Russie - République Tchèque (9 mai 2007)

 

Quarts de finale des championnats du monde 2007.

Eremenko, pas si facile à écarter

Les Russes et les Tchèques se retrouvent pour le premier match des quarts de finale. Un "match des extrêmes" entre deux équipes aux fortunes opposées lors de ces championnats du monde : la Russie a dominé son sujet de bout en bout en remportant tous ses matchs alors que la République tchèque s'est qualifiée d'extrême justesse après ses revers face à l'Allemagne, la Slovaquie et le Canada. Mais ce quart de finale a tout du match piège pour une équipe russe attendue au tournant des matchs éliminatoires. Sur un match, tout est possible et les Tchèques espèrent bien redorer leur blason.

Sergeï Brylin est présent à Moscou et se dit prêt à jouer mais Bykov choisit de ne pas l'aligner dès aujourd'hui. C'est donc avec un alignement classique et notamment le retour de suspension d'Alexander Ovechkin que les Russes débutent la rencontre. Andreï Markov se fait rapidement pénaliser mais le box-play russe est bien en place ne concédant qu'un lancer dangereux à Zbynek Irgl (le bourreau de l'an passé au même stade). Le début de rencontre est marqué par un gros patinage de part et d'autre mais les Russes prennent rapidement le dessus dans ce domaine face à des Tchèques qui ont du mal à suivre le rythme. Kharitonov teste Cechmanek qui ne va pas chômer lors de cette première période. La première faute tchèque de Klesla sur Schastlivy sera lourde de conséquences. Le jeu de puissance russe s'installe en zone offensive et fait circuler le palet. Frolov trouve une ouverture géniale d'une passe du revers qui démarque complètement Markov lequel place un tir parfait sous la barre de Cechmanek (1-0, 06'48"). Le début de rencontre est idéal pour les Russes qui multiplient les occasions se heurtant à chaque fois d'extrême justesse à un excellent Cechmanek. Zinoviev se fraye un chemin jusqu'au portier tchèque puis Morozov tente sa chance à son tour. Kovalchuk pense bien avoir marqué le second but d'une reprise instinctive en visant entre les jambes de Cechmanek mais encore une fois celui-ci fait l'arrêt. Frolov met le feu derrière la cage tchèque qui subit un véritable siège. Seul Irgl parvient à porter le danger de l'autre côté de la patinoire, mais il manque le palet de l'égalisation grâce à une belle mitaine d'Eremenko, bien tranquille jusqu'ici. Ovechkin et Malkin font le spectacle dans la zone d'attaque mais le score reste toujours aussi étroit. Kovalchuk est une nouvelle fois frustré par Cechmanek en fin de tiers et les Russes doivent se contenter d'un petit but d'avance. Pas cher payé.

Les Tchèques montrent leurs intentions dès le début de la deuxième période. D'entrée Vyborny puis Plekanec testent Alexander Eremenko d'un tir du revers. Les Russes sont moins conquérants et font preuve de plus d'approximation que lors du premier vingt. Du coup les Tchèques continuent de solliciter Eremenko, d'abord par Balastik puis par Rolinek à deux reprises. Mais Eremenko se montre intraitable et solide sur un débordement de Cajanek. Malkin essaie bien de porter à nouveau le danger en zone d'attaque en faisant le tour de la cage de Cechmanek mais le jeu est moins ouvert lors de cette période intermédiaire, la faute à une défense tchèque qui parvient enfin à contenir la vitesse de Malkin, Ovechkin & co. Les Russes pensent avoir marqué le deuxième but sur une reprise de Markov devant le filet qui récupère le palet en hauteur suite à un rebond, mais le but est refusé car marqué avec le gant. Pour leur part, les Tchèques se montrent totalement inefficaces sur leur jeu de puissance. En fin de tiers, les Russes semblent se laisser endormir par le jeu tchèque plus lent qui maintient les débats en zone neutre, exception faite d'un raid d'Ovechkin qui permit à Kulemin de prendre un bon tir. Mais après quarante minutes et malgré une dernière supériorité en fin de tiers, les Russes ne sont toujours pas à l'abri d'un hold-up tchèque.

Pourtant Malkin se charge de ramener les Tchèques à la dure réalité dès l'entame du troisième tiers. Après une poignée de secondes, Kovalchuk adressait un puissant slap non cadré mais le palet rebondit contre la balustrade et Malkin parvient à s'en saisir pour le glisser entre le poteau et le dos de Cechmanek (2-0, 40'23"). Ce deuxième but (astucieux) a pour effet de libérer enfin l'équipe russe qui retrouve son audace du premier tiers. Piotr Schastlivy se démène en contre sur une infériorité numérique puis Andreï Markov tente sa chance de loin mais son tir heurte le poteau de Cechmanek. Sur un tir de Morozov, Cajanek déplace habilement sa cage pour éviter un troisième but. Les Russes ralentissent le rythme sur deux infériorités numériques concédées par Radulov et Atyushov, mais les Tchèques ne parviennent pas à profiter de la situation, contrés par une très bonne défense russe. De retour à cinq contre cinq, la défense tchèque rate son dégagement, Grebeshkov récupère le palet pour le glisser subtilement à Radulov qui se joue de Cechmanek (3-0, 51'24"). La cage bouge à nouveau mais cette fois sur un tir de Kelsla. Les coéquipiers de Vyborny parviennent enfin à mettre la pression sur une supériorité numérique avec plusieurs tirs successifs de Cajanek et Zidlicky notamment, mais Eremenko se montre intraitable dans ses buts. Cette bonne période tchèque prend fin avec une crosse haute de Zidlicky sur Schastlivy qui reste quelques instants à terre. Malkin profite de sa vitesse pour s'offrir un petit festival à quatre contre quatre en fonçant droit sur Cechmanek pour finalement faire le tour de la cage et déposer le palet dans le but vide, le gardien tchèque n'ayant pas eu le temps de se relever (4-0, 54'46"). Un but splendide accompagné d'un petit chambrage de l'attaquant russe qui nargue le banc tchèque au passage. La rencontre est cette fois pliée et les Tchèques ne parviennent pas à sauver l'honneur sur une double supériorité numérique en fin de match, encore une fois grâce à Eremenko qui tient à son blanchissage. Les Tchèques laissent éclater leur frustration à quelques secondes de la sirène et Klesla déclenche une bagarre avec Malkin tandis que Michalek et Emelin en viennent également aux mains.

Les Russes ont mis quarante minutes avant de matérialiser au tableau d'affichage une domination entrevue dès les premières minutes du match. D'abord débordés, les Tchèques sont parvenus à repousser l'échéance le plus longtemps possible avant de craquer définitivement dans la dernière période. La supériorité sur le plan technique et du patinage était indiscutablement côté russe, et seul un manque de réalisme est venu porter ombrage à la performance des hommes de Bykov. Mais une individualité comme Malkin est capable de faire basculer un match, et c'est ce que le jeune prodige russe a encore démontré ce soir alors qu'Ovechkin manque encore de réussite. On notera également la performance des deux gardiens Cechmanek, bombardé en première période, et Eremenko qui a montré ce soir que Nabokov n'est peut-être pas indispensable à l'équipe russe. Les Tchèques trop limités offensivement quittent donc le tournoi par la petite porte alors que les Russes continuent de rêver au titre sur leur sol.

Désignés meilleurs joueurs du match : Aleksandr Eremenko (Russie) et Rostislav Olesz (Rép. Tchèque).

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Commentaires d'après-match :

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Le match était quelque peu délicat au début. Après le deuxième but, nous avons eu plus de confiance pour performer avec excellence."

Aleksander Eremenko (gardien de la Russie) : "J'ai appris que je jouerais ce matin. Cela n'a pas d'importance, je me prépare de la même façon pour chaque match. Le tir le plus dangereux était celui d'Irgl en première période, heureusement il m'est arrivé dans la mitaine. Nous avons parfaitement joué en défense et nous n'avons rien laissé ni à égalité numérique ni en infériorité. Dommage, je ne jouerai plus dans ce championnat du monde. Du moins je le crois. J'ai confiance en moi, mais Nabokov ne va pas arriver d'Amérique du nord juste comme ça. La solution dépendra des entraîneurs. Vous pouvez imaginer quels pourraient être alors mes sentiments, mais je ne m'exprimerai pas publiquement."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Lorsqu'ils ont marqué à la première minute de la troisième période, notre équipe jouait un hockey trop ouvert. C'était une erreur car les Russes sont si forts individuellement et collectivement. On sait maintenant quelle équipe est la meilleure. J'ai trouvé que nous avons bien joué mais qu'on n'a pas pu marquer aux moments clés. Les Russes ont pris leur revanche des défaites de l'an passé aux Mondiaux et aux JO. Il ne me reste qu'à souhaiter du succès à Bykov en demi-finale et je l'espère en finale."

 

Russie - République Tchèque 4-0 (1-0, 0-0, 3-0)

Mercredi 9 mai 2007 à 16h15 à l'Arena Khodynka de Moscou. 12000 spectateurs.

Arbitrage de Guy Pellerin (CAN) assisté de Ivan Dedioulia (BLR) et Sylvain Losier (CAN).

Pénalités : Russie 20' (4', 2', 14'), Rép. Tchèque 26' (6', 4', 6'+10').

Tirs : Russie 32 (14, 10, 8), Rép. Tchèque 27 (6, 9, 12).

Évolution du score :

1-0 à 06'48" : Markov assisté de Frolov et Malkin (sup. num.)

2-0 à 40'23" : Malkin assisté de Kovalchuk

3-0 à 51'24" : Radulov assisté de Grebeshkov

4-0 à 54'46" : Malkin

 

Russie

Gardien : Aleksandr Eremenko.

Défenseurs : Vitali Proshkin - Ilya Nikulin ; Andrei Markov (A) - Sergei Gonchar ; Vitali Atyushov - Denis Grebeshkov ; Aleksei Emelin - Maksim Kondratiev.

Attaquants : Danis Zaripov - Sergei Zinoviev - Aleksei Morozov (A) ; Ilya Kovalchuk - Evgeni Malkin - Aleksandr Frolov ; Aleksandr Kharitonov - Piotr Schastlivy (C) - Aleksandr Radulov ; Aleksandr Ovechkin - Ivan Nepryaev - Nikolai Kulemin.

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G). Absent : Sergei Brylin (en réserve).

République Tchèque

Gardien : Roman Cechmanek.

Défenseurs : Petr Caslava - Marek Zidlicky ; Rostislav Klesla - Zbynek Michalek ; Radek Hamr - Michal Barinka ; Ladislav Smid.

Attaquants : Rostislav Olesz - Tomas Plekanec - David Vyborny (C) ; Petr Hubacek - Petr Cajanek (A) - Zbynek Irgl ; Petr Tenkrat - Jiri Novotny - Jaroslav Bednar ; Jaroslav Balastik - Jaroslav Hlinka (A) - Petr Sykora ; Tomas Rolinek.

Remplaçant : Marek Pinc (G). Absents : Jan Platil, Jan Marek (en réserve).

 

Retour aux championnats du monde