Novembre 2007

 

02/11 Ligue Magnus : équipe-type d'octobre

Il est arrivé à Ferhi de connaître des jours sans en octobre, ce qui a ouvert le poste de gardien de l'équipe-type. Bronsard (Briançon) a réalisé des prestations sérieuses. Johan Scanff (Chamonix) s'est révélé avec un bilan très positif en quarante minutes contre Angers et deux victoires contre Amiens et dans le derby haut-savoyard. Mais celui qui a le mieux utilisé ses titularisations en championnat, c'est Henri-Corentin Buysse. C'est le seul joueur qui a permis à son équipe de prendre un point face à l'ogre grenoblois en championnat, et il a enchaîné avec son second blanchissage de la saison contre Morzine-Avoriaz.

Si Grenoble s'en est sorti avec la victoire contre les Gothiques, c'est parce que Viktor Wallin a inscrit deux buts. Si en plus il se met à marquer, sa place dans l'équipe-type lui est de nouveau réservée. À ses côtés, on aurait pu imaginer un Pavel Kowalczyk devenu efficace, mais la recrue amiénoise doit améliorer sa relance, où il commet en moyenne une bévue par match. C'est donc Alexandre Rouleau , pilier de la solide défense briançonnaise, qui obtient la citation, même si elle aurait pu être entachée par son expulsion en fin de match à Pôle sud où il avait mis la crosse dans le visage de Forsander parti vers la cage vide.

Chez le leader grenoblois, c'est surtout la ligne tchèque qui est en grande forme. Patrik Valcak joue même mieux que Broz et Masa certains soirs, alors qu'on ne voyait en lui qu'un joueur de complément. Il semble moins dépendant de Broz que son collègue ailier Masa, qui marque régulièrement mais est aussi inexistant par moments, surtout à l'extérieur. Valcak, pour sa part, n'est toujours pas un buteur : un seul filet face à Briançon... mais 17 assistances ! Par contre, il a une excellente vision du jeu et un physique avantageux qu'il sait utiliser sans tomber dans l'indiscipline, notamment en protégeant son palet. Celui qui avait été plutôt discret à son arrivée en cours de saison dernière est la bonne surprise du début de saison de Grenoble (avec un Manavian qui s'affirme à l'arrière).

Au centre, Éric Fortier est la véritable locomotive d'Angers et la raison principale du bon classement de son équipe. Il n'est pas le meilleur marqueur de la Ligue Magnus par hasard, il est. Partout sur la glace, il pèse énormément sur les défenses adverses, toujours bien placé.

Les trois recrues vedettes de Tours ont connu des sorts très différents. Jonathan Gauthier a énormément déçu par con comportement en repartant de manière inexcusable au Canada. Le centre tchèque Martin Filip peine à s'adapter à Tours où son jeu trop compliqué a trop de déchets pour l'instant. Par contre, le troisième, Miroslav Pazak, fait l'unanimité. Il est de plus en plus efficace et a contribué à remonter les Diables noirs au classement.

L'équipe-type d'octobre : Henri-Corentin Buysse (Amiens) ; Viktor Wallin (Grenoble) - Alexandre Rouleau (Briançon) ; Patrik Valcak (Grenoble) - Éric Fortier (Angers) - Miroslav Pazak (Tours).

03/11 Ligue Magnus : Angers redevient leader

Après la défaite à Rouen, certains pouvaient déjà se dire que le début de saison d'Angers n'avait été qu'une parenthèse, avant le retour aux choses sérieuses, comprenez aux puissances traditionnelles. Mais l'ASGA avait à cur de montrer qu'il était bien un grand club. On a refusé pas mal de monde ce soir aux portes du (petit) Haras, nouvelle forteresse inattendue de la Ligue Magnus. Avec une présence physique de tous les instants, les Ducs y ont maté les éphémères leaders grenoblois, indigents pendant leurs nombreuses supériorités numériques (4-2). Aujourd'hui, Angers est un vrai leader, quelle que soit la lecture que l'on fasse du classement, car il a déjà battu ses deux poursuivants qui sont à deux points : Grenoble (un match en moins) mais aussi Briançon, net vainqueur d'Amiens (5-2).

Le quatuor de tête, celui qui sera dispensé du premier tour de play-offs, est en train de se former, puisque Rouen a pris trois points d'avance sur Tours malgré un match en retard. Les Dragons ont en effet gagné l'autre affiche de la soirée en partant toutes voiles dehors à la conquête des Diables Noirs, battus 6-7 sur leur glace à l'issue d'un match pour le moins offensif.

En bas de tableau, Caen a concédé une nouvelle défaite, perdant 4-1 au pied du Mont-Blanc avec un dernier but en cage vide. Non loin de là, Strasbourg, qui s'inquiétait d'être peu récompensé de ses performances par des victoires, a ramené deux points importants de Chamonix, en gagnant 3-2 avec deux buts de Yannick Maillot. En plus, le défenseur joker Jeremy Downs a pu faire ses débuts.

Cette victoire alsacienne, plus la spectaculaire remontée de Dijon à Épinal (victoire 4-3 avec un doublé de Kevin Dugas après avoir été mené 3-0 à huit minutes de la fin), fait descendre Villard-de-Lans sous la barre, à la treizième place. Les Ours, qui ont vu Jeff Rainville prendre trois matches ferme et deux avec sursis pour son coup de crosse dans la lèvre d'Amar, ont en effet perdu 2-4 contre Morzine-Avoriaz. Les anciens du Vercors (Tardif et Rozenthal) n'ont pas marqué, mais Ågren s'en est chargé avec deux buts.

03/11 Division 1 : Courbevoie et Montpellier se relancent

Il aura fallu le retour de Pascal Ryser à Végapolis, fût-ce comme coach des visiteurs, pour que Montpellier obtienne sa première victoire à domicile de la saison. Ce franc succès 8-3 fait du bien après la mésaventure niçoise en coupe. L'autre équipe qui s'est relancée, c'est Courbevoie, vite mené de deux buts par Garges-lès-Gonesse mais qui a profité du laisser-aller défensif adverse pour gagner finalement 8-3. Cette défaite infligée à une formation du carré de tête relance aussi le championnat, car Amnéville (6-4 contre Le Vésinet) et Avignon (4-2 contre Viry) se sont rapprochés à un et deux points de la quatrième place détenue par Garges.

Gap, vainqueur 6-3 de Valence, et Bordeaux, qui a difficilement battu Annecy (5-3 et trois tirs de pénalité manqués); en ont aussi profité pour gagner une place. Devant eux, il reste bien sûr Neuilly-sur-Marne, solide leader avec une nouvelle victoire 7-4 à Cergy et un hat-trick de Martin Gascon.

03/11 Division 2 : le duel des Ribanelli

Dans la poule ouest, Brest paraît plus que jamais sans rival. On s'interrogeait sur la défense choletaise, elle a explosé dans le Finistère (12-3). La Roche-sur-Yon, pour sa part, a cédé à Toulouse dans un étonnant duel entre les frères Ribanelli (deux buts pour Christophe pour les locaux, deux buts pour David pour les visiteurs). Après avoir vu son équipe perdre le profit de sa première période et encaisser trois buts en deux minutes au début du deuxième tiers, Benoît Pourtanel a pris un temps mort qui a changé le cours du match. La tactique de pressing haut qui avait échoué à Cherbourg a cette fois perturbé l'adversaire et amené cette plus belle victoire de la saison pour le TBHC.

En bas de classement, Meudon a enchaîné une seconde victoire consécutive, quand un triplé de Sébastien Derderian (quatre buts en trois saisons de D2 jusqu'ici) a enfoncé un peu plus l'ACBB (9-3).

Dans la poule est, il y a toujours trois équipes au coude-à-coude. Mulhouse (8-1 à Champigny), Nice (9-0 chez la réserve du Mont-Blanc) et Lyon (11-1 devant Chambéry) n'ont pas connu de problème ce soir. On attend le troisième épisode de leurs confrontations avec le Lyon-Mulhouse de la semaine prochaine. Notons aussi que le promu Clermont-Ferrand a connu sa première défaite à domicile face à la jeune génération d'Asnières (1-3, buts de Pfeiffer, E. Rouyer et Ehrhart).

05/11 Allemagne : Lener viré

Après une saison noire, les Eisbären de Berlin sont revenus en tête de la DEL. Paradoxalement, les recrues sont plutôt décevantes, mais les joueurs déjà en place sont totalement libérés depuis l'éviction de leur entraîneur Pierre Pagé. La bonne série berlinoise s'est cependant arrêtée hier à Mannheim (5-4). C'est la troisième victoire de rang pour le tenant du titre qui voit enfin le bout du tunnel. Notons que son gardien Robert Müller, qui cirait le banc depuis qu'il a terminé sa chimiothérapie parce que le club n'avait pas vraiment anticipé son retour, a été envoyé chez la lanterne rouge Duisburg... où il devrait avoir beaucoup, beaucoup de travail.

En milieu de tableau, le champion Mannheim se retrouve à égalité de points avec... le finaliste de l'an passé Düsseldorf, qui n'arrive pas non plus à retrouver de la constance. Après la piètre prestation à domicile devant Krefeld vendredi (4-6) puis la défaite à Francfort samedi (4-5), l'entraîneur du DEG a sauté hier. Le manager Lance Nethery s'occupera lui-même du coaching jusqu'à la fin de la saison. L'ancien sélectionneur tchèque Slavomir Lener, qui n'avait jamais été viré dans sa carrière, a commenté son sort sur hokej.cz : "Nous voulions obtenir de meilleurs résultats, mais nous avons eu des problèmes chroniques de blessures. Au complet, l'équipe est très forte. Je mentirais si je disais que ce licenciement ne me frustre pas. J'aurais espéré plus de patience de la part des dirigeants." Il est vrai qu'en plus de l'opération de l'épaule de Tore Vikingstad, revenu depuis dix matches, il y a la mononucléose de Daniel Kreutzer, toujours hors d'état de jouer. La bonne nouvelle là-dedans est que leur habituel partenaire de ligne Klaus Kathan a prouvé qu'il pouvait être aussi précis et efficace sans eux (déjà 11 buts). En plus, le défenseur Darren Van Impe a manqué les trois dernières semaines à cause d'une blessure à la cheville.

Et Yorick Treille dans tout cela ? Cela va mieux pour le Français, décrit il y a peu comme la recrue la plus décevante de l'intersaison. Depuis son retour de blessure, il a été aligné sur le deuxième trio avec Vince Bellisimo, la bonne affaire de l'intersaison (meilleur marqueur du club alors qu'il était la recrue la moins chère), et avec Felix Schütz. Le centre allemand, qui s'était révélé lors du Mondial d'Amiens, a en effet choisi d'honorer enfin son contrat avec Ingolstadt plutôt que de passer la saison en AHL comme il l'avait envisagé. Cette ligne est la plus en forme, et Treille accumule ainsi les assistances et les bons points. Au lieu de se focaliser sur son inefficacité devant la cage (cela n'a jamais été son points forts), on commence à remarquer son travail de fond : Yorick Treille a en effet la meilleure fiche de l'équipe avec +10.

06/11 Ligue Magnus : Guillaume Rodrigue à Tours

Le suspense a été levé aujourd'hui : c'est bien l'attaquant Guillaume Rodrigue qui constituera la part "offensive" du remplacement - en mieux - du fuyard Jonathan Gauthier (Tours), en attendant un défenseur défensif. Rodrigue avait commencé la saison en CHL chez les Arizona Sundogs (1 but et 3 assists en 3 matches) après avoir passé trois saisons à Angers, où l'ASGT n'était encore pour lui que le grand rival malcommode. Durant tout ce temps, il était indissociable du centre Jonathan Bellemare qui l'alimentait en palets. À Tours, c'est un autre créateur de la Ligue Magnus, Martin Filip, qui devrait avoir cette charge.

09/11 Eric Lindros prend sa retraite

L'ancienne "future grande star" de la NHL vient d'annoncer sa retraite. Il avait explosé très jeune par sa puissance et défrayé la chronique par son refus d'aller jouer pour les Nordiques de Québec qui avaient le premier choix de draft en 1991. Son cas avait donc immédiatement provoqué une fracture entre des francophones qui le détestaient et un Canada anglophone qui voyait en lui la nouvelle incarnation du jeu à la canadienne, très physique.

Son début de carrière est tonitruant. Il est le meilleur marqueur de NHL en 1995 et forme la "Legion of Doom" aux côtés de John LeClair et Mikael Renberg à Philadelphie, qu'il emmène en finale de la Coupe Stanley en 1997. Malheureusement, ce joueur si dominant physiquement verra sa carrière polluée par des commotions cérébrales à répétition. Il n'aura pas été le joueur-phare que l'on prédisait. Après quelques échecs (Albertville, Nagano), il a tout de même obtenu la médaille d'or olympique à Salt Lake City en 2002, le seul succès à son palmarès en senior.

10/11 Division 1 : première défaite de Neuilly

Après sept victoires d'affilée, Neuilly-sur-Marne a finalement connu sa première défaite (8-5), chez une équipe de Bordeaux qui s'affirme de plus en plus comme le grand outsider de la division 1. Les trois premiers sont maintenant resserrés en un point, puisque Gap a gagné 6-1 à Reims. Au sein des membres de ce trio de tête, qui se sont déjà affrontés, il faut tout de même signaler que les Gapençais ont rendu visite à leurs concurrents, alors que Bordeaux les a reçus. Cela pourrait être un avantage pour les Rapaces pour la phase retour.

L'autre enjeu de la journée concernait le duel direct pour la quatrième place entre Garges-lès-Gonesse et Amnéville. Les Chiefs se sont fait dépasser et sortir du carré en s'inclinant 5-7 à domicile face aux Mosellans, qui ont bénéficié de cinq buts de leurs anciens joueurs de Limoges (Disnard, Paredes, Hennebert).

10/11 Division 2 : Lyon fait repasser Nice devant

Les leaders de la poule ouest ont tous gagné : Brest (10-3 à Font-Romeu avec des triplés de Bruno Maynard et Serge Toukmatchev), La Roche-sur-Yon (10-4 contre Meudon après avoir été mené 0-2) et Cholet (6-1 contre la réserve de Caen). Mais le match le plus important à l'ouest concernait Cherbourg : après avoir déjà perdu chez eux face à Meudon il y a deux semaines, les Normands n'avaient plus le droit à l'erreur face à l'autre équipe francilienne, l'ACBB. La suspension du défenseur slovaque Peter Rojik tombait donc très mal. Mais Tomas Kollar a endossé en son absence le rôle de défenseur offensif, en marquant trois buts, et Cherbourg a remporté une victoire laborieuse mais capitale (7-5).

Pascal Margerit a bien fait de sortir de sa retraite, car ses trois buts ont bien aidé Nice à se sortir d'un mauvais pas devant Dunkerque : 7-4 après avoir été mené 2-4. Ces renversements de score rappellent quelques souvenirs du côté de Mulhouse, mais cette fois ils n'ont pas été favorables aux locaux. Ils ont donné de grands espoirs à leur public en menant 2-0 au début du deuxième tiers-temps, avant que Lyon n'inscrive quatre buts d'affilée... et rende la tête de la poule aux Niçois. Le chassé-croisé continue.

14/11 Coupe de France : Brest le plus difficile à battre

En raison du report de plusieurs matches (Nice-Grenoble, Neuilly-Cergy et Cholet-Angers), les huitièmes de finale de Coupe de France se résumaient ce soir à des duels intra-Magnus. Or, on a vu hier soir avec la sixième victoire d'Angers sur Caen en trois mois lors du match en retard du tour précédent (11-3 avec cinq buts de Metsäranta) que ce n'était pas forcément les duels les plus serrés.

En effet, c'est le seul club de division 2 en lice aujourd'hui, Brest, qui s'est incliné par la plus petite des marges. Tours, qui vient de recruter son "second remplaçant" de Gauthier, le physique défenseur slovaque Robert Filip, s'est qualifié difficilement en Bretagne, sur le score de 4-3.

Les confrontations "magnusiennes" ont eu des résultats plus nets. Morzine-Avoriaz a infligé un sévère 7-0 au Mont-Blanc sur sa glace de Megève, avec un quadruplé pour Luc Tardif junior. Briançon a battu Villard-de-Lans, avec deux buts et une assistance de Damien Raux, sur la lancée de sa prestation avec l'équipe nationale. Rouen a blanchi Amiens 4-0, dans un match qui a toutefois été longtemps animé. Et Strasbourg a toujours fait la course en tête (7-4) devant une équipe d'Épinal décidément peu en réussite dans les derbys.

15/11 Suisse : bilan après 20 journées

Après vingt journées dans le championnat suisse, on commence à dégager les réels favoris au titre, ceux qui batailleront pour une place en play-offs, et pour terminer, les formations qui devront malheureusement pour elles se battre pour conserver leur place dans l'élite. Quelques formations créent la surprise en parvenant à se maintenir en milieu de tableau, mais cela sera dur de tenir jusqu'au terme de la saison.

Après un début de saison difficile, les Ours de Berne semblent avoir trouvé leur rythme de croisière. Ils se sont installés en tête de la LNA et ne sont plus près de quitter le fauteuil de leader. Le CP Berne peut s'appuyer sur d'excellents étrangers, mais surtout sur un Christian Dubé en pleine forme, meilleur passeur de la ligue avec 25 assistances délivrées depuis le début de la saison (pour 3 buts). Le gardien Marco Bührer se relève très solide et d'une régularité époustouflante, parvenant à lui seul à garder son équipe dans le match ainsi lorsque l'attaque est en peine. On aurait pu croire le pire après le départ de Simon Gamache, mais il n'en est rien. Berne est bien le candidat n1 au titre cette année, car après être passé si près l'année passée, on les voit mal rater le coche une deuxième fois consécutive.

Excellent début de saison de Genève-Servette qui fait preuve d'une solidité à toute épreuve. Les hommes de Chris McSorley s'annoncent comme de sérieux outsiders au titre. Ils sont capables de battre n'importe qui grâce à leurs talentueux étrangers. Juraj Kolnik domine le classement de pointeurs avec 32 points (10+22), alors que Serge Aubin a réalisé 28 points, Kirby Law 14 points avant de se blesser et de laisser le relais à Jean-Pierre Vigier qui a marqué 16 points en 17 matchs. Il ne faut pas non plus oublier Laurent Meunier qui a inscrit 16 points et 15 matchs. Dans les cages, Gianluca Mona est plus à son avantage qu'avant, c'était probablement ce qui manquait à Genève les années précédentes. Pointant à la deuxième place du classement, les Genevois peuvent aborder tranquillement la seconde moitié de la saison.

Comme d'habitude, Davos figure dans le haut du classement et risque une fois de plus de terminer dans le trio de tête grâce à sa régularité. L'équipe grisonne est emmenée par Alexandre Daigle (20 points), Josef Mahra, Janne Niinimaa et comme chaque année l'excellent Reto Von Arx. Les protégés d'Arno Del Curto sont troisièmes, mais avec le même nombre de points que Genève. S'ils arrivent à maîtriser l'après-Coupe Spengler qui leur coûte souvent de nombreux points à cause de la fatigue, ils devraient parvenir à conserver leur position ou même prétendre à davantage. Après tout, n'ont-ils pas un titre un défendre ?

Après un début de saison assez moyen, Zoug émerge à la quatrième place, mais avec le même nombre de points que ses deux poursuivants. Pourtant la suite s'annonce plus compliquée avec le départ du technique et rapide Oleg Petrov pour le championnat russe. Malgré tout, Dale McTavish, auteur de 21 points, semble capable d'assumer le rôle d'étranger n'1. De plus, Zoug peut s'appuyer sur des joueurs suisses très talentueux, le Top scorer Duri Camichel (25 points) est redoutable devant le but et dispose d'une vision du jeu exceptionnelle, alors que Paul DiPietro est fidèle à sa réputation en sachant être présent dans les moments décisifs d'une rencontre. Björn Christen connaît son meilleur début de saison avec 17 points, ce qui lui permet de figurer dans le Top 20 des compteurs de cet exercice 07/08. Honnêtement, il sera dur pour Zoug de gagner le titre, mais une position de demi-finaliste peut tout à fait être envisageable si l'équipe digère le départ de Petrov.

Langnau est à n'en pas douter la grosse surprise de ce début de saison. Jamais présents en play-off depuis leur retour dans l'élite, les Tigers sont enfin à même de prétendre à une place parmi les huit. Ils avaient été enterrés d'avance par la plupart des spécialistes, car il devient habituel que nos amis emmentalois occupent le bas de classement. Pourtant, Langnau à fait tomber de nombreux cadors du championnat en s'appuyant sur l'omniprésent Jeff Toms. Avec un tir du poignet à la fois précis et puissant, mais également un jeu de passe splendide, on peut déjà affirmer qu'il est la principale raison de cette bonne première partie. Mais il serait injuste d'oublier le retrouvé Josh Holden qui répond enfin aux attentes placées en lui, si bien que les deux Canadiens partagent la deuxième place du classement des compteurs avec 30 points, un sommet personnel pour eux dans leur carrière helvétique. S'ils parviennent à conserver la même envie de jouer et volonté d'aller de l'avant, les Tigres peuvent très bien obtenir leur première participation aux séries, même si beaucoup de mauvaises langues les voient retomber dans leurs travers.

Début de saison catastrophique pour les Kloten Flyers, mais ils ont su juste se rattraper à temps avec une série de matchs contre des adversaires de bas de classement pour accrocher le bon wagon et retrouver la confiance qui leur faisait défaut. L'équipe grignote place après place et se retrouve au sixième rang. Comme d'accoutumée le Finlandais Kimmo Rintanen affole les défenses adverses, tout comme son coéquipier Domenico Pittis plus efficace et moins égoïste que l'année passée (4 buts et 20 passes). Mais Kloten peut également compter sur de bons joueurs suisses, comme le capitaine Romano Lemm, toujours présent dans les moments difficiles, Marcel Jenni et la révélation de l'année passée Patrick Von Gunten. Ronnie Rueger fait le boulot devant la cage, alors que Radek Hamr se montre un excellent patron en défense et sur les situations spéciales avec son tir surpuissant. Les Aviateurs devraient participer aux séries, mais seront-ils capables d'atteindre les demies finales comme l'année passée ? Rien n'est moins sûr car il semble tout de même que nombreuses sont les équipes mieux armées sur le papier. Mais attention, car expérience et jeunesse assemblées font souvent des miracles.

Comme Kloten, Rapperswil-Jona a connu un début de saison compliqué. Les leaders n'arrivaient pas à tirer l'équipe, alors que défensivement ils commettaient trop d'erreurs. Mais les étrangers ont pris l'équipe en main, à commencer par l'ancien joueur de NHL Marius Czerkawski qui totalise actuellement 23 points en 21 matchs. Il ne faut pas oublier Niklas Nordgren qui possède un remarquable sens du but et l'omniprésent Stacy Roest qui semble sortit de sa torpeur. Sans doute nos trois mercenaires avaient-ils encore la tête sur les plages ensoleillées, car depuis une dizaine de journées l'équipe apparaît beaucoup plus solide. Exemples typiques de la forme de Rapperwil à domicile écente claque 8-0 infligée à Ambri et la victoire 2-1 sur Davos.

Habitué à devoir s'employer pour combler un début de saison calamiteux, Fribourg-Gottéron constitue la deuxième bonne surprise de cette première partie de saison en figurant du bon côté de la barre. L'une des explications de la position des Dragons est sans doute l'arrivée de Sébastien Caron, l'excellent portier québécois. En effet, il a souvent réalisé d'énormes sauvetages et est parfois capable de décourager l'adversaire tellement il paraît infranchissable. Malgré tout, il lui arrive alors d'avoir des soirs sans où il coule les espoirs de ses coéquipiers. Fort heureusement, cette dernière situation est beaucoup moins fréquente que la première. L'autre raison du succès fribourgeois apparaît dans les magnifiques performances du jeune Julien Sprunger qui, en plus d'avoir un gabarit imposant et un physique irréprochable, dispose d'un bon patinage et d'une vision du jeu très affutée. Du côté des étrangers en dehors de Caron, le bilan est plutôt mitigé. Il est clair que Marc Chouinard et Antti Laaksonnen font un boulot défensif correct, mais on attend plus d'eux offensivement. Le Finlandais s'est tout de même fait l'auteur de 8 buts, mais ses prestations sont trop irrégulières. Parfois il est l'homme du match, et celui d'après il joue le Casper de service. Quant à Chouinard, il rate des montagnes et semble manquer clairement de réussite dans le dernier geste.

Un coup dur vient également de tomber sur les épaules des joueurs de Serge Pelletier : le patron de la défense Shawn Heins, excellent et très discipliné, a contracté une blessure et sera indisponible pour quatre semaines, une grande perte pour l'effectif fribourgeois qui n'avait pas besoin de ça. Il sera remplacé par Oleg Sorokins dont on n'attend pas à ce qu'il fasse oublier le vice-capitaine, mais à lui de nous faire mentir. Les Fribourgeois devront continuer à jouer avec autant de cur et avoir un Caron performant pour accrocher une place en séries.

Les ZSC Lions connaissent beaucoup de mouvement de saison en saison, c'est pourquoi cette équipe manque cruellement d'âme et surtout d'automatismes. Il n'est pas étonnant de les voir dans pareille situation. Les leaders de cette année s'appellent Adrian Wichser (20 points en 20 matchs), Ryan Gardner, Thibaut Monnet et... Mathias Seger, le "has been" de l'équipe. Mais où sont les étrangers, me direz-vous... Et bien, il semble bien que cette année les dirigeants aient totalement raté leur recrutement de ce côté-là. Johner compte 9 points en 12 matchs, MacLean 5 petits points en 11 matchs alors que Rastislav Pavlikovsky, souvent surnuméraire, totalise 3 points en 8 matchs, bien en dessous de son niveau de l'année passée où il avait le plus souvent porté le casque de Top scorer En défense, le Slovaque et ancien joueur de Phoenix Radoslav Suchy s'est fait l'auteur de 9 points en 19 matchs avec un +/- de 0, un bilan correct. Dans les buts, Ari Sulander comme chaque année joue bien, mais cela ne semble pas suffisant. Les récentes performances de l'équipe sont loin d'être encourageantes et il semble difficile d'imaginer Zurich conquérir un place en séries.

Après un début de saison correct, le HC Lugano aligne les contres performances. La cause apparaît comme le départ pour la Russie de l'international finlandais Jukka Hentunen, qui était le seul réel leader. Le meilleur compteur Murray totalise à peine 15 points. L'ailier finlandais a été d'abord remplacé par Dan LaCouture qui a réalisé l'extraordinaire bilan de zéro point en 5 matchs. C'est pourquoi, durant la pause vouée à l'équipe nationale, les dirigeants luganais viennent d'officialiser la venue d'Anson Carter, ancienne gloire de NHL auteur du "but le plus long" du Mondial 2003. Il s'agit maintenant au capitaine Sandy Jeannin de remotiver ses troupes pour les relancer dans ce championnat. Il est tout à fait possible que Lugano sorte de sa mauvaise phase et remonte dans la bonne moitié de tableau. Honnêtement, je pense que les hommes de Zanatta ont le contingent et la motivation pour réaliser cet objectif loin d'être insurmontable.

Ce début de saison est catastrophique pour le hockey tessinois, puisque le HC Ambrì-Piotta figure au 11e rang à 11 points de la barre. Il sera très dur, voire impossible, pour la bande de Tlacil d'accrocher une place en play off. Erik Westrum totalise 20 points, Hnat Domenichelli n'en a que la moitié car il a manqué la moitié des matches sur blessure. L'équipe qui intègre de nombreux jeunes joueurs manque considérablement d'expérience. C'est en partie la raison pour laquelle les Tessinois commettent une myriade d'erreurs défensives qui les empêchent de gagner de nombreux matchs accrochés. Une saison de transition pour Ambrì qui, il ne faut pas l'oublier, n'est qu'un petit village de 300 habitants. le club dispose donc de fonds limités et doit composer avec les moyens du bord. La rupture du duo Domenichelli-Trudel, tant redouté sur les patinoires helvétiques, semble marquer la fin d'une ère pour les pensionnaires de la Valascia. La reconstruction s'annonce assez compliquée et l'objectif du moment est surtout de maintenir sa place dans l'élite.

Seulement 8 points en 21 matchs et 88 buts encaissés pour Bâle. Un bilan catastrophique qui n'est pas digne d'une équipe de LNA. Déjà condamnés aux play-out, les Bâlois se doivent de préparer ce rendez-vous pour conserver leur place en LNA, et cela ne sera pas chose facile au vue du niveau affiché par les équipes de LNB cette année. Le coach McParland, qui doit compter avec un effectif plus que limité et une liste de blessés à n'en plus finir (où figure notamment Thomas Nüssli), risque de ne plus avoir grand-chose à espérer de cette seconde moitié de saison.

17/11 Ligue Magnus : revoilà Morzine-Avoriaz

Après sa victoire en match avancé contre Chamonix pendant la trêve internationale, Angers avait tout pour s'échapper provisoirement en tête du championnat. On attendait un nouveau numéro de la ligne de Fortier à Morzine, mais c'est oublier que les Pingouins ont eux aussi une ligne forte dont on ne parle pas assez : Ågren-Neiszner-Tardif. Le nouveau premier trio a encore marqué trois fois, et il a renversé le score malgré le doublé de Lahesalu en supériorité. Éric Fortier a certes égalise, mais Martin Lacroix s'est fait pénaliser pour un cinglage violent qui lui a fait casser sa crosse, et Zwikel a dévie un tir de la bleue de Pousset pour le but décisif.

C'était clairement le match de la soirée, qui relance la saison régulière. Une bonne nouvelle pour les poursuivants Briançon (reparti vainqueur 5-2 de Strasbourg) et Rouen (qui a battu 6-2 le Mont-Blanc et compte un match de retard), sachant que Grenoble a maintenant un second match en moins - contre un en plus pour Angers.

L'autre match à suspense de la soirée a eu lieu au Coliseum. L'immuable référence de l'âme spinalienne, Guillaume Chassard, a donné des sueurs froides aux Gothiques avec son triplé. Mais aussitôt après son égalisation à cinq minutes de la fin, Lionel Wiotte a répliqué dans la foulée, profitant d'une erreur de Petrik, ce qui a donné la victoire à Amiens sur Épinal (6-3 finalement).

On espérait que la trêve internationale ferait du bien à Caen, c'est tout le contraire. Avant, les Normands enchaînaient les petites défaites rageantes, mais aujourd'hui, ils subissent de vraies roustes. Celle en coupe à Angers a eu pour conséquence la suspension de banc de l'entraîneur Rodolphe Garnier ce soir. Malgré la présence de plus de mille spectateurs pour les encourager, les Drakkars ont encore pris l'eau face à Chamonix (1-7, avec trois points pour le retour de blessure d'Erwan Pain). Toujours à la recherche de leur premier succès, ils voient leur retard se creuser petit à petit.

En gagnant 4-1 à Dijon, Villard-de-Lans a en effet gagné trois places et laissé l'autre place sous la barre à Strasbourg. Devancés à la différence de buts par Épinal, les Alsaciens se rendent justement dans les Vosges mardi pour un derby capital.

17/11 Division 1 : Courbevoie gagne sans Sarnovsky

Trop parler aux arbitres est un défaut fréquent qui valait une suspension d'un match à deux joueurs importants de D1. Le défenseur Francis Ballet venait s'ajouter à la longue liste des absents de Neuilly-sur-Marne, sans empêcher cependant la victoire sur Valence (5-3). Zdenko Sarnovsky était dans le même cas, mais même sans son compère, Jan Timko a marqué deux buts et permis à Courbevoie de faire tomber une équipe bordelaise tout auréolée de sa victoire sur le leader (4-3).

Amnéville, qui a perdu Loureiro (arrêt) mais vu l'ex-Gapençais Jordane Fazende revenir après un aux États-Unis, a remporté sa quatrième victoire consécutive contre Annecy 8-4 pour conserver sa position dans les quatre premiers. Le duel pour la cinquième place a été remporté par Avignon face à Garges (4-3).

Viry-Châtillon, où la communauté d'agglomération vient d'interdire la patinoire - rénovée sans rallonger les plexis... - au public, s'est diverti de ces soucis par un déplacement à Gap, soldé par une courte défaite 4-3. L'éternel Roman Trebaticky a achevé Cergy par trois buts consécutifs qui n'ont pas permis aux Jokers de revenir à hauteur de Reims (5-7). Montpellier a battu Le Vésinet 8-2 avec huit buteurs différents.

17/11 Division 2 : Chambéry est de retour

Les leaders de la poule ouest Brest (14-3 contre Cherbourg) et La Roche-sur-Yon (10-0 à Boulogne-Billancourt avec cinq buts de Marinov) ont réussi les cartons habituels, et surtout ils ont encore creusé l'écart sur leur poursuivant Cholet, défait - comme les Vendéens il y a quinze jours - chez une équipe de Toulouse qui confirme son retour en forme (3-2). Les matches aller se sont terminés de façon satisfaisante pour les "exilés" nantais, avec quatre victoires en neuf matches à l'extérieur, la dernière 5-1 à Meudon avec trois buts de l'entraîneur-joueur Dany Fortin.

Dans la poule est, la tendance du moment est que Chambéry commence à trouver son jeu. Après avoir tenu en échec Asnières (battu aujourd'hui par la réserve du Mont-Blanc), les Éléphants ont réalisé une meilleure performance encore en contraignant Mulhouse à un match nul (5-5). Les Alsaciens voient donc Nice et Lion s'échapper.

21/11 Ligue Magnus : Grenoble craque, pas Angers

On se doutait que les lendemains de Coupe Continentale seraient durs pour Grenoble, ils le sont encore plus après cette élimination cruelle. Rejouer deux jours après à Saint-Gervais avait tout d'un piège... et il s'est vite refermé puisque le pauvre Frédéric Dorthe a encaissé deux buts dans la première minute de jeu. Les Brûleurs de Loups ont donc craqué d'entrée, mentalement plus que physiquement, pour encaisser un cinglant 4-0.

Dans la crise de Caen, certains des étrangers pointés du doigt se sont mis à réagir ce soir : Cesnek et Liska, à chaque fois sur passe de Rusnak, ont permis aux Drakkars de mener 2-0 dans le derby. Mais à l'évidence, Rouen n'était pas l'adversaire idéal pour reprendre confiance. Lorsque les Dragons ont enclenché la machine, il n'y avait plus rien à faire (2-7). Reste à savoir si cet avantage au score servira de déclic aux Caennais, ou s'il sera aussi vite enterré que le 3-0 partiel à Angers.

Un 0-3 au Haras d'ailleurs réédité ce soir... par les Dijonnais. 1 buts et 2 assistances de Kevin Dugas en l'espace de deux minutes et onze secondes leur ont en effet permis de prendre une large avance chez le leader angevin... qui a repris l'avantage in extremis à une minute de la fin pour s'imposer 5-3 avec le dernier but en cage vide. Frustrant pour les hommes de Daniel Maric !

Le seul des favoris qui n'a pas souffert, c'est donc Briançon. Deux buts du duo hongrois, deux buts de la ligne canado-slovène, et l'affaire était pliée à Chamonix (4-1).

Suspense en revanche dans les autres patinoires. Amiens, surtout remarqué pour ses gardiens et ses efforts défensifs en début de saison, vient de marquer 6 buts deux fois de suite (total jamais atteint auparavant). Dans un match à rebondissements, où chaque équipe a pris puis gaspillé deux buts d'avance, les Gothiques ont gagné 6-5 à Villard-de-Lans sur un but décisif du défenseur tchèque Pavel Kowalczyk, moins d'une minute après l'égalisation villardienne et moins de deux minutes avant la sirène.

Épinal a vengé sa cinglante élimination en coupe en prenant le meilleur 4-3 sur Strasbourg, dans le "match de la peur" dont le perdant échouerait à la treizième place synonyme de barrage de maintien.

Enfin, dans le dernier match joué mercredi, Morzine-Avoriaz a confirmé que la sauce prend peu à peu en menant 2-1 à Tours grâce à deux buts de Nicolas Pousset. Mais les Diables noirs se sont mis à niveau avant de remporter la victoire en prolongation sur un but de leur capitaine Dominic Perna.

23/11 La DEL remet en place la relégation

Face à la contradiction des supporters, médias, experts, joueurs, et même de ses propres clubs, la DEL allemande a finalement accepté de ré-instaurer la relégation, supprimée au nom de la "sécurité de planification" il y a deux ans à l'initiative notamment du groupe américain Anschutz. Un barrage aura donc lieu à terme entre le dernier de DEL et le premier de 2e Bundesliga. Mais avant d'en arriver là, le processus d'élargissement en cours - faute de relégation - se poursuivra puisque la DEL se retrouvera à 16 équipes. Cette perspective redoutée, pour cause de calendrier alourdi, redevient possible parce que la ligue allemande a décidé de s'inspirer d'autres championnats (nordiques notamment) en abandonnant l'idée d'un simple aller-retour (60 journées) pour celui d'un calendrier où les équipes rencontreraient certains adversaires quatre fois et d'autres deux fois (52 journées), la répartition se faisant d'après le classement de la saison précédente. Ce n'est pas tout à fait ce que souhaitaient les grands clubs, qui espéraient un championnat avec promotion/relégation, mais à douze équipes. Chacun s'est néanmoins rangé derrière ce compromis.

24/11 Allemagne : deux entraîneurs tombent d'un coup

La journée d'hier soir a fait des ravages en DEL puisqu'elle a fait tomber deux têtes d'un coup. Straubing, battu 1-4 à domicile par Duisburg dans un triste duel de bas de tableau, a accumulé sa neuvième défaites en dix matches. Le "joueur allemand du siècle" Erich Kühnhackl, à qui les dirigeants avaient réaffirmé leur soutien avant la trêve, n'y a pas résisté. Son autorité sur l'équipe s'amenuisait, et les supporters manifestaient de manière de plus en plus soutenue leur défiance à son égard. Son assistant Jürgen Rumrich prendra le relais mais n'aura pas la partie facile : Straubing vit un peu le syndrome de la seconde saison et découvre la difficulté et les crises après des années de progression.

Du côté d'Ingolstadt, la purge a été encore plus sévère. L'équipe bavaroise a pourtant battu Iserlohn 3-1 hier soir (deux assistances pour Yorick Treille), mais les dirigeants avaient déjà pris leur décision : déçus par la piètre dixième place au classement, ils ont annoncé après le match qu'ils se séparaient de l'intégralité du staff sportif : l'entraîneur Ron Kennedy, son adjoint Jamie Bartman et le manager Stefan Wagner sont montés ensemble dans la charrette ! Cette décision brutale voire excessive a beaucoup surpris : les dirigeants savent-ils réellement qui mettre à la place ?

24/11 Ligue Magnus : succès mémorable pour Angers

Angers jouait gros ce soir : tous ses poursuivants évoluaient à domicile et devaient a priori gagner, ce qu'ils ont d'ailleurs fait (7-1 pour Briançon contre Épinal, 11-1 pour Rouen contre Chamonix, 9-2 pour Grenoble contre Caen). Les leaders, eux, avaient un déplacement plus délicat au Coliseum, dans une ambiance assez houleuse. Ils y ont pris rapidement la tête mais ont failli tout perdre quand Amiens est revenu de 2-4 à 4-4 dans les deux dernières minutes... pour finalement s'incliner 4-6 dans les trente dernières secondes ! Un nouveau moment mémorable dans la folle saison angevine...

Amiens a donc perdu une place, laissant la sixième position non pas à Morzine-Avoriaz, placé en embuscade, mais à... l'Entente Saint-Gervais/Megève. Grâce à deux buts des jeunes Numa Besson et Yohann Auvitu, elle a réussi à s'imposer 2-1 chez les Pingouins, privés de Mathieu Mille, blessé à l'échauffement. C'était une mauvaise journée pour les outsiders, puisque Tours a également perdu, encaissant un net 7-3 à Dijon. Les quatre premiers font donc de plus en plus le trou.

La lutte pour le maintien devrait en revanche être indécise jusqu'au bout. Strasbourg a battu Villard-de-Lans 4-1 dans un duel direct capital qui a fait repasser les Ours du Vercors sous la barre. Mais avec quatre équipes à un point devant eux, ceux-ci ont largement de quoi refiler la patate chaude, peut-être dès samedi prochain contre un autre concurrent direct, Épinal.

24/11 Division 1 : la remontée de Valence

Reims, qui a pris un point de pénalité dans la semaine pour avoir aligné un joueur sans licence dans son match contre Courbevoie ("heureusement" déjà perdu de toute façon), a essayé ce soir de se refaire face au leader de la division, Neuilly-sur-Marne. Les Bisons ont longtemps été accrochés, avant d'enchaîner cinq buts au dernier tiers (2-7). Et ils ont fait la bonne affaire du jour, de même que Gap, vainqueur 4-2 au Vésinet.

Le troisième Bordeaux est déjà à quatre points du leader. Et la façon dont il a perdu un point ce soir lui laissera de longs cauchemars : les Boxers menaient 5-1 à six minutes de la fin à Valence, avant de subir les foudres de l'équipe locale qui est revenue à 5-5 sur l'égalisation à onze secondes de la fin de Sébastien Savajol. Cependant, les Bordelais n'ont pas trop souffert vis-à-vis de l'enjeu important, la qualification en demi-finales. Les poursuivants directs ont en effet perdu : Amnéville a été écrasé 9-2 chez une équipe de Courbevoie ressuscitée, et Avignon a gaspillé ses deux buts d'avance en perdant 5-2 à Annecy. Ces faux-pas profitent à Montpellier, remonté sixième à deux points de la qualification après avoir gagné 4-3 à Garges.

24/11 Division 2 : Cherbourg s'adjuge le derby

La dixième journée de division 2, c'était la première de la phase retour. Et on y a retrouvé exactement les mêmes vainqueur qu'à l'aller !

La seule exception, c'était le seul match qui s'était terminé sur un résultat nul, le derby normand. Cette fois, devant 669 spectateurs, Cherbourg a battu la réserve de Caen 4-1, grâce à un triplé de Loïc Pierre. Pour le reste, pas de surprise : Brest est toujours seul au monde (7-2 contre Toulouse), La Roche-sur-Yon a gagné dans le presque huis clos de la patinoire non finie de Nantes (6-3), tandis que Cholet et Font-Romeu ont écarté leurs adversaires franciliens l'ACBB et Meudon (8-3 et 9-4).

Statu quo dans l'est où les cinq premiers du classement ont tous gagné. Cela inclut la réserve du Mont-Blanc face à une tenace équipe de Champigny-sur-Marne. Le sixième Asnières, qui voulait répondre au défi physique de Dunkerque, n'a pu rivaliser dans le match retour, craquant dans le dernier tiers (2-7). Chez les leaders, Nice et Mulhouse ont gagné largement. Lyon a eu plus de mal à Clermont-Ferrand mais a finalement été sorti d'affaire par son trio suédois (4-2).

26/11 Suisse : Rapperswil a un nouvel entraîneur

Rapperswil-Jona s'est séparé de son entraîneur finlandais Kari Eloranta par accord mutuel et l'a remplacé par Morgan Samuelsson, 39 ans, déjà passé par Sierre et Bolzano et dernièrement en charge du hockey mineur de Djurgården. Si le SCRJ était si pressé de réagir après les mauvais résultats enregistrés depuis la trêve, c'est qu'il est passé sous la barre et que la perspective de qualification s'amenuise.

La cause ? La nette remontée de Lugano, qui semble sortir de la crise. Il faut dire que les dirigeants du HCL y ont mis les moyens. La dernière recrue en date s'appelle David Aebischer, dont la carrière en NHL partait à vau-l'eau depuis son passage dans le nid de guêpes de Montréal. "Abby" n'avait pas que de bons souvenirs à Lugano pendant le lock-out puisqu'il n'y avait souvent été que second gardien. Mais samedi soir, il a parfaitement réussi son retour en effectuant 32 arrêts lors de la victoire 2-1 dans le derby tessinois à Ambrì.

27/11 Coupe de la ligue : Rouen prend une option

Une équipe est en train de s'affirmer comme la bête noire du leader du championnat Angers : celle qui l'a éliminé en play-offs l'an dernier, Rouen. En plus d'avoir battu les Ducs devant les caméras de Sport+ en Ligue Magnus, les Dragons viennent de remettre ça en demi-finale aller de la Coupe de la ligue. Ils ont réussi à s'imposer au Haras, où l'ASGA était invaincue cette saison. Un match parti fort avec un but de chaque côté dans la première minute de jeu, l'un pour Fortier et l'autre pour Bouchard. Scénario identique au quart d'heure de jeu : but de Tessier en supériorité, et égalisation immédiate de Thinel-Doucet, qui marquera à chacun des tiers-temps pour assurer une victoire confortable.

Dans l'autre demi-finale, par contre, rien n'est joué avant le match retour. Briançon a battu Morzine-Avoriaz sur le score de 3-2 qui laisse toutes les hypothèses ouvertes.

Enfin, il y avait un match de championnat ce soir en Bourgogne. Dijon a battu Amiens 5-3.

28/11 Simon Lacroix en équipe de France

La composition de l'équipe de France pour la deuxième manche de l'Euro Challenge, au Danemark à la mi-décembre, est parue aujourd'hui. La sélection était attendue dans les cages et même en attaque, où l'on notera simplement la titularisation de Damien Fleury.

On sait cependant que le chantier se situe en défense, où certains postes sont à renouveler. Chez les jeunes, Teddy Trabichet prend une option en étant reconduit une troisième fois de suite, tandis que son collègue grenoblois Antonin Manavian apparaît comme remplaçant. Mais la surprise de chef est la convocation du défenseur reconverti Simon Lacroix à 33 ans, au moment où plus personne ne l'attendait. Ses uniques matches en bleu remontent sept ans en arrière (et c'était déjà au Danemark !), et si le cas du naturalisé avait parfois fait débat ces dernières années, plus grand monde ne s'attendait à son retour. Il sera le troisième joueur formé au Canada de l'effectif après Coqueux et Desrosiers.

Gardiens : Fabrice Lhenry (Esbjerg, DAN, 82 sélections), Eddy Ferhi (Grenoble, 16 sélections).

Défenseurs : Baptiste Amar (Grenoble, 147 sélections, 7 buts), Vincent Bachet (Amiens, 161 sélections, 19 buts), Nicolas Besch (Nyköping, SUE, 70 sélections, 3 buts), Jean-François Bonnard (112 sélections, 8 buts), Benoît Quessandier (Rouen, 19 sélections, 2 buts), Simon Lacroix (Angers, 2 sélections, 0 but), Teddy Trabichet (Grenoble, 6 sélections).

Attaquants : Pierre-Édouard Bellemare (Leksand, SUE, 52 sélections, 13 buts), Olivier Coqueux (Esbjerg, DAN, 85 sélections, 18 buts), Julien Desrosiers (Rouen, 45 sélections, 24 buts), Damien Fleury (Grenoble, 13 sélections, 2 buts), Laurent Gras (Amiens, 169 sélections, 25 buts), Kévin Hecquefeuille (Grenoble, 66 sélections, 13 buts), Antoine Lussier (La Chaux-de-Fonds, SUI, 27 sélections, 3 buts), Laurent Meunier (Genève-Servette, SUI, 134 sélections, 30 buts), François Rozenthal (Morzine-Avoriaz, 173 sélections, 60 buts), Luc Tardif jr (Morzine-Avoriaz, 43 sélections, 9 buts), Sacha Treille (Grenoble, 13 sélections, 5 buts), Yorick Treille (Ingolstadt, ALL, 64 sélections, 15 buts), Jonathan Zwikel (Morzine-Avoriaz, 162 sélections, 30 buts).

Remplaçants : Landry Macrez (G, Amiens, 2 sélections), Kévin Igier (D, Angers, 0 sélection), Antonin Manavian (D, Grenoble, 0 sélection), Nicolas Antonoff (A, Mont-Blanc, 23 sélections, 0 but), Clément Masson (A, Mont-Blanc, 23 sélections, 3 buts), Cyril Papa (A, Villard-de-Lans, 7 sélections, 1 but), Damien Raux (Briançon, 4 sélections, 1 but).

29/11 Pardubice vire son entraîneur

Le club tchèque de Pardubice avait dû enchaîner les déplacements en début de saison pendant l'agrandissement de sa patinoire pour les prochains Mondiaux juniors. Les résultats étaient très décevants, mais on pensait qu'un club de ce calibre retrouverait son niveau en même temps que son "chez soi". Ce n'est manifestement pas le cas. Même à domicile, Pardubice accumule les performances erratiques. La semaine dernière, après une douloureuse défaite 5-7 contre Plzen, l'entraîneur Milos Riha avait déjà présenté sa démission. Elle avait été refusée. Le club avait plutôt choisi de mettre à la porte le défenseur Martin Richter, très loin de son niveau précédent à son retour d'AHL comme l'indiquent ses stats (17 matches, 1 passe décisive et surtout une fiche catastrophique de -12).

Cela n'a pas suffi. Dimanche soir, Pardubice a touché le fond : il a perdu 4-5 en prolongation, sur un but de Václav Novák, face au promu Ústí nad Labem, qui est décimé par les blessures et s'était pris un 11-0 à Karlovy Vary une semaine plus tôt. Un revers inacceptable qui a cette fois conduit au licenciement de Riha et de son assistant Pavel Rohlik. Et depuis ce temps, il est bien en peine de lui trouver un successeur. Ernest Bokros était pressenti, mais Zlin ne veut certainement pas se séparer de son entraîneur-fétiche pour le laisser à un concurrent. L'ex-sélectionneur Slavomir Lener (viré le mois dernier par Düsseldorf) a aussi été approché, en vain. Les rumeurs s'orientent maintenant vers Jiri Sejba ou Ladislav Lubina. En attendant, c'est le directeur sportif, le légendaire centre Vladimir Martinec, qui s'occupe des entraînements.

Pardubice est onzième, très loin du Slavia Prague qui s'est fermement installé aux commandes de l'Extraliga tchèque.

29/11 La Suède veut dénoncer l'accord IIHF/NHL

On pensait la contestation de l'accord sur les transferts IIHF/NHL réservée aux Russes voire aux Tchèques, tandis que les nations nordiques, où les parents subventionnent la majeure partie de la formation, se satisferaient des conditions actuelles. Ce n'est plus le cas. Hier, HockeyLigan - la ligue professionnelle suédoise - a remis en cause l'accord sous l'impulsion du manager de Färjestad, un certain Håkan Loob (l'homme qui a tout gagné comme joueur : champion olympique, champion du monde, vainqueur de la Coupe Stanley et champion de Suède). Elle souhaite que la fédération utilise une clause permettant de sortir de l'accord au 1er janvier prochain.

Les clubs suédois font remarquer un problème engendré par une clause incluse dans le nouvel accord joueurs/propriétaires en NHL : une franchise doit signer un joueur drafté dans les deux ans. Cela a eu pour conséquence de voir partir de jeunes joueurs suédois au rôle marginal en Elitserien, alors que chacun savait pertinemment qu'ils n'étaient pas prêts à intégrer un effectif de NHL.

 

 

Le mois précédent (octobre 2007)

Le mois suivant (décembre 2007)