Décembre 2007

 

01/12 Ligue Magnus : équipe-type de novembre

Réputé capable de bonnes performances depuis qu'il joue en Ligue Magnus, Radek Lukes a été capable de les enchaîner - du moins en championnat - en novembre. Bon à l'île Lacroix même s'il a pris six buts (moins que tout autre adversaire des Dragons ce mois-ci...), le gardien tchèque a surtout blanchi Grenoble, avant de prendre sa revanche sur les attaquants morzinois qui l'avaient malmené en coupe. Deux énormes matches dans la même semaine qui lui valent sa place dans l'équipe-type.

C'est aussi un signe que le vent tourne pour l'Entente Saint-Gervais/Megève, habituellement pas réputée pour ses étrangers. Cette fois, le défenseur Markus Laine semble par exemple une bonne pioche. Il représente la meilleure face du hockey finlandais avec son assurance, et vainc peu à peu sa timidité dans le jeu offensif en se voyant confier une part de responsabilité dans le jeu de puissance. Un constat également valable pour Nicolas Pousset, auteur de deux slaps en lucarne qui ont permis à Morzine de ramener un point de Tours. Le premier rôle de Pousset, celui dans lequel il a mûri, est toutefois celui d'un défenseur volontaire et physique, utile en infériorité, et assagi au niveau des pénalités.

En attaque, difficile de résister à Rouen qui a tout écrasé sur son passage. Même s'il fait parfois moins le show que la deuxième ligne, le premier bloc normand est le plus régulier. Marc-André Thinel retrouve ainsi une place dans l'équipe-type, parce que c'est Thinel et qu'il sort toujours quelque chose de sa palette, mais surtout parce qu'il joue jusqu'au bout des matches. Éric Doucet est lui aussi toujours présent dans les bons coups, plus passeur quand il s'agit de bien engager le match, plus buteur quand il s'agit de le tuer. Il pique donc de la place de son ex-coéquipier Fortier, toujours si important dans le jeu angevin.

Le Duc de l'équipe sera donc Tomas Baluch, le rude Slovaque devenu la nouvelle terreur des enclaves de Ligue Magnus. Sur son aile gauche, il devance un Guillaume Chassard individuellement remarqué mais souffrant de son isolement dans une équipe spinalienne aux résultats erratiques. Mention aussi à Nicolas Antonoff, moteur physique du Mont-Blanc dans les deux sens de la patinoire, parmi les joueurs français méconnus qui sortent de l'ombre.

L'équipe-type de novembre : Radek Lukes (Saint-Gervais/Megève) ; Markus Laine (Saint-Gervais/Megève) - Nicolas Pousset (Morzine-Avoriaz) ; Tomas Baluch (Angers) - Éric Doucet (Rouen) - Marc-André Thinel (Rouen).

01/12 Ligue Magnus : Caen gagne enfin

Dans tout championnat, il y a toujours une journée pas comme les autres : une journée où il se passe quelque chose d'inattendu sur chaque patinoire, une journée où l'on a sentiment que les cartes ont été totalement redistribuées, une journée où l'on se dit que le cours de la saison a peut-être changé. Bref, une journée où le train-train... déraille-déraille ! Cette journée, c'était la quatorzième du nom, celle du début des matches retour, et c'était ce soir.

Quel meilleur signe de changement que la première victoire de Caen. Après avoir encaissé 23 buts sur les trois derniers matches, la défense normande a tenu ce soir, son gardien tchèque Petr Tucek a réalisé un blanchissage, et dans le dernier quart d'heure, les Drakkars ont fini par résoudre leurs problèmes offensives, avec deux buts de Michal Cesnek en supériorité et du jeune Graham Avenel (2-0). Avec ce succès tant attendu, Caen est bel et bien revenu dans le championnat, à quatre points du douzième Strasbourg et à trois points du treizième Villard-de-Lans.

Les Villardiens ont en effet été victimes de l'autre tour de magie de la soirée, la résurrection d'un magicien autrefois acclamé sous les projecteurs et rabaissé ces derniers temps au rang de prestidigitateur de garage : Stanislav Petrik. En perpétuel déclin, menacé ces derniers temps jusque dans sa place de titulaire jadis indéboulonnable par son habituelle doublure Franck Constantin, celui qui fut connu sous le nom de "Magic" Petrik est rentré sur scène comme à ses plus belles heures. Il a écœuré les attaquants villardiens, et pour mieux marquer le coup dans cette victoire capitale pour la troupe de Shawn Allard, c'est l'entraîneur-joueur spinalien lui-même qui a marqué le seul but du match (0-1).

Ressorti battu de ses deux derniers matches à l'extérieur (4-2 à Angers et 4-0 à Saint-Gervais), Grenoble abordait une semaine difficile comprenant trois déplacements consécutifs, à Chamonix, Dijon puis Morzine. Ce passage délicat dans la saison iséroise a très mal commencé, puisque les Brûleurs de Loups ont totalement explosé ce soir. En l'absence de Ferhi toujours blessé, le costume paraît trop lourd à porter pour ses collègues : le n°2 Frédéric Dorthe est sorti à 5-1 après vingt-cinq minutes, et le n°3 Lucas Normandon a fait ce qu'il a pu jusqu'à la fin (9-4). Le favori du championnat, parti si fort, est donc en pleine crise.

Ce résultat fait l'affaire des trois leaders, qui ont tous marqué ce soir. Angers et Briançon ont en effet chacun pris un point grâce à l'égalisation à 4-4 de l'ex-Briançonnais Tomas Baluch, pour Angers, à deux minutes et demie de la fin du temps réglementaire. Un but a été refusé aux Ducs à la dernière minute de la prolongation pour une faute préalable de Lavigne, et c'est aux tirs au but (2 à 0) que les Diables Rouges de prendre leur revanche sur leur défaite chez eux à l'aller. Briançon n'a plus qu'un point de retard sur Angers qui a un match en plus... mais n'a également qu'un point d'avance sur Rouen qui compte un match en moins. Les Dragons ont en effet battu Morzine-Avoriaz grâce à un jeu de puissance phénoménal qui a transformé ses quatre premières supériorités numériques. Et les leaders virtuels sont peut-être à chercher du côté de la Haute-Normandie

Après deux défaites consécutives, Amiens avait tout à craindre de son déplacement à Megève, face à une équipe de Mont-Blanc en bonne forme. Mais les Gothiques ont ramené une précieuse victoire, sur un but en temps supplémentaire de Loïc Sadoun. C'était la quatrième prolongation de la saison pour les deux équipes, spécialistes du genre. Les Amiénois remontent ainsi à une belle cinquième place au classement, devant Tours qui avait avancé son match contre Strasbourg il y a trois semaines.

01/12 Division 1 : Le Vésinet gagne enfin

En même temps que Caen en Magnus, Le Vésinet a enregistré sa première victoire, et ça lui permet de revenir dans la course au maintien. C'était le jour ou jamais pour les Anges : il leur arrive rarement de rencontrer une équipe au banc aussi court que le leur, mais c'était le cas ce soir d'une équipe de Cergy privée de plusieurs cadres comme Mahaut et Viennot, et battue 3-4 à domicile. Après sa défaite à Valence (4-2), Reims fait la mauvaise affaire de la soirée, n'ayant que deux points d'avance sur le duo francilien.

Pendant que Neuilly-sur-Marne (7-5 contre Viry) et Gap (7-2 contre Garges avec quatre buts de Rambousek) continuent leur cavalier seul, les deux autres places en demi-finales de D1 font l'objet d'une intense lutte. Le nul entre Amnéville et Bordeaux (4-4), qui occupent ces places pour l'instant, aiguisent l'appétit des poursuivants : Avignon a battu Courbevoie grâce à un but et une assistance de Damien Ribourg (2-1), et Montpellier s'est défait d'Annecy avec un blanchissage pour Robert Marton (2-0).

01/12 Division 2 : première pour Clermont

La place de dauphin de Brest dans la poule ouest se jouait sans doute ce soir entre la Roche-sur-Yon et Cholet. Et ce sont les Vendéens qui ont confirmé leur victoire de l'aller, grâce à un triplé de Cyril Selin (4-3). Autre moment fort de la journée, l'arrivée de John Sarno (Cherbourg) à Nantes, le club auquel il avait fait faux-bond cet été. L'Italo-Américain a ouvert le score, mais les Corsaires ne se sont pas laissé faire (5-1).

Le promu Clermont-Ferrand a remporté sa première victoire à l'extérieur (6-5), et elle est très importante car elle a été obtenue chez un concurrent direct qui était à égalité de points, Chambéry.

04/12 Coupe de la ligue : Briançon et Rouen prennent date

Le 2 janvier prochain, quatre jours (et une nouvelle année) après leur confrontation en championnat à la fin du mois, Briançon et Rouen se retrouveront en finale de la Coupe de la ligue à Méribel, dans un remake d'une certaine finale de Coupe de France.

L'affiche est alléchante car ce sont clairement les deux équipes en forme du moment, et on attend donc qu'elles se croisent. Rouen, qui avait fait la différence à l'aller à Angers, a été moins convaincant au retour. Face à des Ducs privés de leur joueur-clé Éric Fortier blessé, les Dragons ont sans cesse couru après le score. Ils n'ont sauvé le match nul à la dernière seconde (4-4) que parce que l'entraîneur des visiteurs François Dussseau a sorti son gardien pour tenter de rattraper les deux buts qui manquaient encore au cumul des deux manches. Une victoire morale angevine, en quelque sorte, même si Rouen a préservé l'essentiel, la qualification.

Moins impressionnant offensivement que son homologue rouennais ces derniers temps, Briançon paraît monter sûrement en puissance et n'a pas laissé Morzine-Avoriaz développer les espoirs nés au match aller (6-1).

En championnat, Grenoble a repris corps dans cette semaine de tous les dangers en allant gagner 5-2 à Dijon, avec deux buts du controversé Jimmy Lindström.

05/12 Allemagne : Hambourg en crise

C'est la crise à Hambourg, qui reste sur trois défaites consécutives et n'a plus qu'un point d'avance sur Krefeld pour la dixième place, la dernière qualificative en play-offs. Même si l'entraîneur Bill Stewart a vu un "grand match entre deux super équipes" contre Francfort (0-1), il est bien le seul. L'ambiance est de plus en plus morose à la Color Line Arena où les prestations médiocres à domicile se succèdent.

Ingolstadt s'est en revanche éloigné de la zone dangereuse depuis l'arrivée du nouvel entraîneur Mike Krushelnyski. Le Canadien, passé par la Superliga russe l'an dernier, est plus expansif que son prédécesseur Ron Kennedy, et son hockey est plus offensif. Son équipe, exempte dimanche, a remporté ses deux rendez-vous de suite à domicile, le dernier hier soir face au leader Berlin (3-2). Yorick Treille en a profité pour marquer son deuxième but de la saison.

L'autre nouvel entraîneur Bob Manno (Straubing) avait l'avantage de connaître déjà la DEL pour l'avoir fréquentée à Francfort et Augsbourg. En mettant en place son hockey simple et efficace, il a comme transformé son équipe d'un coup de baguette magique : une victoire-record 7-1 sur Düsseldorf ! Même si Straubing a perdu les deux matches suivants à Berlin et contre Cologne (un 0-1 frustrant face au gardien Travis Scott), il s'agissait des deux premiers du championnat et la tendance est positive.

Elle l'est même chez la lanterne rouge Duisburg, que l'on croyait perdue. Depuis le remplacement de l'entraîneur Didi Hegen par Peter Draisaitl, les résultats sont meilleurs à chaque match. Les défaites sont plus serrées et, mieux encore, les Füchse viennent d'enchaîner deux victoires de suite. Le club a admis les ratés de son recrutement, et tant pis si des licences de joueur étranger ont été gâchées : Dan Tessier, arrivé en tant que meilleur marqueur du championnat britannique, a ainsi été renvoyé. À vrai dire, la raison de la métamorphose de Duisburg est toute trouvée : elle coïncide peu ou prou avec l'arrivée d'un gardien nommé Robert Müller...

06/12 NHL : Scott Niedermayer de retour

Les supporters des Ducks d'Anaheim l'espéraient et une bonne partie de la presse l'avait imaginé : le défenseur Scott Niedermayer a annoncé son retour au jeu hier, avant le match Anaheim-Buffalo. Le Canadien, vainqueur de 4 coupes Stanley (trois avec New Jersey, une avec Anaheim) et d'un trophée Norris de meilleur défenseur, avait émis le désir de partir à la retraite après le titre des Ducks en juin dernier et un trophée Conn-Smythe de meilleur joueur des playoffs. Toujours sous contrat avec les Californiens (6,75 millions de dollars, jusqu'en juin 2009), il avait accepté une suspension pour ne pas s'être rendu au camp d'entraînement, permettant ainsi à l'équipe de ne pas compter son salaire dans le système de plafond de la NHL.

Niedermayer est sans doute l'un des joueurs les plus titrés de l'histoire, puisqu'il a aussi remporté la coupe Mémorial, le mondial junior et senior et une médaille d'or olympique. Il compte 660 pts (dont 140 buts) en 1053 matches, séduisant toujours le public par son patinage fluide, sa vitesse et sa vision du jeu, ainsi que par son calme et son état d'esprit remarquables. Le joueur s'est maintenu en forme ces derniers mois, entraînant notamment son fils, et patine actuellement avec deux anciens Ducks, Travis Green et Jeff Friesen. Son retour est une aubaine pour une franchise d'Anaheim, seulement 10e à l'ouest et sous la barre des 50% de victoires.

06/12 Suisse : Laurent Meunier encore prêté à Lausanne

Lugano paraissait sur la pente ascendante depuis la trêve internationale et depuis les arrivées d'Anson Carter et David Aebischer. La dernière semaine a cependant été terrible : trois défaites consécutives sans marquer un seul but ! La pire est survenue mardi soir dans le match qui compte toujours plus que tout, le derby contre Ambrì-Piotta : 0-1 sur un mauvais but encaissé par Aebischer ("j'ai tiré pour obtenir une mise au jeu en zone offensive" a déclaré le buteur Mauro Zanetti). La réaction ne s'est pas faite attendre. Cette fois, pas d'excuse comme celle du départ de Hentunen en octobre. L'entraîneur italo-canadien Ivano Zanatta a donc été limogé, même s'il est pour l'instant conservé dans l'organigramme puisque son contrat court jusqu'en 2011. Le nom de son successeur a aussitôt été dévoilé. Il s'agit de Kent Ruhnke, un entraîneur dont l'ego est aussi grand que son palmarès : trois titres de champion de Suisse et trois promotions en LNA, tout cela avec six clubs différents !

Berne et sa défense de fer occupent toujours largement la tête du classement, alors que Genève-Servette s'est détaché en deuxième position. Les cinq étrangers des Aigles sont les cinq meilleurs marqueurs de l'équipe même si l'un d'eux doit suivre la rencontre en tribune à chaque match. Ce ne sera pas le cas dans les deux prochaines semaines : Laurent Meunier vient d'être prêté à Lausanne (LNB) pour pallier l'absence du Canadien Eric Himelfarb. Il avait déjà fait une pige d'un match au LHC en octobre - sans y convaincre les supporters - pour le même motif de blessure de Himelfarb. Comme la LNB n'observe pas de trêve internationale, ce prêt signifie que Meunier ne sera pas disponible avec l'équipe de France pour le prochain tournoi de l'Euro Challenge au Danemark.

07/12 Russie : Vladimir Krikunov viré du Dynamo

Le Dynamo Moscou semblait vivre une saison somme toute assez tranquille, alors qu'on pouvait s'attendre à une collaboration difficile entre Vladimir Krikunov, l'entraîneur "old school" qui avait réussi à se fâcher avec la moitié des joueurs russes lors de son passage à la tête de l'équipe nationale, et les trois recrues canadiennes. C'était peut-être trompeur. Malgré son CV flatteur, Jamie Lundmark, en provenance directe de NHL, est reparti d'où il est venu après des prestations décevantes (3 points en 17 matches et une fiche de -2).

Quant à Vladimir Krikunov, il n'a pas survécu à un terrible 1-8 encaissé avant-hier à domicile contre les derniers du championnat, les banlieusards du Vityaz Chekhov. Un score pareil, jamais le Dynamo n'en avait encaissé depuis des matches contre le grand CSKA à l'époque de l'URSS. Principale responsable désignée par l'entraîneur, la meilleure paire défensive Rylov-Vyshedkevich, présente sur la glace lors de six buts. Krikunov n'a pas fui pour autant ses propres responsabilités : comme en novembre, il a présenté sa démission... aussitôt acceptée cette fois. Le gardien du Kazakhstan, Vitali Eremeïev, a parlé au nom des joueurs pour remercier son ex-entraîneur pour son travail durant trois ans et demi (dont un titre de champion de Russie en 2005 et de champion d'Europe en 2006).

Une tête connue (et dure) s'en va, un autre arrive : Piotr Vorobiev, le maître-serrurier et roi du béton, a été embauché comme nouvel entraîneur du Torpedo Nijni Novgorod en remplacement de Vladimir Yurzinov. Le promu, qui avait très bien commencé la saison, est en effet retombé à la seizième place sur vingt équipes, et sa qualification en play-offs n'est plus assurée tant le classement est serré (les quatre derniers se tiennent en un point).

La fenêtre des transferts ouverte pendant la trêve internationale de décembre devrait surtout voir beaucoup de mouvement de gardiens. Maksim Sokolov n'a pas retrouvé son niveau en retournant à l'Avangard Omsk, où il avait connu ses meilleurs années. L'ex-gardien international, sur le déclin, a été renvoyé. Il sera bientôt remplacé par le Canadien Fred Brathwaite, ancien champion de Russie avec Kazan.

Avant-hier, Omsk a gagné le derby sibérien contre le Sibir Novosibirsk... et sonné le glas du gardien des visiteurs Daniel Henriksson. Sorti après avoir pris deux buts en deux minutes de jeu, le Suédois a joué son dernier match en Russie. Sa doublure Vitali Evdokimov ayant aussi été écartée, le Sibir avait besoin d'urgence d'un gardien. Sokolov était forcément une piste évoquée par la rumeur, mais c'est son ancien collègue en équipe nationale de Russie qui a été choisi : Egor Podomatsky était à la peine depuis quelques saisons, et il a ainsi fini par quitter le Lokomotiv Yaroslavl où il avait fait toute sa carrière.

Yaroslavl avait déjà essayé de s'attirer les services d'Aebischer avant qu'il ne signe à Lugano. Le nouveau portier sera finalement Juuso Riksman, le double vice-champion de Finlande qui a vite tiré un trait sur une expérience nord-américaine frustrante (huit minutes joués en AHL et deux buts encaissés).

08/12 Ligue Magnus : Angers perd la tête à Épinal

Sans attendre le débours de son match avancé, Angers a perdu sa première place au classement après une seconde défaite de suite. Elle est survenue de manière inattendue chez une équipe d'Épinal qui était encore à la recherche d'un match-référence à domicile. Privés de Fortier et de Mihalik, les Angevins menaient 3-1 après le premier tiers, mais ils se sont inclinés 9-5 dont un triplé du défenseur canadien Stéphane Gervais. Ils reculent donc en troisième position.

Ils laissent le contrôle de la Ligue Magnus pendant la trêve internationale à deux équipes aux caractéristiques très différentes : d'un côté, la meilleure attaque, Rouen, qui a encore fait tourner les compteurs à Dijon (7-2 avec trois buts de Marc-André Thinel), et de l'autre la meilleure défense, Briançon, qui a remporté le défi très serré contre Tours sur un but de Cédric Boldron à cinq minutes de la fin.

L'autre favori Grenoble se fait lentement distancer. Il aura tout de même pris trois points sur six dans sa "semaine des trois déplacements", ne cédant qu'en prolongation à Morzine sur un but en prolongation de Chris Neiszner.

Les victoires d'Épinal mais aussi de Strasbourg, qui a battu le Mont-Blanc en prolongation sur un but de Tommi Flinck (à cinq contre trois car Sylvain Nicoud et Markus Laine avaient pris deux pénalités dans la dernière minute de jeu), auraient mis Villard-de-Lans en mauvaise position en cas de défaite. Heureusement pour les Ours, ils ont remporté une victoire 6-3 à Chamonix et restent collés à un point du trio qui les précède.

Pour Caen, en revanche, la barre s'éloigne. Arnaud Hascoët a ouvert le score au Coliseum, mais Amiens a tout de même arraché la victoire sur un doublé de Mickaël Bardet (3-1).

08/12 Division 1 : la folle remontée de Montpellier

Depuis leur victoire-déclic sur Reims, on n'arrête plus les Montpelliérains qui viennent d'enchaîner six victoires consécutives. Ce soir, ils ont largement profité des absences défensives d'un concurrent direct, Courbevoie, pour lui inscrire quatre buts dès le premier tiers et dérouler sur la fin pour une impressionnante victoire 7-1. Avec cette victoire, les Vipers étaient assurés de gagner une place, puisque les deux équipes devant eux s'affrontaient. Dans ce duel capital pour la quatrième place, c'est Amnéville qui s'est imposé devant Avignon (3-2). En plus, Pascal Ryser a offert un petit cadeau à son ex-équipe de Montpellier : son club de Reims a en effet accroché Bordeaux (3-3). Entre le troisième Bordeaux et le cinquième Montpellier, il n'y a donc plus qu'un point. Devant, par contre, plus personne ne reverra Neuilly et Gap, qui a bien négocié son déplacement à Annecy avec une victoire 4-2.

Ce point pris par Reims, conjugué à la victoire de Viry sur Valence (7-1), n'arrange pas les affaires des deux derniers, qui voient le peloton s'éloigner. Le Vésinet n'a strictement rien pu faire contre Neuilly-sur-Marne (2-10). Cergy avait pris espoir avant d'aller à Garges-lès-Gonesse en apprenant les absences du gardien titulaire Tom Charton et du buteur tchèque Havel. Avec la doublure Beaudoin dans les cages, Cergy accrochait encore un 4-4 à la mi-match. C'est alors que les Chiefs ont montré leur force. D'une part, Charton est rentré et n'a plus rien encaissé. D'autre part, si Ales Skokan avait marqué tout seul les quatre premiers buts, quatre autres buteurs - dont trois Français - ont participé à la suite de la victoire dans le derby du Val d'Oise (9-4).

08/12 Division 2 : Toulouse, la quarantaine fringante

Toulouse a beaucoup souffert pour venir à bout du promu Cherbourg qui avait déjà gagné le match aller. C'est le vétéran de 40 ans Dominique Blondin qui a donné la victoire au TBHC à quatre minutes de la fin. Cette victoire dans la douleur permet aux Toulousains de prendre la troisième place de la poule ouest à Cholet, qui a été accroché à Nantes (1-1). Un résultat qui permet à La Roche-sur-Yon, vainqueur 9-5 à Font-Romeu, d'être quasiment sûr de finir deuxième derrière l'intouchable Brest.

Qui affrontera Brest en huitième de finale ? Ce sera un des enjeux de la fin de saison à l'est. Pour l'instant, c'est Chambéry qui attend ce sort peu enviable. Les Savoyards menaient pourtant 1-0 après deux tiers-temps ce soir à Saint-Gervais, avant de s'incliner 4-2 face à la réserve du Mont-Blanc. Leur petit espoir, c'est que l'équipe devant eux, Clermont-Ferrand, a également dû s'incliner, 1-2 devant Mulhouse. Là aussi, les Scorpions auront mis quarante minutes pour trouver la faille du gardien Benoît Sanchez.

09/12 Mémoires de Calixte Pianfetti

Il a été capitaine de Chamonix, est passé par Villard-de-Lans, et a été international durant quinze années. Mémoires du hockey : Calixte Pianfetti.

10/12 Communiqué des Ducs d'Angers

Depuis plusieurs semaines, j'ai constaté une situation de rupture entre l'entraîneur des Ducs, François Dusseau, et son équipe. À de nombreuses reprises j'ai rencontré les joueurs et l'entraîneur durant cette période. Devant l'impossibilité d'une conciliation entre les parties et à la suite d'une motion de défiance de l'ensemble des joueurs, j'ai pris la décision d'une mise à pied à titre conservatoire à l'encontre de François Dusseau, ainsi que d'écarter ce dernier de l'encadrement des Ducs dans l'attente d'une prochaine rencontre.

Mickaël Juret, président de l'ASGA et des Ducs d'Angers

10/12 République Tchèque : le Slavia rétrécit ses visiteurs

À l'heure où l'IIHF a officialisé que toutes les prochaines compétitions internationales organisées en Amérique du nord jusqu'en 2012 se dérouleront dans des patinoires aux dimensions nord-américaines, y compris dans le tracé des lignes, certains voudraient importer ces surfaces de glace plus étroites en Europe.

Il y a bien sûr des clubs qui jouent déjà dessus, parce qu'ils font avec ce qu'ils ont. Mais il y a maintenant aussi celui qui a décidé volontairement de rétrécir sa glace : le Slavia Prague. L'idée vient de l'entraîneur et copropriétaire Vladimir Ruzicka. Le capitaine de l'équipe championne olympique de Nagano veut ainsi valoriser le jeu physique de sa formation, qu'il a constituée en se passant de stars.

Malgré un effectif revu à la baisse, le résultat est plus que probant à domicile : le Slavia a concédé une seule défaite dans sa Sazka Arena, en prolongation contre Liberec, et encore, il fallu pour cela un vrai but de filou : sur un engagement en zone défensive, Jan Plodek, placé contre la bande, a remis le palet en retrait au défenseur Koci et a filé au banc... Dans le même temps, à l'autre bout du banc, Tomas Klimenta est monté sur la glace, et Koci, qui avait attendu derrière son but, l'a envoyé seul au but d'une longue passe ! La défense du Slavia s'est fait totalement flouer... Voir la vidéo de ce tour de passe-passe.

Ce qui pourrait gêner le Slavia, c'est que certains joueurs n'avaient un contrat que jusqu'à la fin de l'année. Une vague de départs était donc à craindre. Si Jakub Klepis a prolongé, le provocateur Radek Duda - dont les joutes physiques et verbales avec la star Petr Nedved (Sparta) ont fait le régal de la presse ces derniers mois - est parti en Suisse à Langnau. Les autres joueurs en fin de contrat, Jaroslav Bednar et Petr Kadlec, sont convoités par Omsk.

Deux équipes, qui ont fait le trou sur le reste du peloton. attendent un éventuel affaiblissement. L'une est Liberec, qui sait ce que c'est que le pouvoir attracteur de la Superliga russe. C'est comme cela que Milan Hnilicka était parti pour Ufa en novembre. Bien sûr, son ancien club a récupéré une belle somme d'argent et a pu remplacer le gardien par sa doublure en équipe nationale Marek Pinc... mais il n'est pas tout à fait Hnilicka.

L'autre est Ceské Budejovice, une équipe qui ne fait pas de bruit et ne se signale pas par des transferts dans un sens ou dans l'autre, mais qui est plus forte chaque année. Pour le "HC Mountfield" (l'équipe a pris le nom du sponsor...), cette saison est un peu le défi d'un homme, Roman Turek. Il a déjà gagné quelques petits trucs dans sa jeunesse, des machins appelés championnat du monde et coupe Stanley, mais à 37 ans, il a encore un dernier défi : donner à son club formateur le titre de champion tchèque, qu'il attend depuis le premier en... 1951.

12/12 T.J. Guidarelli d'Amiens à Olten

Les Gothiques d'Amiens ont accepté le souhait de leur attaquant Thomas Jason Guidarelli de quitter le club. Arrivé après une bonne saison en 2e Bundesliga à Landshut, bien meilleure que celle que son coéquipier d'alors Éric Houde (aujourd'hui plus productif à Rouen), l'Américain n'a pas vraiment trouvé ses marques en Picardie, récoltant un maigre bilan de 4 buts et 7 assists en 15 matches. Il ne peut plus être remplacé à cette période de la saison.

T.J. Guidarelli a signé aujourd'hui à Olten, club de LNB où il remplace Billy Tibbets, ce joueur au volumineux casier (voir anecdotes de janvier) qui a de nouveau été licencié pour des raisons extra-sportives.

13/12 Robert Müller remplace Travis Scott à Cologne

La puissance financière du championnat russe est en train de changer la donne dans les championnats européens, mais pas de la même façon que la NHL le fait : alors que celle-ci n'a pas le droit de recruter des joueurs en cours de saison en vertu de ses accords avec l'IIHF, les clubs de Superliga ne se gênent pas pour le faire... mais avec le consentement de leur victime ! Et pour cause : eux sont prêts à respecter les contrats et à mettre le vrai prix pour acquérir un joueur. En clair, une "indemnité de transfert". Cette expression absente du vocabulaire des franchises de NHL... qui ne rechignent cependant pas à en percevoir une quand le cas se présente : Ak Bars Kazan a payé plus de 500 000 euros aux Blues de Saint-Louis pour racheter le contrat de l'attaquant tchèque Petr Cajanek.

Le transfert le plus remarquable, c'est cependant celui de Travis Scott au Metallurg Magnitogorsk. Il retourne dans l'Oural six mois après en être parti, et multiplie par huit le salaire qu'il touchait à Cologne. Si le club allemand a accepté ce départ qui couvait depuis plusieurs semaines, c'est qu'il a empoché en retour un million d'euros. Une somme qui est bien supérieure à tous les fonds de compensation versés par la NHL. Cela crée un précédent intéressant au moment où l'IIHF a décidé réouvrir les négociations avec la NHL pour modifier les conditions de l'accord sur les transferts, après l'insatisfaction exprimée par la ligue suédoise

Un club comme Cologne n'est pas du genre à se priver de son joueur le plus important sans pouvoir se retourner. S'il l'a fait, c'est que ce transfert lui permettait d'embaucher un remplaçant, et il fallait que celui-ci soit allemand, sinon cela aurait coûté une licence d'étranger supplémentaire. Un seul nom s'imposait à l'esprit : celui de Robert Müller.

Grâce à son prêt à Duisburg, l'ancien gardien de Mannheim a pu enchaîner les matches pour la première fois depuis son cancer. Il a même fait gagner quatre fois de suite cette équipe, qui paraissait promise à la dernière place et qui était incapable d'enchaîner deux victoires. Du coup, on a arrêté de regarder Müller comme un "accidenté de la vie", et on l'a considéré à nouveau comme un gardien d'exception, abandonnant cette insidieuse arrière-pensée non exprimée selon laquelle il n'était plus comme avant Mannheim ne s'est pas opposé à ce transfert définitif, qui lui économise un de ses plus gros salaires et évite un conflit potentiel : les Adler savaient depuis le début de saison que la situation était intenable avec deux gardiens au potentiel de n°1 indiscutables.

13/12 Mondial juniors : pas de miracle pour la France

Les Bleuets abordaient leur championnat du monde des moins de 20 ans à Riga en affrontant d'entrée les deux meilleures équipes du tournoi. Devant 5000 spectateurs baltes, la France a d'abord surpris l'équipe locale en menant 2-1 en première période sur des buts de Stéphane Da Costa et Grégory Beron. Mais les Lettons, emmenés par Kaspars Daugavins qui a déjà deux Mondiaux A en senior derrière lui, ont ensuite remis les choses au point (9-3). Le changement de gardien (Buysse à la place de Farruggia) n'a pas arrêté l'hémorragie.

Ce soir, la Lettonie a pourtant chuté face à d'étonnants Slovènes (2-3). Quant aux Français, ils ont concédé une défaite sans appel (6-1) face au favori de la compétition, le Bélarus. Un joueur leur a fait très mal : Artem Demkov, auteur de quatre buts. Le point le plus positif de ces deux premiers jours de compétition est la bonne intégration de Stéphane Da Costa (qui joue en USHL, principale ligue junior des États-Unis). Avec 2 buts et 2 assistances, il a été impliqué dans chacun des buts français.

La bataille pour le maintien commence maintenant, avec le match contre la Hongrie après-demain. Il ne faut pas trop se fier aux larges victoires de la France sur cet adversaire début septembre (voir préparation) : les Magyars s'étaient déplacés sans les joueurs de Dunaujvaros - le principal pourvoyeur de juniors - et sans le gardien Zoltán Hetényi. Celui-ci a déjà arrêté 119 tirs en deux jours (pour seulement 5 buts encaissés !) et sera l'homme à battre pour les attaquants français.

Dans les autres divisions, on remarquera les performances honorables de la Belgique en division II mondiale. Bram De Backer, le second gardien de Dunkerque, s'y distingue avec 92% d'arrêts.

15/12 Division 1 : le vent vient du sud

Aussi incroyable que cela puisse paraître à l'heure où le thermomètre passe en dessous de zéro un peu partout en France, le vent vient du sud en division 1. Cela fait quelque temps qu'il souffle en faveur de Montpellier. Et ce n'est pas Amnéville qui aurait pu se barricader pour l'éviter : les Mosellans, qui tournent habituellement à quatre défenseurs titulaires, en ont deux blessés : Lukas Cvejn et Marian Hanzel. Et un troisième, Rastislav Kozik, a reçu une pénalité de match à mi-rencontre pour un coup de tête ! Il ne restait donc qu'un arrière de métier, David Hennebert, plus le junior Nicolas Biaison appelé en renfort. On ne s'étonnera donc pas du score de 5-0.

Mais ce résultat doit être mis en parallèle avec celui d'Avignon, qui a fait chuter Bordeaux 4-1 grâce à un doublé de Mathieu Becuwe. Les Vauclusiens n'ont pas une attaque qui fait particulièrement peur : ils n'ont jamais marqué plus de quatre buts à domicile... et pourtant, ils n'y ont jamais perdu. La cuirasse du gardien Mojmir Bozik et de sa défense pourra-t-elle faire d'Avignon la surprise du carré final ?

La défaite bordelaise fait monter Montpellier de la cinquième à la troisième place. La remontée des Vipers devrait cependant s'arrêter là car le duo de tête est intouchable. Neuilly-sur-Marne a fait exploser Garges 10-3, comme toujours avec un excellent Martin Gascon. Est-ce parce qu'il en a assez d'être occulté par ce nouveau Québécois ? En tout cas, l'attaquant tchèque Jiri Rambousek a tenu à rappeler son statut de star de la D1 : il a assisté les deux premiers buts de Gap et marqué les trois suivants face à Courbevoie (8-3).

Reims, qui a disposé de Viry 6-3, a pris ses distances sur les deux équipes du bas de tableau Le Vésinet (défait 5-2 à Valence) et Cergy, qui oscille toujours entre ses trois gardiens sans grand résultat (1-5 face à Annecy).

15/12 Division 2 : Brest pas intouchable

Brest, seule équipe à avoir tout gagné en division 2, a connu son premier écueil ce soir en étant rapidement mené 2-0 après huit minutes à La Roche-sur-Yon. Des erreurs de leur gardien Gabriel Bounoure ont placé les Albatros en position délicate. Et ce sont finalement les deux anciennes vedettes de l'équipe locale Tomas Kaspar et Juraj Ocelka (chaleureusement applaudis à la présentation des équipes) qui ont permis aux visiteurs de sauver un match nul (4-4). Le résultat le plus important de la soirée est cependant celui entre l'ACBB et Caen II (7-8). Les Boulonnais ont probablement perdu là leur dernière chance d'accéder aux play-offs. S'ils ne veulent pas les accompagner en poule de maintien, les Meudonnais, battus sur le score honorable de 2-4 par Toulouse ce soir, abattront leur dernière carte après la trêve de Noël face à Cherbourg

Lyon, qui n'avait pas autant marqué que Brest, a battu un record offensif de la poule est en inscrivant 18 buts à Champigny. Avec seulement douze joueurs et le gardien remplaçant, Asnières a essayé de ne pas en prendre autant à Nice (11-3). Les poursuivants marquent de plus en plus le pas : Mulhouse est sorti trempé d'une pluie drue de buts et de pénalités (7-8 contre la réserve du Mont-Blanc), et Dunkerque a concédé un point à Chambéry (5-5), adversaire pourtant battu 10-2 à l'aller.

17/12 Pas de réforme en vue pour l'Euro Hockey Tour

Le président de l'IIHF René Fasel était à Moscou ce week-end et a plaidé devant divers journaux la nécessaire réforme de l'Euro Hockey Tour, initiée par les fédérations d'Allemagne et de Suisse ces dernières semaines. L'idée principale est de réouvrir cette compétition réservée à un club fermé de quatre nations, afin que les autres pays puissent eux aussi affronter les meilleurs. On pourrait ainsi créer un vrai championnat d'Europe. Cela peut impliquer de supprimer ou d'aménager les tournois existants pour une formule plus souple en aller-retour, ou pour des qualifications. Les fédérations concernées, cependant, ne sont pas si enclines au changement, et leur réunion a été empreinte d'un fort conservatisme.

Le controversé directeur général de la FHR, Sergei Arutyunyan, en a livré les conclusions sur le site de la fédération russe : "Tous les participants à la conférence ont confirmé qu'un changement de l'Euro Tour est inopportun. Pour chaque pays, c'est important de conserver son tournoi traditionnel. Nous avons un accord conclu pour quatre ans, jusqu'en 2009/10. Oui, nous avons discuté l'inclusion d'autres pays. L'obstacle est la brièveté des fenêtres réservées dans le calendrier international. La formule actuelle restera donc constante l'an prochain. Nous discutons six nouvelles formules, mais aucune ne s'est dégagée. Nous y reviendrons à la conférence de février. Je ne peux qu'ajouter une proposition : puisque la coupe du monde n'existe plus, nous proposons d'organiser à Moscou un tournoi qui réunirait les quatre équipes européennes, plus les États-Unis et le Canada."

18/12 Mondial juniors : les Bleuets sauvés

Ce Mondial des moins de 20 ans à Riga ne restera pas comme un bon souvenir pour l'équipe de France. Les défaites face à la Hongrie (4-7) et à la Slovénie (0-5), des équipes présumées prenables, n'ont souffert aucune contestation. Les Bleuets ne dépendaient que d'une seule ligne offensivement, et leurs gardiens Buysse et Farruggia ont évolué en dessous du niveau attendu. Le bilan reste négatif, soit. L'important est quand même que le maintien soit sauvé afin qu'il ne devienne pas catastrophique. Cela a été fait en battant la Grande-Bretagne 6-2.

Stéphane Da Costa - meilleur marqueur du tournoi - a de nouveau été le principal contributeur. Il a transformé un tir de pénalité peu après la mi-match, au moment où les Britanniques menaçaient de revenir au score. En première période, il avait réussi deux passes décisives pour Rémy Rimann, auteur d'un bon tournoi du haut de son petit gabarit (1m63). La première ligne qu'ils forment avec Anthony Guttig et avec les défenseurs amiénois Grégory Beron et Alexis Birolini aura donc assumé son statut. Elle aura malheureusement eu peu de soutien. Cédric Custosse a fait un bonne semaine en défense. Romain Orset, auteur d'un Mondial difficile (fiche de -7, la plus mauvaise de la compétition), a terminé par une note positive avec un but important, celui de 2-1. Le troisième tiers-temps a ensuite permis d'améliorer le bilan de la ligne normande, avec deux buts de Jérémie Romand et Loïc Lampérier. Les deux Rouennais côtoyaient Graham Avenel, replacé à son poste habituel d'attaquant pour le tournoi après avoir évolué en défense depuis deux ans en sélection.

Le match pour la promotion Lettonie-Bélarus a tenu toutes ses promesses devant 9400 spectateurs. Alors que les Baltes devaient absolument gagner dans le temps réglementaire pour passer devant, le score était de 1-1 à six minutes de la fin quand la jeune star lettonne Kaspar Daugavins, bon passeur dans ce tournoi mais pas aussi rapide et direct vers le but que d'habitude, a manqué un tir de pénalité. Le tournant ? Non, car Janis Straupe l'a remplacé dans le rôle du héros en marquant le but décisif moins de deux minutes plus tard. À dix secondes de la fin, Daugavins a définitivement envoyé ses coéquipiers à Ottawa l'an prochain avec un but en cage vide.

Phénomène intéressant dans ces divisions I et II : les quatre groupes ont été remportés par le pays organisateur. Souhaitons que le théorème soit aussi valable pour les moins de 18 ans...

22/12 Communiqué des Ducs d'Angers

Après mûres réflexions et concertations, j'ai été contraint de prendre la décision de licencier François Dusseau. J'ai pu notamment constater lors des différentes rencontres que la rupture entre les joueurs et leur entraîneur était profonde et ne laissait plus la place à une possibilité de travail en commun.

Chacun connaît l'amitié et le respect que j'ai pour François, mais il devenait impossible de laisser la situation en l'état. Je souhaite lui rendre hommage. J'ai vécu avec lui de si forts instants et nous sommes tous conscients qu'il a fait progresser le club de manière très significative : il était joueur lors de la montée en élite en 1992 et depuis son arrivée en tant qu'entraîneur le club n'a cessé de gravir les échelons nationaux avec comme point d'orgue la finale de la Coupe de France gagnée la saison dernière à Bercy. La victoire lors de la première édition du trophée des champions cette saison restera aussi gravée dans nos mémoires. Je lui adresse mes plus sincères vœux de réussite pour la poursuite de sa carrière.

Mickaël Juret, président de l'ASGA et des Ducs d'Angers

22/12 Reprise de la Ligue Magnus

Alors que Grenoble et Tours ont déjà joué leur match en retard avant-hier (5-3) dans une soirée marquée par le retour de blessure du gardien Eddy Ferhi mais aussi par l'épaule démise de Johan Forsander, les autres clubs de Ligue Magnus abordent ce week-end la crucial reprise de Noël qui peut être un tournant du championnat. La reprise s'est déjà mal passée hier pour le dernier du classement Caen, battu 1-4 par une équipe de Strasbourg qui a retrouvé de l'efficacité en supériorité numérique.

L'évènement le plus suivi était le retour en France de Heikki Leime. À l'heure du coup d'envoi, il n'était déjà plus entraîneur "par intérim" - son statut depuis le début de la semaine en attendant de statuer sur le cas de François Dusseau. Ce dernier a en effet été licencié définitivement dans la journée, or il regrette qu'il n'y ait pas eu de réunion tripartite joueurs/entraîneurs/dirigeants (il a simplement rencontré le président Juret en privé lundi pour une explication) et qu'il a envisagé de se porter devant les prud'hommes. Quant à Leime, s'il parle évidemment parfaitement français pour avoir entraîné Caen, l'équipe de France puis Lausanne et Sierre, il a décidé de diriger les entraînements en anglais. Il rendait visite ce soir à l'équipe la plus "française" du championnat, Villard-de-Lans, et a commencé par une victoire (5-2 avec un dernier but en cage vide).

La plupart des scores ont été serrés ce soir. Grenoble a battu Dijon 3-2 avec un doublé de Ludek Broz, et Chamonix a créé la surprise en s'imposant sur ce même score à Morzine-Avoriaz, grâce à deux buts au troisième tiers - un en infériorité et un en supériorité - du Suédois Emil Tobiasson-Harris. Le seul carton a été réussi en fin de match par Briançon contre le Mont-Blanc (7-2).

Mais "serré" ne veut pas forcément dire "à faible pointage". On a assisté ce soir à deux rencontres à rebondissements. La première, c'est ce Rouen-Amiens qui paraissait vidé de suspense à 6-1 en début de troisième période. Et pourtant, Amiens est revenu à 6-5 à l'avant-dernière minute. Plus étonnant encore, Grégory Beron, qui n'a presque pas joué cette saison mais a contribué à ce retour par deux buts et une assistance, tous en jeu de puissance. En voilà au moins un à qui le Mondial junior a fait du bien ! Desrosiers a finalement assuré la victoire rouennaise en cage vide (7-5), mais l'île Lacroix a eu l'impression de revivre les frayeurs d'un derby.

La deuxième patrie du suspense, c'est Tours, qui a concédé sa troisième prolongation à domicile. Cette fois, l'heureux visiteur bénéficiaire du point s'appelait Épinal, avec un Guillaume Chassard auteur d'un hat-trick en supériorité en dix minutes pour confirmer son statut de meilleur buteur français du championnat. Les Diables noirs ne pâtissent pas de devoir jouer les prolongations puisqu'ils récupèrent toujours le second point. Cela n'a pas manqué : le temps supplémentaire s'est ouvert par une pénalité de Slovak, et Miro Pazak a marqué le but vainqueur (6-5).

22/12 Division 1 : Courbevoie s'en mêle

Courbevoie restait sur deux lourdes défaites face à Montpellier et Gap et semblait être largué par le haut de tableau de la D1. Les Coqs avaient à cœur de démontrer le contraire ce soir face à leur vieux rivaux de Neuilly, et ils ont réussi à faire tomber le leader (6-4). Les Gapençais étaient eux aussi menés 3-1 en Avignon, mais eux ont réussi à refaire leur retard pour s'imposer 6-4. Ils prennent donc la première place.

Cela promet pour la rentrée. Neuilly y recevra une équipe d'Amnéville qui a encore perdu deux points précieux ce soir contre Cergy (1-4) et qui ne sera toujours pas au complet, puisque Kozik a pris deux matches de suspension pour son coup de tête. Une victoire remettrait la pression sur Gap qui devra défendre sa position de leader en recevant l'équipe en forme de la fin 2007, Montpellier.

Les Vipers, malgré la perte de leur attaquant suédois Erik Möller dont l'épaule n'a pas survécu à une charge contre la bande de Mouly la semaine dernière, ont terminé l'année par une huitième victoire consécutive, 5-4 chez leurs concurrents directs bordelais, et ils sont maintenant troisièmes avec trois points d'avance sur le trio des battus de la soirée Amnéville/Avignon/Bordeaux. Sans compter que Garges, vainqueur 7-4 à Reims, n'est qu'à deux points derrière ceux-là. Au rythme où vont les rebondissements, cette D1 en poule unique n'en est pas à son dernier épisode.

24/12 Allemagne : Mannheim gagne avec Dave King

On pensait le champion Mannheim sorti d'affaire après un début de saison raté. À domicile en particulier, il n'avait plus perdu depuis deux mois. Il aura suffi d'une fois... Vendredi, la défaite contre le promu Wolfsburg (4-7) a provoqué le licenciement de l'entraîneur Greg Poss, qui avait pourtant été prolongé jusqu'en 2010 dans des circonstances qui avaient fait rire toute l'Allemagne. Le contrat avec l'Américain avait en effet été signé durant l'été, et le club voulait l'annoncer en début de saison, mais les mauvais résultats avaient sans cesse retardé l'échéance. Sauf que les Adler avaient déjà imprimé des cartes destinées aux supporters pour recueillir les autographes, cartes sur lesquelles figurait la mention "Greg Poss - contrat jusqu'en 2010". Les plus observateurs n'avaient pas manqué de le remarquer, et le "secret" était ainsi éventé. Mannheim l'a officialisé en novembre... pour virer son entraîneur un mois plus tard.

Immédiatement, les Adler présentaient son successeur : Dave King ! Le vieux lion canadien jouait très gros hier soir : son premier match contre Düsseldorf était d'autant plus capital que les matches de Mannheim des trois prochaines journées ont été avancés et déjà joués pour que l'équipe aille participer à la Coupe Spengler. La victoire fut une formalité (7-2). Il faut dire que Düsseldorf, autrefois le club-phare du hockey allemand, est en pleine crise avec neuf défaites dans les dix dernières journées et des tribunes à moitié vides. Le manager Lance Nethery, qui avait décidé de virer le coach Lener et de prendre les rênes de l'équipe, avait annoncé qu'il embaucherait un nouvel entraîneur si le besoin s'en faisait sentir. Le moins que l'on puisse dire est que ça presse...

Les changements d'entraîneur vont vite en DEL. Il y a dix jours, c'était Paulin Bordeleau (Augsbourg) qui devait rendre son tablier au lendemain d'une demi-finale de coupe perdue à plate couture chez la terrible attaque berlinoise (10-4). Bordeleau, qui avait affiché de grandes ambitions à son arrivée, a ainsi échoué dans le seul trophée qu'il pouvait éventuellement gagner avec un petit club comme Augsbourg, et au même stade - demi-finale - que son prédécesseur Benoît Laporte avant lui. Pourtant, par rapport à ses moyens, Augsbourg était plutôt mieux classé que prévu en championnat. Mais les dirigeants ne voulaient pas perdre de vue l'espoir d'une place en play-offs.

Ils ont donc engagé Larry Mitchell, un entraîneur canadien peu connu qui vient de se tailler une réputation en emmenant le petit club de Landsberg de la troisième au haut de la deuxième division, avant de partir à cause de sérieux problèmes financiers. Libre, Mitchell se retrouvait convoité. Il se permettait même de refuser un poste d'entraîneur-adjoint à Ingolstadt et de repartir dans son pays. C'était osé car il aurait pu tomber dans l'oubli... En fait, il aura suffi de deux semaines pour qu'il soit rappelé. Ironie du sort, c'est Max Fedra qui l'a contacté : le manager d'Augsbourg avait pourtant eu des prises de bec la saison passée avec l'entraîneur de Landsberg au sujet de certains prêts de joueurs, ce qui avait conduit à la fin de la coopération entre les deux clubs. Aujourd'hui, ils travailleront ensemble. Larry Mitchell avait un calendrier favorable dans une certaine mesure, mais aussi une forte pression : il commençait par trois matches à domicile. Ils ont été gagné tous les trois (dont deux aux tirs au but), et Augsbourg, effectivement, reste à portée de la dixième place.

Les Eisbären de Berlin sont toujours en tête du classement, devant Francfort. Quant à la finale de coupe, elle opposera les deux mêmes équipes, Berlin et Francfort.

26/12 Ligue Magnus : c'est Noël pour Villard-de-Lans

Cela faisait trois mois que Villard-de-Lans n'avait pas gagné à domicile. Ce soir, c'est un sympathique cadeau qui a été offert au public d'André-Ravix avec une belle victoire 3-2 sur Tours. Les Ours sortent ainsi de la zone de danger, en repassant devant Dijon, qui a mené 2-0 après cinq minutes mais s'est finalement incliné 3-7 contre Morzine-Avoriaz. Épinal s'éloigne par contre du bas de tableau en battant nettement Saint-Gervais/Megève (6-1).

Les Amiénois ne parviennent encore à inquiéter assez Rouen pour faire revivre les grands duels du passé. Par contre, ils arrivent à s'accrocher à un autre rival traditionnel, Grenoble. Poussés à la prolongation chez eux, les Brûleurs de Loups se sont vus rejoindre à une minute de la fin sur un but de Pavel Kowalczyk à cinq contre trois. Broz et ses camarades ont tout de même empoché un second point lors de la séance des tirs au but.

Il fallait bien cela pour suivre le rythme des deux leaders, qui ont aiguisé leurs crosses ce soir avant le grand choc à l'île Lacroix. Les Briançonnais ont disposé de Caen 8-1, avec trois buts de leur capitaine slovène Edo Terglav. Mais les Rouennais sont fins prêts à les recevoir samedi. Ils l'ont prouvé en transformant la moitié de leurs supériorités numériques à Strasbourg et en provoquant la sortie du gardien Juraj Nemcak avant la mi-match avec six palets au fond de ses filets. Les Alsaciens n'ont été autorisés à marquer que dans les deux dernières minutes.

27/12 Russie : Magnitogorsk aussi change d'entraîneur

C'est le huitième changement d'entraîneur cette saison en Superliga russe, mais sans doute le plus surprenant : Fedor Kanareikin s'est fait virer du Metallurg Magnitogorsk alors que son équipe occupe une troisième place a priori tout à fait honorable. Il est vrai que le champion en titre marquait un peu le pas avec sept défaites sur les dix dernières journées. Mais, plus que les résultats, c'est la qualité de jeu qui ne satisfaisait pas le spectateur n°1, celui qu'il ne faut pas contrarier : Viktor Rashnikov, le président du combinat métallurgique, la 104e fortune du monde au dernier classement de Forbes. Durant la trêve, Rashnikov avait déjà participé à une réunion avec les joueurs, les entraîneurs et les dirigeants, et il avait décidé de réintégrer Valeri Postnikov au sein du staff, à la place de l'entraîneur-adjoint Viktor Korolev qui était envoyé en tribune en position d'observateur-analyste. Postnikov, qui s'occupait dernièrement de la génération 1992 du club, est extrêmement respecté par tous les suiveurs du club. Il a en effet été l'entraîneur historique du Metallurg Magnitogorsk pendant plusieurs décennies, et il a évidemment suivi son ascension (de même que celle de Rashnikov).

Après deux nouvelles défaites à domicile contre Kazan et Nijnekamsk, la décision présidentielle a été encore plus radicale : le président a ordonné de mettre à l'écart Kanareïkin et de confier les commandes de l'équipe à Valeri Postnikov. Celui-ci s'est exécuté dans la plus totale allégeance, comme il l'a confié à Sport-Express : "J'ai un très grand respect pour Rashnikov, et je ne pouvais pas lui refuser cela. C'est précisément grâce à ses efforts que le club de hockey s'est développé à Magnitogorsk et que l'équipe figure parmi les grands de notre championnat. Le président sent toujours bien la situation. Les solutions qu'il choisit sont correctes à 99,9%."

Les débuts de Postnikov, vétéran actif sur le banc comme un gamin enthousiaste, se sont bien déroulés, avec deux succès à l'extérieur chez le Khimik et le SKA Saint-Pétersbourg, le deuxième du classement qui n'est plus qu'à trois points. Le cap de la fin d'année sera passé, mais le plus important reste à venir : dans deux semaines, le Metallurg Magnitogorsk reviendra à Saint-Pétersbourg pour participer à la Coupe d'Europe des Champions, qu'aucun club russe n'a jamais perdu dans sa formule actuelle.

27/12 Nicolas Besch part en Finlande

Si Pierre-Édouard Bellemare prend une place de plus en plus importante dans une équipe de Leksand solidement en tête de l'Allsvenskan, en jouant en deuxième ligne et en supériorité numérique, ce fut plus difficile pour Nicolas Besch de s'imposer chez le leader de la deuxième division suédoise. En mal de temps de jeu, le défenseur français avait donc été prêté chez une équipe de bas de tableau, Nyköping, où il a récolté 4 points en 15 matches. Son nouveau club était satisfait de lui, et il regrette de ne pas avoir eu son mot à dire dans ce qui vient de se passer : Besch a reçu une offre du club finlandais du Sport Vaasa, et Leksand a accepté de le laisser partir, mettant fin du même coup au prêt à Nyköping qui n'a guère les moyens de le remplacer.

L'international tricolore passera donc la suite de sa saison en Mestis, la deuxième division finlandaise, dont les meilleurs joueurs sont toujours les ex-Grenoblois Tero Forsell (meilleur marqueur) et Pasi Järvinen (meilleur +/-).

Le Sport Vaasa y occupe actuellement une décevante huitième place sur douze au classement. Cette équipe compte trois étrangers dans ses rangs, tous canadiens. Deux attaquants, Blake Robson (venu d'ECHL) et Ian McNeil, cet ex-joueur d'AHL qui a fait deux courts remplacements en LNB suisse en octobre, l'une à Sierre à la place de Derek Cormier rentré au Canada en raison du décès de sa mère, l'autre à Lausanne à la place d'Eric Himelfarb blessé. Le troisième est un francophone, le gardien Jocelyn Guimond (venu de NCAA). Les étrangers ne tiennent cependant pas un rôle majeur dans l'effectif du Sport Vaasa, dont les éléments moteurs sont finlandais.

29/12 NHL : Huet passe en tête des gardiens

Le mois de décembre avait plutôt mal commencé pour Cristobal Huet avec une blessure à l'aine qui l'a tenu éloigné des glaces pendant deux semaines. Cela permettait ainsi au jeune gardien Carey Price, considéré comme le seul joueur "non échangeable" des Canadiens, d'enchaîner les rencontres. Mais la période des fêtes a été très profitable au portier français. Montréal y faisait une petite tournée en Floride, où il s'affiche à cette période de l'année devant des patinoires pleines... grâce à une forte proportion de Québécois en vacances. Le record d'affluence de la patinoire de Sunrise, où jouent les Florida Panthers, a ainsi été battu hier soir.

Après avoir battu Tampa Bay 5-2 la veille, les Canadiens ont fait encore plus fort en inscrivant trois buts en cinq minutes, sur les trois premiers tirs affrontés par le gardien tchèque Tomas Vokoun, qui a passé une très mauvaise soirée alors qu'il tournait à 94% d'arrêts en décembre jusque là. Le blanchissage de Huet s'est envolé au troisième tiers sur un but de Jokinen (5-1) mais les quarante arrêts du gardien français lui permettent de devenir le n°1 de la NHL pour le pourcentage d'arrêts, dépassant l'Américain Tim Thomas avec 93,1% de tirs repoussés. Rappelons que Huet avait déjà terminé premier de ce classement en 2005/06. Il peut ainsi influer favorablement sur sa sélection au All-Star Game. Martin Brodeur conserve une certaine avance dans le vote des fans qui s'achèvera le 2 janvier, les deux autres gardiens de la Conférence Est (Henrik Lundqvist et... Huet ?) seront choisis par les entraîneurs.

29/12 Ligue Magnus : Briançon finit l'année devant

Le mois de décembre ne restera pas un grand souvenir pour Dijon après cinq défaites consécutives, mais les Ducs se sont repris pour leur dernier match de l'année - avancé au vendredi comme celui de Morzine pour mieux capter le public touristique en station - en gagnant 3-1 à Chamonix grâce à un doublé de leur buteur historique Miroslav Kristin dans les six dernières minutes. Ils sont ainsi repassés au-dessus de la barre et ont mis la pression sur Villard-de-Lans qui se déplaçait à Megève, ce samedi pour sa part.

Les Ours ont parfaitement répondu : ils sont allés battre le Mont-Blanc chez lui (2-0) avec le premier blanchissage de la saison pour Pascal Favarin. C'est donc Chamonix qui se retrouve maintenant à la treizième place, celle qui condamne au barrage de maintien contre Caen. Les Drakkars y paraissent en effet condamnés après leur nouvelle défaite 4-6 contre l'équipe en forme Épinal. Et deux buts de plus au passage pour Guillaume Chassard...

Mais le match que tout le monde attendait, c'est bien sûr le choc Rouen-Briançon. Car on ne savait pas trop qui considérer comme le vrai leader de la Ligue Magnus : Rouen avait certes un point de moins mais aussi un match en moins. Maintenant, on sait. Jean-François Dufour a mis au fond deux palets traînants devant la cage et les Diables rouges se sont imposés sur l'île Lacroix (5-3). À quatre jours de la finale de la Coupe de la ligue, qui verra Rouen chercher sa revanche et Briançon son premier titre, les positions en championnat sont donc clarifiées. Les hommes de Luciano Basile ont trois points d'avance sur le trio Grenoble/Rouen/Angers.

Les Grenoblois sont revenus de loin, menés 0-2 après vingt minutes par Strasbourg et sauvés par un doublé de Christophe Tartari (4-2). Quant aux Angevins, ils ont gagné 2-0 à Tours à l'issue d'un vrai match de gardiens : alors que Hiadlovsky cédait sur un tir dévié de Lahesalu (le second but serait marqué en cage vide), Ville Koivula ne laissait rien passer et assurait une seconde victoire pour les Ducs "version Leime", qui gardent donc le contact avec les meilleurs.

 

 

Le mois précédent (novembre 2007)

Le mois suivant (janvier 2008)