Juin 2019 : anecdotes

 

Franchissement de ligne blanche

La vidéo - vieille d'un an - publiée après le championnat du monde, montrant un Evgeni Kuznetsov indifférent qui regardait son téléphone devant une table basse oł figuraient des lignes blanches de cocaïne, a vite été rangée au placard par les instances puisqu'elles ne présentaient rien de répréhensible.

En revanche, une vidéo beaucoup plus explicite secoue en ce moment le hockey norvégien après avoir été publiée dans les médias nationaux : on y voit un joueur (au visage flouté) "sniffer" ce que l'on suppose être de la cocaïne tour à tour sur les fesses de deux femmes allongées sur un lit. Il s'agirait d'un hockeyeur ayant déjà été sélectionné en équipe de Norvège, mais la fédération embarrassée renvoie le problème à son employeur, son club... dont il se dit que ce n'est pas la première incartade auquel il est confronté. Au point que les médias posent la question : une "culture" de l'orgie n'imprègne-t-elle pas le hockey norvégien ?

Le trophée maudit

De la débauche (légale), le trophée du champion ECHL, la Kelly Cup, y a été confronté à ses dépens puisque, photographié dans un club de striptease de St John's (Saint-Jean de Terre-Neuve), il avait perdu la coupe qui le surplombait, et que l'on voyait encore sur la photo de droite prise un peu plus tôt alors que les membres des Growlers fêtaient leur récent titre. Ce trophée commence à être considéré comme maudit : il était en effet neuf, puisque les Colorado Eagles, champions 2018 (passés entre-temps en AHL), avaient tout simplement refusé de rendre le précédent trophée (!) comme l'avait révélé - dépité - l'homme qui a donné son nom à cette coupe, l'ancien président de la ligue Patrick Kelly.

 

 

Les citations du mois

"On s'est arrêté de travailler. Le hockey va à une telle vitesse que tu ne peux pas te reposer un ou deux ans. On ne peut plus réaliser de miracles contre les grosses nations. C'est fini, elles sont loin devant. Les autres ont continué à bosser et voilà. [...] Tout le monde est coupable : FFHG, joueurs, clubs. Ceux qui ne l'ont pas vu venir sont des menteurs. [...] On dit qu'il nous manquait les quatre fantastiques. Certes, mais si tu n'es pas capable de t'en passer, c'est qu'il y a un réel problème de profondeur de banc. C'est l'arbre qui cache la forêt. Moi-même, je ne suis pas un joueur de niveau international."

Anthony Guttig commentant la relégation de l'équipe de France dans le Bien Public.


"En Allemagne tout est secret, quand on demande à un entraîneur quels exercices il fait faire. À la question Puis-je copier tes plans d'entraînement, 80% des entraîneurs ne les donnent pas, surtout ceux des gros clubs. Je l'ai déjà vécu. Au Canada, en Suède ou aux États-Unis, ce n'est pas un problème, ils ont même leurs plans d'entraînement sur internet. Nous sommes encore en retard."

Oliver Häusler, "entraîneur de jeunes de l'année" en Allemagne et récemment engagé comme responsable du hockey mineur par Rosenheim, dans Eishockey News.

 

 

Le mois précédent (mai 2019)

 

Retour au sommaire