NHL 1998/99

 

Classements (82 matches)

L'arrivée de la nouvelle franchise de Nashville provoque le passage de quatre à six divisions géographiques, trois par conférence.

Conférence Est

                             Pts    V   N  D     BP-BC   Diff
 1 New Jersey Devils      A  105   47  11  24   246-197  +49
 2 Ottawa Senators        N  103   44  15  23   239-179  +60
 3 Carolina Hurricanes    S   86   34  18  30   210-202  +8
 4 Toronto Maple Leafs    N   97   45   7  30   268-231  +37
 5 Philadelphia Flyers    A   93   37  19  26   231-196  +35
 6 Boston Bruins          N   91   39  13  30   214-181  +33
 7 Buffalo Sabres         N   91   37  17  28   207-176  +31
 8 Pittsburgh Penguins    A   90   37  14  30   242-221  +21
 9 Florida Panthers       S   78   30  18  34   210-228  -18
10 New York Rangers       A   77   33  11  38   217-227  -10
11 Canadiens de Montréal  N   75   32  11  39   184-209  -25
12 Washington Capitals    S   68   31   6  44   200-218  -18
13 New York Islanders     A   58   24  10  48   194-246  -52
14 Tampa Bay Lightning    S   47   19   9  54   179-292  -113

N : division nord-est ; A : division Atlantique ; S : division sud-est. Les champions de division sont classés aux trois premières places.

Les Carolina Hurricanes, en attendant que soit finie la patinoire prévue pour eux à Raleigh, jouent leur seconde saison à une heure et demie de route de là, au Coliseum de Greensboro. Cette salle de grande capacité, la deuxième plus grande des États-Unis, sonne creux. Les 'Canes ne sont pas adoptés par le public local qui a vu son équipe de ligue mineure s'en aller au profit d'une franchise de passage. Certaines affluences sont parmi les plus basses de la ligue depuis quarante ans. Les dirigeants font finalement fermer la partie supérieure des tribunes pour concentrer les spectateurs vers les places les plus chères et éviter ainsi les taches vertes de sièges vides qui avaient été moqués dans tous les médias du pays. Malgré le manque de soutien, Carolina se qualifie en bonne position pour les play-offs en profitant du nouveau découpage : il suffit d'assurer la première place de sa très faible division sud-est.

Robbie Ftorek assouplit la trappe mise en place par son prédécesseur Jacques Lemaire et New Jersey réussit à garder la première place de sa conférence tout en pratiquant un style moins étriqué. L'évènement est l'élimination de Montréal, éjecté des play-offs pour seulement la quatrième fois de son histoire, dans une adversité rendue la plus forte par le déplacement de Toronto dans la Conférence est, qui concentre trois équipes historiques dans la division nord-est (Montréal, Boston et Toronto).

Wayne Gretzky est envoyé en retraite anticipée pour la dernière saison de sa carrière avec les New York Rangers, et l'ère des grands marqueurs s'achève. Seule une équipe (Toronto) dépasse les trois buts inscrits par match. Pourtant, des règlements ont été adoptés pour défavoriser les gardiens qui dominent la ligue depuis plusieurs saisons : la ligne de but a été éloignée du fond de la patinoire, et les dimensions des équipements des portiers sont plus contrôlés.

 

Conférence Ouest

                             Pts    V   N  D     BP-BC   Diff
 1 Dallas Stars           P  114   51  12  19   236-168  +68
 2 Colorado Avalanche     N   98   44  10  28   239-205  +34
 3 Detroit Red Wings      C   93   43   7  32   245-202  +43
 4 Phoenix Coyotes        P   90   39  12  31   205-197  +8
 5 Saint Louis Blues      C   87   57  13  32   237-209  +28
 6 Anaheim Mighty Ducks   P   83   35  13  34   215-206  +9
 7 San José Sharks        P   80   31  18  33   197-191  +6
 8 Edmonton Oilers        N   78   33  12  37   230-226  +4
 9 Calgary Flames         N   72   30  12  40   211-234  -23
10 Chicago Blackhawks     C   70   29  12  41   202-248  -46
11 Los Angeles Kings      P   69   32   5  45   187-222  -35
12 Nashville Predators    C   63   28   7  47   190-261  -71
13 Vancouver Canucks      N   58   23  12  47   192-258  -66

N : division nord-ouest ; C : division centrale ; P : division Pacifique. Les champions de division sont classés aux trois premières places.

Dallas s'impose comme la meilleure équipe de la NHL. L'entraîneur Ken Hitchcock peut compter sur le plus solide duo de gardiens de la ligue (Ed Belfour et Roman Turek) pour appuyer son style défensif. Ses principaux challengers sont le tenant du titre Detroit et l'équipe du Colorado, retrouvée après un début de saison très difficile pour s'adapter à son nouveau coach Bob Hartley.

Avec son nouvel entraîneur Craig Hartsburg, Anaheim fait son retour en play-offs grâce au meilleur jeu de puissance de la ligue : il repose sur le seul vrai défenseur offensif de l'équipe, le vétéran suédois Fredrik Olausson, et sur la première ligne Kariya-Rucchin-Selänne renforcée pour l'exercice d'un quatrième attaquant, Marty McInnis. Cette unité bénéficie à plein des qualités de sniper de Teemu Selänne, auteur de 25 buts en supériorité.

 

Meilleurs marqueurs de la saison régulière

                                         MJ    B   A  Pts   +/-   Pén
 1 Jaromír Jágr (TCH)      Pittsburgh    81   44  83  127   +17   66'
 2 Teemu Selänne (FIN)     Anaheim       75   47  60  107   +18   30'
 3 Paul Kariya (CAN)       Anaheim       82   39  62  101   +17   40'
 4 Peter Forsberg (SUE)    Colorado      78   30  67   97   +27  108'
 5 Joe Sakic (CAN)         Colorado      73   41  55   96   +23   29'
 6 Aleksei Yashin (RUS)    Ottawa        82   44  50   94   +26   54'
 7 Eric Lindros (CAN)      Philadelphie  71   40  53   93   +35  120'
 8 Theoren Fleury (CAN)    Calg./Colo.   75   40  53   93   +26   86'
 9 John LeClair (USA)      Philadelphie  76   43  47   90   +36   30'
10 Pavol Demitra (SVK)     Saint Louis   82   37  52   89   +13   16'
11 Mats Sundin (SUE)       Toronto       82   31  52   83   +22   58'
12 Martin Straka (TCH)     Pittsburgh    80   35  48   83   +12   26'
13 Mike Modano (USA)       Dallas        77   34  47   81   +29   44'
14 Jason Allison (CAN)     Boston        82   23  53   76    +5   68'
15 Tony Amonte (USA)       Chicago       82   44  31   75     0   60'
16 Steve Yzerman (CAN)     Detroit       80   29  45   74    +8   42'
17 Luc Robitaille (CAN)    Los Angeles   82   39  35   74    -1   54'
18 Rod Brind'Amour (CAN)   Philadelphie  82   24  50   74    +3   47'
19 Steve Thomas (CAN)      Toronto       78   28  45   73   +26   33'
20 Petr Sykora (TCH)       New Jersey    80   29  48   72   +16   22'

Meilleurs gardiens

                                            Min      %
 1 Dominik Hasek (TCH)      Buffalo        3817    93,7%
 2 Byron Dafoe (CAN)        Boston         4001    92,6%
 3 Ron Tugnutt (CAN)        Ottawa         2508    92,5%
 4 Nikolaï Khabibulin (RUS) Phoenix        3657    92,3%
 5 Arturs Irbe (LET)        Carolina       3643    92,3%
 6 Guy Hebert (USA)         Anaheim        4083    92,2%
 7 Steve Shields (CAN)      San José       2162    92,1%
 8 Patrick Roy (CAN)        Colorado       3648    91,7%
 9 Jamie Storr (CAN)        Los Angeles    1525    91,6%
10 Roman Turek (TCH)        Dallas         1382    91,5%

 

Les trophées

Meilleur joueur (trophée Hart) : Jaromir Jagr (Pittsburgh).

Meilleur joueur élu par ses pairs (trophée Lester B. Pearson) : Jaromir Jagr (Pittsburgh).

Meilleur gardien (trophée Vezina) : Dominik Hasek (Buffalo).

Meilleur défenseur (trophée Norris) : Al MacInnis (Saint Louis).

Meilleur attaquant défensif (trophée Selke) : Jere Lehtinen (Dallas).

Meilleure recrue (trophée Calder) : Chris Drury (Colorado).

Fair-play (trophée Lady Byng) : Wayne Gretzky (New York Rangers).

Persévérance (trophée Masterton) : John Cullen (Tampa Bay).

Meilleur entraîneur (trophée Jack Adams) : Jacques Martin (Ottawa).

Première équipe all-star : Dominik Hasek (Buffalo) ; Al MacInnis (Saint Louis) - Nicklas Lidström (Detroit) ; Paul Kariya (Anaheim) - Peter Forsberg (Colorado) - Jaromir Jagr (Pittsburgh).

Deuxième équipe all-star : Byron Dafoe (Boston) ; Éric Desjardins (Philadelphie) - Ray Bourque (Boston) ; John LeClair (Philadelphie) - Aleksei Yashin (Ottawa) - Teem Selänne (Anaheim).

Équipe-type des recrues : Jamie Storr (Los Angeles) ; Sami Salo (Ottawa) - Tom Poti (Edmonton) ; Milan Hejduk (Colorado) - Chris Drury (Colorado) - Marian Hossa (Ottawa).

 

Play-offs

Premier tour

22, 24, 25, 27, 30 avril, 2 et 4 mai 1999

New Jersey - Pittsburgh 3-1 (1-1,1-0,1-0)
New Jersey - Pittsburgh 1-4 (0-1,0-2,1-1)
Pittsburgh - New Jersey 4-2 (1-1,0-1,3-0)
Pittsburgh - New Jersey 2-4 (1-2,1-1,0-1)
New Jersey - Pittsburgh 4-3 (1-0,1-2,2-1)
Pittsburgh - New Jersey 3-2 a.p. (0-1,1-0,1-1,1-0)
New Jersey - Pittsburgh 2-4 (0-0,1-3,1-1)

Lorsque Jaromir Jagr se blesse à l'aine au premier match, la série semble finie. Mais le Tchèque revient au match 6, égalise à deux minutes de la fin, marque le but de la victoire en prolongation. "Sans lui, nous étions fichus", résume l'entraîneur Kevin Constantine. Deux jours plus tard, les Penguins marquent 4 fois en 13 tirs sur Martin Brodeur : le favori de l'est New Jersey est éliminé d'entrée pour la seconde année consécutive.

21, 23, 25 et 27 avril 1999

Ottawa - Buffalo 1-2 (1-1,0-1,0-0)
Ottawa - Buffalo 2-3 a.p. (0-1,2-0,0-1,0-0,0-1)
Buffalo - Ottawa 3-0 (1-0,2-0,0-0)
Buffalo - Ottawa 4-3 (2-0,1-2,1-1)

Ottawa domine chaque match aux tirs, souvent largement, mais bute irrémédiablement sur le gardien tchèque Dominik Hasek. Le capitaine des Senators, Aleksei Yashin, n'a marqué aucun point.

22, 24, 26, 28, 30 avril, 2 et 6 mai 1999

Carolina - Boston 0-2 (0-0,0-0,0-2)
Carolina - Boston 3-2 a.p. (0-0,1-1,1-1,1-0)
Boston - Carolina 2-3 (1-1,1-1,0-1)
Boston - Carolina 4-1 (0-1,1-0,3-0)
Carolina - Boston 3-4 a.p. (1-0,1-0,1-3,0-0,0-1)
Boston - Carolina 2-0 (1-0,1-0,0-0)

Déjà auteur de dix blanchissages en saison régulière, le gardien Byron Dafoe n'a pas l'intention que la meilleure saison de sa carrière s'arrête là. Il en ajoute deux dans cette série qui a basculé sur une échappée gagnante d'Anson Carter après 35 minutes de prolongation.

22, 24, 26, 28, 30 avril et 2 mai 1999

Toronto - Philadelphie 0-3 (0-1,0-1,0-1)
Toronto - Philadelphie 2-1 (0-1,0-0,2-0)
Philadelphie - Toronto 1-2 (1-1,0-1,0-0)
Philadelphie - Toronto 5-2 (2-2,2-0,1-0)
Toronto - Philadelphie 2-1 a.p. (1-1,0-0,0-0,1-0)
Philadelphie - Toronto 0-1 (0-0,0-0,0-1)

La meilleure attaque de la ligue - Toronto - se qualifie en marquant seulement 9 fois en 6 parties, grâce essentiellement au gardien Curtis Joseph, l'agent libre qui a totalement transformé les Leafs cette saison en leur donnant une stabilité devant le filet. Sergei Berezin marque le but décisif à une minute de la fin du sixième match.

 

21, 23, 25 et 27 avril 1999

Dallas - Edmonton 2-1 (0-0,0-1,2-0)
Dallas - Edmonton 3-2 (1-0,0-0,2-2)
Edmonton - Dallas 2-3 (1-0,0-0,1-3)
Edmonton - Dallas 2-3 (0-0,1-1,1-1,0-0,0-0,0-1)

Blessé au genou un an plus tôt, Joe Nieuwendyk se réjouit de revivre les play-offs et marque deux buts décisifs de suite pour qualifier Dallas, dont un après plus de 117 minutes de jeu.

24, 26, 28, 30 avril, 1er et 3 mai 1999

San José - Colorado 1-3 (0-1,0-1,1-1)
San José - Colorado 1-2 a.p. (0-0,0-0,1-1,0-1)
Colorado - San José 2-4 (0-1,1-0,1-3)
Colorado - San José 3-7 (1-0,2-3,0-4)
Colorado - San José 6-2 (1-0,4-0,1-2)
San José - Colorado 2-3 a.p. (0-0,1-1,1-1,0-1)

La série est retardée de trois jours par rapport aux dates prévues, en hommage aux victimes de la fusillade du lycée Columbine dans le Colorado. Peu importe pour l'Avalanche, qui a eu plus de réussite à l'extérieur qu'à domicile cette saison. Elle gagne toutes les rencontres en Californie, dont deux par des buts en prolongation du rookie Milan Hejduk.

21, 23, 25 et 27 avril 1999

Detroit - Anaheim 5-3 (2-1,2-1,1-1)
Detroit - Anaheim 5-1 (4-0,0-1,1-0)
Anaheim - Detroit 2-4 (2-1,0-2,0-1)
Anaheim - Detroit 0-3 (0-1,0-1,0-1)

Steve Yzerman est toujours étincelant en play-offs avec cinq buts, et Anaheim est balayé.

22, 24, 25, 27, 30 avril, 2 et 4 mai 1999

Phoenix - Saint-Louis 1-3 (0-1,0-1,1-1)
Phoenix - Saint-Louis 4-3 a.p. (0-1,1-1,2-1,1-0)
Saint-Louis - Phoenix 4-5 (0-3,2-1,2-1)
Saint-Louis - Phoenix 1-2 (0-0,1-2,0-0)
Phoenix - Saint-Louis 1-2 a.p. (0-0,1-0,0-1,0-1)
Saint-Louis - Phoenix 5-3 (2-1,1-2,2-0)
Phoenix - Saint-Louis 0-1 a.p. (0-0,0-0,0-0,0-1)

Revenu au jeu début mars après sa troisième opération du genou, le vieux gardien Grant Fuhr (36 ans) se fait chasser au troisième match après trois buts en huit tirs. Mais le vétéran garde confiance et les Blues remportent les trois dernières parties pour s'imposer sur un but de Pierre Turgeon en prolongation.

 

Demi-finales de conférence

7, 9, 11, 13, 15 et 17 mai 1999

Toronto - Pittsburgh 0-2 (0-1,0-0,0-1)
Toronto - Pittsburgh 4-2 (2-0,1-1,1-1)
Pittsburgh - Toronto 4-3 (0-0,2-3,2-0)
Pittsburgh - Toronto 2-3 a.p. (1-0,0-1,1-1,0-1)
Toronto - Pittsburgh 4-1 (2-0,1-1,1-0)
Pittsburgh - Toronto 3-4 a.p. (2-0,1-3,0-0,0-1)

Les Maple Leafs se qualifient sur un but en prolongation de l'ailier physique Garry Valk, un joueur que Pittsburgh avait choisi de ne pas conserver l'été précédent...

6, 9, 12, 14, 16 et 18 mai 1999

Boston - Buffalo 4-2 (1-0,2-1,1-1)
Boston - Buffalo 1-3 (0-1,0-1,1-1)
Buffalo - Boston 3-2 (1-2,0-0,2-0)
Buffalo - Boston 3-0 (0-0,2-0,1-0)
Boston - Buffalo 5-3 (1-1,3-0,1-2)
Buffalo - Boston 3-2 (2-1,1-0,0-1)

Les Sabres font mentir leur réputation d'équipe défensive qui sait avant tout préserver le score. Au troisième match, elle est menée 1-2 et n'a tiré que sept fois après deux périodes, avant de déchaîner la poudre au retour des vestiaires : 18 tirs et 2 buts. Boston ne reviendra pas.

 

6, 8, 10, 12, 15 et 17 mai 1999

Dallas - Saint Louis 3-0 (1-0,1-0,1-0)
Dallas - Saint Louis 5-4 a.p. (1-1,2-3,1-0,1-0)
Saint Louis - Dallas 3-2 a.p. (0-1,1-0,1-1,1-0)
Saint Louis - Dallas 3-2 a.p. (0-1,2-0,0-1,1-0)
Dallas - Saint Louis 3-1 (2-0,1-1,0-0)
Saint Louis - Dallas 1-2 a.p. (0-0,1-0,0-1,0-1)

Saint Louis avait été indissociable pendant dix ans de sa star Brett Hull, mais n'avait pas trouvé d'accord sur son contrat : les deux parties étaient proches financièrement, mais les Blues refusaient d'introduire une clause de non-échange. Hull a donc choisi de signer à Dallas, avec comme objectif de gagner la Coupe Stanley. Pour cela, ce pur buteur s'est même efforcé d'améliorer son jeu sans palet. Lors de ces retrouvailles contre son ancienne équipe, "Golden Brett" débloque son compteur dès le premier match et finit par offrir à Mike Modano le but vainqueur en prolongation.

7, 9, 11, 13, 16 et 18 mai 1999

Colorado - Detroit 2-3 a.p. (2-1,0-1,0-0,0-1)
Colorado - Detroit 0-4 (0-1,0-1,0-2)
Detroit - Colorado 3-5 (1-2,1-3,1-0)
Detroit - Colorado 2-6 (0-1,0-2,2-3)
Colorado - Detroit 3-0 (1-0,2-0,0-0)
Detroit - Colorado 2-5 (0-1,2-3,0-1)

Chris Osgood, le gardien de Detroit, s'est blessé au genou. C'est pour parer à cette éventualité que les Red Wings avaient recruté Bill Ranford comme doublure en mars. Le vétéran réussit deux très belles performances à l'extérieur... mais se rate à domicile où il se fait sortir deux fois du match. Le retour d'Osgood ne change rien, Colorado est lancé et réussit l'exploit d'éliminer le double champion en titre après une fantastique remontée.

 

Finales de conférence

23, 25, 27, 29 et 31 mai 1999

Toronto - Buffalo 4-5 (1-2,2-1,1-2)
Toronto - Buffalo 6-3 (2-0,1-1,3-2)
Buffalo - Toronto 4-2 (0-1,3-1,1-0)
Buffalo - Toronto 5-2 (1-0,4-0,0-2)
Toronto - Buffalo 2-4 (0-0,2-2,0-2)

Coup de tonnerre juste avant le premier match : Dominik Hasek, qui souffre de douleurs à l'aine, n'est pas aligné et doit céder la place à Dwayne Roloson. La série prend alors des proportions plus offensives que prévu, mais Toronto n'en profite pas. Une fois Hasek revenu au troisième match, les Sabres déroulent avec le plein de confiance.

22, 24, 26, 28, 30 mai, 1er et 4 juin 1999

Dallas - Colorado 1-2 (1-0,0-1,0-1)
Dallas - Colorado 4-2 (1-1,1-1,2-0)
Colorado - Dallas 0-3 (0-0,0-1,0-2)
Colorado - Dallas 3-2 a.p. (2-0,0-1,0-1,1-0)
Dallas - Colorado 5-7 (2-2,1-2,2-3)
Colorado - Dallas 1-4 (1-0,0-1,0-3)
Dallas - Colorado 4-1 (1-0,2-0,1-1)

La jeunesse de Colorado semble avoir l'avantage : Peter Forsberg est fantastique, et même pendant que Hejduk est blessé à l'épaule, l'autre débutant-vedette, Chris Drury, marque deux buts décisifs qui portent son total à quatre (record de son coéquipier Claude Lemieux égalé). Mais l'expérience de Dallas sort finalement gagnante, avec un doublé au dernier match de Mike Keane, qui compte déjà deux Coupes Stanley au compteur (une en 1993 avec Montréal et une en 1996 avec... Colorado).

 

Finale (8, 10, 12, 15, 17 et 19 juin 1999)

Dallas - Buffalo 2-3 a.p. (1-0,0-0,1-2,0-1)
Dallas - Buffalo 4-2 (0-0,1-1,3-1)
Buffalo - Dallas 1-2 (0-0,1-1,0-1)
Buffalo - Dallas 2-1 (1-1,1-0,0-0)
Dallas - Buffalo 2-0 (0-0,1-0,1-0)
Buffalo - Dallas 1-2 a.p. (0-1,1-0,0-0,0-0,0-0,0-1)

Les deux meilleures défenses de la ligue se retrouvent en finale. "Ce ne sera pas une série pour la télévision", prévient Ken Hitchcock, l'entraîneur de Dallas. Son équipe entraîne Buffalo dans un défi physique mais doit beaucoup suer pour venir à bout de Dominik Hasek. Les joueurs-clés sont blessés mais décisifs. Mike Modano, avec un poignet dans le plâtre depuis une semaine, signe deux superbes actions pour amener les deux buts au match 5. Et enfin, Brett Hull, malgré une élongation musculaire à l'aine, marque le but du titre au bout du suspense (114'51") en prenant son propre rebond.

Il s'agit du but le plus controversé de l'histoire de la Coupe Stanley. Brett Hull a en effet un patin dans le demi-cercle du gardien, ce que le règlement d'alors interdit dès lors que le palet n'y est pas. Après avoir vu le ralenti, les joueurs de Buffalo veulent revenir sur la glace. Les joueurs de Dallas admettent avoir vu un patin en zone mais notent qu'on ne peut plus refaire le match Le directeur de l'arbitrage de la NHL, Bryan Lewis, déclarera que, en tirant deux fois et en poussant le palet du patin, Hull a gardé le contrôle du palet tout au long de la séquence. Des buts similaires avaient été refusés en saison régulière par le juge vidéo... mais pas en finale, alors que les vainqueurs ont déjà jeté gants et crosses sur la glace et sont en train de célébrer la Coupe Stanley. Dans l'été qui suivra, la NHL abolira cette règle trop stricte sur le passage en zone du gardien, et elle supprimera aussi cette violation comme motif de recours à la vidéo. Ce but restera à jamais dans la gorge des fans de Buffalo.

Les Stars, eux, fêtent leurs héros : Brett Hull, buteur sur un genou et avec deux muscles déchirés à l'aine, Joe Nieuwendyk, auteur de six buts gagnants dans ces séries, l'attaquant défensif Jere Lehtinen et ses 10 buts en play-offs, le gardien Ed Belfour qui a prouvé à ses détracteurs qu'il était capable de livrer ses meilleures performances aux moments-clés, et le capitaine Derian Hatcher qui n'a pas laissé les attaquants adverses s'approcher de la cage.

 

Meilleur joueur des play-offs (trophée Conn-Smythe) : Joe Nieuwendyk (Dallas Stars).

Meilleurs marqueurs des play-offs

                                        MJ   B   A Pts  +/-   Pén
1 Peter Forsberg (SUE)      Colorado    19   8  16  24   +7   31'
2 Mike Modano (USA)         Dallas      23   5  18  23   +6   16'
3 Joe Nieuwendyk (CAN)      Dallas      23  11  10  21   +7   19'
4 Joe Sakic (CAN)           Colorado    19   6  13  19   -2    8'
5 Jamie Langenbrunner (CAN) Dallas      23  10   7  17   +7   16'
6 Theoren Fleury (CAN)      Colorado    18   5  12  17   -2   20'
7 Mats Sundin (SUE)         Toronto     17   8   8  16   +2   16'
8 Brett Hull (USA)          Dallas      22   8   7  15   +3    4'
9 Martin Straka (TCH)       Pittsburgh  13   6   9  15    0    6'

 

 

La saison précédente (1997/98)

La saison suivante (1999/2000)

 

Retour aux archives