Janvier 2008

 

02/01 Allemagne : encore du remue-ménage à Duisburg

Ralf Pape, le président de Duisburg, n'en est plus à une décision surprenante près. Mais qu'il puisse prendre comme première (bonne ?) résolution de la nouvelle année de virer son entraîneur, personne ne l'aurait cru. Après tout, même si Peter Draisaitl n'a pas fait décoller son équipe de la dernière place depuis qu'il a succédé à Didi Hegen fin octobre, il lui a tout de même assuré des résultats plus dignes. Il a même fini l'année sur une victoire à l'extérieur à Wolfsburg. Cela n'a pas suffi. Depuis la fin de la pige de Robert Müller, l'entraîneur s'était plaint qu'aucun des deux gardiens Christian Rohde et Lukas Lang ne s'imposait comme n1. "Sans confiance et sans soutien, ils ne peuvent pas livrer de bonnes performances", a rétorqué le patron. Les deux hommes ne s'étaient jamais entendus.

La saison prochaine, où il faudra de nouveau lutter contre la relégation, Duisburg engagera un entraîneur étranger. En attendant, c'est l'adjoint et entraîneur des gardiens Karel Lang qui termina le championnat en cours. Et même si tout le hockey allemand se gratte la tête devant le cas Duisburg, force est de constater que le premier match sans Draisaitl s'est bien passé : victoire 4-3 ce soir contre Hambourg.

04/01 Équipe-type de décembre de Ligue Magnus

Avec quatre victoires pour une seule défaite, en prolongation à Tours avec un point glané au passage, Épinal a connu de loin le meilleur mois de son histoire en Ligue Magnus. C'est ainsi la première fois que deux Dauphins jouent dans l'équipe-type. Très solide en plus d'être extrêmement mobile et discipliné, Stéphane Gervais est surtout le blueliner qui manquait tant aux Vosgiens pour avoir un jeu de puissance de haut niveau, actuellement le troisième du championnat derrière ceux de Rouen et Briançon ! Le slap surpuissant du Canadien en est l'arme fatale.

Mais la plus belle surprise du moment, c'est la forme étincelante de Guillaume Chassard. Le poumon du deuxième trio a vu croître ses responsabilités et son instinct offensif. Sa régularité, couplée à un dynamisme de tous les instants et une confiance absolue devant le filet, en font un leader très complet. Le Français et aujourd'hui le meilleur buteur de Ligue Magnus (19 buts, soit plus d'un par match), ex-aequo avec des finisseurs aussi réputés que Doucet et Masa.

Une seule équipe a fait mieux en décembre, Briançon, qui s'est imposé en leader du championnat. Offensivement, Jean-François Dufour est le plus régulier, et il a réalisé une grande performance lors du match au sommet à Rouen en jouant juste et intelligemment, faisant souffrir un adversaire direct aussi solide que Glad. L'envol des Diables Rouges est surtout dû cette année à la meilleure défense du championnat. Cette solidité est incarnée mieux que quiconque par le roc hongrois Viktor Szélig, impeccable dans les tâches défensivement où il est sans doute le plus sûr.

Au centre, aucun joueur n'apporte autant à sa formation que Ludek Broz à Grenoble. Il a marqué trois fois dans le naufrage des siens à Chamonix, sauvé le match à lui seul contre Dijon, et été décisif aux tirs au but à Amiens. Il a vraiment joué un rôle de leader en tirant non seulement sa ligne mais l'ensemble de son équipe dans une passe assez difficile.

Enfin, dans les cages, Pascal Favarin a encaissé 10 buts seulement en 5 journées, une moyenne très rarement atteinte dans une équipe de bas de tableau de Ligue Magnus. Redevenu seul titulaire cette année après des années de partage des tâches avec Nogaretto, il assume ce statut avec de très belles performances en cette fin d'année 2007. Il a pris une part déterminante dans les victoires contre Tours et à Megève, avec un blanchissage à la clé, et c'est grâce à lui que Villard-de-Lans est aujourd'hui au-dessus de la barre dans la lutte très serrée pour éviter la treizième place.

Équipe-type de décembre : Pascal Favarin (Villard-de-Lans) ; Viktor Szélig (Briançon) - Stéphane Gervais (Épinal) ; Jean-François Dufour (Briançon) - Ludek Broz (Grenoble) - Guillaume Chassard (Épinal).

05/01 Ligue Magnus : Grenoble est de retour

Le favori Grenoble semblait à la recherche de son hockey depuis deux mois, et il n'y avait rien de tel qu'un match chez le leader Briançon pour tester où en sont les Brûleurs de Loups. Un doublé de leur défenseur Tyler Scott leur a permis de prendre l'avantage en troisième période, mais un autre arrière, Alexandre Rouleau, s'est piqué de renverser à son tour le match : il a égalisé sur une erreur de Bonnard mais une minute plus tard, la transversale l'a empêché de marquer le but vainqueur. Eddy Ferhi a ensuite été décisif en prolongation puis aux tirs au but où il a détourné les tentatives de Sivic et Ladanyi. Valcak et Broz ont transformé les leurs et donné la victoire aux Greniblois.

Ils gardent ainsi la deuxième place, car ils se seraient fait dans le cas contraire par les deux équipes qui les collent au classement. Angers a en effet battu le Mont-Blanc 3-1 avec deux buts et une assistance de Matias Metsäranta. Et la belle série spinalienne s'est logiquement arrêtée face à Rouen, emmené par des doublés de Marc-André Thinel et Carl Mallette (1-5). Plus ennuyeux pour les Vosgiens, leur as défensif Stéphane Gervais s'est fracturé la mâchoire en prenant un palet dans le visage, et leur as offensif Jan Plch s'est cassé un doigt après une charge avec le coude d'Olivier Bouchard.

Caen s'est condamné au barrage de maintien en perdant 8-4 à Villard-de-Lans, une équipe qui a bien fait de prendre ces deux points avant une fin de calendrier très difficile. Les Ours ont trois points d'avance sur le "trio en danger" composé de Dijon (battu 3-1 à Amiens), Strasbourg (défait 3-4 par Morzine après avoir mené 3-1) et de Chamonix (qui a perdu 1-3 hier contre Tours avec un dernier but en cage vide, juste après une égalisation refusée à l'équipe locale).

05/01 Division 1 : Trebaticky jusqu'au dernier souffle

La série de huit victoires de Montpellier résisterait-elle à la nouvelle année et surtout au déplacement à Gap ? La réponse, négative, n'a pas fait un pli puisque le leader a balayé les Vipers 7-2 et fait sortir Robert Marton après le sixième but. Neuilly-sur-Marne a été aussi impressionnant face à Amnéville et les deux équipes continuent leur cavalier seul en tête.

Derrière, la bonne affaire est pour Bordeaux, qui a vu perdre tous ses adversaires directs au classement (Montpellier, Amnéville, Avignon, Garges et Courbevoie) et qui a écrasé Le Vésinet 12-1.

La situation devient de plus en plus délicate pour Le Vésinet, qui compte maintenant quatre points de retard sur Cergy (qui a battu Avignon 7-5 avec 4 buts et 2 assistances pour leur défenseur offensif Milan Sejna) et six sur Reims. Après avoir été menés 0-4 par Annecy peu après la mi-match, les Champenois ont en effet arraché un point grâce à deux buts dans les cinq dernières minutes du vétéran Roman Trebaticky, dont l'égalisation à neuf secondes de la fin.

05/01 Division 2 : Meudon garde espoir

Après La Roche-sur-Yon pour le dernier match de 2007, une autre équipe a accroché le seul invaincu de D2 Brest pour le premier match de 2008 : Nantes, toujours sans public puisque la clôture définitive des travaux a été repoussé à la fin du mois. C'est une sortie manquée de Gabriel Bounoure à deux minutes de la fin que les Corsaires ont égalisé : Xavier Levavasseur a intercepté le dégagement et envoyé le palet dans la cage.

Le match le plus important du soir avait cependant lieu à Meudon, qui devait gagner contre Cherbourg pour garder une chance d'éviter la poule de maintien. Nicolas François a marqué trois fois, dont le but décisif à cinq contre trois à quatre minutes de la fin (4-3). Les Normands n'ont plus qu'un point d'avance sur Meudon, avec quatre journées à jouer et des calendriers équivalents. L'ACBB, qui recevra ces deux équipes, pourrait faire figure d'arbitre.

À l'est, le duel pour la troisième place Dunkerque-Mulhouse a été assez heurté, et c'est après la pénalité de match de Clément Thomas que David Croteau a marqué le but vainqueur des Scorpions à cinq contre trois (2-3). Les Nordistes reculent à la cinquième place, dépassés par une réserve du Mont-Blanc plus en forme ces derniers temps que l'équipe première (10-1 contre Wasquehal ce soir). Chambéry a assuré sa qualification en gagnant 6-0 à Champigny.

Lyon, vainqueur 6-2 d'Asnières, est maintenant seul devant de cette poule est. Son rival Nice a craqué à Clermont-Ferrand, conséquence logique de la blessure de ses gardiens il y a un mois. Elle n'avait pas été gênante pour recevoir Wasquehal et Asnières, mais a été trop handicapante pour se déplacer dans les Alpes. Seul portier à faire le déplacement, le vétéran Jean-Philippe Schoch, revenu au jeu en décembre quatorze ans après son dernier match officiel, a souffert face aux doublés de Cyrl Gavalda, Léo Rivon ou Clément Brajon (9-5).

09/01 Fortunes diverses pour les frères Treille

Avec l'appui de l'entraîneur grenoblois Mats Lusth comme porte d'entrée, Sacha Treille a été invité à un essai de quatre jours avec le prestigieux club suédois de Färjestad. Juste avant de rejoindre l'équipe de France pour le défi de la Skoda Cup face à des nations du niveau de la Suisse, de l'Allemagne ou de l'Autriche, le grand espoir du hockey français pourra donc côtoyer in situ des joueurs comme le double champion olympique et recordman suédois des sélections Jörgen Jönsson.

Cette opportunité se présente au moment où son frère aîné connaît des moments difficiles. Yorick Treille s'est en effet luxé l'épaule lors de l'échauffement d'avant-match contre Francfort le 28 février, et aucune date n'a été donnée pour son retour au jeu depuis lors. Cette absence survient au plus mauvais moment, alors que Yorick doit démontrer qu'il mérite une prolongation de contrat à Ingolstadt la saison prochaine. Elle était loin d'être assurée par son rendement, même si les supporters apprécient sans réserve son tempérament de combattant.

11/01 Violences en Russie

Deux incidents, survenus tous deux mardi soir lors de la quarantième journée du championnat russe, provoquent une sérieuse onde de choc sur la Superliga.

Tout d'abord, la bagarre générale entre l'Ak Bars Kazan et le Traktor Chelyabinsk, un match qui a battu le record russe des pénalités avec un total de 403 minutes infligées ! Ce tarif "définitif" inclut la pénalité du match infligée a posteriori au vu des images par la commission de discipline au capitaine des visiteurs Andrei Nikolishin, qui n'avait pas été sanctionné par l'arbitre sur le coup.

Le record précédent (322 minutes) appartenait au match Yaroslavl-Omsk de 2005 et avait pour principal protagoniste un certain Andrei Nazarov, "protecteur" attitré de Jaromir Jagr. Aujourd'hui, Nazarov n'est autre que l'entraîneur du Traktor... Il se donne néanmoins le beau rôle, celui de l'homme maîtrisant ses nerfs, ayant suivi les évènements d'un air stoïque depuis son banc. S'il admet avoir envoyé tous ses joueurs sur la glace, c'est selon lui parce que son collègue entraîneur Bilyaletdinov "n'a pas respecté le code en vigueur en NHL" (qu'il est censé connaître pour y avoir été assistant-coach). Quelle est sa faute ? D'avoir fait sortir les joueurs pénalisés - avec la complicité des préposés locaux aux portes de prison - parce que son équipe était à trois contre six sur la glace au moment où les échauffourées ont éclaté. Kazan menait alors 7-5 : il est presque aussi rare en Russie de voir une telle pluie de buts qu'une telle pluie de pénalités ! Chelyabinsk avait fait sortir son gardien, et un but venait de lui être refusé parce que l'arbitre avait sifflé, estimant que le palet était gelé par le gardien. Zavarukhin, qui avait levé les bras, a été bousculé par ses adversaires, et tout est parti de là...

Pour une fois, des images du hockey russe ont donc franchi les frontières du pays ! Malheureusement, ce sont des images d'une bagarre générale où les joueurs ont totalement disjoncté, où le gardien Mylnikov frappe et fait saigner son vis-à-vis Noronen sans avoir enlevé son propre masque, où Stepanov se rue sur un joueur qui lui tourne presque le dos (Baïev, "notre philosophe, lecteur de Nietzsche et de Platon" selon Nazarov...) parce que celui-ci avait commis l'outrage de jeter comme un torchon un maillot d'Ak Bars Kazan, avec l'emblème de la république du Tatarstan, sur le banc local...

Ces incidents ont-ils été les plus néfastes de la soirée pour l'image du hockey auprès du public russe ? Pas forcément. Car ce qui s'est passé lors du SKA Saint-Pétersbourg - Spartak Moscou le même soir pourrait être plus gênant, en remettant en cause le sentiment de sécurité des spectateurs. Les supporters visiteurs du Spartak y ont reçu une chaise en plastique lancée de la tribune supérieure par des supporters du... Zénith Saint-Pétersbourg, le club de foot local (apparemment visé dans un des chants entonnés auparavant par les Moscovites...). Il s'en est suivie une bataille, avec jets réciproques de fumigènes, certains ayant pris des trajectoires déviées vers les autres tribunes. Après ces incidents, le SKA Saint-Pétersbourg a écopé de 300 000 roubles. Il se dit par ailleurs que la patinoire Yubileïny, la seconde glace des Mondiaux 2000, pourrait être suspendue : les conditions de sécurité y étaient déplorables ce soir-là. Il faut dire qu'elle accueille de plus en plus rarement le SKA. C'était le cas cette fois parce que la patinoire principale de la ville se préparait à accueillir la Coupe d'Europe des clubs champions... Celle-ci aurait sans douté préféré une meilleure publicité. Son lancement a été relégué au second plan dans les médias russes par ces deux affaires.

11/01 Pas de All-Star Game pour Huet

Cristobal Huet n'a finalement pas été retenu par les entraîneurs pour participer à son second All-Star Game consécutif. Derrière Martin Brodeur, arrivé en tête du vote des fans, ce sont deux choix surprenants qui ont été effectués. Tomas Vokoun, qui a l'habitude d'être négligé, a été récompensé de son importance décisive pour l'équipe de Florida. Le troisième homme sera l'Américain Rich DiPietro, alors que son moins médiatique compatriote Tim Thomas enchaîne des performances bien plus régulières, lui qui a le meilleur pourcentage d'arrêts de la ligue. En attaque, on notera la rare présence d'une ligne dans son intégralité : il s'agit bien sûr du trio Alfredsson-Spezza-Heatley.

Conférence est

Gardiens : Martin Brodeur (New Jersey), Rick DiPietro (New York Islanders), Tomás Vokoun (Florida).

Défenseurs : Andrei Markov (Montréal), Zdeno Chára (Boston), Kimmo Timonen (Philadelphie), Brian Campbell (Buffalo), Sergei Gonchar (Pittsburgh), Tomás Kaberle (Toronto).

Attaquants : Sidney Crosby (Pittsburgh), Vincent Lecavalier (Tampa Bay), Daniel Alfredsson (Ottawa), Jason Spezza (Ottawa), Dany Heatley (Ottawa), Martin St. Louis (Tampa Bay), Marián Hossa (Atlanta), Ilya Kovalchuk (Atlanta), Aleksandr Ovechkin (Washington), Mike Richards (Philadelphie), Eric Staal (Carolina).

Conférence ouest

Gardiens : Manny Legace (St. Louis), Evgeni Nabokov (San José), Chris Osgood (Detroit).

Défenseurs : Nicklas Lidström (Detroit), Dion Phaneuf (Calgary), Ed Jovanovski (Phoenix), Duncan Keith (Chicago), Chris Pronger (Anaheim), Sergei Zubov (Dallas).

Attaquants : Henrik Zetterberg (Detroit), Pavel Datsyuk (Detroit), Jarome Iginla (Calgary), Marian Gaborik (Minnesota), Rick Nash (Columbus), Joe Thornton (San José), Ryan Getzlaf (Anaheim), Shawn Horcoff (Edmonton), Anze Kopitar (Los Angeles), Jason Arnott (Nashville), Paul Statsny (Colorado), Henrik Sedin (Vancouver).

12/01 Ligue Magnus : danse hongroise

Les Hongrois de Briançon ont dansé sur la Ligue Magnus ce soir. Marton Vas (un but) et surtout Balazs Ladanyi (quatre buts) ont ramené une victoire précieuse de Morzine-Avoriaz (6-3) dans ce qui était peut-être le dernier écueil pouvant empêcher les Diables rouges de filer vers la première place de la saison régulière. N'anticipons pas trop tout de même : il faut se méfier de tout le monde.

Les poursuivants des Briançonnais peuvent en témoigner. Rouen a été mené au premier tiers par un outsider (Villard-de-Lans), mais sans se faire peur tant c'est presque habituel à l'île Lacroix. La ligne Bouchard-Doucet-Thinel a ensuite fait des ravages avec six buts à elle seule (9-3). Les Grenoblois ont eu une plus grosse frayeur, dominés 1-2 après quarante minutes par Épinal, sur un doublé de Michal Petrak. Deux buts de Christophe Tartari - l'égalisation et un but automatique pour s'être fait accroché en partant vers la cage vide - ont cependant permis aux Brûleurs de Loups de se sortir de ce mauvais pas.

Pas de souci en revanche pour les Angevins, facile vainqueur 8-1 chez la lanterne rouge Caen, dont ils sont la bête noire cette saison.

Le prochain match retransmis sur Sport+, le Chamonix/Mont-Blanc de vendredi, est en train de prendre de plus en plus d'importance pour le maintien. Les Chamoniards, privés de leurs deux attaquants suédois malades et battus 5-3 à Amiens, occupent toujours une peu enviable treizième place. Et l'Entente Saint-Gervais/Megève n'a que quatre points d'avance sur eux car elle traverse une mauvaise passe, confirmée ce soir par une défaite face à Tours (0-5). C'est le premier blanchissage pour Vladimir Hiadlovsky, juste au moment où la défense tourangelle a été privée d'un élément sur blessure (Vladimir Sabol) jusqu'à la fin de la saison.

Un autre match capital pour la relégation avait lieu ce soir. Strasbourg a mené 3-0 à Dijon, mais après avoir dilapidé deux buts d'avance dans ses deux précédentes sorties, l'Étoile Noire en a cette fois laissé filer trois... Stephen Dugas et Miroslav Fiser ont retourné la situation dans les cinq dernières minutes en faveur du CPHD, qui reçoit Chamonix en match en retard mardi et peut faire un pas décisif vers le maintien.

12/01 Division 1 : deux blanchis, trois sortis

Quant on est gardien en D1, mieux vaut l'être chez les deux leaders. Mickaël Gasnier, le jeune gardien de Gap, a blanchi Bordeaux 5-0. Julien Figved, avec Neuilly-sur-Marne, a rendu une copie virginale en Avignon (4-0).

Certains de leurs collègues ont été moins bien lotis. Francis Larivée a été sorti à la mi-match avec Viry à Annecy (à 5-2, score final 8-3), Mickäel Morgant à douze minutes de la fin avec Le Vésinet à Garges (à 7-4, score final 7-6), et Cédric Crevier dès la douzième minute avec Cergy à Montpellier. Il venait d'encaisser le quatrième but, signé du directeur de la patinoire Franck Saunier qui a rechaussé les patins compte tenu des nombreux blessés chez les Vipers. Le score final fut de 12-3. Les gardiens n'ont pas été non plus à la fête lors de Courbevoie-Reims (7-6).

Montpellier a maintenant cinq points d'avance sur la qualification, parce qu'Amnéville, sans William Mouly (suspendu non pour sa charge contre la bande qui a blessé le Montpelliérain Erik Möller mais pour une incorrection envers les officiels à Neuilly), a perdu 4-5 à domicile face à Valence.

12/01 Division 2 : première défaite de Brest

Si la D1 a donné lieu à quelques scores élevés, ce n'est rien à côté de la D2 qui a livré un 12-10 très "old school" en termes de présence défensive, entre Cherbourg (13 joueurs, 2 gardiens) et Font-Romeu (11 joueurs, 2 gardiens). Plus incroyable encore, les Vikings étaient menés 9-10 à cinq minutes de la fin, avant de marquer trois fois en supériorité numérique... sur trois pénalités distinctes contre le même joueur, Patrice Renon. Ce multi-récidiviste a certainement offert leur place en play-offs aux Cherbourgeois. Leur adversaire Meudon a en effet perdu 4-3 à Boulogne-Billancourt après avoir mené 3-0 à vingt minutes de la fin.

Après deux matches nuls consécutifs, le déclin de Brest se confirme avec la première défaite, 5-2 à Cholet. Rappelons que les Albatros avaient gagné 12-3 à l'aller. Les Brestois n'ont plus droit à l'erreur pour garder leur première place de la poule ouest : La Roche-sur-Yon, qui a écrasé Toulouse 10-4, n'est plus qu'à un point derrière.

S'il n'y a plus d'équipe invaincue en division 2 après la défaite brestoise, il reste encore une équipe sans victoire. L'ACBB a enfin gagné, mais Wasquehal n'y est pas parvenu malgré une prestation transcendée par le derby face à Dunkerque (3-4). Les leaders ont gagné dans cette poule est, tandis qu'Asnières a pris la sixième place à Clermont-Ferrand en battant les Sangliers arvernes 7-4. La pénalité de match du gardien auvergnat Benoît Sanchez à 4-4 à la 35e minute a été le tournant de la soirée, permettant à Grégory Moreau de marquer le but décisif pendant les cinq minutes de supériorité.

15/01 Coupe de France : folle soirée

La Coupe de France a déjà fait vivre de grandes soirées, mais celle-ci va sans doute entrer dans l'histoire du hockey français comme la plus folle de toutes. Sur les quatre patinoires, on a vécu des émotions palpitantes et des rebondissements incroyables. Deux quarts de finale se sont terminés aux tirs au but, le troisième est allé en prolongation, et le quatrième s'est joué à l'avant-dernière minute du temps réglementaire : cela suffit à résumer cette soirée de dingues.

La surprise majeure est la qualification de Strasbourg. Depuis le début de la Ligue Magnus, les hommes de Daniel Bourdages s'étaient fait une spécialité de gaspiller des buts d'avance à la pelle et de ne pas concrétiser leurs bonnes prestations en points. Ce manque d'efficacité se traduisait notamment par des défaites en fin de match, et ils n'avaient vécu qu'une seule prolongation jusqu'ici. Mais le championnat est une chose et la Coupe en est une autre. Sa "perf", l'Étoile Noire l'a réalisée ce soir en ramenant la qualification de Briançon (3-2) à l'issue de la séance des tirs au but. Il y a dix jours en championnat, les Diables rouges s'étaient déjà inclinés à domicile contre Grenoble, sur un penalty de Ludek Broz... et le centre tchèque a récidivé ce soir en marquant le tir au but vainqueur à Morzine.

La palme des rebondissements revient sans doute au derby toujours passionnel entre Angers et Tours. Quelques errances du gardien Ville Koivula ont permis aux visiteurs de mener 1-3, mais les Ducs ont vite rétabli la situation à 4-3 à la fin du deuxième tiers-temps. Au retour sur la glace, Claude Devèze, l'homme aux 14 saisons à Angers, a égalisé pour Tours d'un tir dévié. Peu après, deux pénalités contre Deshaies et Koivula incitent Millette à demander son temps mort : à cinq contre trois, effectivement, Dominic Noël donne l'avantage à l'ASGT (4-5). Le nouvel entraîneur local Heikki Leime ne veut pas être en reste : lui aussi demande un temps mort pour sortir son gardien en fin de match... et Tomas Baluch égalise à trente secondes de la fin. Noël a failli être le buteur décisif, c'est au contraire lui qui prend la pénalité fatale, une obstruction en prolongation. À quatre contre trois, Éric Lavigne marque le but vainqueur. Le tenant de la Coupe de France est toujours en course.

Enfin, le dernier match de la soirée a bien failli être la surprise du chef. Rouen s'est déplacé à Neuilly-sur-Marne, seul club de D1 encore en lice, sans son gardien Ramon Sopko, légèrement blessé par un tir villardien samedi. C'est donc le second gardien Roman Quemener qui avait la délicate mission de garder les cages. Délicate parce que Neuilly est surtout réputé pour son attaque, et aussi parce qu'on se souvient qu'un de ses prédécesseurs, Pierre Pochon, avait été vilipendé par les partisans des Dragons pour une prestation hésitante pendant sa seule titularisation en Coupe de France contre... Neuilly.

Ce qui n'avait pas été annoncé, c'est que Houde et Quessandier, malades, n'étaient pas non plus du voyage, alors que Doucet était diminué. Rouen n'en était pas moins largement favori, et menait déjà 2-0 à la septième minute. De quoi se relâcher... Grave erreur. Les Bisons de Neuilly attendait fermement ce jour, et n'avaient rien l'intention de lâcher. Quatre fois, ils sont revenus au score ! Ce qui est étonnant, c'est que les protagonistes majeurs de la rencontre n'ont pas été leurs dernières recrues, mais leurs bons vieux Slovaques. C'est Roman Svaty qui était dans les cages, pas Figved. Et surtout, ce ne sont pas les Nord-Américains qui ont assuré la production offensive. Martin Gascon a bien trouvé une lucarne, et Francis Ballet a mis un lancer de la bleue, mais le héros du soir se nomme Milan Vastusko, auteur de trois buts, autant que Carl Malette à qui il a répondu trait pour trait. Le dénouement a toutefois été cruel pour les joueurs de la Seine-Saint-Denis : à l'avant-dernière minute, Olivier Bouchard qualifiait le RHE.

Le tirage au sort des demi-finales aura lieu samedi à Chamonix. On y retrouvera donc trois des quatre premiers du championnat, qui sont passés même dans la douleur, et l'étonnant Strasbourg qui a fait tomber le leader. Seule équipe qualifiée à avoir joué son quart de finale à domicile, Angers jouera quoi qu'il arrive sa demi-finale à l'extérieur. Rappelons que c'est en vertu de ce même règlement que les Angevins avaient pu avoir le match inversé et recevoir Rouen au même stade l'an passé.

18/01 Les équipes de France

L'heure n'est plus aux expérimentations, mais à passer au cap supérieur pour l'équipe en place : face à la Slovaquie, à l'Allemagne et à la Suisse, les Bleus joueront du 8 au 10 février à Lausanne un test grandeur nature avant leur retour aux championnats du monde. Parmi les hommes de métier, on notera la confirmation de Simon Lacroix et du retour en grâce de Maurice Rozenthal. Un grand absent : Yorick Treille, blessé jusqu'à la fin de la saison régulière de DEL.

La liste des remplaçants est courte puisque tous les moins de 23 ans sont inclus dans l'équipe espoirs qui jouera le tournoi de Mont-Blanc aux mêmes dates (ils pourront être rappelés à tout moment). La présence de Guillaume Chassard n'aura cependant pas échappé aux yeux spinaliens.

Gardiens : Fabrice Lhenry (Esbjerg, DAN, 84 sélections), Eddy Ferhi (Grenoble, 16 sélections).

Défenseurs : Baptiste Amar (Grenoble, 150 sélections, 7 buts), Vincent Bachet (Amiens, 161 sélections, 19 buts), Nicolas Besch (Nyköping, SUE, 73 sélections, 4 buts), Jean-François Bonnard (115 sélections, 8 buts), Simon Lacroix (Angers, 5 sélections, 0 but), Benoît Quessandier (Rouen, 22 sélections, 2 buts), Teddy Trabichet (Grenoble, 9 sélections).

Attaquants : Pierre-Édouard Bellemare (Leksand, SUE, 55 sélections, 13 buts), Olivier Coqueux (Esbjerg, DAN, 88 sélections, 19 buts), Julien Desrosiers (Rouen, 48 sélections, 24 buts), Damien Fleury (Grenoble, 13 sélections, 2 buts), Laurent Gras (Amiens, 172 sélections, 27 buts), Kévin Hecquefeuille (Grenoble, 69 sélections, 15 buts), Antoine Lussier (La Chaux-de-Fonds, SUI, 30 sélections, 4 buts), Laurent Meunier (Genève-Servette, SUI, 134 sélections, 30 buts), François Rozenthal (Morzine-Avoriaz, 173 sélections, 60 buts), Maurice Rozenthal (Morzine-Avoriaz, 205 sélections, 62 buts), Luc Tardif jr (Morzine-Avoriaz, 45 sélections, 9 buts), Sacha Treille (Grenoble, 13 sélections, 5 buts), Jonathan Zwikel (Morzine-Avoriaz, 165 sélections, 30 buts).

Remplaçants : Mathieu Mille (D, Morzine-Avoriaz, 46 sélection, 1 but), Nicolas Antonoff (A, Mont-Blanc, 23 sélections), Guillaume Chassard (A, Épinal, 6 sélections).

Dans le même temps, les moins de 18 ans seront en Slovénie pour y affronter le pays organisateur, l'Autriche et la Hongrie. Un tournoi qui servira à se préparer mais aussi à progresser face à des adversaires de haut niveau, ce qui sera moins le cas aux Mondiaux de division II en Savoie face aux Coréens, aux Australiens ou aux Croates. Parmi les sélectionnés, on notera que certains jouent en D1 (Anthony Mathias avec Garges et Florian Sabatier) ou en D2 (le gardien Clément Fouquerel, Romain Vitali et Patxi Biscard). Les matches internationaux des moins de 18 ans.

Gardiens : Clément Fouquerel (Caen), Sébastien Raibon (Grenoble).

Défenseurs : Romain Bault (Amiens), Julien Burgert* (Strasbourg), Mathieu Chevalier* (Rouen), Jason Crossman (Grenoble), Kévin Dusseau* (Rouen), Arthur Guinche* (Genève-Servette, SUI), Maxime Moisand (Grenoble), Romain Vitali (Mont-Blanc).

Attaquants : Mathieu André (Gap), Nicolas Arrossamena (Grenoble), Patxi Biscard (Mont-Blanc), Victor Barbero* (Genève-Servette, SUI), Rodolphe Chartier* (Amiens), Robin Gaborit* (Rouen), Anthony Mathias (Deuil-la-Barre), Morgan Nicolas (Amiens), Timotey Perez (Amiens), Pierrick Pivron (Neuchâtel, SUI), Florian Sabatier (Reims), Antoine Vanwormhoudt* (Genève-Servette, SUI).

Remplaçants : Léo Bertein* (G, Rouen), Sebastian Ylönen* (G, Amiens), Yann Le Duff (D, Deuil-la-Barre), Victor Cocar* (D, Mont-Blanc), Clément Colombin* (D, Mont-Blanc), Quentin Berthon (A, Rouen), Charles Bertrand* (A, Trencin, SVK), Barthélémy Cousein (A, Mont-Blanc), Noé Gersanois* (A, Genève-Servette), Kévin Hamon (A, Amiens), Arnaud Magallon* (A, Gap), Florent Sorres (A, Deuil-la-Barre), Raphaël Papa (A, Grenoble).

* joueurs nés en 1991 et encore éligibles l'an prochain

La nouveauté du moment est la création d'une équipe "U19". Jusqu'ici, la préparation des Mondiaux 20 ans durait quelques mois, de l'été jusqu'à la compétition en décembre. Cette fois, à l'image des grands pays de hockey, la FFHG réunit, sous l'autorité de Renaud Jacquin avec l'assistance du jeune retraité Simon Bachelet et de l'ancien exilé polonais André Svitac, les meilleurs "89" pour préparer en avance la saison prochaine. Ils iront à Puigcerdà dans les Pyrénées catalanes où ils rencontreront leur homologue slovène, mais aussi les seniors espagnols et le club local.

Gardiens : Adrien Fenart (Amiens), Mathieu Perrin (Épinal).

Défenseurs : Yohann Auvitu (Mont-Blanc), Thomas Baubriau (Rouen), Ivan Bohin (Grenoble), Cédric Custosse (Rouen), Aurélien Greverend (Rouen), Pierre le Pape (Amiens), Yann Marez (Villard-de-Lans), Udo Marie (Caen).

Attaquants : Graham Avenel (Caen), Julien Baylacq (Grenoble), Grégory Béron (Amiens), Matthieu Frecon (Grenoble), Pierre-Charles Hordelalay (Amiens), Gaëtan Jeannin (Garges-lès-Gonesse), Vincent Kara (Chamonix), Cyril Lambert (Bordeaux), Nicolas Motreff (Chamonix), Rémy Rimann (Lausanne, SUI), Thibault Sage-Vallier (Villard-de-Lans), Marc Slupski (Reims).

Remplaçants : Mytia Moisseron (G, Boucherville, CAN), Niels Erick Ravn (G, Ottawa, CAN), Tristan Lohou (D, Reims), Stéphane Da Costa (A, Sioux City, USHL), Paulin Jouanin (A, Nice), Anthony Pernot (A, Épinal), Antoine Roussel (A, Chicoutimi, LHJMQ).

19/01 Ligue Magnus : Strasbourg sur les deux tableaux

En même temps qu'ils se qualifiaient pour les demi-finales de la Coupe de France mardi dernier, les Strasbourg tombaient à la treizième place du championnat, synonyme de barrage de relégation. La victoire aux tirs au but de Dijon contre Chamonix, offrant des points à ces deux adversaires directs, ne faisait en effet pas les affaires des Alsaciens. Allaient-ils se disperser dans leurs objectifs par les mirages de Bercy ? Non ! Au contraire, ils ont pris confiance par cette qualification, et ils ont battu ce soir Amiens, tombé comme l'an passé à l'Iceberg (3-2). Les Gothiques ont ainsi cédé la cinquième place à Tours, petit vainqueur de Caen.

Malgré cette victoire, Strasbourg a bien failli ne pas gagner de place. Chamonix tenait en effet lui aussi sa victoire, sur le même score contre le Mont-Blanc. Mais les visiteurs, après huit matches sans victoire, égalisaient à six contre cinq et prenaient l'avantage en prolongation (3-4). Les Chamoniards repassent derrière avant de se rendre samedi prochain à... Strasbourg. Inutile de préciser les enjeux...

Heikki Leime avait mis l'accent sur la conscience défensive depuis son arrivée à Angers, mais ces intentions ne suffisent pas toujours face à l'attaque de Rouen. Menés 1-4, les Ducs sont repassés en mode "tout pour l'attaque" et ont fait exploser les Dragons en s'imposant 7-5. Le but décisif a été marqué à cinq minutes de la fin par Tomas Baluch, appelé aujourd'hui à la place d'Éric Fortier pour le match des étoiles de dimanche à Chamonix dans le cadre des fêtes du centenaire. Les Angevins ont donc repris la première place du championnat ! Au mois pour vingt-quatre heures...

Briançon a repris son bien en corrigeant 6-1 Dijon, qui était venu gagner dans la ville haute l'an dernier. Grenoble a également rejoint Angers en engrangeant une nouvelle victoire aux tirs au but. Sacha Treille, qui était prévu comme troisième tireur à Briançon puis à Morzine en coupe, n'avait jamais eu l'occasion de tenter sa chance... car Ludek Broz avait achevé la séance trop tôt ! Cette fois, le jeune attaquant a pu se lancer, et devenir du même coup le héros de la soirée. Les Villardiens sont néanmoins contents : l'égalisation de Quentin Pépy à l'avant-dernière minute du temps réglementaire leur assure un point important qui leur assure deux points d'avance sur le maintien. Les exigences sont de plus en plus élevées en bas de tableau, et même Épinal, battu 2-5 par Morzine avec trois buts de François Rozenthal, n'est pas encore tiré d'affaire avant son déplacement important à Dijon.

19/01 Division 1 : Neuilly confirme

La Coupe de France n'a pas tourné les têtes à Neuilly-sur-Marne, puisque les Bisons ont su revenir au quotidien de la D1 en infligeant un 6-1 au troisième Montpellier. Ils restent à un point du leader Gap, où le jeune gardien Mickaël Gasnier a signé son second blanchissage consécutif avec un 6-0 à Cergy. Il n'a pas été le seul à rendre une copie parfaite puisque ses collègues Mojmir Bozik (3-0 pour Avignon à Valence) et Cédric Dietrich (3-0 pour Amnéville à Reims) ont fait pareil dans des derbys importants. Amnéville et Avignon, qui restaient respectivement sur quatre et trois défaites consécutives, restent donc dans la course aux play-offs. Ce n'est peut-être plus le cas de Garges, qui a explosé 12-3 chez l'actuel détenteur de cette quatrième place convoitée, Bordeaux.

19/01 Division 2 : Lyon monte en puissance

Lyon ne cesse de monter en puissance en D2 et a fait le carton plein depuis sa défaite initiale à Nice. Les Lions ont facilement disposé de Mulhouse (6-1) dans un match au sommet joué devant 3600 spectateurs à la patinoire Charlemagne.

Ils s'imposent de plus en plus comme les favoris de la D2, car Brest décline. Les Albatros ont certes renoué avec la victoire, mais sans convaincre, puisque ce n'est qu'à trois minutes de la fin que Tomas Kaspar a marqué le but vainqueur contre Font-Romeu (6-4). À deux journées de la fin, Nantes a perdu espoir d'accrocher la quatrième place synonyme de match retour à domicile en play-offs. Les Corsaires se sont en effet inclinés à Toulouse, qui a bénéficié de trois buts du Spinalien Martin Serra.

Il n'a plus d'équipe "fanny" dans les championnats nationaux. Après l'ACBB la semaine dernière, qui a d'ailleurs enchaîné avec une seconde victoire contre Cherbourg (6-5), c'est au tour de Wasquehal de remporter enfin sa première victoire, sur la glace de Champigny (6-5). C'est le premier succès du club nordiste au niveau D2, qu'il découvre pour la première fois cette saison.

20/01 Match des étoiles

Le match des étoiles de Ligue Magnus, organisé dans le cadre des festivités du centenaire, a démontré la bonne forme actuelle de la ligne morzinoise de Zwikel et des Rozenthal, déjà vue dans les Vosges avant-hier. Elle a marqué presque tous les buts des "Français", sans empêcher la défaite 12-9 face aux "Étrangers", où Malette et ses camarades rouennais se sont éclatés. Les Québécois apprécient ce genre de show puisque le défenseur briançonnais Alexandre Rouleau, appelé de dernière minute après le forfait de Wallin, a gagné le concours de slap en frappant à 140 km/h. Le concours de précision a été remporté par François Rozenthal avec cinq cibles sur six.

22/01 Livre sur l'histoire du hockey français

Le voici ! Trouvez-le ou commandez-le chez votre libraire. Détails dans le synopsis.

Couverture du livre

25/01 NHL / Europe : confrontations multiples

Il semble que les Rangers de New York soient finalement l'équipe choisie par la NHL pour participer à la première Coupe Victoria en septembre face au champion d'Europe (Magnitogorsk). Le match aurait lieu à Berne. Ils enchaîneraient ensuite avec leur premier match de saison régulière de NHL, à Prague, contre Tampa Bay. Mais auparavant, le Lightning ferait l'inauguration de la nouvelle O2 Arena de Berlin contre les Eisbären. Dans le même temps, les Ottawa Senators affronteraient Frölunda avant de rencontrer Pittsburgh pour le compte de la saison NHL à Stockholm.

Bref, au lieu d'avoir un trophée majeur intercontinental comme le voulait l'IIHF, il semble que la NHL soit en train de le noyer sous un ensemble d'exhibitions qui s'annoncent peut-être intéressantes mais pourraient compliquer la lisibilité de l'évènement. Cela diminuera l'importance relative de la Coupe Victoria. Le but de l'IIHF est d'en faire un vrai match au sommet face au vainqueur de la Coupe Stanley, mais la NHL a des intérêts opposés et ne veut pas perdre de son prestige en remettant d'une quelconque manière son "titre".

26/01 Ligue Magnus : Chamonix en crise, Grenoble en tête

La défaite contre le Mont-Blanc a laissé des traces à Chamonix qui a vécu une semaine mouvementée. Dans ce club qui peine à trouver un entraîneur stable depuis son accession à la Ligue Magnus, le défenseur Peter Hrehorcak a été prié de rendre son tablier à son tour (à cause de sa "perte de crédibilité et d'autorité" dans ses fonctions d'entraîneur selon le communiqué officiel). Les rênes de l'équipe ont été confiées à un autre joueur, le capitaine Richard Aimonetto, assisté de Kevorkian. Ces changements de dernière minute n'étaient pas la meilleure façon de préparer le déplacement à Strasbourg, et les Chamois y ont perdu gros en s'inclinant 3-1.

La situation des Chamoniards au classement est de plus en plus compliquée. Le Mont-Blanc a définitivement assuré son maintien en gagnant 5-2 à Caen grâce à la ligne de Croz et des frères Nicoud. Les Dijonnais se rapprochent de plus en plus de la sécurité en passant devant Épinal grâce à une victoire décisive 5-2, après avoir été mené 0-2 quand Salmivirta a exploité les deux premières pénalités bourguignonnes. Villard-de-Lans a pris un point précieux à Morzine. Il n'y a donc plus le choix pour Chamonix : il faut battre Caen la semaine prochaine avant deux rencontres impossibles contre Rouen et Briançon. Ensuite, le déplacement dans les Vosges à la dernière journée pourrait s'avérer décisif... si les autres adversaires ne sont pas déjà hors de portée d'ici là.

Le bouleversement de la journée est à mettre à l'actif des Gothiques d'Amiens. En remontant de 2-4 à 5-4 dans les sept dernières minutes face à Briançon, l'équipe qui les avait éliminés en quart de finale l'an dernier (et qui se déplaçait ce soir sans son gardien canadien Christian Bronsard malade), les hommes de Denis Perez ont remis en cause toute la fin de la saison régulière.

La première place, vers laquelle Briançon aurait pu faire un grand pas ce soir, est maintenant la propriété de Grenoble. Les Brûleurs de Loups ont remporté le match au sommet contre Angers sur un but décisif de Damien Fleury et ont maintenant les cartes en main. Ayant gagné toutes leurs confrontations particulières face aux deux autres co-leaders, ils garderont la tête s'ils gagnent tout d'ici la fin de saison. Mais il faudra sans doute attendre la dernière journée où ils recevront Rouen. Les Dragons ne peuvent plus être premiers, sauf si Briançon commet un nouveau faux-pas, mais ils font de plus en plus peur. Leur attaque de feu a marqué trois buts en moins de sept minutes au pauvre Vladimir Hiadlovsky, vite rentré au banc, et Tours est reparti avec un sévère 8-1 dans la musette.

26/01 Division 1 : Cergy assomme Bordeaux

Le match du jour aurait dû celui entre les leaders Gap et Neuilly-sur-Marne. Et c'est vrai qu'il a tenu ses promesses : à la douzième minute, l'entraîneur local Patrick Turcotte était déjà obligé de demander son temps mort car son équipe était menée 0-3 ! Mais en début de deuxième période, les Gapençais ont enchaîné trois buts en sept minutes et contraint Jérôme Pourtanel de faire de même. Les Nocéens ont alors été trahis par leurs meilleures recrues : méconduite de Gascon, pénalité de Larson sanctionnée d'un but, puis méconduite pour le match de Paillet... Les Gapençais se sont donc imposés 8-5 et leur première place de saison régulière semble dans la poche.

La vraie sensation, elle n'a cependant pas eu lieu dans les Hautes-Alpes, mais là où on ne l'attendait pas, dans le Val d'Oise. Cergy a en effet battu Bordeaux 6-3. Une victoire qui règle la question de la relégation : Le Vésinet, battu 8-4 à Courbevoie avec trois buts de William Place, aurait besoin d'un miracle avec six points de retard. Ce match change complique surtout le destin des Bordelais, qui perdent deux places d'un coup. Dans le duel pour la qualification en demi-finale, ils sont devancés par Amnéville (5-2 face à Viry) et Avignon (3-2 devant Reims avec un doublé de Damien Ribourg) aux confrontations particulières, sachant qu'ils n'ont que deux points d'avance sur Courbevoie qui a deux matches en retard. Le tableau ne paraît guère en leur faveur, mais il faut y rajouter un élément : ces trois adversaires doivent tous se rendre à Mériadeck.

De toute manière, la lutte pour les play-offs s'annonce incroyablement disputée. L'égalisation de Cyril Josseaume (Valence, ainsi 10e avec 16 pts) à trois minutes de la fin à Montpellier (3e avec 22 pts) maintient un classement incroyablement serré entre les huit équipes encore en course. Garges-lès-Gonesse y a doublé Annecy en remontant de 2-5 à 8-5. Les Chiefs ont réussi à comptabiliser sept buteurs différents dans ce match, avec seulement douze joueurs de champ.

26/01 Division 2 : Cholet verrouille le podium

Cholet avait déjà montré la valeur de son attaque, mais n'avait pas brillé en défense. Avant les play-offs, où ce secteur devra être performant, les Dogs avaient quelque chose à prouver. Dans l'affiche du jour contre Toulouse, ils ont donc procédé à une démonstration importante en s'imposant sur le score de 1-0 (but de Romain Février) avec un blanchissage pour leur gardien saint-pierrais Frédéric Gilbert. Ils prennent ainsi la troisième place à leurs adversaires du jour, une place qui dirige vers un tour de play-offs contre Asnières.

Avec deux défenseurs suspendus (Louf et Derepper), Dunkerque se déplaçait à Clermont-Ferrand avec un effectif minimal de dix joueurs et deux gardiens. Clément Thomas a tout fait tout seul - 3 buts et 7 pénalités - et les Corsaires se sont imposés 5-3. Ce sera néanmoins insuffisant pour la troisième place, acquise par Mulhouse qui a battu Chambéry 8-6 avec cinq buts du Canadien David Croteau. Ils évitent ainsi Nantes, qui devrait enfin pouvoir accueillir du public dans sa patinoire en play-offs : on pourrait avoir droit à un duel "Corsaires contre Corsaires" en huitième de finale, si les Dunkerquois ne perdent pas leur dernier match à domicile face à la réserve du Mont-Blanc.

Quant à la première place à l'est, Lyon (vainqueur 8-0 à Wasquehal) et Nice (qui a disposé de Champigny 7-2) se la disputeront dans deux semaines lors de la dernière journée, pour un match qui devrait encore battre des records d'affluence à Charlemagne.

Ce qui donne la perspective suivante pour les huitièmes de finale :

Brest - Chambéry (ou Clermont-Ferrand)

La Roche-sur-Yon - Clermont (ou Chambéry)

Nantes - Dunkerque (ou Mont-Blanc II)

Mulhouse - Font-Romeu

Lyon - Cherbourg (ou Caen II)

Nice - Caen II (ou Cherbourg)

Cholet (si victoire à Meudon) - Asnières

Toulouse - Mont-Blanc II (ou Dunkerque)

29/01 Coupe de France : une finale classique

Si la première finale de coupe à Bercy avait opposé deux équipes peu habituées aux grands rendez-vous (Angers et Épinal), la deuxième verra s'affronter deux grands favoris, qui étaient déjà face-à-face en finale il y a quatre ans : Rouen et Grenoble.

Les Dragons de Rouen ont mis un peu plus de quatre minutes à anéantir les espoirs du dernier outsider de la compétition en marquant deux buts à Strasbourg. Toujours trop fort pour l'Étoile noire, le RHE s'est imposé 6-3 en Alsace.

À Grenoble, le gardien angevin Ville Koivula n'a pas pu rééditer sa performance de samedi en championnat, et les Brûleurs de loups, même sans Ludek Broz, se sont lâchement offensivement pour éliminer le tenant du titre avec un score "à la rouennaise" (8-5). Voilà qui promet du spectacle le dimanche 17 février au POPB.

 

 

Le mois précédent (décembre 2007)

Le mois suivant (février 2008)