Krylia Sovietov Moscou - Olimpiya Kirovo-Chepetsk (4 novembre 2004)

 

Match comptant pour la dix-neuvième journée de la poule ouest de Vysshaïa Liga russe 2004/05.

Bon, ça va mal. Autant le dire depuis que je vous ai laissés avec les Krylia Sovietov, cela va de mal en pis.

On s'était quitté sur une défaite à domicile 6-3 contre le Neftyanik Almetievsk et depuis... les mauvais résultats s'enchaînent pour les Ailes Soviétiques clouées au sol. Deux autres défaites à domicile contre l'autre club tatar du Neftyanik Leninogorsk (0-2 et 3-5), puis deux autres défaites en déplacement chez un bien classé, Saratov (deux fois 3-1), un petit sursis avec un nul (1-1) et une victoire (3-1) en déplacement à Samara, puis de nouveau la chute avec deux défaites à la maison contre le relégué de Superliga, le Torpedo Nijni-Novgorod (2-4 et 1-5). Bref, voilà le club retombé à la huitième place, la limite pour les qualifications en play-offs.

Donc il va falloir que cela change pour la réception de la lanterne rouge, l'Olimpiya Kirovo-Tchepetsk, bon dernier avec cinq points seulement. Kirovo-Tchepetsk où c'est-y ? demande le néophyte. Je l'invite à se référer à mon résumé de l'an passé. Rien n'a changé, les joueurs viennent toujours en bus et ils se servent toujours à Nijni-Novgorod, mais également un peu plus au sud à Ijstal Ijvesk. Ce qui m'amène à cette réflexion "Mais au fait, qu'est devenu Fabrice, dit Fabik, le Français installé par amour à Ijvesk ? Plus de nouvelles de lui sur le forum, aurait-il succombé à la vodka Kalachnikov ?"

La différence, c'est qu'à l'époque, l'Olimpiya était en milieu de tableau (11e sur 16) et que cette année, il se traîne en queue de classement. Pourtant, ce sont les visiteurs qui dégainent d'entrée. Un peu plus de trois minutes de jeu et la lanterne rouge qui joue en bleu, blanc et orange (un maillot un peu comme les BDL des années 90 avec une tête de bête étrange, un loup ?) mène 1-0 sur sa première action notable. Les Moscovites répliquent dans la foulée avec une belle entrée en zone en passes, mais qui échoue sur Viktor Lougovski, le gardien de Kirovo-Tchepetsk passé par le Traktor Chelyabinsk et le CSKA Moscou.

Les Ailes Soviétiques reviennent cependant au score à la huitième minute... avec un peu de chance. Un tir du Tatar formé au Dynamo Moscou, Roman Rakhmatoulline, est contré par un défenseur de l'Olimpiya qui trompe son propre gardien. Aïe, être lanterne rouge, c'est déjà pas rose (ouaf), mais si en plus, la chance n'est pas là... Mais les visiteurs ne baissent pas encore les crosses, le défenseur de l'aviation soviétique basée à Moscou Alexeï Petrov part en prison (13e) et l'Olimpiya donne le tournis à la défense des aviateurs.

Andreï Lojkine place un tir puissant (15eme), mais c'est le début du show Vladimir Koulikov qui va illuminer la partie. Là, il se contente d'un dégagement du gant qui fait passer la rondelle au-dessus de sa cage. L'Olimpiya poursuit sa marche en avant avec une action dangereuse d'Alexandre Outrobine à la 17eme. Seul Alexeï Kroutov se montre dangereux pour les "aviateurs" en contre et en infériorité. Et il faut non pas un, non pas deux, mais trois arrêts-miracles consécutifs de Vladimir Koulikov pour éviter le second but visiteur (18e). Le jeune gardien de vingt-trois ans, formé au CSKA, drafté en NHL en 1999, passé par la CHL et le Traktor Chelyabinsk, est vraiment en super forme ce soir. Un premier arrêt à bout portant, un deuxième en déséquilibre et un troisième couché ! Waouh ! "Koulikov" scande la foule ! Tu parles ! Il vient de donner un récital à l'Olimpya (un mois de préparation, de répétition et d'entraînement pour la sortir, celle-là...) Finalement, le tiers se termine sur un score de parité, mais les Moscovites s'en sortent plus que bien.

Les Ailes ont-elles été remontées à la pause ? Quoi qu'il en soit, ce n'est plus la même chanson au début de la deuxième période. Cinquante-trois secondes de jeu et première alerte aérienne sur un raid d'Evgueni Pasternatski, trente secondes plus tard, le gardien de Kirovo-Tchepetsk, Viktor Lougovski, doit sortir un arrêt déterminant de la botte devant Mikhaïl Iounkov, trente nouvelles secondes encore plus tard et le même Mikhaïl Iounkov trouve la faille sur un rebond. Voilà les Moscovites de retour dans leur couloir aérien. Surtout que Vladimir Koulikov remet cela en servant de DCA sur un raid visiteur de Dimitri Smirnov (25e).

Les KS sont déchaînées. Pour preuve, deux actions très dangereuses à la 27e, sur une attaque solitaire d'Andreï Stépanov puis sur un tir du défenseur Sergueï Dorofeïev.

Un nouveau miracle de Vladimir Koulikov à la mi-match et les Moscovites remettent la pression. Une pression victorieuse à la 32e pour un but similaire au deuxième. C'est une fois encore Mikhaïl Iounkov qui récupère un rebond sur un tir lointain dans l'axe, après que ses camarades ont totalement déstabilisé les coulisses de l'Olimpiya. En deux coups de cuiller à pot, Mikhaïl Iounkov, 18 ans et formé au club, a bien entamé le suspense.

À peine le temps de souffler et l'un des autres nombreux jeunes talentueux formés aux KS mets le feu à la défense adverse. Mikhaïl Deïev (22 ans) effectue un travail technique remarquable dans la zone, mais Viktor Lougovski veille dans sa cage (34eme).

Et comme en infériorité numérique, Vladimir Koulikov ferme encore la maison à la 35eme, les Moscovites peuvent voir venir avec sérénité. Ils terminent d'ailleurs très fort ce tiers avec deux actions chaudes de leur capitaine Alexandre Trofimov descendu en plein vol sur un contre (36e), puis dans l'ultime minute par Mikhaïl Iounkov puis Alexeï Kroutov. La jeunesse ayant ses revers, soit l'inexpérience, les Krylia Sovietov trouvent le moyen de prendre une pénalité à six secondes de la fin du tiers par le défenseur Alexeï Petrov (21 ans). Mais ce tiers, ils le terminent cependant avec deux buts d'avance. Ils ont su redresser la barre après un premier tiers moyen.

Et des minutes de prison, Moscou va en prendre à la volée (normal pour un club fondé par le ministère de l'aviation civile...) en début d'ultime période. Les défenseurs Anton Oulianov puis Alexeï Petrov se succèdent sur le banc des pénalités. Mais l'Olimpiya n'en profite pas.

Et c'est le moment choisi par Monsieur Petoukhov pour prouver que l'on peut être arbitre et... daltonien ! Un casque blanc traîne sur la glace, bien loin de la tête de son propriétaire qui est rentré sur le banc depuis longtemps. Au premier arrêt de jeu, le juge de ligne, le dénommé Petoukhov ramasse logiquement le dit casque pour le rapporter à son utilisateur. Il prend le casque, le regarde, doit logiquement constater qu'il est de couleur blanche, donc appartenant à un joueur de Kirovo-Tchépetsk dont les casques sont de la même couleur. Donc logiquement, Monsieur Petoukhov se rend vers le banc des joueurs... de Moscou où surprise on lui indique que de ce côté, les casques sont bleus et qu'il faut donc qu'il aille un peu plus loin pour trouver le joueur tête nue. Monsieur Petoukhov regarde une fois encore le fameux casque... et finit par se rendre vers le banc de l'Olimpiya ! Bravo ! Tu vois quand tu veux...

À peine le temps pour l'arbitre principal, Monsieur Vassiliev, d'envoyer le défenseur des bleus aux casques blancs Nikolaï Iachtchenkov en prison, et les blancs aux casques bleus ont repris leur marche victorieuse. Une superbe passe depuis la bande du capitaine moscovite Alexandre Trofimov et Renat Khaïretdinov reprend instantanément pour le quatrième but des Krylia Sovietov (46e). Après ce but, le match change totalement de physionomie, les Moscovites sont transformés, les Ailes Soviétiques volent sur la glace, en revanche, l'Olimpiya n'a plus le cur à grand-chose. Le jeu des Moscovites devient très agréable à voir, collectif, léché... soviétique quoi...

Un jeu en redoublement de passes amène le cinquième but à la 50e avec Andreï Stepanov à la conclusion. Trente secondes plus tard, un tir lointain du défenseur Pavel Kanarski transperce une fois encore la défense des visiteurs. L'entraîneur de l'Olimpiya préfère alors changer de soliste dans les cages en espérant que la chanson sera différente, avec l'entrée de Piotr Dyakonov à la place de Viktor Lougovski. Il reste neuf minutes à jouer.

Les supporters des KS, pas à la fête depuis longtemps, en profitent pour se défouler en mettre une grosse ambiance : "Go, go, Krylia go !" Et oui, n'oublions pas que dans l'aviation, c'est l'anglais la langue de communication !

Et le septième but finit obligatoirement par arriver, suite en plus à une superbe action en passe. C'est l'indispensable Roman Rakhmatoulline qui est à la conclusion pour le but du 7-1 (54eme). Le public en aimerait encore plus, mais les jeunes moscovites vont faire l'erreur de répondre aux joueurs de Kirovo-Tchépetsk qui tentent de limiter la casse. Les KS vont donc jouer presque toute la fin du match en infériorité, et même en double infériorité.

Mais Vladimir Koulikov a décidé que ce soir ce serait lui la vedette. Il arrête tout, même couché, même avec plus aucun défenseur pour l'aider ! La dernière grosse action sera même pour Moscou, lorsqu'à peine sorti de prison, le talentueux Mikhaïl Deïev sème le trouble dans la défense de l'Olimpiya (59'37).

Fin du match, et le public peut faire une ovation à ses joueurs, en particulier à Vladimir Koulikov, qui aura droit à un bis, le public le rappelant au moment où il allait rentrer aux vestiaires. Les Ailes Soviétiques ont réussis à voler jusqu'au sommet de l'Olympe ce soir, mais demain, même heure, même endroit, les deux équipes se retrouveront pour la suite de ces aventures.

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Krylia Sovietov Moscou - Olimpiya Kirovo-Chepetsk 7-1 (1-1, 2-0, 4-0)

Jeudi 4 novembre 2004 à 19h00 au palais des sports Krylia Sovietov.

Arbitrage de M. Vassiliev assisté de MM. Oskirko et Petukhov.

Pénalités : Krylia Sovietov 24', Kirovo-Chepetsk 12'.

Évolution du score :

0-1 à 03'10" : Mikryukov assisté de Snigirev et Smirnov

1-1 à 08'27" : Rakhmatullin

2-1 à 32'34" : Yunkov assisté d'Ulianov

3-1 à 32'34" : Yunkov assisté de Trofimov et Volochenko

4-1 à 46'03" : Khaïretdinov assisté de Trofimov et Vostrikov (sup. num.)

5-1 à 50'51" : Stepanov assisté de Dorofeïev et Gorochanski

6-1 à 51'29" : Kanarski assisté de Pasternatski et Petrov

7-1 à 54'31" : Rakhmatullin assisté de Vostrikov et Stepanov

 

Krylia Sovietov Moscou

Gardien : Vladimir Kulikov.

Défenseurs : Alekseï Petrov - Pavel Kanarski ; Anton Ulyanov - Renat Mamachev ; Sergueï Bernatski - Stepan Mokhov ; Sergueï Dorofeïev - Rafael Batyrshin.

Attaquants : Mikhaïl Deïev - Evgueni Pasternatski - Alekseï Krutov ; Mikhaïl Yunkov - Roman Voloshenko - Aleksandr Trofimov (c) ; Alekseï Eriomin - Renat Khaïretdinov - Artiom Vostrikov ; Andreï Stepanov - Aleksandr Gorochanski - Roman Rakhmatullin.

Remplaçant : Sergueï Mylnikov (G).

Olimpiya Kirovo-Chepetsk

Gardien : Viktor Lugovski puis Piotr Dyakonov à 51'29".

Défenseurs : Nikolaï Yashchenkov - Sergueï Koshcheïev ; Kirill Babikov - Andreï Buldakov ; Alekseï Demakov - Ilia Khardin ; Eduard Shaïkhelislamov - Andreï Naumov (c).

Attaquants : Alekseï Timkin (UKR) - Sergueï Utrobin - Guennadi Yegorov ; Iskander Mukhamechakirov - Valentin Sniguirev - Dmitri Smirnov ; Konstantin Mikryukov - Andreï Lozhkin - Aleksandr Skriabin ; Aleksandr Utrobin - Aleksandr Trushkov - Aleksandr Rychkov.

 

Retour au championnat de Russie