Février 2007

 

03/02 Ligue Magnus : les héros sont fatigués

La qualification de deux outsiders en finale de la Coupe de France l'avait prouvé, les gros clubs tirent un peu la langue en ce moment. Grenoble et Morzine-Avoriaz, qui s'affronteront pour la première place de la saison régulière après la trêve internationale, ont eu besoin de la prolongation pour s'imposer. Baptiste Amar a évité la défaite à deux minutes de la fin dans le derby isérois contre Villard-de-Lans, alors que les Pingouins ont renoué avec la victoire sans convaincre face à l'Entente Saint-Gervais/Megève. Ils ont quand même pris deux points et gardent à distance un Briançon guère plus flamboyant à Caen (3-2).

L'équipe en forme du début d'année, c'est plutôt Rouen, où le coach Alain Vogin a appelé cette semaine Arnaud Briand en appui. Une semaine chargée pour le duo avec une défaite en coupe à Angers mercredi, la perte concomitante pour un mois du capitaine Daniel Carlsson opéré jeudi au mollet, un match en retard gagné à Megève vendredi et une victoire arrachée en prolongation ce samedi chez des Dijonnais qui ne lâchent plus rien (4-3). Le CPHD n'a plus que deux points de retard sur Caen et trois sur Strasbourg. Autant dire que les deux confrontations normando-alsaciennes des deux prochaines semaines seront capitales.

Les héros de la Coupe de France ont par contre assuré leur maintien : Épinal a souffert contre Anglet, avant que les quatre buts de Jan Plch n'aient raison de la résistance basque. Forcément, le retour en championnat n'est pas facile quand on a la tête à Bercy... Angers n'a ainsi arraché in extremis la victoire que dans les deux dernières minutes contre Chamonix (4-2).

03/02 Division 1 : Tours dans l'adversité

Le choc attendu a bien eu lieu au sommet de la division 1, au niveau du jeu et de l'ambiance. Gap a mené deux fois à Tours, mais les hommes de Bob Millette ont tout de même fini par s'imposer 4-2 et s'échapper au classement. Il reste un seul autre invaincu, Courbevoie, vainqueur 6-4 du Vésinet. Attention en embuscade à Neuilly-sur-Marne qui a réalisé un blanchissage (6-0) contre Valence, une performance qui n'arrive pas souvent à la défense des Bisons, a fortiori après le retour au Canada de son arrière Karl Saint-Pierre. Le match en retard Courbevoie-Neuilly mercredi prochain règlera la suprématie francilienne, mais aussi probablement une place sur le podium.

Dans la poule de maintien, on aime décidément les matches nuls. Pas de vainqueur dans le duel de gardiens Bossier/Bozik, puisqu'Annecy et Avignon en sont restés à 1-1, alors que Garges, après avoir pris trois buts d'avance sur Dunkerque au premier tiers, est bien content d'avoir sauvé un point à l'avant-dernière minute par Arnaud Mazzone (6-6). Viry n'a pas pu réussir d'exploit à Bordeaux (7-4 avec cinq points de Tartari), mais Cergy recolle en gagnant 3-1 à Limoges.

03/02 Division 2 : Reims se réveille

Le leader de D2 La Roche-sur-Yon a connu un coup d'arrêt à domicile car un doublé de Sébastien Bergès a donné la victoire au Havre (2-3). Il s'est fait rejoindre par Belfort, qui a gagné 4-3 à Nantes parce qu'un surnombre local dans les dernières secondes a été sanctionné d'un tir de pénalité transformé par Jan Zakovsky. Le nombre de buts a été faible pour de la D2, c'est le signe que l'enjeu et le niveau montent. C'est défensivement que Brest a tenu le point du nul à Toulouse (1-1). Il reste ainsi détaché avec le quatuor de tête, mais Reims n'a pas perdu espoir de recoller. Mis en orbite par deux buts de Vladimir Novak, les Phénix ont renoué avec la victoire à Nice (4-2), qui s'enfonce par contre la morosité.

07/02 Équipe-type de janvier de Ligue Magnus

2007, c'est le grand retour de Rouen. Et comme par hasard, ce sont les trois revenants qui représentent les Dragons dans cette équipe-type. Vesa Ponto, solide et efficace dans ses tâches défensives, a stabilisé l'arrière-garde rouennaise. Éric Doucet, désormais complice des deux Thinel, est redevenu le Doudou cher à tous les enfants normands, celui qu'on pose sur son cur et dont on sait qu'il ne vous ne quittera jamais, ou alors au prix d'une crise de larmes assurée. Quant à Éric Fortier, le travailleur de l'ombre de la ligne Air Canada l'an passé, il a prouvé, à gauche ou à droite, sa polyvalence dans les remaniements offensifs de Vogin.

À la fois actif dans le jeu et efficace devant la cage, c'est également un descriptif qui peut s'appliquer à Pierre-Luc Sleigher, le petit gabarit du Québec dont la contribution ne se dément pas dans l'attaque briançonnaise. Si Morzine-Avoriaz a un peu baissé de pied avec deux défaites, cela a ravivé l'ambition de Grenoble, qui peut espérer ravir la première place grâce à la meilleure défense du championnat. Les Brûleurs de Loups disposent pour cela du n1 incontesté de la Magnus, Eddy Ferhi, qui ne jouait pas lors de leur seule défaite du mois contre Dijon, et aussi du défenseur international Baptiste Amar, qui est toujours le joueur français aux présences les plus régulières dans les équipes-types.

Équipe-type de janvier : Eddy Ferhi (Grenoble) ; Baptiste Amar (Grenoble) - Vesa Ponto (Rouen) ; Éric Fortier (Rouen) - Éric Doucet (Rouen) - Pierre-Luc Sleigher (Briançon).

09/02 Le CNOSF confirme les sanctions contre Dijon

Le recours déposé par le CPH Dijon devant le Comité National Olympique et Sportif Français n'a pas été couronné de succès. Le conciliateur, qui avait proposé la réintégration du club en Ligue Magnus en septembre dernier malgré ses retards dans la transmission des pièces requises par la Commission Nationale d'Aide et de Contrôle de Gestion, a estimé que le comité directeur de la FFHG était fondé à assortir cette réintégration de sanctions, et que celles-ci (neuf points de pénalité au classement et 3000 euros d'amende) n'étaient pas excessives.

L'incertitude administrative ne planera donc pas sur la lutte pour le maintien. Le défi sportif s'annonce maintenant corsé pour Dijon : pour éviter le barrage de relégation, il lui reste deux matches à l'extérieur à Anglet et à Amiens, alors que les deux équipes encore à sa portée - Strasbourg et Caen - s'affrontent deux fois dans les dix prochains jours.

09/02 France 18 ans : tournoi de la Vanoise

Le dernier tournoi de préparation de l'équipe de France des moins de 18 ans avant les championnats du monde a confirmé la difficulté de la tâche qui attend cette sélection privée cette saison de quelques bannis. Lors du tournoi de la Vanoise, elle a d'abord fait connaissance avec Mikkel Bødker, le super-espoir du hockey au Danemark, qui joue chez les juniors de Frölunda avec son collègue ailier Lars Eller. À tout juste 17 ans, Bødker est la pépite de cette génération dorée de 1989, une des meilleures du programme de formation danois, et il a inscrit trois buts face à la France, obligée de s'incliner face à l'efficacité des attaquants scandinaves malgré six buteurs différents (Rémy Rimann, Grégory Béron, Victor Barbero, Nicolas Motreff, Kevin Hamon, Quentin Berthon).

Le deuxième match revêtait une importance particulière face à un concurrent direct aux prochains Mondiaux, l'Autriche, qui avait écrasé les Français 8-1 en novembre. Avides de revanches, ceux-ci menaient 2-0 après la première période sur des buts de Frecon et Auvitu, assistés à chaque fois de Rimann. Mais les Autrichiens remontaient pour s'imposer 5-3 et remportaient de leur propre aveu une victoire psychologiquement très importante. Restait la Norvège, que les Français avaient battue en novembre. Ils résistaient pendant deux tiers-temps grâce à leur jeu de puissance, avant de prendre l'eau en troisième période : cinq pénalités à une, 3 tirs contre 19, et un doublé d'un très bon Stefan Espeland.

Les nations scandinaves sont aujourd'hui un ton au-dessus, c'est un fait. Ce sont les échecs répétés contre les Autrichiens qui sont plus embêtants dans la perspective du maintien en division I... surtout qu'un autre concurrent direct, la Slovénie, pays-hôte, a battu la France deux fois à Belfort. Peut-être faudra-t-il compter sur un Kazakhstan prenable, dont on ne sait pas grand-chose... ou bien imiter les 20 ans en reléguant l'Italie ?

10/02 Le Canada diminue son programme

La fédération canadienne a décidé de limiter ses engagements en Europe. La saison prochaine, elle ne présentera plus d'équipe à la Deutschland Cup en novembre. Un choix qui est l'aboutissement logique de la suppression du Team Canada à plein temps il y a quelques années. Ces sélections automnales ne présentaient plus guère d'intérêt puisque les joueurs alignés à ces occasions - des Canadiens évoluant dans des clubs européens - ne tenaient plus à de rares exceptions près que des rôles de réservistes et de sparring-partners lorsque venait le temps des championnats du monde. Les hockeyeurs de NHL arrivent aujourd'hui en nombre pour les Mondiaux, et cela devrait être encore le cas cette année, compte tenu de l'aura du nouveau manager de l'équipe nationale nommé il y a deux semaines, Steve Yzerman.

10/02 Les Bleus se reprennent

L'équipe de France a raté son entame au tournoi du Mont-Blanc. Elle n'a jamais semblé très inspirée offensivement. L'équipe d'Italie a gagné 3-0 en marquant deux buts en infériorité numérique au dernier tiers. Les Bleus se sont rattrapés contre les Pays-Bas, qui avaient surpris en menant 2-0 contre l'Ukraine avant de perdre en prolongation. Ils ont signé une victoire sans bavure 5-0 en venant à bout de Phil Groeneveld qui a longtemps maintenu son équipe dans le match, et ils ont dans le même temps assuré le blanchissage à leur gardien Eddy Ferhi. Cependant, le Chamoniard Erwan Pain s'est blessé au ligament latéral du genou gauche.

10/02 Division 1 : rien n'arrête Neuilly-sur-Marne

Les Bisons de Neuilly-sur-Marne sont lancés et rien ne semble les arrêter. Depuis leur courte défaite face à Tours, ils ont pris leur rythme de croisière et enchaînent les victoires avec une régularité qu'on ne leur a jamais connue. Mercredi en match en retard à Courbevoie, ils étaient menés 3-1 mais ont forcé leur destin en jouant plus haut pour obtenir un rebond favorable, une déviation providentielle égalisatrice, puis le but vainqueur de Benjamin Galmiche à l'avant-dernière minute en supériorité numérique. Et ce soir, ils sont encore allés chercher une victoire à l'extérieur, à Montpellier, par un but décisif de Juha-Pekka Ketola. Ils sont installés à la deuxième place derrière Tours qui gagne toujours, et pourraient faire un grand pas vers la place de barragiste en recevant samedi prochain Gap, une équipe qui s'est moyennement rassurée ce soir. C'était la première fois que le gardien gapençais Cédric Dietrich affrontait sous un autre maillot son club formateur Amnéville, et l'éternel buteur Peter Zambori n'a pas été tendre avec lui en lui marquant quatre buts. Mais les Rapaces, en difficulté, ont arraché la victoire de justesse sur un but décisif de Romain Moussier (7-6).

La lutte pour le maintien est elle de plus en plus serrée. Au fond du trou en première phase, Dunkerque s'affiche pleinement ressuscité avec un carton 9-1, dont quatre buts de Karl Dewolf, sur une équipe de Limoges qui a vu Jiri Jelen sortir sur une pénalité de match. Au contraire, Annecy s'essouffle et ne gagne plus, avec une défaite 8-4 à Bordeaux, et personne n'est vraiment à l'abri, même pas le leader vauclusien. Présentant chacun un banc réduit avec des absents, Avignon et Garges ont joué à "restera-t-il des joueurs pour finir le match" avec les exclusions de Supuka et Rojko chez les locaux, de Frechette chez les visiteurs. Les Chiefs ont réussi à remonter de 3-0 à 3-3 et à conserver ce précieux match nul malgré leurs nombreuses pénalités habituelles.

10/02 Division 2 : le trou se fait

Les quatre premiers de D2 jouaient tous les quatre à domicile et avaient l'occasion de creuser un trou très important pour l'accès aux demi-finales. Ils ont gagné tous les quatre, et un gouffre de quatre points les sépare maintenant de leurs poursuivants. Nice, battu 5-3 à Belfort, est quasiment éliminé mathématiquement, sauf à battre Brest de sept buts d'écart la semaine prochaine. Nantes n'a plus guère d'espoir après avoir subi la loi du jeu physique de Brest (6-3). Reims - battu 5-3 chez le leader La Roche-sur-Yon - et Toulouse-Blagnac ont un match en moins mais ne sont pas dans une situation enviable. Car devant, on prend confiance. Après des victoires acquises par la défense, Le Havre a fait parler la poudre en attaque et a marqué plus de buts en un match contre les Toulousains (8-4) que dans ses trois victoires précédentes.

11/02 Sortie décevante pour les Bleus

Après un match décevant et un match satisfaisant, le bilan du tournoi du Mont-Blanc pour l'équipe de France allait dépendre de son ultime duel face à une Ukraine étonnamment poussive jusqu'ici. Malgré l'ouverture du score de Nicolas Besch sur la première supériorité numérique, la rencontre révélait de nouveau les difficultés de l'attaque française. Le score restait longtemps bloqué à 1-1, jusqu'à six minutes de la fin, et encore une fois, c'est sur leurs avantages numériques que les Bleus se faisaient poignarder par deux fois. La défaite 1-4 laisse donc comme bilan une seule victoire contre deux défaites, certes face à des nations de l'élite mondiale. Mais les Bleus ne se sont pas vraiment rassurés et devront retrouver de la confiance offensive lors de la phase finale de leur préparation en avril.

15/02 Huet blessé

Fâcheuse coïncidence. Le soir même de la grande fête du hockey à Bercy, où un mot d'encouragement de Cristobal Huet a d'ailleurs été diffusé, le gardien français se faisait une élongation aux ischio-jambiers et pourrait être absent plusieurs semaines. Une absence qui tombe mal pour Montréal, qui perd déjà deux tiers de ses matches depuis la nouvelle année et qui a déjà dilapidé les bénéfices de son bon début de saison.

16/02 Forsberg à Nashville

Bons derniers de la NHL, les Flyers de Philadelphie ont donné le coup d'envoi de leurs soldes de printemps cette semaine en échangeant leur capitaine Peter Forsberg. Le magicien suédois a manqué de nombreux matches pour cause de petits bobos à répétition et disposait d'une clause de non-transfert. Une clause qu'il a donc annulée pour rejoindre le leader de la NHL, Nashville. Ce mouvement transforme de plus en plus la jeune franchise du Tennessee en favori au trophée suprême et démontre les progrès sensibles de cette équipe depuis son arrivée dans la ligue en 1999. Sujet aux blessures, Forsberg est un grand talent à risque mais forcément très intéressant pour une équipe qui a besoin de faire d'excellents play-offs. C'est justement le cas de Nashville, critiqué pour ses affluences médiocres par rapport aux très bons résultats sur la glace, et qui doit donc réussir un coup au printemps pour attirer l'attention locale et prouver que le hockey y est viable.

Les Flyers vont pour leur part reconstruire avec leurs jeunes et ajoutent avec cet échange deux anciens premiers choix de draft, l'ailier Scotty Upshall, barré à Nashville par des joueurs plus expérimentés, le défenseur champion du monde junior Ryan Parent et deux choix de draft. L'échange Forsberg est l'un des gros coups d'une saison jusque là très calme en mouvements, toutes les équipes étant gênées par le plafond salarial. Il fait suite à l'acquisition par Dallas de Ladislav Nagy et par Calgary du défenseur Brad Stuart de Boston et du centre Craig Conroy de Los Angeles.

Nashville mène toujours la danse dans la NHL après avoir profité d'un passage à vide d'Anaheim lors d'une série de blessures de ses défenseurs et gardiens. Vancouver, Calgary et Detroit suivent à l'ouest, San José, Dallas et Minnesota complétant un top-8 légèrement détaché. Colorado et Edmonton chassent encore, alors que le bas de tableau cherche surtout à bien finir avec les jeunes pour préparer la saison prochaine.

À l'est, Buffalo reste en tête mais voit revenir une équipe de New Jersey de plus en plus solide défensivement. Atlanta tient bon la barre vers ses premiers playoffs, suivi de Carolina, Ottawa et Pittsburgh. Les Penguins du meilleur marqueur de la ligue Sidney Crosby accompagné des deux rookies Evgeni Malkin et Jordan Staal font partie des équipes en feu ces dernières semaines. Montréal en difficulté, Tampa Bay et le meilleur buteur Vincent Lecavalier suivent dans le top-8. Derrière c'est très serré, Toronto, les Rangers et Washington bataillant pour la dernière place qualificative, talonnés par Boston et Florida. Seul Philadelphie est hors du coup.

17/02 Ligue Magnus : le sommet est morzinois

Morzine-Avoriaz a remporté le dernier choc de la saison régulière à Grenoble dans un match rythmé et animé. Les Brûleurs de Loups ont égalisé par Bonnard sur déviation malheureuse de Pousset, et ils ont tenté de voir si la chance leur sourirait une seconde fois en sortant leur gardien en supériorité numérique pour marquer en prolongation, leur seule chance de rattraper les Morzinois au classement. Mais ceux-ci ont marqué en cage vide et conforté leur position de leader. Attention toutefois, celle-ci n'est pas définitive. Le HCMA se rend chez une équipe de Chamonix très en forme, qui vient de passer un 8-1 à Villard, et peut encore être dépassé en cas de défaite.

L'enjeu du maintien se dénouait également le soir, et la victoire de Strasbourg sur Caen grâce à un but de Peter Himler à la dernière seconde de la prolongation n'aurait pas manqué d'alimenter les théories du complot... si Dijon n'avait pas de toute façon perdu 7-5 à Anglet. Après avoir égalisé contre son ex-équipe, Olivier Maltais était aussi en prison sur le but décisif. Le seul espoir du CPHD réside dans un ultime recours déposé devant le tribunal administratif, qui se prononcera mardi. Sinon, il devra affronter en barrage de maintien une équipe basque qui a pu reprendre confiance ce soir.

Quant aux protagonistes de la Coupe de France, ils ont dû revenir au quotidien. Épinal a eu du mal à se relancer, avec une défaite 9-1 à Briançon assortie d'une pénalité de match bien embêtante contre son centre de la première ligne Michal Petrak, coupable d'un coup de patin. Les Angevins ont bien digéré les lendemains de fête en menant 3-1 à Amiens, mais ils se sont inclinés sur un but décisif de Simon Petit.

17/02 Division 1 : Neuilly-sur-Marne tient à son barrage

Le grand choc du jour pour la deuxième place s'est malheureusement déroulé devant une affluence décevante. Comme les réalités quotidiennes du hockey francilien sont éloignées de Bercy... Neuilly-sur-Marne a pris trois points d'avance en battant son poursuivant direct Gap (6-4) grâce à un match à cinq points de Tomas Mysicka. Certes, il ne faut pas oublier que Gap recevra cinq fois pendant les matches retour, y compris contre tous ses adversaires directs. Mais cela n'est pas un gage de succès. Il faudra déjà se défaire la semaine prochaine de Montpellier, qui était venu gagner à La Blache en première phase et qui vient d'enregistrer sa première victoire de la nouvelle année à Valence (4-1).

Le trou est en train de se faire pour le maintien en D1, où certaines équipes décrochent peu à peu. C'est le cas de Cergy, dont la série de trois matches sans défaite s'est interrompu dans le difficile déplacement à Bordeaux (4-2), de Limoges, qui risque de payer très cher les trois matches de suspension de son pilier offensif Jiri Jelen (1-3 ce soir contre Avignon), et de Garges-lès-Gonesse, qui est en train de s'enterrer par les mêmes maux : nouvelle suspension de l'incorrigible Frechette, pénalités à foison de Tataryn et Tupy, et fins de match mal gérées avec deux buts encaissés dans la dernière minute face à Annecy (2-4).

17/02 Division 2 : Reims renaît

Pannes et reports en tout genre ont alimenté la chronique de la journée de division 2. La seule rencontre qui se soit déroulée sans problèmes est Belfort - La Roche... surtout pour les locaux qui ont pris la tête du classement en gagnant largement 9-2. Le match au Havre a dû être arrêté vingt minutes en raison de problèmes de glace, ce qui n'a pas empêché Nantes de venir gagner 6-5 chez les Normands, qui n'avaient jamais encaissé autant de buts cette saison. Nice a été victime d'un incendie dans les vestiaires, qui ont détruit son équipement et reporté la rencontre au dimanche matin à 7h30 (pour que Brest puisse prendre son avion du retour) avec du matériel prêté par les loisirs. Pas très matinaux, les Azuréens ont encaissé un 2-10

Et puis il y a le cas du match de la première journée Reims-Toulouse, pour lesquels le TBHC n'avait pas pu se déplacer à cause d'une panne de bus. Entre deux clubs comme toujours peu enclins au compromis, il a fallu trancher en faisant jouer l'aller et le retour en un même week-end, à Châlons en Champagne. Les deux nettes victoires 8-2 et 7-1 ont complètement relancé les Phénix au classement.

20/02 Communiqué de presse de la FFHG

Par décision de ce jour, le Tribunal Administratif de Dijon saisit par le CPH Dijonnais en date du 12 février dernier, a ordonné la suspension de la décision du Comité Directeur du 26/09/2006, laquelle avait retiré 9 points au classement général du club.

Aujourd'hui, la FFHG se voit dans l'obligation de recomptabiliser 9 points au club de Dijon. Ce dernier se retrouve désormais 8e au classement général de la Ligue Magnus avec un total de 22 points et participera aux "play-offs".

Cette ordonnance du Juge des Référés va faire l'objet d'une discussion dès demain entre les dirigeants de la Fédération, afin d'une part d'envisager les suites à donner à cette affaire et d'autre part de peser les conséquences sportives de cette décision de justice.

Dix clubs sur treize de la Ligue Magnus ont apporté leur soutien à l'action de la FFHG, par l'envoi d'un courrier au Tribunal Administratif de Dijon. Pour mémoire, par deux fois le Comité National Olympique et Sportif Français a donné raison à la FFHG.

La Fédération Française de Hockey sur Glace maintient le bien fondé de son action aujourd'hui suspendue et réaffirme, à travers la mission indispensable de la Commission Nationale d'Aide et de Contrôle de Gestion (CNACG), sa détermination à assurer une situation financière saine des clubs.

L'attractivité de la Ligue Magnus et le succès de la Finale de la Coupe de France à Bercy sont des conséquences directes et indéniables de la politique fédérale, que ne peuvent occulter les recours successifs intentés par le club de Dijon.

Luc Tardif, président de la FFHG, précise : "Notre jeune Fédération prend acte et constate que la clémence dont elle avait fait preuve pour le club de Dijon s'est retournée contre elle et contre les clubs qui avaient soutenu la réintégration de Dijon jusqu'alors. En conséquence, la FFHG se montrera ferme envers les clubs qui ne respectent pas ses règlements et n'en restera pas là en ce qui concerne le cas de Dijon."

20/02 Ligue Magnus : Strasbourg dindon de la farce

Imaginez ce qui est passé par la tête des joueurs de Strasbourg, de Caen et de Villard-de-Lans qui ont appris juste avant leur match du soir que la relégation dont ils se croyaient à l'abri était de nouveau suspendue au-dessus de leurs têtes, après la décision du tribunal administratif de Dijon de suspendre la sanction infligée au CPHD. Les Caennais n'ont rien pu faire pour éviter une défaite 6-0 à Grenoble, mais ils sont quand même sauvés in extremis dans tous les cas d'égalité, que ce soit face à Strasbourg ou Épinal (grâce au point en prolongation pris en Alsace par les Drakkars et les Dauphins) ou face à Strasbourg seul si Épinal prenait un point à Angers demain.

Car c'est le match Strasbourg-Villard qui a décidé du condamné. Et ce sont les promus alsaciens qui se retrouvent les dindons de la farce, battus 4-7 après avoir mené 3-0. Les voilà envoyés en barrages alors qu'il n'avaient jamais été relégables de toute la saison...

Quant aux Dijonnais, qui s'annoncent comme des adversaires plus que redoutables en play-offs, ils jouaient ce soir un "match des clubs punis" à Amiens. Et les Gothiques, vite menés 0-2, ont humé l'air des play-offs (le triplé de Laurent Gras ne trompe pas) pour s'imposer 6-5.

Les seuls qui ne sont pas perturbés dans l'immédiat par les évènements de la journée sont les quatre de devant. Morzine-Avoriaz a définitivement assuré sa place de leader en gagnant 4-2 à Chamonix. Grenoble est deuxième et meilleur défense, et Briançon (vainqueur 5-1 du Mont-Blanc) troisième mais pas meilleure attaque... car Rouen a fini par un 11-4 chez la lanterne rouge Anglet, avec onze points de Sébastien Thinel ! Un record hallucinant qui passe presque inaperçu dans ces circonstances.

Car aujourd'hui, on se demande encore ce que sera le tableau des play-offs. Avec un match restant à jouer demain, il n'y a à l'heure actuelle qu'une confrontation de sûre, Angers-Caen. Mais quelque chose est-il sûr après la suspension de la sanction contre Dijon ? Oui, ce qui est sûr, c'est que la moutarde monte au nez de tous les autres acteurs du hockey français.

Comme au "bon vieux temps", on a replongé dans le jusqu'au-boutisme administratif... Et beaucoup suggèrent déjà que la conciliation était le bâton pour se faire battre, et qu'à l'avenir on s'en tiendra simplement à la seule mesure qui ne soit contestable par aucune juridiction, l'application pure et simple du règlement sans la moindre compassion : pas de compromis sous forme de points de pénalité, la D3 immédiate et sans remords. Qui en sortira gagnant ? Évidemment personne. Et que le CPHD porte la responsabilité de cet engrenage lui vaut déjà une inimitié grandissante.

21/02 République Tchèque : Trinec et Znojmo in extremis

L'introduction de "pré-play-offs" entre les clubs classés entre la 7e et la 10e place a avancé la date de la fin de saison régulière tchèque, terminée hier. Quatre équipes étaient à la lutte pour les deux derniers strapontins. Il n'y a pas eu de miracle pour Litvínov, pourtant bien placé en début de saison : Robert Reichel et les siens ont été battus 4-3 sur la glace de Pardubice, où se trouve la meilleure ambiance du pays avec neuf mille spectateurs passionnés.

En revanche, Trinec a finalement bénéficié du recrutement du vieux renard Roman Cechmanek dans les cages pour se replacer in extremis en fin de championnat. Les deux buts cruciaux dans les deux dernières journées ont été marqués par Lubomir Korhon à la dernière minute contre Karlovy Vary, puis par Jiri Polansky en prolongation chez le Sparta Prague. Les Aigles de Znojmo, qui semblaient décliner inexorablement au fil de la saison, ont eux aussi repris leur envol au dernier moment. Un doublé d'Ales Padelek leur a permis de gagner 4-2 à Karlovy Vary (qui pouvait pourtant espérer dépasser le Slavia Prague à la sixième place directement qualificative pour les quarts de finale).

À cause de ces deux victoires à l'extérieur, le succès final de Vítkovice sur le Slavia (3-1) compte pour du beurre. Cela fait les affaires des clubs de LNA suisse n'attendait que cette élimination pour se servir dans l'effectif entraîné par Miroslav Frycer. Le plus convoité est sûrement l'international Zbynek Irgl, la révélation des derniers championnats du monde. Il avait déjà failli filer à Hanovre en janvier, mais Vítkovice avait enchaîné une bonne série et repris espoir pour les play-offs. Le plus embêté dans cette affaire est Marek Pinc, car très peu de clubs cherchent un gardien à cette époque de l'année : malgré ses bonnes performances la semaine dernière en équipe nationale, ses chances de jouer les Mondiaux sont minces s'il n'a pas de pratique régulière pendant deux mois. Voilà aussi une conséquence du rallongement des play-offs...

Le favori Liberec ne paraît plus intouchable à domicile (trois défaites au cours des deux derniers mois), ce qui rend les play-offs assez ouverts. Pardubice, équipe assez physique où le gardien slovaque Jan Lasak finit la saison en grande forme, est classé n2. Ceské Budejovice, équipe-surprise de la saison, devra se méfier du Slavia Prague en quart vide finale. Et le Sparta Prague, qui sera opposé à Zlin, reste un épouvantail essentiellement à cause de son buteur de choc Petr Sykora, qui a amassé l'incroyable total de 37 buts.

21/02 Mannheim gagne la Coupe d'Allemagne

La finale de Coupe d'Allemagne a réussi à battre l'affluence de la finale de la Coupe de France à Bercy. 13600 personnes ont assisté dans la SAP Arena de Mannheim à une finale à guichets fermés. À la différence de son homologue française, c'était une affiche très classique entre Mannheim et Cologne. Le vainqueur deviendrait la première équipe à soulever deux fois le trophée. Il y avait deux absents de marque dans les rangs locaux : Robert Müller, d'une part, qui était présent en tribune et envisage son retour au jeu avec son club pour vendredi prochain, mais aussi l'attaquant Eduard Lewandowski (un ancien de Cologne), qui a dû quitter ses coéquipiers juste avant le coup d'envoi pour rejoindre à l'hôpital sa femme sur le point d'accoucher.

Comme d'habitude, il suffisait d'observer le tirage au sort du premier tour pour connaître le futur vainqueur : comme depuis quatre ans, c'est l'équipe qui a battu Bad Tölz d'entrée qui a remporté la Coupe ! Prévisible pour les superstitieux, le match a pourtant été en pratique indécis et palpitant. Ce n'était pas un match parfait, avec pas mal d'erreurs défensives et de buts chanceux, mais quel spectacle ! Et si cette compétition a parfois été décriée, tout le monde n'a pu qu'applaudir après cette soirée à émotions.

Après avoir pris de l'avance au premier tiers-temps grâce à son jeu de puissance, Mannheim s'est fait remonter de 2-0 à 2-4 en deuxième période. Mais son exemplaire capitaine René Corbet réplique aussitôt par son deuxième but personnel, puis Ronny Arendt égalise. On pense au troisième tiers que le but de François Méthot est synonyme de victoire, mais Cologne revient à hauteur à deux minutes de la fin sur une déviation du Suédois Daniel Rudslätt. Et c'est à trente-cinq secondes de la fin de la prolongation que Jason Jaspers a donné la victoire à Mannheim. L'entraîneur américain Greg Poss, ex-sélectionneur de l'Allemagne ayant vécu une relégation amère, pouvait ainsi jubiler comme rarement après ce premier titre personnel.

21/02 Ligue Magnus : Statu quo final

Il n'y a pas eu de revanche de la finale de Coupe de France, mais il s'en est fallu d'un cheveu pour qu'Épinal prenne un point à Angers, gagne deux places d'un coup et s'offre un derby de l'est contre Dijon. Mais à une minute de la fin, Julien Albert a donné la victoire aux Ducs (5-4) et remis le classement à ce qu'il était hier. Le derby, ce sera donc le toujours passionnel Chamonix/Mont-Blanc. Les Spinaliens devront se frotter à Amiens, qui les avait battus en quart de finale l'an passé, alors que le redoutable honneur d'affronter les imprévisibles Dijonnais revient à Villard-de-Lans. Les cotes des quarts de finale :

Angers 80% / Caen 20%

Amiens 80% / Épinal 20%

Chamonix 55% / Mont-Blanc 45%

Dijon 50% / Villard-de-Lans 50%

22/02 Communiqué de presse de la FFHG

Le comité directeur de la FFHG s'est réuni le mercredi 21 février pour statuer sur la suite à donner à la décision du Tribunal Administratif de Dijon du 20 février 2007 de suspendre la pénalité de 9 points infligée en septembre à l'équipe de Ligue Magnus de Dijon.

Contraint par cette décision de justice, le comité directeur de la FFHG a entériné la participation du CPH Dijonnais à la phase des "Play Off" qui débute le samedi 24 février. Cette décision bouleverse la hiérarchie sportive et lèse le club de Strasbourg d'une participation aux "Play Off" pourtant régulièrement acquise sur le terrain.

L'ensemble des membres du comité directeur de la FFHG s'est déclaré choqué par la contestation tardive du club de Dijon alors que celui-ci avait accepté, en septembre 2006, l'ensemble des mesures alors négociées pour assurer sa réintégration en Ligue Magnus.

Le comité directeur tient à préciser que, si sa décision de sanctionner Dijon de 9 points est aujourd'hui remise en cause, les autres mesures, notamment les engagements du club concernant sa situation financière et administrative, restent valables. Il sera vigilant sur le respect de ces engagements et des échéances mises en place. À ce titre, le comité directeur demande à la Commission Nationale d'Aide et de Contrôle de Gestion (CNACG) de continuer à suivre au plus près la situation du CPH Dijonnais.

23/02 Ligue Magnus : équipe-type de février

Les Morzinois, leaders du classement, placent trois des leurs dans la dernière équipe-type de la saison régulière. S'ils ont remporté une victoire à Grenoble, ils le doivent à un excellent match de Stevie Lyle, qui a ainsi gagné son duel avec le meilleur gardien du championnat Eddy Ferhi.

Présent sur la glace à chaque but de son équipe lors de ce match au sommet, Santeri Immonen est également un joueur très précieux. Il a un sacré coup d'il pour faire la bonne passe au bon moment. Il fait équipe ici avec Jean-François Bonnard, qui a haussé son niveau de jeu à l'approche des play-offs, au sein d'une défense grenobloise où Amar a bien sûr toujours la forme avec sa grosse présence défensive.

En attaque, Sébastien Thinel a établi un record de l'ère moderne (rappelons que "l'ère moderne" a bien sûr commencé quand Rouen est monté en élite, du moins on peut voir ça comme ça vu de l'île Lacroix) en marquant le total hallucinant de onze points à Anglet, 20% de ses points annuels sur un match. À ses côtés, Éric Doucet a aussi soigné ses statistiques. Quant à Dan Welch, son changement de ligne a montré qu'il était un pion essentiel du dispositif morzinois, un gage d'efficacité pour le trio offensif dans lequel il est placé.

L'équipe-type de février 2007 : Stevie Lyle (Morzine-Avoriaz) ; Santeri Immonen (Morzine-Avoriaz) - Jean-François Bonnard (Grenoble) ; Sébastien Thinel (Rouen) - Éric Doucet (Rouen) - Dan Welch (Morzine-Avoriaz).

23/02 Dijon renonce aux 9 points et Brigand démissionne

On pensait que le feuilleton Dijon était terminé et que le sport pourrait reprendre ses droits en attendant le solde de tout compte pour plus tard. C'était sans compter sur un nouvel acteur : la mairie de Dijon. Inquiète de la mauvaise réputation née des évènements de la semaine, avertie des risques que le CPHD soit renvoyé en D3 à l'issue de la saison, l'adjoint aux sports Gérard Dupire ne pensait pas que s'aliéner la fédération et tous les autres clubs était une solution valable pour l'avenir du club. Il a donc déclenché une conciliation, que le comité directeur du CPHD a accepté hier par six voix sur huit. Le président Claude Brigand a ensuite remis sa démission, conclusion inévitable et attendue de toute cette affaire. Comme à Amiens en début de saison, où la mairie alertée de la situation du club avait réclamé la démission du président Laboureau, la puissance politique a donc joué son rôle d'apaisement. Le CPHD revient dans la norme et évite de devenir un cas d'espèce. Jean-Charles Bratigny assurera l'intérim à la présidence jusqu'à la fin de la saison. Il restera ensuite aux Dijonnais à retrouver des dirigeants et à amadouer la CNACG cet été.

Mais ce nouveau revirement 24h avant le début des play-offs n'a rien de drôle pour les clubs, qui changent tout d'un coup d'adversaire et ont donc toujours des motifs de mécontentement. Heureusement, le changement de classement n'a pas d'influence sur l'organisation des matches. Sauf pour Villard, qui doit annuler la réception de Dijon et partir dans le Mont-Blanc, les équipes qui devaient recevoir recevront... mais pas les mêmes équipes. Et pour Strasbourg, la différence est bien sûr qu'il s'agira des play-offs et non des barrages de maintien. Ce sont les clubs à l'extérieur qui sont les plus embêtés, car ils doivent modifier leur déplacement. Quant aux barrages de relégation Dijon-Anglet, ils attendront la semaine prochaine pour commencer. Le nouveau tableau des play-offs :

Angers 80% / Strasbourg 20%

Amiens 85% / Caen 15%

Chamonix 55% / Épinal 45%

Villard-de-Lans 50% / Mont-Blanc 50%

24/02 Ligue Magnus : victoires à l'extérieur

Le premier tour des play-offs a commencé par des victoires à l'extérieur des équipes les mieux classées. Aucune n'a cependant eu la partie facile. Le score le plus large a été obtenu par Angers, vainqueur 4-0 à Strasbourg avec le premier blanchissage du gardien Ville Koivula depuis son arrivée. Mais les Ducs ont été tenus en échec 0-0 avant de faire craquer leur adversaire en fin de match. Amiens a lutté contre une équipe de Caen qui a retrouvé sa hargne, et qui a égalisé à deux minutes de la fin en sortant son gardien sur une supériorité. Mais quarante secondes plus tard, Jonathan Gauthier sauvait les Gothiques d'une prolongation.

Chamonix n'y a pas échappé à Épinal, mais c'est Emil Tobiasson-Harris qui a infligé la mort subite aux Vosgiens, privés de Mazerolle blessé et de Petrak suspendu trois matches pour son coup de patin, et réduits à compter sur la seule forme de Simko qui a encore marqué deux buts. Enfin, Villard-de-Lans vite mené 2-0 au Mont-Blanc, s'est imposé (3-4) sans avoir besoin d'une séance controversée de tirs au but. Mais la confrontation de l'an passé a prouvé qu'il vaut mieux attendre les matches retour avant de crier victoire.

24/02 Division 1 : Tours en a maté un de plus

Neuilly-sur-Marne aura tenté à son tour de faire chuter les Diables noirs dans leur antre de la rue de l'Elysée, encore une fois pleine avec deux mille spectateurs. Les Bisons ont ouvert le score en début de deuxième période par Gaël Guilhem, mais l'exploit dure cinq minutes, jusqu'à ce que Subrani égalise sur un travail derrière la cage de Devèze. Ensuite, l'ASGT a déroulé pour une nouvelle victoire éclatante (6-2). Le fait que Neuilly soit également retombé sur terre après son déplacement en Touraine redonne espoir à Gap, qui a quand même souffert ce soit. Les Rapaces ont été menés 0-2 par Montpellier, puis ont vu Yannick Riendeau ramener le score de 6-2 à 6-5 et leur faire peur jusqu'au bout (7-5). Les barrages devraient se jouer entre Gap et Neuilly, car Courbevoie, contraint ce soir à un exil à Asnières, semble sorti du jeu après sa défaite 3-4 devant Amnéville.

En poule de maintien, les quatre équipes distancées ne gagnent toujours pas, même s'il s'en faut de peu. Viry a mené de deux buts avant d'être battu par Avignon. Cergy a pris les devants 3-0 avant de concéder un 4-4 conter Dunkerque. Limoges s'est incliné 1-0 à Annecy sur un unique but du capitaine Alexandre Baillard. La meilleure opération est sans doute réalisée par Garges-lès-Gonesse, qui a pris un point à Bordeaux grâce au retour du gardien canadien Francis Gourdeau.

24/02 Division 2 : Belfort se détache

Trois clubs sont largués de la course aux play-offs en D2, et la question est de savoir s'ils peuvent encore jouer un rôle de trouble-fête. Pour Toulouse, la réponse semble être non. Faire-valoir des Rémois le week-end dernier, ils n'ont pas pesé lourd devant Le Havre (1-6). Les Niçois, malgré la perte par le feu de leur équipement, continuent quand même de se battre, et ils ont mené contre Belfort avant de s'incliner 3-5 face aux cinq buts de la ligne Zakovsky-Lukes-Hanzal qui propulsent les Franc-Comtois en demi-finales. Les Nantais, menés 0-3 par Brest, n'ont pas voulu en rester, et les Albatros sont finalement bien heureux d'avoir arraché le match nul à l'avant-dernière minute sur une égalisation de Bruno Maynard.

Il y a donc cinq équipes pour quatre places (ce qui n'est pas sans rappeler un certain scénario de la poule sud), dont deux qui s'affrontaient ce soir. Reims a battu La Roche-sur-Yon 2-1 grâce à des buts de Stéphane Lacuisse et Slawomir Krzak, mais n'a pas remonté la différence de buts particulière (3-5 à l'aller). Or, c'est celle-ci qui permet aujourd'hui au Hogly de garder la quatrième place. Mais avec Brest et Le Havre comme derniers adversaires, cela n'a rien d'une garantie.

27/02 République Tchèque : Cechmanek et Dopita éternels

L'élargissement des play-offs à dix équipes devait être une bonne nouvelle pour Karlovy Vary, qui espérait atteindre ainsi les play-offs pour la première fois de son histoire. Mais ce fut en fait un cadeau empoisonné : septième au classement, Karlovy Vary se serait qualifié avec l'ancienne formule. L'exploit a donc eu moins de saveur, d'autant que ce premier tour de play-offs a tourné court. Trinec a vite expédié l'affaire grâce à deux doublés à l'extérieur de l'international slovaque Juraj Stefanka et grâce à son gardien de 36 ans, Roman Cechmanek, à qui le parfum des séries a redonné la santé (plus de 96% d'arrêts).

Dans l'autre série, le mieux classé Kladno a également dû baisser pavillon devant le qualifié de dernière minute Znojmo. Un affrontement qui a prouvé que les play-offs se gagnent en défense : Kladno, meilleure attaque d'Extraliga, n'a marqué que trois buts en deux manches à domicile. À l'extérieur, on a cru qu'elle s'était enfin réveillée avec deux buts en dix minutes. Mais les Aigles de Znojmo ont renversé la situation et ont gagné 3-2 grâce à un but à moins de trois minutes de la fin de Jiri Dopita, 38 ans. Décidément, le championnat tchèque conserve les vieilles gloires ! Ce n'est quand même pas valable pour tout le monde ! L'inséparable duo aux quatre titres mondiaux Patera-Prochazka n'a rien pu faire pour empêcher l'élimination de Kladno.

27/02 Ligue Magnus : premier tour sans surprise

Le suspense aura tourné court dans le premier tour des play-offs. Caen n'a tenu qu'un tiers-temps à Amiens avant de s'effondrer 5-1 face à des Gothiques emmenés par le duo Gras-Sadoun, accompagnés sur la deuxième ligne par un Rob Millar un peu réhabilité, histoire de ne pas exagérer son cas en ne l'utilisant plus. Épinal a pris trois buts en dix minutes à Chamonix, et si le temps mort demandé par Pierre-Yves Eisenring a stoppé l'hémorragie, il était impossible de remonter un tel handicap (4-2).

Mais certaines équipes ont vendu chèrement le peau. Le Mont-Blanc n'a cédé que dans les dix dernières minutes à Villard-de-Lans (4-1). Et la palme revient sans doute à Strasbourg, qui n'était pas donné favori mais qui a très longtemps tenu le nul à Angers, grâce à un but et une assistance d'un ex-Duc, Philippe Choinière. Cependant, à deux minutes de la fin, Brau-Arnauty a été pénalisé pour cinglage. François Dusseau a alors pris un temps mort pour organiser la mise au jeu et a bien évidemment aligné Martin Lacroix, déjà impliqué de la même façon sur le but décisif à l'aller. Cette fois, Irani n'a pas tiré directement sur l'engagement, il a transmis le palet à Simon Lacroix, mais le résultat a été le même : but (3-2). L'efficacité dans les cercles de son centre vétéran a été une des clés de la qualification d'Angers. Et l'heure de la retraite a donc sonné pour le capitaine strasbourgeois Stéphane Hohnadel, qui avait annoncé l'arrêt de sa carrière la veille.

Place maintenant à quelques belles affiches pour les quarts de finale :

Morzine-Avoriaz 80% / Villard-de-Lans 20%

Grenoble 80% / Chamonix 20%

Briançon 70% / Amiens 30%

Rouen 75% / Angers 25%

28/02 Frénésie en NHL

Après une année globalement calme en transactions, la NHL a soudain accéléré le rythme lors de la dernière journée des transferts mardi.

Le mouvement le plus étonnant de cet ultime sprint concerne le dernier finaliste, Edmonton, qui s'est séparé de son meneur charismatique Ryan Smyth. Le meilleur marqueur de l'équipe était en fin de contrat et les négociations étaient délicates : le staff a décidé de l'échanger vers les Islanders contre l'espoir suédois Robert Nilsson et le champion du monde junior Ryan O'Marra, au style de jeu proche de Smyth, et deux choix de draft. Distancés dans la course aux playoffs, les Oilers paraissent déjà en reconstruction.

Les équipes de tête ont cherché des assurances pour les phases finales. Dallas a ainsi cédé Jaroslav Modry et plusieurs choix de draft à Los Angeles pour le vétéran Mattias Norström et plusieurs espoirs. Buffalo s'est montré particulièrement actif : privés de huit titulaires blessés dont Maxim Afinogenov, les Sabres ont obtenu Dainius Zubrus et le défenseur suisse Timo Helbling (Washington) en ne cédant que Jiri Novotny, acquis le jeune défenseur Mikko Lehtonen (Nashville) et le gardien d'appoint Ty Conklin (Columbus) à la place de Martin Biron envoyé à Philadelphie. Detroit, également en quête du trophée du Président, a cédé son jeune attaquant Jason Williams dans un échange impliquant Chicago et Philadelphie pour obtenir Kyle Calder, auteur d'une saison décevante, les Flyers compensant avec Lasse Kukkonen. Les Wings ont aussi transigé pour Todd Bertuzzi, blessé et qui n'aura donc joué que 7 matches en Floride après l'échange Luongo.

Vancouver a pour sa part complété son attaque avec le centre Bryan Smolinski (Chicago) et sa défense avec le retour d'un ancien, Brent Sopel (Los Angeles). Nashville n'a en revanche pas bougé après le gros échange Forsberg. Calgary s'est montré discret après l'acquisition de Brad Stuart, n'ajoutant que le jeune défenseur des Devils David Hale (le seul mouvement de New Jersey). Atlanta a complété ses lignes avec le vétéran Keith Tkachuk (St Louis) et le centre défensif Eric Bélanger (Nashville), ainsi que le défenseur Alex Zhitnik (Philadelphie) contre leur grand espoir défensif Braydon Coburn.

Les Islanders, neuvièmes à l'est, ont cherché à franchir le pas des playoffs : outre Smyth, Richard Zednik (Washington) et le défenseur offensif Marc-André Bergeron (Edmonton) débarquent. Le tenant du titre Carolina fut plus discret avec la seule acquisition d'Anson Carter (Columbus). San José et ses nombreux jeunes joueurs ont acquis des vétérans capables de les aider en playoffs avec Craig Rivet (Montréal) et surtout le buteur retrouvé Bill Guerin (St Louis) contre la peste Ville Nieminen et le buteur universitaire Jay Barriball. Montréal, en danger dans la course aux playoffs, a ajouté Michael Leighton (Philadelphie), gardien grand voyageur nécessaire pour substituer le gardien d'AHL blessé Yann Danis, et cédé Craig Rivet (San José) pour obtenir en retour le jeune Josh Gorges.

De son côté, Pittsburgh a cherché à protéger Sidney Crosby avec le rugueux Georges Laraque (Edmonton) tout en complétant son effectif avec l'expérience de Gary Roberts (Floride) contre l'espoir défensif Noah Welch, acquis le gardien d'appoint Nolan Schaefer (San José), et apportant de la profondeur défensive avec le polyvalent Joel Kwiatkowski (Floride). Ils ont en revanche cédé leur attaquant défensif Dominic Moore à Minnesota pour un choix de draft. Derniers mouvements notables, l'échange de défenseurs entre Aaron Ward (vers Boston) et l'offensif Paul Mara (vers les Rangers) pour tenter de relancer une équipe new-yorkaise 10e à l'est, avec en prime le départ de Pascal Dupuis, qui venait d'arriver, vers Atlanta contre l'espoir Alex Bourret. Ottawa pour sa part a préféré le statu quo avec la seule arrivée d'Oleg Saprykin (Phoenix) et Toronto a renforcé son centre avec le roi des mises au jeu Yanic Perreault (Phoenix aussi), un ancien des Leafs. Tampa Bay, à l'attaque prolifique, a surtout renforcé sa défense avec le rugueux rookie Shane O'Brien (Anaheim), tout en acquérant l'ailier Jason Ward (Los Angeles). Ultimes mouvements entre deux mal classés, Brad Boyes, auteur d'une deuxième saison décevante à Boston, part vers St Louis contre le défenseur offensif Dennis Wideman, et Los Angeles obtient l'expérimenté Jamie Heward de Washington.

Désormais, la NHL entre dans sa dernière ligne droite avec un top-8 bien dessiné à l'ouest mais un classement plutôt serré et imprévisible à l'est.

28/02 Suisse : Davos en danger

Davos rejoindra t'il Lugano (en 2005) et Berne (en 2006) dans la peu glorieuse liste des têtes d'affiches sorties dès le premier tour ? Déjà battus à deux reprises par les ZSC Lions, classés huitièmes de la saison régulière, les Grisons sont en effet au bord du précipice. Sous l'impulsion de ses vétérans, Zurich est donc en train de faire la différence en menant par deux victoires à zéro. L'increvable Jan Alston (38 ans) a de la bouteille et se réveille comme prévu en séries, signant la première manche d'un doublé assorti du but vainqueur en mort-subite (3-2). Et le Slovaque Robert Petrovicky récidiva deux jours plus tard avec un doublé lui-aussi décisif (3-1). À l'instar de Langenthal en LNB, sorti dès le premier tour par les jeunes GCK Lions, Davos pourrait bien être la seconde grosse victime de ces playoffs "à la carte" où le mieux classé choisit son adversaire.

Davos n'est pas le seul en sursis car Zoug file un mauvais coton face à Rapperswil-Jona, pourtant roi de l'inconstance en saison régulière. Surprenant au vu de la fin de saison à tombeau ouvert de l'EVZ, qui tarde à retrouver ses bonnes dispositions, aussi bien collectives qu'individuelles. Un problème que n'a assurément pas Rapperswil, menant deux à zéro après une victoire arrachée à Zoug (3-2) et une autre acquise mardi en mort-subite sur un filet de Markus Bütler (4-3). Scott Langkow, peu convaincant jusqu'alors, semble prendre le dessus sur Lars Weibel dans le match des gardiens alors
que la triplette Stacy Roest, Mariusz Czerkawski et Brady Murray domine clairement dans le registre offensif.

La logique est en revanche plus respectée dans les deux autres séries. Kloten mène également devant Lugano mais cela n'étonne personne au vu du potentiel des Flyers. Les banlieusards zurichois, déjà fort bien récompensés en honneurs individuels, confirment leur étiquette d'outsiders et restent sur deux succès face aux "bianconeri". Le premier était pourtant mal engagé mais Kloten, sous l'impulsion de Marcel Jenni (deux buts et une passe), pointa quatre fois dans le filet tessinois en troisième période pour s'adjuger la mise (6-3). Histoire de ne pas être en reste, le meilleur joueur de la saison régulière, Kimmo Rintanen, s'offrit ensuite le but décisif en prolongations (3-2) avec la complicité fortuite du portier luganais Simon Züger...

Le série Kloten-Lugano avait beau être la plus indécise sur le papier, celle opposant Berne à Genève-Servette reste sans conteste la plus passionnée de toutes. Berne avait beaucoup à perdre en optant pour les Aigles mais tout se passe au mieux pour les Ours, excepté la blessure au pied de Sébastien Bordeleau (qui éloignera le Franco-Canadien des glaçons jusqu'à la fin de saison). Ballottés par les Grenats lors du match inaugural, les Bernois ont raflé la première manche (2-1) dans la controverse après qu'un but de Yorick Treille, valable selon Chris McSorley, s'est vu annulé pour un coup de sifflet préalablement donné. Autant dire que cette "injustice" donna de l'eau au moulin de l'incorrigible McSorley, jamais avare de critiques envers le corps arbitral. La deuxième partie fut elle moins agitée et Berne sut exploiter la maladresse lémanique (et notamment du Canadien Jamie Wright) pour s'imposer mardi aux Vernets (3-2). Notons également que le fameux Nathan Perrott, goon canadien recruté par le coach bernois John Van Boxmeer "au cas où", n'a pas encore eu l'occasion de s'illustrer.

Dans le tour de relégation, l'affaire est également bien embarquée pour Ambrì-Piotta face à la lanterne rouge bâloise, mais aussi pour Fribourg-Gottéron. Les Fribourgeois, surfant sur la vague de leur fin de saison régulière, maltraitent les Tigres de Langnau. Les nouvelles acquisitions des Dragons font pour l'heure merveille. Le gardien international tchèque Marek Pinc réalise comme prévu des prouesses devant le filet, alors que Derek Cormier, libéré après l'élimination précoce de Sierre en LNB, a déjà griffé à plusieurs reprises. Ainsi, les Romands ont facilement empoché le premier gain (6-3) avant de récidiver mardi en Emmental sur un nouveau doublé de Thibaut Monnet et un but décisif d'un certain Derek Cormier (3-2)...

À la dérive depuis plusieurs mois, Bâle semble se diriger, comme prévu, vers les barrages. Battus de peu en Léventine samedi dernier (2-3), les Rhénans se sont tirés une sacré balle dans le patin en se faisant remonter quatre buts (!) pour finalement s'incliner sur un pion en mort-subite du pointeur canadien Jean-Guy Trudel (4-5). Avec ses affluences à peine dignes de LNB, Bâle semble se diriger vers une fin de saison compliquée.

 

 

Le mois précédent (janvier 2007)

Le mois suivant (mars 2007)