Adler Mannheim - Sparta Prague (5 janvier 1999)

 

Play-offs de l'EHL 1998/99, match aller.

Si la DEL voulait de la publicité pour cette phase finale de l'EHL où elle a placé ses deux représentants, cela a plutôt mal commencé pour sa réputation. Avant-hier, lors du match Mannheim-Hanovre, l'attaquant local Jan Alston a été agressé lors de l'échauffement par un cross-check de Mike Ware, dirigé vers le côté droit de son cou. Resté inconscient sur la glace, Alston a été hospitalisé. La DEL a annoncé aujourd'hui qu'elle suspendrait Ware jusqu'à nouvel ordre en attendant de traiter l'affaire. Cela n'arrange pas l'étiquette de ligue brutale et violente qu'on lui colle très souvent. Et cela ne fait pas les affaires des Adler, actuels troisièmes de leur championnat derrière Francfort et Nuremberg, mais qui se présentent avec trois Canadiens en moins pour ce match-clé.

La première place de poule permet au Sparta Prague de recevoir au match retour, mais la formule particulière ne sera vraiment pas à son avantage s'il perd ce soir. L'objectif ouvertement affiché par le staff tchèque est donc de ramener un match nul de ce voyage en Allemagne, pour qu'une victoire à domicile suffise ensuite sans se poser de questions. Le Sparta a subi pour sa part des agressions... virales et bactériennes. Mis sous antibiotiques pour guérir, Milan Hnilička n'est que gardien remplaçant au couop d'envoi. Horák est à son tour tombé malade peu avant le match, forçant Pavel Richter (le nouveau coach qui a remplacé Šupler en décembre) à revoir ses lignes au dernier moment.

"Le principal est d'éviter la poussée initiale et de ne pas encaisser de but tôt", avait prévenu Richard Žemlička. Malheureusement, c'est exactement ce qui se produit. Le "faux frère" Pavel Gross, attaquant tchèque qui avait quitté le Sparta pour aller jouer en Allemagne il y a près de neuf ans, ouvre le score pour l'équipe dont il est le capitaine. Les Pragois restent dans le match grâce à leur joker rentré de NHL Michal Sýkora, dont les passes millimétrées permettent à Patrik Martinec et David Výborný d'égaliser à deux reprises. Mais les Adler reprennent aussitôt l'avantage et les Tchèques changent le gardien pour faire entrer le malade en rémission Hnilička.

Le problème n'est pas tant le gardien que l'indiscipline des Tchèques. Ils en voudront beaucoup à l'arbitre suisse, mais celui-ci ne leur a donné qu'une pénalité mineure de plus, si on excepte les 10'+20' infligées à l'attaquant slovaque Miroslav Hlinka renvoyé au vestiaire un peu prématurément en troisième période. La différence ne s'est pas faite sur le nombre d'infériorités numériques, mais sur la façon dont elles ont été gérées. Mannheim n'a encaissé aucun but dans cet exercice et a revanché inscrit tous ses buts en supériorité numérique - dont des doublés de Christian Pouget et Jackson Penney - à l'exception du dernier but en cage vide. Une efficacité dans les unités péciales qui a clairement fait la différence.

Commentaires d'après-match :

Pavel Richter (entraîneur du Sparta Prague) : "Je dois féliciter l'équipe pour sa prestation combative et je voudrais insister pour que des matches aussi importants soient dirigés par des arbitres de pays avancés de hockey, comme les Suédois ou les Finlandais. Bertolotti n'a pas été capable de contrôler le match."

Miroslav Hlinka (attaquant du Sparta Prague) : "Je jure que ce n'était pas un mouvement interdit. J'ai joué avec mon corps, je n'ai pas utilisé ma crosse, mais l'arbitre était incroyablement faible. Je me souviens déjà de lui pour le match contre Magnitogorsk et je pense qu'il devrait se consacrer à quelque chose de plus utile qu'arbitrer le hockey. Sans lui, nous aurions pris un point ici. Je crois que nous gagnerons à Prague."

 

Adler Mannheim - Sparta Prague 6-4 (1-0, 3-2, 2-2)
Mardi 5 janvier 1999 à 20h00 au Friedrichspark. 3900 spectateurs.
Arbitre : Reto Bertolotti (SUI) assisté d'Alfred Hascher et Christian Oswald (ALL).
Pénalités : Mannheim 20', Sparta 22'+10'+20'.

Évolution du score :
1-0 à 05'14" : Gross assisté de Richer et Penney (sup. num.)
1-1 à 21'43" : Martinec assisté de Sýkora
2-1 à 26'02" : Pouget assisté de Stanton (sup. num.)
2-2 à 29'04" : Výborný assisté de Sýkora
3-2 à 29'40" : Penney assisté de Richer et Tomlinson (sup. num.)
4-2 à 38'38" : M. Hlinka assisté de Výborný
4-3 à 42'32" : Penney assisté de Tomlinson et Hynes (sup. num.)
5-3 à 49'03" : Pouget assisté de Pellegrims et Stanton (sup. num.)
5-4 à 49'14" : Martinec assisté de Výborný
6-4 à 59'41" : Richer assisté de Gross (cage vide)
 

Adler Mannheim

Attaquants :
Dave Tomlinson - Pavel Gross (C) - Jackson Penney
Christian Lukes - Christian Pouget - Philippe Bozon
Ron Pasco - Alexander Serikow - Mike Stevens

Défenseurs :
Gordon Hynes - Stéphane Richer (A)
Paul Stanton - Reid Simonton
Mike Pellegrims (A) - Denis Perez

Gardien :
Sven Rampf

Remplaçants : Danny Lorenz (G), Philipp Schumacher. Absents : Jan Alston (cou), Jason Young, Mike Hudson.

Sparta Prague

Attaquants :
Richard Žemlička - Jaroslav Kalla - Jiří Zelenka
Miroslav Hlinka - Patrik Martinec - David Výborný
Martin Chabada - Václav Novák - Jaroslav Bednář

Défenseurs :
František Kučera (C) - Václav Burda
Ladislav Benýšek - Michal Sýkora
František Ptáček - Pavel Šrek

Gardien :
Petr Přikryl puis Milan Hnilička à 31'

Absents : Zdeněk Toužimský (grippe), Jan Hlaváč (blessé au poignet en équipe nationale), Jaroslav Hlinka (grippe), Roman Horák (angine).

 

Retour à l'EHL