Gap a conscience des réalités

 

Cette fois, c'est sûr, Gap en a terminé avec la collaboration avec Luciano Basile. Pour rappel, son départ avait déjà été annoncé en conférence de presse par le président Escallier il y a deux ans avant un revirement dans les discussions quelques mois plus tard. C'est le contraire qui s'est produit en avril 2019 : huit jours après un communiqué annonçant sa reconduction, les Rapaces se sont séparés de l'emblématique entraîneur canadien. La réalité économique est passée par là et le club a décidé de tourner la page tout en réorientant les priorités.

Le manager Sébastien Oprandi l'a expliqué à Hockey Archives : "On perd de l'argent chaque année. On le comprend mieux à cette époque de l'année car on constate que des clubs ne passent pas le cut chaque saison. Il ne faut pas penser que cela ne concerne que les autres. On a encore présenté un bilan négatif la saison dernière, qui se cumule avec le précédent, malgré l'accès en demi-finale. [...] On est allé au bout du bout du projet Top 4, qui était un projet que personnifiait Luciano. Il faut rattraper le passif des années précédentes. C'est ce qui fait que l'on a coupé avec Luciano."

On peut effectivement dire que Gap a atteint l'extrême limite de ses possibilités durant le passage de Luciano Basile avec deux titres de champion de France (2015 et 2017) et quatre demi-finales en l'espace de cinq ans. Cette quatrième demi-finale a été obtenu en éliminant Angers en quart de finale en renversant la hiérarchie de la saison régulière. Mais les Ducs attendaient leur nouvelle patinoire pour élever leurs ambitions, et le top-4 devient donc de plus en plus inaccessible pour Gap. Le club a bâti son succès sur la billetterie, sa première ressource juste devant le sponsoring privé. Compter sur les recettes des demi-finales pour équilibrer les comptes - voire sur le titre comme en 2017 - est une stratégie qui a fonctionné mais qui deviendrait plus que périlleuse pour les Rapaces face à une concurrence objectivement plus forte. Ils voleront donc à une altitude plus en adéquation avec leurs moyens. L'objectif financier est primordial pour garantir et pérenniser le clubs. Économies financières au niveau coaching, diminution du banc, mais l'aspect sportif n'a pas été oublié en composant un effectif pertinent pour un budget moindre.

Une défense sans débarquement massif d'outre-Atlantique

Finis les apports - massifs - nord-américains, le staff a misé sur des joueurs connus en France pour leurs qualités certaines tout en appuyant sur l'apport de jeunes Français compétitifs ou en devenir. Le concept de la formation et du développement des jeunes est renforcé avec un banc raccourci et des joueurs qui devront prendre des responsabilités sur la glace.

Le staff a misé sur un duo de gardiens français avec le maintien de Jimmy Darier qui a donné de bonnes garanties lors de ses prestations (12 matchs). L'arrivée de l'international Sebastian Ylönen apporte une solidité devant les filets. Il est arrivé pour progresser afin de concrétiser sa place en équipe de France. Ce sont bien le projet gapençais et la qualité du staff qui l'ont séduit.

Depuis trois ans, les lignes arrières gapençaises étaient construites sur un quatuor nord-américain. Cette saison, il faudra se contenter de deux Québécois, dont un seul est novice en Europe. Étienne Boutet est sorti diplômé de l'Université Mc Gill comme un certain Samuel Labrecque. Il en est le 67e, depuis 1983, à avoir conclu un contrat professionnel dans le hockey. Cette université a connu plusieurs joueurs ayant renforcé le championnat de France (Mario De Benedictis, Patrice Tremblay, Guy Boucher, Yan Turcotte, Hubert Genest... et un certain Samuel Labrecque à qui il succède dans la défense gapençaise). Médaillé de bronze aux Universiades 2017, il a essentiellement évolué en ECHL depuis deux ans, mais ces deux matchs en AHL aux Laval Rockets (équipe-ferme des Canadiens de Montréal) ont été un challenge remporté malgré une période compliquée mentalement avec la perte accidentelle de son père. C'est un joueur combatif. Il apportera de la mobilité, de la solidité.

Très orienté vers l'avant, Mathieu Gagnon sait jouer finement et conclure (79 points en 172 matchs en Magnus). Il est arrivé en France à Briançon, suite au contact d'Edo Terglav, avant de jouer à Angers pendant 4 saisons. Il a fait partie des meilleurs défenseurs de son équipe et apporte aussi des qualités humaines certaines. De plus, il a souvent évolué chez les Ducs aux côtés du plus défensif Arnaud Faure, qui revient à Gap après une saison solide à Angers (+2 en play-offs). Cela fait une paire qui se connaît déjà, alors que l'habituel duo Crinon-Faure a été séparé par le départ du premier nommé à Rouen. De fait, seul cadre resté, Raphaël Faure fait office de taulier à l'arrière.

Le jeune Français Fabien Bourgeois, comme beaucoup dans l'équipe, cherche un cadre de formation/progression du hockey et l'ont trouvé avec Éric Blais. Passé par le circuit de formation de Grenoble et Amiens, il a conclu deux saisons en Mestis (2e niveau finlandais). Il revient pour se faire une place dans le hockey français après ses 5 matchs avec l'équipe de France. L'ancien international junior slovaque Jakub Melisko aborde sa seconde saison en France après une année à Bordeaux. C'est un joueur peu spectaculaire mais qui joue propre.

Le reste du groupe est constitué de jeunes en devenir avec Charles Schmitt (déjà international U20 en plus d'être le meneur défensif de l'équipe de France des moins de 18 ans) et Louis Cirgues (international U18). Un élément de la nouvelle identité recherchée par Sébastien Oprandi : "On a été un club formateur pendant des années, des efforts de rapprochement ont été faits avec l'association. Nous voulons nous donner une identité de développement, renforcer la formation. Tout le monde le dit mais il faut arriver à le mettre en place."

Un effectif resserré

Le départ d'Elvijs Biezais, joueur dominant de la saison passée qui a même été appelé en équipe de Lettonie pendant la préparation aux championnats du monde, est compensé avec Arturs Mickevics, au niveau du passeport en tout cas. Il a prouvé ses capacités à Lyon avec pendant 3 saisons (144 points en 135 matchs), même s'il a perdu son efficacité habituelle aux tirs dans une dernière saison plus difficile. Le lien est déjà facilité car Mickevics est déjà ami avec son nouveau coéquipier, l'autre ailier letton Roberts Jekimovs.

Le nouveau meneur de jeu devrait être Jesse Juntheikki. Ce Finlandais a été champion de Mestis dès 2013 et est depuis trois ans le moteur de son équipe, le Ketterä Imatra, qu'il a fait monter en Mestis avant de terminer meilleur marqueur de cette ligue en 2017/18. Barré de l'élite (Liiga), il sort pour la première fois de son pays à 31 ans. Il désire donner une nouvelle direction à sa carrière et est réputé pour apporter du volume de jeu à l'avant. Constructeur, il désire s'intégrer en ayant déjà des bases minimales en français. Il est en outre réputé bon tireur de pénaltys.

La partie offensive voit aussi le maintien dans l'effectif d'un duo français composé de Romain Gutierrez, qui maintient son niveau depuis plusieurs saisons, et Dimitri Thillet, qui n'avait pas trouvé un feeling conforme à sa volonté à Amiens et était arrivé en cours de saison dernière à la place du décevant Aleksandr Mokshantsev. L'ailier canadien Mathieu Guertin sera complémentaire avec des caractéristiques de solidité et d'agressivité. C'est l'ancienne star des Ducs d'Angers Jonathan Bellemare qui a introduit Mathieu en France (Bordeaux). C'est un travailleur acharné avec un excellent coup de patin et un très bon lancer également. Il excelle autant en offensive qu'en défensive et est avant tout un excellent coéquipier comme le précise l'ex-Angevin.

Roman Vondracek, travailleur et compact, et Paul Schmitt (fiche de +1 en saison régulière comme en play-offs) restent des valeurs sûres comme centres de la troisième et de la quatrième ligne. Un nouveau centre arrive en la personne de Fabien Colotti, qui s'est bien fait connaître du public français en se faisant de plus en plus remarquer au cours de ses trois saisons sous le maillot des Dragons de Rouen. Il y était bloqué comme spécialiste de l'infériorité numérique et du quatrième bloc. Son transfert à Gap arrive au bon moment pour donner une nouvelle impulsion à sa carrière et prendre une position qui lui permette de faire parler ses qualités offensives, pourquoi pas sur le top-6.

Le projet de développement des jeunes se traduit aussi par la venue de Romain Chapuis, qui va passer le cap des 200 parties en Ligue Magnus et veut se relancer après deux saisons compliquées en bas de tableau à Strasbourg, et de Victor Ranger, un jeune en devenir qui continue son travail de formation mais a déjà de solides bases notamment de patinage. Sa saison à Anglet après trois saisons dans le circuit junior finlandais promet de belles choses pour l'avenir. Enfin, Paul Joubert est le pur produit de la formation de Gap et international U20.

Ces douze joueurs formeront-ils quatre blocs complets de manière pérenne ? C'est toute la question, que résume Sébastien Oprandi : "Si les blessures et pénalités deviennent fréquentes, alors l'effectif ne tourne plus à quatre blocs. C'est une gestion à la semaine, et pour les joueurs de bout d'alignement, ça peut être compliqué. Je pense qu'il faut réfléchir à d'autres options en matière de système. Avoir la garantie de quatre lignes intensives sur l'ensemble de la saison régulière, cela semble utopique. Mais c'est une réflexion qui est présente partout, peut-être juste un peu moins dans des clubs très étoffés. Ça ne va pas révolutionner la façon de jouer car la plupart des clubs fonctionne sur le même moule, d'ailleurs par moment ça en devient monotone. Il y a une très grosse intensité physique. Par contre, ce que l'on constate aujourd'hui, c'est que l'on a une équipe plus en forme que l'année dernière. Sur les tests physiques, c'est assez flagrant !"

Gap est à la croisée des chemins entre un palmarès qui a relancé le club, l'envie des supporters de voir leur équipe briller et la volonté de la direction du club de pérenniser la structure. Les choix sont compliqués mais la feuille de route a été donnée : exit les années Luciano Basile qui a apporté beaucoup de résultats sportifs aux Rapaces. Maintenant l'équilibre entre le développement des jeunes et les économies financières est à l'ordre du jour ! Faire aussi bien avec moins d'argent est le credo des dirigeants.

Mais tout n'est pas en péril, loin de là, car le staff met aux commandes de l'équipe un technicien/stratège/formateur reconnu en la personne d'Éric Blais. Il a travaillé dans l'ombre du charismatique et médiatique Luciano Basile en faisant le boulot de "petite main" mais a aussi été partenaire des résultats de l'équipe professionnelle depuis cinq saisons en tant qu'adjoint, déjà intégré aux réflexions tactiques.

Le groupe est resserré, où tout le monde y a sa place en y jouant chacun sa partition. Les prospects sont de bonnes valeurs, avec chacun ayant l'envie de se responsabiliser pour faire avancer la carte collective de l'équipe et la progression personnelle. Ce projet peut réussir sportivement, mais ce sont la vraie compétition et la capacité à gérer les absences qui détermineront les possibilités du groupe.

Pour le staff, le cap à tenir est : la qualification pour les play-offs, pas moins, pour cette saison 2019/2020. La constitution rapide de l'effectif a permis de fixer une ligne nette et bien comprise dans l'entourage du club. D'ores et déjà, les partenaires et les spectateurs ont adhéré au projet puisque le nombre d'abonnés est déjà en hausse.

Damien Kuster

 

 

Effectif :

Gardiens

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur     Club & Ch 2018/19   MJ   Min   Moy.    %
31 DARIER Jimmy          10/07/1994  180  69  Villard            Gap         FRA-1   12   640   3,09  89,8%
37 YLÖNEN Sebastian      03/07/1991  186  84  Rouen              Anglet      FRA-1   25  1436   3,05  90,7%

Défenseurs

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur     Club & Ch 2018/19   MJ   B   A Pts   +/-  Pén
 4 SCHMITT Charles       17/04/2001  179  73  Montpellier        Briançon    FRA-2   28   0   2   2   -1    6'
 4 BOURGEOIS Fabien      06/04/1995  173  81  Morzine            RoKi        FIN-2   50   1  12  13    0   40'
 6 FAURE Arnaud          15/12/1995  183  90  Grenoble           Angers      FRA-1   49   0   3   3    0    2'
16 GAGNON Mathieu        02/11/1992  183  82         (Canadien)  Angers      FRA-1   49   6  18  24   -2    6'
24 CIRGUES Louis         12/08/2001  181  68  Gap                Gap         FRA-1    1   0   0   0    0    0'
                                                                 Valence     FRA-3    8   0   0   0         0'
25 BOUTET Étienne        01/06/1992  185  88         (Canadien)  Orl./Allen  ECHL    50   2   6   8   -9   70'
                                                                 Stockton     AHL     2   0   0   0   -1    2'
44 MELISKO Jakub         25/06/1996  182  84         (Slovaque)  Bordeaux    FRA-1   41   2   4   6   -2   18'
59 FAURE Raphaël         01/04/1993  181  89  Caen               Gap         FRA-1   39   3   5   8   +9   56'

Attaquants

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur     Club & Ch 2018/19   MJ   B   A Pts   +/-  Pén
11 BORTINO Maxence       20/08/2001  163  63  Gap                Gap         FRA-1    1   0   0   0   -1    0'
                                                                 Valence     FRA-3   12   1   7   8         6'
12 JOUBERT Paul          14/09/2000  178  67  Saint-Pierre       Gap         FRA-1   42   3   2   5   +2   10'
15 TARABUSI Axel         06/02/2001  176  66  Gap                Gap         FRA-1    1   0   0   0    0    0'
                                                                 Valence     FRA-3   10   7   1   8         2'
15 GUERTIN Mathieu       02/06/1992  175  78         (Canadien)  Angers      FRA-1   26   9   7  16   +5   48'
18 RANGER Victor         05/05/1999  177  73  Nantes             Anglet      FRA-1   45   4   3   7   -6    0'
22 JUNTHEIKKI Jesse      10/03/1988  180  84       (Finlandais)  Ketterä     FIN-2   60  17  41  58    0   91'
23 SCHMITT Paul          17/10/1994  181  76  Montpellier        Gap         FRA-1   47   4   5   9   +2   16'
27 CHAPUIS Romain        21/10/1995  178  81  Grenoble           Strasbourg  FRA-1   50   7   8  15   -25  20'
47 THILLET Dimitri       28/07/1993  186  90  Briançon           Amiens/Gap  FRA-1   56  10  17  27   -4   34'
55 VONDRACEK Roman       26/09/1984  172  82          (Tchèque)  Gap         FRA-1   42   2   7   9   -5   36'
82 GUTIERREZ Romain      09/09/1992  175  80  Franconville       Gap         FRA-1   54   9  27  36   -2   92'
89 JEKIMOVS Roberts      11/11/1989  180  88           (Letton)  Gap         FRA-1   46  12  20  32   -6   40'
90 COLOTTI Fabien        27/08/1996  179  78  Grenoble           Rouen       FRA-1   59   9   5  14   +18  14'
91 MICKEVICS Arturs      02/01/1991  183  75           (Letton)  Lyon        FRA-1   47  13  27  40   -4   34'

Entraîneur : Éric Blais (46 ans).

Partis : Luciano Basile (entraîneur), Jordon Cooke (G, 45 MJ à 91,4%, Gheorgheni, ROU/HON-1), Samuel Labrecque (D, 11+12), Parker Reno (D, 5+9), Dan Gibb (D, 2+12, Amiens), Matt Nelson (D, 4+6), Pierre Crinon (D, 1+8, Rouen), Vincent Melin (D, 1+3, Mulhouse), Quentin Mahier (D, 1+1, Nantes, FRA-2), Elvijs Biezais (A, 26+28, Dresde, ALL-2), Kristoff Kontos (A, 10+34), Maurin Bouvet (A, 19+18, Rouen), Jeff Brown (A, 13+22, arrêt), Norbert Abramov (A, 11+16, Nice), Robin Colomban (A, 7+11, Bordeaux), Adam Kambeitz (A, 5+10, Canberra, AUS), Téo Sarliève (A, 3+2, Clermont, FRA-2), Johann Bayrou (A, 0+1, Brest, FRA-2).

 

Revoir la présentation 2018/19

 

Retour à la Ligue Magnus 2019/20