Bordeaux ouvre une nouvelle ère sans Bozon

 

Parti entraîner les Bleus, Philippe Bozon laisse les Boxers de Bordeaux sur quatre saisons plutôt réussies en termes d’évolution du club et de présence dans les moments importants. Seul regret pour le nouveau sélectionneur, pas de titre, ni même de finale. Bloqués en demi-finales de Ligue Magnus et de coupe de France deux saisons de suite, les Bordelais ont sans doute atteint un plafond sportif.


 

Changement de coach et de philosophie

Le choix du club s’est porté presque tout naturellement sur l’ancien coach de l’Hormadi, Olivier Dimet. Gros travailleur, excellent formateur, et personnage reconnu dans l’Hexagone, il débarque donc en Gironde avec le sentiment de pouvoir exercer son métier à un cran légèrement supérieur à ce qu’il a pu connaître dans le Pays Basque. Les dirigeants de l’Hormadi sont bien conscients que cela consistait malgré tout une belle opportunité pour leur ancien coach. Olivier Dimet arrive avec des idées neuves, un jeu basé sur un esprit offensif et direct, une mentalité portée sur le collectif, et un staff agrémenté d’un préparateur physique à l’année (Brice Lefébure) pour modeler ses joueurs et gérer leurs pics de forme, ce que Bordeaux n’avait pas jusqu’alors.

Le discours est en tous les cas passé positivement, puisque plusieurs cadres ont décidé de rester malgré un staff moins clinquant. Ceux qui ne joueront plus sous les couleurs girondines l’an prochain, sont partis surtout pour des raisons financières. Oui, Bordeaux est malgré tout sous surveillance. Victimes d’un retrait de neuf points en Ligue Magnus la saison dernière, les Boxers ont bataillé ferme pour se replacer en vue des playoffs, niveau somme toute atteint pour se faire sortir en quarts par les Gothiques d’Amiens. Cette saison, si le déficit annoncé est toujours présent, il a été réduit, et si la situation reste négative, elle est bien moins préoccupante pour la direction bordelaise sous la houlette d’un Thierry Parienty déterminé à continuer les efforts fournis depuis un an et demi.

Les instances ont quand même souhaité marquer le coup en retirant trois points (plus trois avec sursis) aux Boxers, mais vu le contexte actuel en Magnus, et surtout l’éjection des Lions de Lyon, la sentence est embêtante mais pas dramatique. Prouvant que le club a compris le message, la gestion de l’effectif, des dépenses, et des recettes a été revue pour que des efforts soient faits dans tous les secteurs.

Se rendant compte de certains trous dans les recettes de billetterie à cause de quelques matchs attirant moins de monde, les dirigeants bordelais ont souhaité demander quelques ajustements sur le calendrier, pour avoir plusieurs matchs le week-end à des horaires intéressants pour les familles, et ont repensé la tarification à Mériadeck. Ils se sont aussi rapprochés des abonnés en créant des événements autour de l’équipe et une application mobile, et ont développé la partie merchandising en ajoutant des produits dérivés et en ouvrant une boutique à la patinoire.


 

Une voilure réduite mais un effectif homogène

Sportivement, la question se pose donc de la qualité de l’effectif bordelais. Il a bien fallu qu’il y ait des départs. S’ils souhaitaient rester, les Andrew Johnston ou Adam Hughesman n’ont pas été reconduits par soucis financiers, tandis que Peter Valier, Aziz Baazi, Hugo Gallet ou Jakub Melisko se sont envolés pour des grosses cylindrées de Ligue Magnus ou à l’étranger. La profondeur de l’effectif a été soignée avec les signatures de Bostjan Golicic, Mathias Arnaud et le retour de Félix Petit, ou les apparitions de plus en plus fréquentes de certains U20.

La politique du pôle espoir a d’ailleurs été renforcée avec un staff dédié aux U20 (Julien Desrosiers en tête de liste) dont le développement est devenu une priorité au club, tout comme celui des U17 nationaux. L’accent est clairement mis sur la formation, et Olivier Dimet semble être un candidat idéal pour exploiter ces ressources-là.

En somme, sagesse, formation, et une philosophie offensive sont à l’ordre du jour au club. Le projet Dimet est ambitieux, mais en respectant une trame autour de la maîtrise des dépenses sans extravagances. Les matchs de préparation ont montré de réelles velléités en attaque avec beaucoup de buts marqués (18 buts marqués contre 14 encaissés en 5 matchs) et des parties enlevées face à Anglet, Angers ou même une équipe canadienne battue par deux fois.

Sur le papier, une équipe plutôt équilibrée se présente donc, avec un bon duo de gardiens qui sera dans la lancée de la saison dernière. Avec les soucis physiques de Clément Fouquerel, il est possible que Julien Junca vienne le remplacer régulièrement dans les cages. ses pourcentages d’arrêts sont excellents et il mérite clairement d’être vu et revu à ce niveau.

En défense, deux Canadiens arrivent. Félix-Antoine Poulin aurait déjà dû venir en France en 2016, il avait signé à Brest au printemps avant l'imbroglio de l'auto-rétrogradation de Briec Bounoure. Il avait alors rejoint la Grande-Bretagne avec grand succès, signant 50 points en 51 matches à Dundee avec une place dans la deuxième équipe-étoile de l'EIHL à la clé. Fils d'un médaillé de bronze olympique de curling, Mitch Ferguson a commencé le hockey à 3 ans et a été élu MVP du tournoi final de sa conférence en NCAA division III après avoir mis deux buts dont le but gagnant - un tir masqué à 4 contre 4 - en finale. Il a accumulé des points un peu partout, même pendant sa pige de fin de saison en ECHL. Tous deux sont donc des défenseurs au profil offensif.

Les arrières français auront donc des missions plus défensives. Maxime Moisand n'inscrit plus de but depuis deux ans, parce qu'il utilise bien moins son lancer à Bordeaux qu'il ne le faisait à Épinal, mais il a tout même un rôle de soutien offensif par sa capacité à passer la ligne bleue en contrôle. Quant à Jonathan Janil, il reste le défenseur bordelais le plus efficace dans sa zone défensive. Ils seront épaulés par Aďna Rambelo et Jules Lefebvre. Il n'y a plus besoin que de six défenseurs cette année en Ligue Magnus mais des recours sont possibles. Même si sa reconversion en centre défensif s'est bien passée, François Paquin jouera où il le faudra pour le besoin de l'équipe. Après avoir accumulé de l'expérience en senior pendant son prêt à Limoges, Bastien Lemaître tentera de glaner des minutes en équipe première.

Offensivement, la grosse arrivée est l'ex-Grenoblois Bostjan Golicic. Capable d’atteindre la vingtaine de buts et la cinquantaine de points en saison, il a manqué presque tout le dernier championnat après une blessure au poignet, mais son retour sous le maillot de la Slovénie pour le Mondial de division IA laisse augurer qu'il a retrouvé ses capacités. Il va apporter son expérience et devrait truster une première ligne qui pourrait aussi voir le Canadien Alexandre Ranger qui voguait jusque là entre l’ECHL et l’AHL américaines. La colonie québécoise - au sein de laquelle Jonathan Lessard est toujours présent - s'enrichit également de Charles-Eric Légaré et du retour de Félix Petit, qui était rentré au Québec après trois saisons bordelaises de 2015 à 2018. Loďk Poudrier, le meilleur marqueur d'Anglet, arrive dans les valises de Dimet.

Les Boxers ont également recruté Matthias Arnaud, excellent joueur de "fond d'alignement" à Grenoble, qui viendra sans doute avec un rôle moins défensif à Bordeaux, mais en apportant tout le vécu de son expérience iséroise. Victor Barbero, qui a marqué son premier but en équipe de France l'an passé pour son retour au pays, et Alexandre Mulle, solide dans les deux sens du jeu, seront également de l’aventure et auront pour charge d’encadrer les prometteurs Robin Colomban (ex-Gap) et Jules Gallet (ex-Marseille) et d’encourager la progression de Julien Guillaume et l'intégration de Vince Tartari (U20).

Si les Boxers n’ont donc pas de star comme peuvent avoir Grenoble ou Rouen, l’équipe est homogène, et le système Dimet aura de quoi tirer le meilleur de tous ces gens-là. Si les statistiques et autres projections Magnus Corsi prévoient Bordeaux au cinquième rang derrière Rouen, Grenoble, Amiens et Angers, preuve en est du souci des instances bordelaises de couvrir le déficit tout en restant performants.

Le redressement financier du club avançant également, l’heure est donc à l’optimisme sur les bords de Garonne, gage que la mayonnaise peut prendre, avec, qui sait, une possible découverte de Bercy en début d’année 2020 ?

Pierre Gouguet

 

 

Effectif :

Gardiens

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2018/19  MJ   Min   Moy.     %
20 FOUQUEREL Clément     04/08/1990  185  82  Cherbourg         Bordeaux     FRA-1   45  1128   2,79   90,4%
33 JUNCA Julian          15/02/1998  197  93  JFL  (Fra.-Esp.)  Bordeaux     FRA-1   13   503   2,39   91,7%

Défenseurs

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2018/19  MJ   B   A Pts   +/-  Pén
 3 JANIL Jonathan        24/09/1987  190  95  Caen              Bordeaux     FRA-1   47   6   9  15   +10  70'
 5 LEMAITRE Bastien      24/01/2001  182  69  Bordeaux          Bordeaux     FRA-1    1   0   0   0    0    0'
                                                                Limoges      FRA-3   14   0   2   2        22'
 6 FERGUSON Mitch        29/03/1994  183  82        (Canadien)  SUNY-Geneseo NCAA3   29   9  27  36        12'
                                                                Norfolk      ECHL     3   0   2   2   +5    0'
22 LEFEBVRE Jules        22/04/1999  182  76  Rouen             Bordeaux     FRA-1   31   0   0   0    0    0'
44 POULIN Félix-Antoine  13/09/1990  188  92        (Canadien)  Manchester   GBR-1   48   5  18  23   -8   24'
76 RAMBELO Aina          31/01/1991  181  91  Bordeaux          Bordeaux     FRA-1   51   1   6   7   -1   26'
90 MOISAND Maxime        11/06/1990  177  78  Grenoble          Bordeaux     FRA-1   46   0  10  10   +3   10'

Attaquants

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2018/19  MJ   B   A Pts   +/-  Pén
 9 RANGER Alexandre      18/08/1995  180  82        (Canadien)  O./Ja./Allen  ECHL   39   7  11  18   -3   51'
10 PETIT Félix           27/08/1988  174  77        (Canadien)  Thetf. Mines  LNAH   45   9  24  33   -1   20'
11 MULLE Alexandre       11/05/1989  181  81  Rouen             Bordeaux     FRA-1   51  10  16  26   +11  30'
13 GUILLAUME Julien      30/04/1996  182  76  Besançon          Bordeaux     FRA-1   49   7   3  10    0   57'
16 LÉGARÉ Charles-Éric   02/06/1994  178  81        (Canadien)  Concordia    CAN-U   29  14   9  23        22'
                                                                Maine        ECHL     2   1   0   1   +1    0'
24 BARBERO Victor        29/06/1991  175  82  Limoges           Bordeaux     FRA-1   42   9  18  27   +1   40'
26 GALLET Jules          04/07/2000  187  85  Amiens            Gap          FRA-1   12   0   0   0    0   12'
                                                                Marseille    FRA-2   16   1   6   7   +2   69'
27 POUDRIER Loďk         07/07/1992  174  75        (Canadien)  Anglet       FRA-1   46  21  25  46   +30   0'
38 GOLICIC Boštjan       12/06/1989  183  90         (Slovène)  Grenoble     FRA-1    4   2   2   4    0    2'
55 PAQUIN François       11/03/1989  179  81        (Canadien)  Bordeaux     FRA-1   42   2   4   6   +1    8'
72 COLOMBAN Robin        18/11/1997  189  80  Briançon          Gap          FRA-1   38   7  11  18   +3    4'
73 TARTARI Vince         11/03/2001  185  71  Bordeaux          Bordeaux     FRA-1    8   0   0   0   -1    2'
                                                                Limoges      FRA-3   13   2   2   4         2'
91 ARNAUD Mathias        29/12/1986  171  83  Viry              Grenoble     FRA-1   59   9   8  17   +10  81'
97 LESSARD Jonathan      22/02/1991  185  84        (Canadien)  Bordeaux     FRA-1   43  10  15  25   -9   97'

Entraîneur : Olivier Dimet (48 ans).

Partis : Jakub Melisko (D, 2+4, Gap), Tanguy Auger (D, 1+1, Nantes, FRA-2), Andrew Johnston (A, 16+28, Coventry, GBR), Peter Valier (A, 15+22, Grenoble), Adam Hughesman (A, 17+14, Manchester, GBR), Matthias Terrier (A, 13+12, Chamonix), Tanner Glass (A, 6+11, arrêt), Masime Sauvé (A, 2+8, arrêt), Teemu Loizeau (A, 1+7, Mulhouse).

 

Revoir la présentation 2018/19

 

 

Retour à la Ligue Magnus 2019/20