NHL 1997/98

 

Dernier départ vers le sud en NHL : le propriétaire depuis 1994 des Hartford Whalers, Peter Karmanos jr, a décidé de déménager la franchise, qui évoluait dans un des plus petits marchés de la ligue, malgré la mobilisation des supporters sous la bannière "Save the Whale" (sauvez la baleine). Lorsque Karmanos fait son annonce, il n'avait pas encore de point de chute validé ! Il choisit la Caroline du nord, et faute de temps pour organiser un vote comme ça se fait couramment, il décide lui-même du nom de l'équipe, les Carolina Hurricanes. Comme il faudra deux ans pour construire une salle à Raleigh, l'équipe s'installe provisoirement à Greensboro, plus à l'ouest de cet état.

Pour la première fois, la saison de NHL s'ouvre ailleurs qu'en Amérique du nord : Vancouver et Anaheim jouent deux rencontres à Tokyo, cherchant à conquérir le marché japonais à quelques mois des Jeux olympiques de Nagano pour lesquels la NHL s'interrompt pour la première fois.

Classements (82 matches)

Conférence Est

                             Pts    V   N  D     BP-BC   Diff
 1 New Jersey Devils      A  107   48  11  23   225-166  +59
 2 Pittsburgh Penguins    N   98   40  18  24   228-188  +40
 3 Philadelphia Flyers    A   95   42  11  29   242-193  +49
 4 Washington Capitals    A   92   40  12  30   219-202  +17
 5 Boston Bruins          N   91   39  13  30   221-194  +27
 6 Buffalo Sabres         N   89   36  17  29   211-187  +24
 7 Canadiens de Montréal  N   87   37  13  32   235-208  +27
 8 Ottawa Senators        N   83   34  15  33   193-201  -8
 9 Carolina Hurricanes    N   74   33   8  41   200-219  -19
10 New York Islanders     A   71   30  11  41   212-225  -13
11 New York Rangers       A   68   25  18  39   197-231  -34
12 Florida Panthers       A   63   24  15  43   203-256  -53
13 Tampa Bay Lightning    A   44   17  10  55   151-269  -118

N : division nord-est ; A : division Atlantique. Les champions de division sont automatiquement classés aux deux premières places.

 

Conférence Ouest

                             Pts    V   N  D     BP-BC   Diff
 1 Dallas Stars           C  109   49  11  22   242-167  +75
 2 Colorado Avalanche     P   95   39  17  26   231-205  +26
 3 Detroit Red Wings      C  103   44  15  23   250-196  +54
 4 Saint Louis Blues      C   98   45   8  29   256-204  +52
 5 Los Angeles Kings      P   87   38  11  33   227-225  +2
 6 Phoenix Coyotes        C   82   35  12  35   224-227  -3
 7 Edmonton Oilers        P   80   35  10  37   215-224  -9
 8 San José Sharks        P   78   34  10  38   210-216  -6
 9 Chicago Blackhawks     C   73   30  13  39   192-199  -7
10 Toronto Maple Leafs    C   69   30   9  43   194-237  -43
11 Calgary Flames         P   67   26  15  41   217-252  -35
12 Anaheim Mighty Ducks   P   65   26  13  43   205-261  -56
13 Vancouver Canucks      P   64   25  14  43   224-273  -49

C : division centrale ; P : division Pacifique. Les champions de division sont automatiquement classés aux deux premières places.

Chicago, qui espérait battre le record clos de Boston en atteignant les 30 saisons de suite en play-offs, s'arrête à 28.

 

Meilleurs marqueurs de la saison régulière

                                         MJ    B   A  Pts   +/-   Pén
 1 Jaromír Jágr (TCH)      Pittsburgh    77   35  67  102   +17   64'
 2 Peter Forsberg (SUE)    Colorado      72   25  66   91    +6   94'
 3 Wayne Gretzky (CAN)     NY Rangers    82   23  67   90   -11   28'
 4 Pavel Bure (RUS)        Vancouver     82   51  39   90    +5   48'
 5 Zigmund Palffy (SVK)    NY Islanders  82   45  42   87    -2   34'
 6 John LeClair (USA)      Philadelphie  82   51  36   87   +30   32'
 7 Ron Francis (CAN)       Pittsburgh    81   25  62   87   +12   20'
 8 Teemu Selänne (FIN)     Anaheim       73   52  34   86   +12   30'
 9 Jason Allison (CAN)     Boston        81   33  50   83   +33   60'
10 Jozef Stümpel (SVK)     Los Angeles   77   21  58   79   +17   53'
11 Theoren Fleury (CAN)    Calgary       82   27  51   78     0  197'
12 Peter Bondra (SVK)      Washington    76   52  26   78   +14   44'
13 Adam Oates (CAN)        Washington    82   18  58   76    +6   36'
14 Mats Sundin (SUE)       Toronto       82   33  41   74    -3   49'
15 Mark Recchi (CAN)       Montréal      82   32  42   74   +11   51'
16 Rod Brind'Amour (CAN)   Philadelphie  82   36  38   74    -2   54'
17 Tony Amonte (USA)       Chicago       82   31  42   73   +21   66'
18 Aleksei Yashin (RUS)    Ottawa        82   33  39   72    +6   24'
19 Brett Hull (USA)        Saint Louis   66   27  45   72    -1   26'
20 Eric Lindros (CAN)      Philadelphie  63   30  41   71   +14  134'

Meilleurs gardiens

                                            Min      %
 1 Dominik Hasek (TCH)      Buffalo        3817    93,2%
 2 Trevor Kidd (CAN)        Carolina       2685    92,2%
 3 Tom Barrasso (USA)       Pittsburgh     3542    92,2%
 4 Olaf Kölzig (ALL)        Washington     3788    92,0%
 5 Jeff Hackett (CAN)       Chicago        3441    91,7%
 6 Martin Brodeur (CAN)     New Jersey     4128    91,7%
 7 Patrick Roy (CAN)        Colorado       3835    91,6%
 8 Ed Belfour (CAN)         Dallas         3581    91,6%
 9 Byron Dafoe (CAN)        Boston         3693    91,4%
10 Chris Osgood (CAN)       Detroit        3807    91,3%

 

Les trophées

Meilleur joueur (trophée Hart) : Dominik Hasek (Buffalo).

Meilleur joueur élu par ses pairs (trophée Lester B. Pearson) : Dominik Hasek (Buffalo).

Meilleur gardien (trophée Vezina) : Dominik Hasek (Buffalo).

Meilleur défenseur (trophée Norris) : Rob Blake (Los Angeles).

Meilleur attaquant défensif (trophée Selke) : Jere Lehtinen (Dallas).

Meilleure recrue (trophée Calder) : Sergei Samsonov (Boston).

Fair-play (trophée Lady Byng) : Ron Francis (Pittsburgh).

Persévérance (trophée Masterton) : Jamie McLennan (Saint Louis).

Meilleur entraîneur (trophée Jack Adams) : Pat Burns (Boston).

Première équipe all-star : Dominik Hasek (Buffalo) ; Rob Blake (Los Angeles) - Nicklas Lidström (Detroit) ; John LeClair (Philadelphie) - Peter Forsberg (Colorado) - Jaromir Jagr (Pittsburgh).

Deuxième équipe all-star : Martin Brodeur (New Jersey) ; Chris Pronger (Saint Louis) - Scott Niedermayer (New Jersey) ; Keith Tkachuk (Phoenix) - Wayne Gretzky (New York Rangers) - Teemu Selänne (Anaheim).

Équipe-type des recrues : Jamie Storr (Los Angeles) ; Derek Morris (Calgary) - Mattias Öhlund (Vancouver) ; Sergei Samsonov (Boston) - Patrik Eliá (New Jersey) - Mike Johnson (Toronto).

 

Play-offs

Premier tour

22, 24, 26, 28, 30 avril et 2 mai 1998

New Jersey - Ottawa 1-2 a.p. (0-0,0-1,1-0,0-1)
New Jersey - Ottawa 3-1 (1-1,1-0,1-0)
Ottawa - New Jersey 2-1 a.p. (0-0,1-1,0-0,1-0)
Ottawa - New Jersey 4-3 (1-1,2-0,1-2)
New Jersey - Ottawa 3-1 (1-1,1-0,1-0)
Ottawa - New Jersey 3-1 (1-0,1-1,1-0)

La jeune équipe d'Ottawa domine dans tous les aspects du jeu, y compris dans sa marque de fabrique de New Jersey : la trappe. C'est une telle surprise que la joie s'empare des fans des Senators, qui ont soudain la réputation d'être les plus bruyants de la ligue avec leurs "Woo Hoo" (sur l'air de Song 2 de Blur). Une malédiction semble s'être abattue sur les Devils : Jason Arnott doit être opéré car son poignet a été coupé par le patin d'un coéquipier au cinquième match ; le meilleur buteur Bobby Holik - qui semblait déjà victime d'un mauvais sort depuis le début de la série - manque lui aussi le dernier match, malade après avoir mangé du poisson avarié dans un restaurant.

23, 25, 27, 29 avril, 1er et 3 mai 1998

Pittsburgh - Montréal 2-3 a.p. (1-0,1-1,0-1,1-0)
Pittsburgh - Montréal 4-1 (1-1,1-0,2-0)
Montréal - Pittsburgh 3-1 (1-1,1-0,1-0)
Montréal - Pittsburgh 3-6 (1-4,0-1,2-1)
Pittsburgh - Montréal 2-5 (0-0,0-2,2-3)
Montréal - Pittsburgh 3-0 (0-0,2-0,1-0)

Chassé au quatrième match après cinq buts en neuf tirs, Andy Moog, 38 ans, garde la confiance de l'entraîneur Alain Vigneault et termine par un blanchissage.

22, 24, 27, 29 avril et 1er mai 1998

Philadelphie - Buffalo 2-3 (0-1,0-1,2-1)
Philadelphie - Buffalo 3-2 (1-0,1-0,1-2)
Buffalo - Philadelphie 6-1 (1-0,4-0,1-1)
Buffalo - Philadelphie 4-1 (2-0,2-0,0-1)
Philadelphie - Buffalo 2-3 a.p. (0-1,1-0,1-1,0-1)

La ligne de Lindros et LeClair est mise sous l'éteignoir par une unité dédiée (Ward-Peca-Varada ; Smehlik-Zhitnik). Le jeu de puissance habituellement médiocre des Sabres se met soudain à fonctionner, et Philadelphie est alors puni sans autre forme de procès.

22, 24, 26, 28 avril, 1er et 3 mai 1998

Washington - Boston 3-1 (1-0,1-1,1-0)
Washington - Boston 3-4 a.p. (1-0,1-0,1-3,0-0,0-0,0-1)
Boston - Washington 2-3 a.p. (0-1,1-1,1-0,0-0,0-1)
Boston - Washington 0-3 (0-1,0-1,0-1)
Washington - Boston 0-4 (0-0,0-3,0-1)
Boston - Washington 2-3 a.p. (0-1,1-1,1-0,0-1)

Dans cette série à rallonge; les prolongations paraissent plus favorables aux plus jeunes jambes des Bruins. Mais au troisième match, le but gagnant de P.J. Axelsson est refusé par le juge vidéo parce que Tim Taylor est passé dans le demi-cercle du gardien. Au sixième match, Ted Donato frappe le poteau de la cage ouverte pour Boston au début de prolongation. Les Capitals l'emportent finalement par un slap de la ligne bleue de Brian Bellows. Avec l'élimination de tous les favoris, Washington est maintenant la tête de série à l'est !

 

22, 24, 26, 28, 30 avril et 2 mai 1998

Dallas - San José 4-1 (2-1,1-0,1-0)
Dallas - San José 5-2 (2-0,2-0,1-2)
San José - Dallas 4-1 (0-1,2-0,2-0)
San José - Dallas 1-0 a.p. (0-0,0-0,0-0,1-0)
Dallas - San José 3-2 (1-0,1-2,1-0)
San José - Dallas 2-3 (1-0,0-0,1-3)

D'abord disciplinés, les joueurs de Dallas sortent de leurs gonds lorsqu'ils perdent Joe Nieuwendyk, blessé au genou par la faute de Bryan Marchment au troisième match. Ils mettent du temps à retrouver le fil de leur jeu. Au match 6, Mike Keane, la dernière recrue échangée par le manager Bob Gainey en mars, réissit un doublé décisif : il égalise d'abord du revers sur un parfait service de Modano parti en contre-attaque avec lui en infériorité numérique, puis marque le but vainqueur en prolongation en étant bien démarqué par Darryl Sydor qui a feinté le lancer avant de lui passer le palet.

22, 24, 26, 28, 30 avril, 2 et 4 mai 1998

Colorado - Edmonton 2-3 (0-0,1-0,1-3)
Colorado - Edmonton 5-2 (2-0,2-1,1-1)
Edmonton - Colorado 4-5 a.p. (0-2,2-1,2-1,0-1)
Edmonton - Colorado 1-3 (1-1,0-0,0-2)
Colorado - Edmonton 1-3 (1-0,0-0,0-3)
Edmonton - Colorado 2-0 (1-0,0-0,1-0)
Colorado - Edmonton 0-4 (0-2,0-1,0-1)

Tout commence comme un duel de buteurs entre Peter Forsberg et Bill Guerin qui finiront tous deux à 6 buts. Curtis Joseph, dont le poste de titulaire était contesté avant le cinquième match, renverse totalement la situation en transformant la série en un duel de gardiens qu'il remporte haut la main face à Patrick Roy.

22, 24, 26, 28, 30 avril et 3 mai 1998

Detroit - Phoenix 6-3 (3-1,3-0,0-2)
Detroit - Phoenix 4-7 (1-2,2-4,1-1)
Phoenix - Detroit 3-2 (0-2,0-0,3-0)
Phoenix - Detroit 2-4 (1-0,0-3,1-1)
Detroit - Phoenix 3-1 (2-1,1-0,0-0)
Phoenix - Detroit 2-5 (1-1,1-3,0-1)

Les Coyotes font parler l'offensive avec 6 buts de Tocchet et 5 de Jeremy Roenick, mais leur gardien Nikolaï Khabibulin se fait une élongation à l'aine à la fin du quatrième match. C'est la doublure Jimmy Waite qui finit la série, sans rien pouvoir faire face aux Red Wings qui font parler leur profondeur de banc pour prendre le dessus : 13 buteurs différents dans la série !

23, 25, 27 et 29 avril 1998

Saint-Louis - Los Angeles 8-3 (2-1,4-0,2-2)
Saint-Louis - Los Angeles 2-1 (0-0,1-1,1-0)
Los Angeles - Saint-Louis 3-4 (2-0,1-0,0-4)
Los Angeles - Saint-Louis 1-2 (0-0,0-1,1-1)

Il reste douze minutes à jouer au troisième match et les Kings mènent 3-0. En poursuivant Sean O'Donnell en fond de zone, Geoff Courtnall heurte de plein fouet le gardien Jamie Storr dont la tête heurte la transversale. O'Donnell se retourne, comprend que son gardien a été touché, donne une charge avec la crosse dans le dos de Courtnall et le roue de coups. Il se fait expulser (Courtnall et Laperrière prennent des pénalités mineures). Pendant leurs cinq minutes de supériorité numérique, les Blues marquent quatre buts et enterrent les espoirs californiens. On apprend ensuite que le jeune Jamie Storr, qui avait pris la place du gardien titulaire Stéphane Fiset après le premier match, souffre d'une commotion. Il ne joue pas le dernier match.

 

Demi-finales de conférence

7, 9, 11, 13 et 15 mai 1998

Washington - Ottawa 4-2 (1-1,1-0,2-1)
Washington - Ottawa 6-1 (0-0,4-1,2-0)
Ottawa - Washington 4-3 (3-1,1-2,0-0)
Ottawa - Washington 0-2 (0-1,0-0,0-1)
Washington - Ottawa 3-0 (0-0,1-0,2-0)

Ottawa domine la série 169 tirs à 90, mais la différence se fait dans les cages. Les Senators ne savent pas quel titulaire désigner entre Damian Rhodes (le tombeur de New Jersey) et Ron Tugnutt (qui a toujours réussi contre Washington). Les Capitals, eux, peuvent compter sur Olaf Kölzig, l'homme au masque de Godzilla, qui ne laisse plus rien passer à la fin de la série.

8, 10, 12 et 14 mai 1998

Buffalo - Montréal 3-2 a.p. (2-0,0-0,0-2,1-0)
Buffalo - Montréal 6-3 (1-1,3-2,2-0)
Montréal - Buffalo 4-5 a.p. (2-3,2-1,0-0,0-0,0-1)
Montréal - Buffalo 1-3 (0-1,1-2,0-0)

Le Canadien aussi domine chaque match aux tirs, pour un total de 158 lancers à 98, mais se heurte à Dominik Hasek. "C'est un être humain. Il joue simplement comme Superman certains soirs", précise son coéquipier Dixon Ward à propos du gardien tchèque. Pendant ce temps, Montréal joue aux chaises musicales avec ses portiers (Moog, Thibault, Théodore) sans trouver la clé.

 

7, 9, 11, 13 et 16 mai 1998

Dallas - Edmonton 3-1 (2-0,0-1,1-0)
Dallas - Edmonton 0-2 (0-0,0-1,0-1)
Edmonton - Dallas 0-1 a.p. (0-0,0-0,0-0,0-1)
Edmonton - Dallas 1-3 (1-1,0-1,0-1)
Dallas - Edmonton 2-1 (1-0,0-0,1-1)

Les Stars voulaient leur revanche en play-offs contre les Oilers, ils la tiennent. La ligne de Modano est "sacrifiée" pour neutraliser la ligne de Weight et Guerin. D'autres joueurs peuvent se charger de l'offensive, à commencer par Benoît Hogue, qui marque un but en prolongation puis un doublé lors du déplacement à Edmonton. Cette fois, "CuJo" perd le duel de gardiens, face à Ed Belfour.

8, 10, 12, 14, 17 et 19 mai 1998

Detroit - Saint Louis 2-4 (0-1,1-0,1-3)
Detroit - Saint Louis 6-1 (1-1,3-0,2-0)
Saint Louis - Detroit 2-3 a.p. (1-1,0-1,1-0,0-0,0-1)
Saint Louis - Detroit 2-5 (0-1,2-1,0-3)
Detroit - Saint Louis 1-3 (0-0,1-3,0-0)
Saint Louis - Detroit 1-6 (0-2,0-2,1-2)

Les Blues commencent la série sans leur artilleur Al MacInnis blessé à l'aine, et au deuxième match, leur autre défenseur-vedette Chris Pronger prend un slap dans la poitrine qui provoque un bref arrêt cardiaque. Après des examens dans un hôpital de Detroit, il revient au jeu à domicile en même temps que MacInnis. Mais il manque à Saint Louis un buteur au meilleur de sa forme : Brett Hull, en fin de contrat cet été et qui n'a toujours pas resigné, ne marque plus et est hué pour la première fois en dix années par les fans des Blues. Le joueur décisif, surtout au quatrième match, portait un maillot rouge : il s'agit de Sergei Fedorov, qui avait forcé Detroit à lui accorder un bonus-record de 12 millions de dollars en cas de qualification pour la finale de Conférence 1998 (pour le conserver, les Wings devaient égaler le contrat offert par les Carolina Hurricanes qui avaient signé sans problème pour ce bonus qu'ils n'avaient aucune chance de devoir verser).

 

Finales de conférence

23, 25, 28, 30 mai, 2 et 4 juin 1998

Washington - Buffalo 0-2 (0-0,0-2,0-0)
Washington - Buffalo 3-2 a.p. (0-1,1-0,1-1,1-0)
Buffalo - Washington 3-4 a.p. (1-2,2-1,0-0,0-1)
Buffalo - Washington 0-2 (0-0,0-0,0-2)
Washington - Buffalo 1-2 (1-1,0-0,0-1)
Buffalo - Washington 2-3 a.p. (0-0,1-1,1-1,0-1)

Au match 2, Peter Bondra charge Hasek qui a quitté sa cage et le gardien tchèque se venge d'un coup de bouclier. L'incident semble changer le cours de la série. Bondra, diminué par des blessures aux tours précédents, redevient le grand buteur de Washington. Il marque en particulier le but en prolongation du match 3 d'un tir puissant à quinze mètres. Et quand un tir de Juneau de derrière la ligne bleue dévie sur le gant de Hasek et entre en lucarne au match suivant, tout le monde s'étonne : le "Dominator" n'est plus dominant. C'est pourtant Hasek et lui seul qui gagne le match 5, où Buffalo est archi-dominé. Mais il ne fait que retarder l'échéance. À la prolongation du sixième match, le défenseur Darryl Shannon perd le palet à la ligne bleue. Joe Juneau en profite et lance une action dont il sera aussi à la conclusion. Les choses sont donc claires : même si Hasek est le meilleur gardien du monde, le meilleur gardien de ces play-offs est clairement Olaf Kölzig, qui a remporté ce duel au sommet.

24, 26, 29, 31 mai, 3 et 5 juin 1998

Dallas - Detroit 0-2 (0-0,0-2,0-0)
Dallas - Detroit 3-1 (1-0,1-1,1-0)
Detroit - Dallas 5-3 (2-0,2-1,1-2)
Detroit - Dallas 3-2 (2-0,0-1,1-1)
Dallas - Detroit 3-2 a.p. (1-1,0-1,1-0,1-0)
Detroit - Dallas 2-0 (1-0,1-0,0-0)

Les Red Wings avaient choisi de se séparer du héros des précédents play-offs, le vétéran Mike Vernon (échangé à San José), parce qu'ils avaient toute confiance en Chris Osgood. Ces séries ont mis le nouveau gardien numéro 1 à rude épreuve. Il avait encaissé un tir de la ligne rouge de MacInnis contre Saint Louis, mais les fans de Detroit lui avaient montré leur confiance en scandant son nom au match suivant à domicile. L'histoire semble se répéter contre Dallas quand un palet envoyé de la zone neutre par Langenbrunner est dévié dans le filet par la crosse d'Osgood en prolongation. Le gardien de Detroit réagit par un blanchissage, et c'est finalement son vis-à-vis Ed Belfour, si bon jusque là, qui est pointé du doigt pour quelques mauvais buts dans cette série.

 

Finale (9, 11, 13 et 16 juin 1998)

Detroit - Washington 2-1 (2-0,0-1,0-0)
Detroit - Washington 5-4 a.p. (1-0,0-3,3-1,1-0)
Washington - Detroit 1-2 (0-1,0-0,1-1)
Washington - Detroit 1-4 (0-1,1-2,0-1)

Les hommes de l'ombre de Detroit sont à l'honneur au début de cette finale. Au match 1, Tomas Holmström, l'homme des duels dans les bandes qui provoque tant de fautes adverses est décisif sur les deux buts. Sur le premier but, il intercepte une passe de Gonchar pour lancer un 2 contre 1 gagnant de Brown et Kocur. Sur le second but, il sort le palet de derrière la cage puis masque Kölzig pendant le tir de Lidström. Au match 2, Kris Draper, joueur-clé de l'infériorité numérique, marque le but vainqueur en prolongation en sortant du banc pour partir droit vers le but et recevoir la passe de Martin Lapointe.

Au troisième match, c'est au tour de la star. Sergei Fedorov bat le défenseur Calle Johansson en un contre un puis marque le but vainqueur à quatre minutes de la fin. Washington ne peut plus rien faire, incapable de déverrouiller le "left-wing lock" de Detroit. Les Red Wings remportent leur deuxième Coupe Stanley d'affilée, à chaque fois en balayant leur adversaire en finale. Ils font venir Vladimir Konstantinov sur la glace dans son fauteuil roulant et lui confient la coupe.

Detroit demande et obtient que soient gravés sur la coupe les noms de Konstantinov et du masseur Sergei Mnatsakanov, victimes de graves lésions cérébrales lors d'un accident de limousine un an plus tôt. Au total, les Wings inscriront 55 noms sur la coupe, et la NHL réagira en limitant à l'avenir les requêtes à 52 noms. Précisons que si Detroit présentait une liste aussi pléthorique, c'est surtout parce qu'il y avait neuf membres de la famille du président Mike Ilitch, en leur qualité d'actionnaires...

 

Meilleur joueur des play-offs (trophée Conn-Smythe) : Steve Yzerman (Detroit Red Wings).

Meilleurs marqueurs des play-offs

                                       MJ   B   A Pts  +/-   Pén
1 Steve Yzerman (CAN)      Detroit     22   6  18  24  +10   22'
2 Sergei Fedorov (RUS)     Detroit     22  10  10  20    0   12'
3 Tomas Holmström (SUE)    Detroit     22   7  12  19   +9   16'
4 Nicklas Lidström (SUE)   Detroit     22   6  13  19  +12    8'
5 Joe Juneau (CAN)         Washington  21   7  10  17   +6    8'
6 Adam Oates (CAN)         Washington  21   6  11  17   +8    8'
7 Martin Lapointe (CAN)    Detroit     21   9   6  15   +6   20'
8 Larry Murphy (CAN)       Detroit     22   3  12  15  +12    2'
9 Vyacheslav Kozlov (RUS)  Detroit     22   6   8  14   +4   10'

 

 

La saison précédente (1996/97)

La saison suivante (1998/99)

 

Retour aux archives