au CSKA, c'est AK Bars Kazan qui joue au Dynamo.

Et encore un match très important au sommet de la Superliga, car les deux équipes n'ont pas gagné depuis la trêve internationale. Le Dynamo, très longtemps leader, se retrouve troisième après un nul (4-4) à Omsk et une défaite (3-2) chez la lanterne rouge voisine de Voskresensk. AK Bars n'est guère mieux. Lui aussi a glissé à la quatrième place après deux mauvais résultats à Kazan contre des Sibériens : une défaite 3-0 face à Novokouznetsk et un nul (2-2) contre le mal classé Novossibirsk. Dans ces cas-là, les mauvais journalistes en mal d'inspiration disent "Ah, là, là, malheur au vaincu", les bons disent "euh"... Bref.

Sur la glace, comme souvent en Superliga, on est impressionné par le CV des joueurs présents. Pas moins de onze sont passés par la Ligue Nationale de Hockey, six au Dynamo et quatre à Kazan. On peut être (très) bon et n'être jamais passé par la LNH, mais il est difficile d'y jouer en étant franchement mauvais, cela promet donc pour le match. On suivra les grands débuts en quatrième ligne tatare du Canadien David Nemirovsky (91 matches avec les Florida Panthers), qui arrive du Khimik Voskresensk, d'où il a été échangé, en compagnie de Tortunov, contre le gardien letton Peteris Skudra.

Rien à signaler en revanche sur les costumes des entraîneurs...

D'entrée de jeu, le Dynamo attaque très fort. Plutôt une bonne nouvelle tant on critique souvent le jeu prudent l'entraîneur "dynamien" l'ancienne gloire du club (son maillot est retiré) et de l'équipe soviétique, Zinetoula Bilialetdinov. Pourtant, il faut reconnaître que le Dynamo fait le spectacle à domicile ce soir.

Mais cela n'est pas récompensé, puisque après douze minutes de jeu, ce sont les visiteurs qui ouvrent la marque. Un but magnifique. Un tir lointain, à l'entrée de la zone, du défenseur Denis Denissov, qui se loge dans la lucarne de Vitali Eremeïev. Il semble cependant que le gardien kazakhstanais du Dynamo ait été gêné par un rebond sur "quelque chose", le palet ayant effectué un drôle de mouvement montant avant d'aller nettoyer la lucarne.

Cela n'empêche pas les Moscovites de repartir à l'abordage avec, juste après ce but, une action très bien menée devant la cage d'Andreï Tsarev et à deux doigts d'être conclue par l'excellent défenseur Alexandre Jdan. Franchement, s'il y a des présidents de clubs en France (par exemple, au hasard, entre Chartreuse et Belledonne) qui ont des menus millions à dépenser, je leur conseille humblement Jdan... Il est incroyable et ferait taire toute polémique "internetale" sur la "frilosité" du recrutement... Surtout que le défenseur international (encore un formé à Voskresensk) est offensif et spectaculaire. Mais bon, le score est toujours de 0-1 à la pause.

Le deuxième tiers débute par un nouveau coup d'éclat des Verts et Rouges du Tatarstan. Le palet tourne vite dans la zone moscovite, et le capitaine de Kazan, Vladimir Tsyplakov envoie un nouveau missile dans la cage d'Eremeïev, qui, mine de rien, vient de prendre deux buts de loin.

Le Dynamo ne se laisse pas abattre, puisque moins de deux minutes plus tard, c'est encore Jdan qui sème le trouble devant la cage tatare, poussant l'attaquant international allemand (au joli nom tchèque) Jan Benda à commettre la première faute du match. Le Dynamo pousse, mais Ak Bars ne plie pas. Nouvelle chance juste après la fin de la prison, avec cette fois-ci, le défenseur de Kazan Dimitri Bykov qui commet une faute.

Cependant, non seulement Moscou ne parvient pas à trouver la clé, mais sur un contre, Vadim Epantchitsev réalise un exploit individuel. Il dribble sur son aile, repique au centre, fait mine de passer le palet, qu'il contrôle (plutôt bien, le bougre !) et inscrit un but magnifique. 0-3 et en infériorité numérique. AK Bars a tué le match. Surtout que juste après ce but, le Dynamo se retrouve à son tour en infériorité sur une prison de Kharitonov. La fin du tiers est assez équilibrée, et l'on en reste là avant la dernière période.

Poussée par son public toujours aussi nombreux, l'équipe du Dynamo tente par tous les moyens de revenir. Mais l'on sent bien que Kazan a désormais les choses en main. Les Tatars attendent les Blancs et Bleus dans leur zone et n'en sortent que si le temps est beau et qu'il y a moyen d'être dangereux. Même les trois supériorités numériques, dont deux à la suite dans les six dernières minutes, n'y changent rien. Le Dynamo ne trouve pas la solution et Kazan attend que cela se passe. Au final, AK Bars réalise la bonne opération de la soirée en revenant aux basques des Moscovites, qui eux commencent à s'essouffler. Jamais depuis le début de la saison, l'ancien leader n'avait rendu une fiche de trois matches sans victoire.

Après-demain, le Dynamo fera toujours dans le Tatar. Après Kazan, c'est Nijnekamsk qui vient à Loujniki.

Ce championnat devient de plus en plus fou avec le réveil des mal classés. Le dernier, Voskresensk, a atomisé Oufa 6-1 en Bachkirie ! L'avant-dernier, le Torpedo Nijni-Novgorod, a battu en prolongation l'Amour Khabarovsk, revenant ainsi à un petit point de son adversaire du soir. Et le champion en titre Yaroslavl a passé ses nerfs sur le CSKA 6-2. Seul le leader, le Lada, a confirmé en stoppant net 5-2 le retour au classement d'Omsk. On sent quand même que les joueurs sont fatigués après trois mois à fond. Vivement Noël (qui en Russie est en janvier, calendrier orthodoxe oblige !).

Tiens, au fait, 3-0 pour les Tatars, 3-0 pour les Bachkires, Moscou n'est plus imprenable !

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaire d'après-match

Zinetulla Bilyaletdinov (entraîneur du Dynamo) : "Il y a un peu de malchance là-dedans. L'équipe joue bien, mais sur les quatre dernières journées nous avons concédé trois défaites et un nul. Cette série a des répercussions, on fait beaucoup de bruit pour rien. Le fait d'avoir encaissé le but et d'être mené à l'issue de la première période a affecté notre attitude psychologique. À cause des blessés, Troshchinsky, Savchenkov et Kartsev, j'ai dû changer les lignes. Mais quelle que soit la composition, il faut jouer."

 

Dynamo Moscou - AK Bars Kazan 0-3 (0-1, 0-2, 0-0)

Lundi 17 novembre 2003 à 19h00 à la Malaya Arena Loujniki.

Arbitrage de M Kadyrov (Ufa).

Pénalités : Dynamo Moscou 6', AK Bars Kazan 20'.

Évolution du score :

0-1 à 12'35" : Denisov assisté de Nurtdinov et Korolev

0-2 à 23'20" : Tsyplakov assisté de Turkovsky et Epanchintsev

0-3 à 29'22" : Epanchintsev (inf. num.)

 

Dynamo Moscou

Gardien : Vitali Eremeïev (KAZ).

Défenseurs : Aleksandr Zhdan - Sergueï Vyshedkevich ; Ilya Nikulin - Andrei Skopintsev ; Robert Kantor (TCH) - Igor Shchadilov ; Tomá Harant (TCH) - Vladislav Bulin.

Attaquants : Dmitri Starostenko - Aleksei Chupin - Aleksandr Ovechkin ; Ruslan Zaïnullin - Vadim Shakhraïchuk (UKR) - Vladimir Vorobiev (c) ; Aleksandr Kuvaldin - Aleksei Kudashov - Aleksandr Kharitonov ; Aleksandr Stepanov - Aleksei Tereshchenko - Igor Mirnov.

Ak Bars Kazan

Gardien : Andreï Tsarev.

Défenseurs : Dmitri Yerofeïev - Vitali Proshkin ; Dmitri Bykov - Vassili Turkovsky ; Dmitri Balmin - Denis Denisov ; Konstantin Korneïev.

Attaquants : Dmitri Kvartalnov - Jan Benda (ALL) - Aleksandr Drozdetsky ; Aleksandr Cherbaïev - Vadim Epanchintsev - Vladimir Tsyplakov (c) (BLR) ; Denis Platonov - Sergueï Korolev - Ruslan Nurtdinov ; Sergueï Arekaïev - Evgueni Fedorov - David Nemirovsky (CAN) ; Denis Loguinov.

 

Retour au championnat de Russie