Canada - Suède (12 mai 2007)

 

Demi-finale des championnats du monde 2007.

Le champion ne pèse pas lourd

Voici le premier véritable test pour le Canada, seule équipe survivante de la poule de Mytishchi. On pourra vérifier ce soir sa capacité à monter en puissance au fil du tournoi, comme il en avait l'habitude avec Andy Murray. Même en phase finale, l'entraîneur continue d'alterner ses gardiens, et Cam Ward succède donc à Dwayne Roloson pourtant élu meilleur joueur contre la Suède.

C'est justement Ward qui prend rapidement la première pénalité pour un retard de jeu. La Tre Kronor fait preuve d'une bonne maîtrise du palet, mais Rick Nash et Shane Doan réalisent aussi un bel effort pour couper des solutions de passe et ne pas laisser Magnus Johansson armer son tir. Mis en confiance par cette infériorité, le Canada part ensuite mettre la pression, avec l'homme en forme Matthew Lombardi qui va prendre le palet à Jonathan Hedström derrière la cage suédoise. La ligne d'Eric Staal poursuit le travail en zone offensive en gagnant la mise au jeu, et Tobias Enström sans crosse retient Cammalleri dans le slot. Les Suédois tuent facilement cette pénalité, mais une minute plus tard, Martin Thörnberg écarte Jackman d'un coup de coude dans le coin de la zone offensive. Cette fois, les Canadiens s'installent. Mike Cammalleri, qui a hérité du "A" tournant ce soir, prépare le jeu dans le coin. Au lieu de chercher Murphy à la pointe, il varie en se recentrant et en tentant un lancer dévié semble-t-il par le gant de Williams (1-0, 11'05").

La Suède n'est pas remise de ce coup dur qu'elle en subit un autre. Jordan Staal délivre une passe de derrière la cage, entre les jambes d'Esntröm, vers Jonathan Toews. Le champion du monde junior, pas gêné par le marquage de Davidsson, arrive à éviter le poke-check de Backlund (2-0, 12'23"). Au tour de Hedström de prendre une pénalité inutile, une charge contre la bande sur Hamhuis derrière le but adverse. Le Canada met peu de conviction dans cette supériorité, mais est en train de réussir à endormir les Suédois. Si Alex Steen commet une erreur de relance, ce n'es pas à cause d'un forechecking adverse inexistant, mais uniquement par mollesse. La Tre Kronor, qui joue à l'envers, prend encore un vrai coup de poignard dans le dos avant de rentrer aux vestiaires : une longue passe de Shea Weber trouve Eric Staal à la bleue dans le dos de Hållberg. Le centre des Carolina Hurricanes amorce une jolie feinte pour mieux fusiller Johan Backlund entre les jambières (3-0, 18'38").

Le powerplay suédois, le meilleur de la compétition jusqu'ici, est éteint ce soir. En deux opportunités au début du deuxième tiers, il n'est dangereux qu'une fois, avec un missile du cercle droit de Tony Mårtensson que Cam Ward évite carrément en se penchant de côté pour le prendre sur l'épaule et pas dans le masque. Le jeune Anton Strålman, certainement observé du côté de Toronto pour savoir s'il pourra faire partie de la défense des Maple Leafs l'an prochain, se fait même piquer le palet dans sa zone par le poison Lombardi. Malgré tout, la Suède revient quand on s'y attend le moins. Dans la lutte pour une mise au jeu, Johan Davidsson redevient meilleur marqueur du tournoi à la place du blessé Morozov avec un tir rasant chanceux qui ricoche sur le patin de Weber et passe entre les jambes de Ward (3-1, 26'13").

Le Canada connaît maintenant lui aussi des moments de flottement : une mauvaise relance de Commodore permet à Niklas Bäckström de se retrouver seul face à la cage, mais son essai du revers est arrêté par la jambière de Ward. Le treizième attaquant Mattias Månsson, apparu sur la quatrième ligne à la place de Hedström, utilise bien mal cette présence avec une pénalité pour charge contre la bande. Les Canadiens ne font tellement rien à 5 contre 4 que la Suède croit pouvoir contrer à 3 contre 3... Une opération arithmétique simple permet de conclure que les joueurs à la feuille d'érable sont à 2 contre 1 quand le jeu repart dans l'autre sens ! Rick Nash choisit le tir entre les bottes de Backlund (4-1, 35'17"). Le jeu est très ouvert dans les dernières minutes du deuxième tiers, avec un slalom de Dick Tärnström en zone offensive, un centre de Jordan Staal pour son frère Eric, et un tour de cage sans opposition de Colby Armstrong. C'est le Canada qui s'amuse le plus de ces espaces.

La Suède se heurte en troisième période à une défense canadienne appliquée qui évacue les rebonds et attend sa chance en contre. Rick Nash obtient ainsi un breakaway en dépassant Magnus Johansson qui ne fait pas l'effort de patiner et n'arrive même pas à l'accrocher. Il bute sur Backlund mais l'action résume bien l'impression générale du match. L'ultime espoir des Scandinaves, c'est que Commodore prend 2'+2' quand sa crosse atteint Davidsson en plein visage. Mais ils sont toujours mous, sans détermination collective. À trois minutes et demie de la fin, Magnus Johansson subit une charge avec la crosse de McClement dans son dos, et il prend deux lancers pendant cette supériorité : l'un heurte le poteau et l'autre est arrêté par Cam Ward. Un cinglage de Bäckström met fin à l'avantage numérique et au match.

Bien en place, le Canada a bâti comme souvent sa victoire en gagnant les duels là où ça comptait : à l'engagement, dans les enclaves, dans les coins... Le meilleur indice pour jauger une équipe canadienne aux championnats du monde est généralement son jeu en infériorité numérique : il a été très bon ce soir, non pas avec des spécialistes défensifs mais avec la participation des joueurs-clés Rick Nash et Shane Doan.

La Suède, en retard sur la plupart des palets, a raté son match et ne jouera donc que pour le bronze face aux artistes russes, laissant Canadiens et Finlandais s'expliquer dans ce qui s'annonce comme une finale virile.

Désignés meilleurs joueurs du match : Cam Ward (Canada) et Martin Thörnberg (Suède).

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match :

Mike Cammalleri (attaquant du Canada) : "Après avoir examiné plusieurs matches des Suédois ainsi que la première demi-finale, nous savions que nous ne pouvions battre les champions sortants que sur un domaine : l'attitude. Je ne pense pas que le mot facile puisse s'appliquer quand on parle de la qualification pour la finale d'un championnat du monde. On peut parler de gel, de chimie, de potion magique. Mais le fait est qu'on peut mettre n'importe qui aux côtés n'importe qui dans cette équipe et que les gars vont bien jouer."

Cam Ward (gardien du Canada) : "Quand on a trois buts d'avance, cela aide à détendre les nerfs. [...] Nous attendons tous les deux qu'Andy [Murray] prenne la décision. Évidemment j'espère jouer demain, ce serait extrêmement excitant. Mais si ce n'est pas le cas, Dwayne [Roloson] aura tout mon soutien et j'aurai mes pom-poms."

Bengt-Åke Gustafsson (entraîneur de la Suède) : "Nous nous sommes mis nous-mêmes au fond d'un grand trou en première période. Il était difficile de remonter un tel écart au score. Mais nous avons perdu contre plus fort que nous. Les Canadiens avaient une équipe talentueuse, équilibrée et combative. Malheureusement, nous n'avons pas été si efficaces en attaque."

Dick Tärnström (défenseur de la Suède) : "Ils ont joué un meilleur match que nous. Ils étaient plus forts devant leur but et devant le nôtre. C'est dur d'être mené 3-0. Nous n'avons pas arriver assez près des rebonds. Leurs défenseurs ont fait un match solide. Ils jouent presque toujours pareil. Ils ont des types gros et forts qui foncent à la cage. C'était du hockey canadien typique. On savait qu'ils partiraient fort."

 

Canada - Suède 4-1 (3-0, 1-1, 0-0)

Samedi 12 mai 2007 à 19h15 à l'Arena Khodynka de Moscou. 8000 spectateurs.

Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) assisté de Peter Feola (USA) et Roman Pouzar (TCH).

Pénalités : Canada 14' (4', 2', 8'), Suède 12' (6', 2', 4').

Tirs : Canada 25 (12, 6, 7), Suède 30 (7, 7, 16).

Évolution du score :

1-0 à 11'05" : Cammalleri assisté de Phaneuf (sup. num.)

2-0 à 12'23" : Toews assisté de J. Staal

3-0 à 18'38" : E. Staal assisté de Weber et Cammalleri

3-1 à 26'13" : Davidsson assisté de Hörnqvist

4-1 à 35'17" : Nash assisté de Lombardi et Brewer (sup. num.)

 

Canada

Gardien : Cam Ward.

Défenseurs : Eric Brewer (A) - Mike Commodore ; Barret Jackman - Cory Murphy ; Dan Hamhuis - Shea Weber ; Nick Schultz - Dion Phaneuf.

Attaquants : Rick Nash - Matthew Lombardi (A) - Shane Doan (C) ; Mike Cammalleri - Eric Staal - Justin Williams ; Jason Chimera - Jay McClement - Jamal Mayers ; Jordan Staal - Jonathan Toews - Colby Armstrong.

Remplaçant : Dwayne Roloson (G).

Suède

Gardien : Johan Backlund.

Défenseurs : Kenny Jönsson (C) - Anton Strålman ; Dick Tärnström (A) - Johan Åkerman ; Per Hållberg - Tobias Enström ; Magnus Johansson.

Attaquants : Martin Thörnberg - Jörgen Jönsson (A) - Tony Mårtensson ; Fredrik Emvall - Rickard Wallin - Fredrik Warg ; Fredrik Bremberg - Johan Davidsson - Patric Hörnqvist ; Jonathan Hedström - Nicklas Bäckström - Alexander Steen ; Mattias Månsson.

Remplaçant : Daniel Henriksson (G). Absents : Erik Ersberg (G), Jan Sandström, Magnus Kahnberg (en réserve).

 

Retour aux championnats du monde