Japon - URSS (12 février 1980)

 

Jeux Olympiques 1980, première phase, groupe rouge.

Le Japon participe à son sixième tournoi olympique qualificatif consécutif, mais d'habitude son contact avec le haut niveau se résume à un match de qualification (ou deux en 1960) avant de laisser les grands s'expliquer entre eux et de disputer un tournoi B. Cette année il n'y a plus de tournoi de consolation. Les douze équipes prennent toutes part à la véritable compétition. Les Japonais commencent par l'ascension de l'Everest sans même s'être habitués à l'altitude : ils affrontent l'Union Soviétique. Le début de match donne le ton. Aleksei Kasatonov prend ce qui sera la seule pénalité de la rencontre. Mais malgré l'infériorité numérique, Boris Mikhailov remonte le palet et centre pour le défenseur Sergei Starikov qui bat Takeshi Iwamoto côté mitaine.

Que les buts s'enchaînent, ce n'est pas une surprise. C'est normal avec les champions du monde. Mais le problème des Japonais n'est pas tant dans leurs qualités individuelles, honnêtes, c'est que leur sens du jeu est vraiment défaillant. L'ailier Takeshi Azuma se rend ainsi compte deux secondes trop tard - une éternité en hockey que le défenseur Vycheslav Fetisov est passé dans son dos : celui-ci est alors déjà devant le but pour prendre le rebond d'un tir de Petrov et marquer le 4-0. Autre exemple, quatre joueurs sont montés jusqu'au milieu de la zone offensive quand un contre défavorable à la lutte pour le palet envoie Golikov et Makarov vers un 2 contre 1 d'école pour le cinquième but. Ce sont des légèretés qu'une équipe pourrait s'éviter pour ne pas "perdre la face", comme on le dit dans la culture asiatique.

Les deux équipes changent leur gardien à la pause. Pour Tretiak et Myshkin, il s'agit de ne pas prendre froid et de se partager un blanchissage. Pour leurs adversaires, il s'agit de se partager le calvaire. Le gardien au masque blanc Minoru Masawa est vite mis au parfum : après six secondes, il a déjà encaissé un but, sur un puissant slap en entrée de zone de Petrov ! Si le titulaire Iwamoto a pris huit buts en vingt minutes, Masawa ne fait pas meilleure impression, notamment quand il laisse passer un tir rasant et assez anodin de Kasatonov, excentré à la ligne bleue.

La démonstration continue ainsi sans s'arrêter. L'URSS s'arrête à 16 buts, et cela aurait même pu faire 17 quand Maltsev sort son célèbre 360° et fait résonner le poteau. Sa ligne est la seule à ne pas avoir marqué, seule tache dans le bilan soviétique (si cela a une quelconque importance). Le premier bloc a mis la moitié des buts (en comptant trois donnés aux défenseurs), et les frères Golikov s'en sont donné à coeur joie pour leur premier match olympique avec cinq buts à eux deux.

Le Japon a un mérite : il a fait jouer tout son banc et tourné à quatre lignes. Tant qu'à prendre une leçon, autant que tout le monde en profite.

Marc Branchu

 

Japon - URSS 0-16 (0-8, 0-5, 0-3)
Mardi 12 février 1980 à 20h30 à la Olympic Fieldhouse de Lake Placid. 2000 spectateurs.
Arbitrage de Josef Kompalla (RFA) assisté de Marty Demers (USA) et Alfred Fischer (NOR).
Pénalités : Japon 0' (0', 0', 0'), URSS 2' (2', 0', 0').
Tirs : Japon 17 (3, 8, 6), URSS 67 (28, 19, 20).

Évolution du score :
0-1 à 03'42" : Starikov assisté de Petrov et Mikhaïlov (inf. num.)
0-2 à 07'55" : Kharlamov assisté de Mikhaïlov
0-3 à 09'47" : A. Golikov assisté de Makarov et Starikov
0-4 à 12'19" : Fetisov assisté de Petrov et Kharlamov
0-5 à 14'59" : A. Golikov assisté de Makarov
0-6 à 17'30" : Balderis assisté de Starikov et Zhluktov
0-7 à 19'00" : V. Golikov assisté de Makarov
0-8 à 19'27" : V. Golikov assisté de Fetisov et A. Golikov
0-9 à 20'06" : Petrov assisté de Kasatonov
0-10 à 21'20" : Kasatonov assisté de Mikhaïlov et Balderis
0-11 à 24'20" : Makarov assisté de V. Golikov et Vasiliev
0-12 à 26'33" : Mikhaïlov assisté de Starikov et Kharlamov
0-13 à 38'06" : Fetisov assisté de Mikhaïlov et Kharlamov
0-14 à 46'26" : Zhluktov assisté de Balderis et Skvortsov
0-15 à 51'21" : Petrov assisté de Pervukhin et Kharlamov
0-16 à 54'49" : A. Golikov assisté de Makarov et V. Golikov
 

Japon

Attaquants :
12 Satoru Misawa - 18 Osamu Wakabayashi - 8 Katsuyoshi Kawamura
16 Tsutomu Hanzawa (C) - 23 Yoshio Hoshino (A) - 20 Mikio Hoshi
14 Sadaki Honma - 17 Hideo Urabe - 10 Takeshi Azuma
7 Yoshiaki Honda - 15 Hideo Sakurai - 13 Mikio Matsuda

Défenseurs :
3 Hiroshi Hori - 11 Tadamitsu Fujii
6 Norio Ito - 4 Iwao Nakayama
9 Hitoshi Nakamura - 22 Koji Wakasa

Gardien :
25 Takeshi Iwamoto puis 1 Minoru Misawa à 20'00"

URSS

Attaquants :
17 Valeri Kharlamov - 16 Vladimir Petrov - 13 Boris Mikhaïlov (C)
26 Aleksandr Skvortsov - 22 Viktor Zhlutkov - 19 Helmut Balderis
23 Aleksandr Golikov - 25 Vladimir Golikov - 24 Sergei Makarov
9 Vladimir Krutov - 11 Yuri Lebedev - 10 Aleksandr Maltsev

Défenseurs :
2 Vyacheslav Fetisov - 7 Aleksei Kasatonov (2')
12 Sergei Starikov - 6 Valeri Vassiliev (A)
5 Vassili Pervukhin - 14 Zinetula Bilyaletdinov

Gardien :
20 Vladislav Tretiak puis 1 Vladimir Myshkin à 20'00"

 

Retour aux Jeux olympiques