Mars 2007

 

02/03 Ligue Magnus : il y a toujours un Thinel

Qui pourrait faire trembler la hiérarchie et bousculer le carré qui a dominé la saison ? Peut-être Chamonix, à qui Grenoble réussit plutôt bien. Mais les Chamois n'ont pas rêvé longtemps au premier match à Pôle Sud. Une échappée en infériorité de Martin Paquet puis deux buts de Kévin Hecquefeuiille sur des assistances du maître créateur du powerplay ont tué le match dès le premier tiers-temps. Chamonix a ensuite fait bonne figure, sans pouvoir revenir (4-1).

Ou alors Villard-de-Lans, face à une équipe de Morzine-Avoriaz moins aguerrie aux play-offs ? Peine perdue, car les Pingouins ont été plus efficaces, surtout dans leurs supériorités numériques (6-1).

On aurait pu miser sur Amiens, une équipe qui a tout de même des joueurs aux capacités connues. Rarement à l'honneur cette saison, François Rozenthal a ainsi marqué deux buts en supériorité numérique pour égaliser deux fois à Briançon. Et ce n'est qu'à dix minutes de la fin que Cédric Boldron a marqué le but décisif d'une victoire 4-2.

Alors, il fallait miser sur le mieux placé, Angers, maintenant que ce club a appris à gagner, et maintenant que son gardien a élevé son niveau. Ville Koivula a repoussé une vingtaine de tirs rouennais au premier tiers, son équipe a pris confiance et pris trois fois l'avantage, ne laissant jamais Rouen égaliser très longtemps. Mais à la dernière minute, Alain Vogin a sorti son gardien pour jouer à six contre quatre, et Sébastien Thinel a égalisé une fois de plus. Rien ne saurait s'opposer à l'attirance des jumeaux canadiens pour le filet. Et même si Marc-André Thinel s'est vu refuser un but en prolongation, il a persévéré jusqu'à marquer le tir au but décisif.

03/03 Suède : Frölunda se sauve

Quand on dit que l'Elitserien est le championnat le plus serré et le plus compétitif d'Europe, ce ne sont pas des paroles en l'air : entre la quatrième place, qui assure de recevoir en quart de finale, et la onzième place, qui envoie en barrage de promotion/relégation, il n'y a que neuf points, soit l'équivalent de 3 petites victoires sur 55 journées ! Le sprint final de cette année rentrera certainement dans les annales. Hier soir, la dernière journée pouvait se jouer à tout ou rien.

Onzième au classement (voir le top/flop) et virtuellement en barrages de maintien, Frölunda ne devait plus réfléchir et n'avait rien d'autre à faire que d'attaquer avec l'énergie du désespoir contre Timrå. Sauf qu'en face, le gardien Johan Backlund ne voulait rien savoir. Il a fallu attendre la fin de deuxième période pour que Frölunda se retrouve à cinq contre trois et tue le match sur ces deux pénalités. Les deux buts ont ainsi été marqués par des arrières, le vétéran Ronnie Sundin et le Finlandais Jan-Axel Alavaara (qui a déjà signé à Kloten pour l'an prochain). Car c'est la défense de Frölunda, en ne laissant que 14 tirs à l'adversaire, qui a contribué à sauver le maintien, elle qui avait complètement raté son championnat

Pour se sauver, Frölunda devait aussi compter sur un faux-pas d'une équipe mieux classée, et c'est Skellefteå qui l'a commis. Le promu tirait la langue ces derniers temps après une bonne saison. Hier soir, il a bravement résisté chez le deuxième du classement HV 71, mais s'est incliné 3-1 sans rougir avec un dernier but en cage vide.

Avec un peu plus de chance, Frölunda aurait même pu réussir la remontée parfaite et prendre la huitième place. Il fallait pour cela dépasser deux clubs supplémentaires, qui jouaient à l'extérieur. Mais si Djurgården a perdu à Linköping (où ses supporters se sont conduits de façon indigne en cassant ce qui passait à portée, des scènes de violence auxquelles la Suède n'était pas habituée), en revanche Mora est allé s'adjuger le dernier strapontin en allant gagner 3-1 à MODO. Et pour un club qui a souvent été montré du doigt pour sa dépendance aux étrangers, il faut noter que Mora doit sa victoire à un doublé d'un joueur formé au club, Mikael Simons !

Maintenant, un autre championnat commence. Dimanche soir, les mieux classés sélectionneront leur adversaire en quart de finale : le premier pourra choisir entre le 7e et le 8, puis le deuxième aura le choix entre le sixième et l'équipe qui n'a pas été prise précédemment, et enfin le troisième choisira le cinquième et celui qui reste.

Et pour les deux promus, tout est à refaire. Malmö et Skellefteå devront défendre leur place en Elitserien face à quatre ambitieux, parmi lesquels Leksand et son Français Pierre-Édouard Bellemare.

03/03 Ligue Magnus : des regrets, sauf pour Villard

Villard-de-Lans a rempli son objectif d'aller gagner une manche à Morzine-Avoriaz et a donc créé la seule surprise de ces quarts de finale pour l'instant. Pour les autres, ce n'est pas faute d'avoir essayé, et il y a aura sûrement des regrets chez toutes les équipes à zéro victoire. Les Chamoniards par exemple : deux fois de suite, ils ont pris un 3-0 rédhibitoire en début de match. Ensuite, ils ont fait jeu égal. Ce soir, ils sont de nouveau revenus à 3-2, avec un but accordé cette fois, mais ils se sont inclinés sur cette petite marge (3-2). Remonter trois buts face à la meilleure défense du championnat était impossible.

La mission s'annonçait pareillement difficile pour Angers, mené 2-0 dès la troisième minute de jeu chez une équipe de Rouen qui a toujours gagné quand elle ouvrait le score. Et pourtant... Les Ducs sont parvenus à porter le score à 2-3 avant la fin du tiers, et l'île Lacroix pouvait trembler face à cette équipe aussi imprévisible que les sorties de son téméraire gardien Koivula. Mais un doublé d'Éric Fortier ont fait repasser les Rouennais en tête, et après une course-poursuite au score, Salminen délivrait tout le monde en cage vide.

On ne peut pas dire qu'Amiens n'ait pas été au rendez-vous de ces play-offs, car les Gothiques ont longtemps cru en leur étoile à Briançon... avant de prendre un but cruel, à la dernière minute, du défenseur slovène Jakob Milovanovic en sortie de prison (3-2). Cette série semble loin d'être finie et les manches au Coliseum s'annoncent passionnantes.

Dans le premier match du barrage de relégation, un doublé de l'ex-Dijonnais Sébastien Rousselin a ramené Anglet de 3-1 à 3-3, mais c'est finalement Dijon qui s'est imposé quand Erik Bochna a exploité une pénalité de Daramy à quatre minutes de la fin. Score final, 5-3 après un but en cage vide de Gillet, et deuxième match demain.

03/03 Division 1 : hécatombe de leaders

La D1 était assez prévisible jusqu'ici, mais les résultats du week-end on été assez surprenants. Tout a commencé hier, puisque le match Valence-Tours était avancé. Les Lynx, qui avaient été ridiculisés au premier tiers-temps au match aller, sont passés très près de battre les Diables Noirs, qui ont égalisé à la dernière minute pour arracher le nul 2-2, dans un match que l'on retiendra surtout comme le premier point perdu par l'ASGT en phase finale. Elle trouvera quand même un motif se réjouir ce soir en constatant les défaites de ses poursuivants. Courbevoie, en gagnant 6-3 à Gap, et Amnéville, en s'imposant 3-2 à Neuilly-sur-Marne, ont en effet totalement relancé la course à la seconde place. Dans le même temps, Yannick Riendeau a signé son troisième hat-trick de suite lors du succès 9-2 sur Le Vésinet.

En poule de maintien, Garges, qui a battu Limoges 5-2, et surtout Cergy, qui a remporté une étonnante victoire 4-2 chez le leader Avignon, se rapprochent à un point de Dunkerque, de nouveau menacé. Annecy, qui a perdu son match en retard contre Limoges dimanche dernier (après avoir gagné la veille contre le même adversaire), n'est pas non plus à l'abri. Ce soir, les Chevaliers du Lac ont concédé le nul 5-5 contre Viry après avoir mené 5-2.

03/03 Division 2 : Reims et Brest en play-offs

Il ne reste plus qu'une journée avant la fin de la deuxième phase de D2, et il ne reste qu'une place en play-offs à attribuer. Deux équipes peuvent être particulièrement déçues ce soir : La Roche-sur-Yon, qui a eu deux buts refusés contre Brest (3-3), et le Havre, qui s'est fait battre 3-2 à Nice. Yonnais et Normands se rencontrent samedi prochain sur les bords de Seine, dans un match où la qualification se jouera à quitte ou double. En plus de Belfort, assuré de terminer premier après une victoire 8-0 contre Toulouse, deux équipes de plus ont assuré leur qualification : Reims, vainqueur 6-3 à Nantes qui a dégénéré en une bagarre générale avec deux pénalités de match de chaque côté, et Brest. Ceux deux anciens champions de France ne peuvent pas en effet être devancés à la fois par Le Havre et La Roche, même si ces deux-là font match nul. Dans tous les cas d'égalité, c'est le Hogly qui passerait à la trappe, et il sera donc obligé de gagner en Normandie.

04/03 Suisse : Genève et Zoug en sursis

Dos au mur et à nouveau privé de Michel Riesen (la suspension du meilleur buteur de la saison s'est vu alourdie de trois matchs supplémentaires), Davos a pris le bouillon au Hallenstadion (2-5). Les ZSC Lions, patients, ont attendu la deuxième période pour allumer le feu et noyer les illusions d'Arno Del Curto et sa bande. La défaite de jeudi soir (3-1 avec un doublé décisif du centre défensif Sandro Rizzi) ne semble être qu'un simple contre-temps pour des Zurichois en pleine confiance, mais qui devront faire sans leur gardien Ari Sulander, touché aux adducteurs (au moins deux semaines d'arrêt). L'occasion sans doutes pour sa doublure, le prometteur Reto Berra (et accessoirement successeur de Jonas Hiller à Davos) de se montrer face à ses futurs partenaires... Zbynek Irgl, le joker tchèque de renom enrôlé de Vitkovice, a signé hier soir son premier but sous le chandail grison.

Si la faillite du gardien Gianluca Mona (deux mauvais buts pris d'entrée), facilita la tâche de Berne jeudi pour la troisième manche (4-2), la forme retrouvée du portier genevois fut elle décisive dans le sursis décroché hier soir (2-1). Les Aigles de Chris McSorley sont donc venus à bout des Ours en troisième période, sur un but de Kirby Law et un autre du jeune défenseur Ludovic Mercier. Pointés du doigt pour un rendement inhabituel, la triplette canadienne de Genève-Servette (Serge Aubin, Kirby Law et Jamie Wright) a sorti la tête du bocal pour la circonstance.

Zoug, aux portes de l'élimination, s'est également offert un petit moment de répit en arrachant la décision à Rapperswil. Dans une quatrième manche très disputée, les Zougois ont finalement eu le dessus sur les Lakers en fusillade (6-5) et bénéficié du retour de suspension de leur attaquant défensif Paolo Duca, crédité d'un doublé et du penalty décisif. L'absence de l'énergique Duca fut l'une des raisons des dernières contre-performances de Zoug, et les quatre points du Polonais Mariusz Czerkawski ne furent pas suffisant pour "Rappi", qui bénéficie encore de deux victoires d'avance sur l'EVZ.

Passé à la moulinette jeudi soir par un HC Lugano très homogène (8-1 avec sept buteurs différents), Kloten est également à un succès de la qualification après s'être adjugé la quatrième bataille, hier dans son Schluefweg (3-1). Les banlieusards zurichois auront donc l'occasion de conclure, comme Berne, Rapperswil-Jona et les ZSC Lions, dès mardi soir...

En play-out, Fribourg-Gottéron s'est déjà assuré de l'essentiel. Les Romands peuvent donc partir en vacances le cur léger et le sentiment du devoir accompli après avoir balayé des SCL Tigers certes vaillants, mais incapables de riposter aux arguments fribourgeois. Et Gottéron n'en manquait pas. Entre un Derek Cormier promu en leader de l'attaque aux côtés de Thibaut Monnet (intenable en fin de saison, et particulièrement face à ses anciens coéquipiers) et un Marek Pinc impressionnant devant le filet, l'issue de la série ne faisait aucun doute. Pourtant, les Dragons ont souffert jeudi à Saint-Léonard, mais une égalisation in extremis de Monnet, assortie d'un shoot gagnant du Slovaque Jozef Balej fit pencher la balance du côté fribourgeois (4-3 a.p.). À un gain de la libération, les hommes de Serge Pelletier ont terminé le travail hier soir en Emmental en s'imposant à la loterie des tirs de barrages (4-3). Thibaut Monnet, auteur du penalty victorieux, a mis la cerise sur le gâteau alors que Marek Pinc s'est chargé de frustrer les Jeff Toms, Tommi Miettinen, Matthias Joggi et autres Michael Liniger. Sortis deux fois de suite par Langnau en play-out, les Fribourgeois peuvent savourer leur revanche et un printemps s'annonçant bien plus agréable cette année... Les Tigres de l'Emmental ne sont pas encore assurés de retrouver la lanterne rouge rhénane pour l'ultime marche avant les barrages. Bâle a en effet prolongé son espérance de vie devant Ambrì-Piotta.

En LNB, tout semble converger vers une finale Bienne-Viège. Seelandais et Valaisans mènent en effet largement (3-0) devant leurs adversaires respectifs (Lausanne et les GCK Lions) et auront l'occasion de conclure dès ce soir (dimanche). Et même si Viège n'envisage pas directement la montée (au contraire de Bienne, farouchement décidé à jouer en LNA), la finale pourrait être explosive...

05/03 Allemagne : début des play-offs

La saison régulière de DEL s'est terminée, et Mannheim apparaît comme solide leader et favori. Déjà vainqueurs de la Coupe, les Adler seront l'équipe à battre. Ils ont totalement retrouvé le sourire ces dernières semaines après le retour au jeu de Robert Müller après son combat contre une tumeur au cerveau. La question qui se pose maintenant est de savoir qui sera titulaire dans les cages pour les play-offs : Müller, pas forcément revenu si tôt à son meilleur niveau, ou le joker canadien Jean-Marc Pelletier, engagé durant son absence ? Le suspense reste entier puisqu'ils se sont partagés le dernier match de la saison régulière avec trente minutes chacun.

Autre favori, Düsseldorf est un logique deuxième au classement. Avec son gardien Travis Scott et sa ligne d'attaque KVK (Kreutzer-Vikingstad-Kathan), le DEG est le rival attendu pour le titre. S'il fallait miser sur une équipe-surprise pour les séries, on pencherait pour Nuremberg. L'équipe entraînée par Benoît Laporte joue très bien ces dernières semaines, et les habituelles mauvaises performances du club en quarts de finale font que personne ne l'attend. Ingolstadt, qui avait longtemps mené la danse, a un peu fléchi et termine quatrième. Le cancer qui a frappé l'entraîneur Ron Kennedy, obligé de laisser ses fonctions de coach à son adjoint, a tout de même eu un impact sur l'équipe.

Au cours du dernier week-end, il n'y a pas vraiment eu de suspense pour la qualification en play-offs. Pourtant, alors que la cause semblait entendue, Iserlohn avait réussi une belle remontée en février, revenant à un point de Krefeld alors qu'il y avait dix unités d'écart à la trêve. Mais le suspense a tourné court à cause du match en plus que comptaient les Rooters au classement. Sa rencontre de l'avant-dernière journée, Iserlohn l'avait jouée... en septembre ! La faute à la programmation chargée de la SAP-Arena de Mannheim, c'est le problème avec les salles multi-fonctions. Du coup, les joueurs ont été éliminés sans jouer vendredi dernier, en apprenant la victoire de Krefeld à Augsbourg.

Il y a en revanche eu une bagarre pour éviter les "pré-playoffs" prévus pour les équipes classées de 7 à 10. Hambourg, où le très controversé entraîneur Bill Stewart a réussi un spectaculaire redressement depuis sa prise de fonctions, semblait devoir accrocher la sixième place, mais il l'a perdu lors de la dernière journée à Nuremberg (3-2). La place convoitée est donc allée aux Scorpions de Hanovre, qui ont battu 5-2 l'autre concurrent direct Francfort. Les Lions devront ainsi passer par un tour préliminaire contre... le champion en titre ! Car les Eisbären de Berlin n'ont jamais décollé du milieu de tableau. Le conflit entre Pierre Pagé et ses dirigeants est latent depuis plusieurs mois, reste à savoir si l'entraîneur canadien pourra partir en beauté après un beau parcours en séries.

06/03 Ligue Magnus : Dermigny élimine Amiens

La saison 2006/07 sera décidément à oublier pour Amiens. Il n'y aura pas eu de réveil en play-offs, mais au contraire une élimination en trois manches sèches dès les quarts de finale contre Briançon. Et comme un clin d'il du destin, c'est Sébastien Dermigny, dont on avait critiqué les maigres statistiques (0 but et 0 assistance) sous les couleurs des Gothiques l'an passé, qui a marqué le but décisif de Briançon, un coup de poignard à l'avant-dernière minute (3-2). Amiens a donc perdu deux des trois matches de la série en toute fin de match.

À Chamonix, c'était la journée de la Suède, puisque cinq des sept buts ont été marqués par des Scandinaves. Mais à ce jeu, ceux de Grenoble (Lindström, Jönsson et Wallin) ont pris le dessus sur celui des Chamois (Tobiasson-Harris). Les Brûleurs de Loups sont donc eux aussi qualifiés en trois manches et peuvent se préparer à une demi-finale explosive contre Briançon.

Rouen, tout heureux de sortir double vainqueur à domicile, a cette fois pris une leçon d'efficacité à Angers avec trois buts locaux en dix minutes et un temps mort déjà appelé par Alain Vogin. Les Dragons ont essayé de revenir mais cette fois les Ducs, portés par leur triplette canadienne Tessier-Bellemare-Rodrigue, ont cette fois concrétisé et remis du piment dans cette série intéressante.

Mais le plus gros suspense est pour l'instant dans Villard-Morzine : à égalité une victoire partout, les deux équipes sont allées jusqu'aux tirs au but ce soir. Sans Maurice Rozenthal et sans son gardien Pascal Favarin également blessé (aux adducteurs), Villard-de-Lans a mené tout le long du match, ainsi que durant la fusillade, pour s'incliner finalement de manière après dix penaltys de chaque côté.

07/03 Ligue Magnus : Rouen et Morzine dans la douleur

Rouen et Morzine-Avoriaz ont souffert pour se qualifier à leur tour pour les demi-finales. Morzine-Avoriaz paraissait s'acheminer vers une deuxième séance consécutive de tirs au but, mais Evan Cheverie a marqué à une minute et demie de la fin de la prolongation. Villard-de-Lans est donc éliminé malgré une très belle prestation à domicile qui a prouvé la valeur de cette équipe.

Quant aux Dragons, ils ont eu recours à la "fusillade" pour la seconde fois de la série... mais quel scénario pour en arriver là ! Exactement comme hier, Alain Vogin a dû demander son temps mort après dix minutes de jeu et un 3-0 pour Angers. La suite a par contre été différente. Les Rouennais sont revenus à égalité grâce à trois buts de... leur première ligne du début de saison Thinel-Desrosiers-Thinel ! Elle avait été reconstituée ce soir, Julien Desrosiers ayant donc remplacé sur ce trio un Éric Doucet décevant hier. Rouen a même tué deux pénalités en début de prolongation avant que Desrosiers et Salminen ne lui donnent la victoire aux tirs au but.

09/03 Henderson et Pousse prolongés jusqu'en 2010

La France a choisi de bâtir à long terme avec l'objectif olympique en ligne de mire en prolongeant le contrat des entraîneurs de l'équipe nationale Dave Henderson et Pierre Pousse jusqu'en 2010, année des prochains JO à Vancouver.

09/03 Suisse : Lugano et Genève éliminés

Comme prévu, le sursis genevois n'a pas dépassé un match, et Berne, plus souverain que jamais, a bouclé l'affaire sur un score très lourd au cinquième match (7-3). Les regrets sont donc immenses pour des Genevois conscients d'être tombés sur plus forts qu'eux, mais déçus de leurs erreurs en début de série. Certains, comme le défenseur Olivier Keller, remuent même le couteau dans la plaie en rappelant que Genève-Servette avait hypothéqué ses chances dès l'automne, où une mauvaise série avait déplacé les Aigles en milieu de tableau. Ils n'eurent dès lors plus leur destin en mains.

Le spectaculaire "effet Paolo Duca" s'est poursuivi du côté de Zoug, désormais revenu à égalité dans sa série face à Rapperswil. Duca, rentré de sa suspension de six matchs, a de nouveau marqué durant le match cinq (6-3) où le Canadien Krys Kolanos (deux buts), jusqu'alors surnuméraire, a efficacement pris la relève du décevant Michal Grosek, suspendu pour l'occasion. Et Rapperswil-Jona, qui avait là une troisième et dernière balle de match, n'eut pas l'ombre d'une chance hier soir à domicile (1-5) face aux coéquipiers du Tchèque Kamil Piros (auteur d'un doublé). En retrait sur cette série, les habituelles gâchettes zougoises (Di Pietro, Petrov, voire même Camichel) ne font donc pas la différence, au contraire du catalyseur Paolo Duca, encore décisif hier soir avec ses deux assists. Les Lakers de Mariusz Czerkawski et Brady Murray, totalement déconfits, ont-ils encore une chance ?

La blessure du gardien Ari Sulander a décidément mis du plomb dans l'aile des Lions zurichois. Ceux-ci, tombés dans la semaine à Davos (2-4), ont de nouveau cédé sur leur glace face à des Grisons revigorés (1-3), même en l'absence du buteur Michel Riesen, toujours suspendu. Opportunistes, les joueurs d'Arno Del Curto ont su exploiter les largesses des ZSC Lions à l'image de Petr Taticek, dont le doublé d'hier soir tient à deux énormes erreurs individuelles. Le premier sur une passe en retrait douteuse, le second sur une faiblesse de Reto Berra, qui laissa filer un tir excentré du Tchèque peu après la réduction du score de Michel Zeiter. Tout gardien d'avenir qu'il soit, Reto Berra n'a pas encore l'envergure de son glorieux aîné finlandais, et son manque de vécu en séries pourrait bien profiter à ses futurs coéquipiers davosiens, désormais favoris pour la septième et dernière manche..

Il n'y a pas qu'à Zurich où le poste de gardien pose problème. C'est aussi le cas à Lugano où Simon Züger, après une saison régulière de bonne facture, a largement compromis les chances du champion en titre au match six (1-3). Après sa boulette qui coûta le match numéro deux, Züger a récidivé en offrant sur un plateau l'ouverture du score au vétéran Marcel Jenni... à trois contre cinq ! Sa sortie hasardeuse au-devant de l'ex-international, complétée à une inspiration douteuse face au défenseur Patrick von Gunten (élu espoir de l'année en LNA), donna deux filets d'avance aux banlieusards zurichois avant que Ryan Gardner ne réduise la marque. L'intense pression luganaise fut bien couronnée de succès, à une poignée de secondes du terme, mais la réussite de l'international Sandy Jeannin fut curieusement annulée par le corps arbitral. Malgré sa victoire en milieu de semaine au match cinq (5-3), Lugano est donc le quatrième champion en titre de l'histoire à disparaître dès le premier tour... alors que Ronnie Rüeger, prédécesseur immédiat de Simon Züger chez les "bianconeri", poursuit sa route avec Kloten...

Décidément, le mental d'Ambrì-Piotta n'est guère brillant. La triste série automnale (dix défaites de suite) qui condamna le HCAP au tour de relégation (et précipita le retour de Larry Huras aux commandes) n'était donc pas un accident. Menant 3-0 face à des Bâlois étonnement combatifs, les "biancoblù" ont perdu trois fois de suite. Certes, l'excès de confiance avait clairement joué en leur défaveur samedi dernier (2-3) mais le facteur X de la série, le joker tchèque Tomas Divisek, porte également une grande part de responsabilité. Brillant dans la victoire de samedi, l'ancien de Plzen a remis ça mardi soir en Léventine dans un match ressemblant comme deux gouttes d'eau au précédent. Menant rapidement 2-0, les Bâlois se sont toutefois fait rejoindre dans les toutes dernières secondes sur une réussite d'Eero Somervuori. Avant que le col-bleu Franco Collenberg, tout un symbole, ne tranche en mort-subite (4-5 a.p.). Passeur sur l'ouverture du score d'Andreas Camenzind et sur le deuxième du routinier canadien Mike Maneluk, Tomas Divisek a de nouveau offert deux buts d'avance à ses couleurs, qui tinrent jusqu'au bout pour s'offrir un troisième gain de rang (3-2). Un an après sa débâcle face à Lugano au premier tour des playoffs, Ambrì est donc tout près de revivre pareil cauchemar, mais en play-out cette fois-ci. L'histoire se répétera-t-elle face aux valeureux Rhénans ?

En marge de la finale de LNB, Viège et Bienne poursuivent dans leur armement massif. Bienne, qui n'ambitionne que la montée, s'est attaché les services du top-scoreur genevois Serge Aubin pour épauler Alexandre Tremblay et l'Américain Brian Felsner. Viège a également réussi un gros coup en réunissant la fameuse doublette du grand rival sierrois. Après sa mission sauvetage réussie à Fribourg-Gottéron, le maître à jouer Derek Cormier reprendra donc du service chez l'ennemi en compagnie de Lee Jinman, son finisseur attitré. Avec le vétéran Terry Yake et son compatriote Tyler Beechey, Viège tient sans doute là son quintet offensif. Car un certain Anthony Iob, embauché de Klagenfurt comme étranger de réserve, attend sagement son tour dans les gradins...

09/03 Équipe de France 18 ans

La composition de l'équipe de France 18 ans pour les prochains championnats du monde de division I à Maribor (Slovénie) vient d'être communiquée. On notera qu'aucun club ne connaît de sur-représentation. Les sélectionnés sont assez équitablement répartis entre Grenoble, qui en compte quatre, Rouen, Caen, Amiens, Gap et le Mont-Blanc qui en ont chacun trois. Pour les Haut-Savoyards, il s'agit de trois joueurs... franciliens, formés à Viry et à Deuil ! Pour les Gapençais, il s'agit d'un vrai signe de résurrection d'un ancien grand club formateur. Un succès qui honore tout le département des Hautes-Alpes puisque l'un d'eux - Mathieu André - est briançonnais.

Les deux attractions de la sélection seront incontestablement Victor Barbero (formé à Limoges et à Rouen) et Antoine Vanwormhoudt (formé à Dunkerque), qui jouent sur la première ligne des Novices élite de Genève-Servette, équipe entraînée par un certain Philippe Bozon et demi-finaliste du championnat suisse. En effet, si l'on a déjà vu des 18 ans intégrer l'équipe 20 ans, le cas le plus récent étant celui d'Auvitu, le fait est bien plus rare en France avec les 16 ans. Ces deux joueurs de la génération 1991 tiendront pourtant compagnie à des coéquipiers plus âgés qu'eux de deux ans. Dans les autres pays, ce n'est pas si exceptionnel, et pas que dans des cas d'espèce comme Sidney Crosby. En Autriche, Oliver Setzinger a même joué les championnats du monde 18 ans - également au niveau du Mondial B - l'année de ses quinze ans.

Vous pourrez bien sûr jouer à "qui est le père" et retrouver quelques patronymes fameux, dont un certain recordman français des sélections...

Gardiens : Sébastien Raibon* (Grenoble), Clément Fouquerel* (Caen).

Défenseurs : Graham Avenel (Caen), Udo Marie (Caen), Grégory Beron (Amiens), Yohann Auvitu (Mont-Blanc), Romain Vitali* (Mont-Blanc), Jason Crossman* (Grenoble), Aurélien Greverend (Rouen).

Attaquants : Julien Baylacq (Grenoble), Mathieu Frecon (Grenoble), Rémy Rimann (Lausanne, SUI), Morgan Nicolas* (Amiens), Antoine Vanwormhoudt** (Genève, SUI), Victor Barbero** (Genève, SUI), Nicolas Motreff (Rouen), Arnaud Magallon* (Gap), Gaëtan Jeannin (Mont-Blanc), Quentin Berthon* (Rouen), Julien Zampa (Gap), Mathieu André* (Gap), Timotey Perez* (Amiens).

Remplaçants : Sébastien Ylönen** (G, Rouen), Romain Bault* (D, Amiens), Jean-Philippe Perrier (D, Amiens), Maxime Moisand* (D, Grenoble), Cyril Lambert (A, Rouen), Anthony Mathias* (A, Deuil-la-Barre), Kévin Hamon* (A, Amiens).

* joueurs nés en 90 / ** joueurs nés en 91

10/03 Maltais et Karrer quittent Dijon

La solidarité dont avaient fait preuve les joueurs du CPHD jusqu'ici vient d'être mise à mal par la décision d'Olivier Maltais et Guillaume Karrer, les deux transfuges d'Anglet, de quitter leur "club d'accueil" avant l'heure, en plein milieu des barrages de relégation, pour rentrer au Québec. Ils ont pris l'avion hier et cette péripétie constitue un énième rebondissement dans la saison chaotique de Dijon et Anglet. Rappelons que les Bourguignons mènent deux manches à zéro et que les matches 3 et 4 sont programmés la semaine prochaine en terre basque.

10/03 Russie : début des play-offs

La saison régulière russe s'est terminée, et les 16 premières équipes accèdent aux play-offs. Il ne manquent à l'appel que le Traktor Chelyabinsk, qui a assuré l'essentiel avec son maintien, l'Amur Khabarovsk et les Krylia Sovietov Moscou. Pour les KS, la fin de saison a été pénible, avec les juniors de la réserve alignés à la place des titulaires grévistes. Le président du syndicat des joueurs s'est même inquiété en constatant que certains des "gamins" ainsi envoyés au feu avaient été abîmés. Pour leur dernier match à domicile, ils ont encaissé un 1-17 contre Omsk, l'écart le plus gros enregistré dans le championnat russe depuis 1963. En ce qui concerne le club d'Extrême-Orient de Khabarovsk, le dernier espoir de conserver sa place en Superliga, qui avait été chèrement achetée l'an passé pour remplacer le Spartak, c'est qu'un des clubs sportivement qualifiés soient exclus. La récente réunion des présidents a en effet réaffirmé la volonté exprimée depuis deux ans d'obliger toutes les équipes à avoir une patinoire de 5500 places minimum. Panique chez ceux qui espéraient une dérogation ou un changement d'avis, notamment du côté de Chelyabinsk et Togliatti où l'on a soudain annoncé un projet de patinoire.

La grosse affiche des huitièmes de finale est assurément celle qui oppose le Lokomotiv Yaroslavl, qui a gagné 12 matches sur 16 depuis l'arrivée avec son entraîneur américain Gardner, au Dynamo Moscou. L'ex-champion tombé à la douzième place, fait justement partie de ceux qui ont battu le "nouveau Lokomotiv".

L'incontestable favori est bien sûr Kazan, dont la domination est toujours symbolisée par le trio Zaripov-Zinoviev-Morozov. En marquant 83 points, l'ailier Aleksei Morozov a même dépassé la meilleure marque historique qui avait établie par Sergei Makarov. Dans le même temps, le nouveau grand espoir du hockey russe Aleksei Cherepanov (Omsk, 18 ans) a battu le record de buts pour un débutant en championnat (17), record qui était détenu par Pavel Bure.

Mon Dieu, tous ces records offensifs... Mais que fait donc le pape de la défense Piotr Vorobiev ? Plus grand-chose, malheureusement. L'ex-entraîneur du Lada a manqué plusieurs rencontres en raison d'une forte bronchite et de problèmes de tension, et son Khimik n'en finissait plus de dégringoler au classement. Finalement, les dirigeants de la région de Moscou ont donc décidé de le décharger de ses fonctions en raison de ses problèmes de santé, pour mettre à sa place le peu expérimenté Sergei Borisov. Malgré un des meilleurs effectifs du championnat, le Khimik n'a terminé que huitième et semble déjà penser à la saison prochaine, à moins d'un réveil soudain.

10/03 Division 1 : derby francilien sans vainqueur

Neuilly-sur-Marne menait 3-0 dans le derby au sommet francilien, mais s'est fait rejoindre 3-3 en troisième période par Courbevoie. Un match nul qui fait surtout l'affaire des clubs adverses. Le leader Tours en profite bien sûr pour accroître un peu plus son avance. Il est venu poussivement à bout d'une défense montpelliéraine victime d'une erreur de feuille de match (5-0). Mais surtout, ce sont Gap, vainqueur 8-0 au Vésinet, et Amnéville, vainqueur 6-1 de Valence, qui se replacent idéalement dans la lutte pour la place de barragiste. Quatre équipes se tiennent maintenant en deux points.

En poule de maintien, Annecy se donne de l'air en gagnant 3-2 à Cergu sur un but décisif de l'ancien Patrice Fleutot. Garges se sort de la zone rouge après une victoire 4-1 sur Viry dans un match marqué par une bagarre générale impliquant le gardien essonnien Francis Larivée. Et c'est Dunkerque qui retombe en position de barragiste, après une défaite cinglante à domicile contre Avignon (0-5). Limoges et Bordeaux se sont séparés sur le même score qu'à l'aller (3-3).

10/03 Division 2 : Le Havre en demi-finale

Le Havre a pris la dernière place qualificative pour les play-offs de division 2 en battant La Roche-sur-Yon 5-2 ce soir. Pour une fois, c'est leur fin de championnat que les Vendéens ont ratée, en ne gagnant qu'une seule de leurs sept dernières rencontres. Le club normand affrontera Belfort en demi-finale. L'autre match opposera deux anciens champions de France, Reims et Brest. Ce sont donc les quatre clubs de la poule nord qui se sont qualifiés, alors que la densité était plus élevée au sud. C'est en effet tout le contraire en poule de maintien : les trois derniers du nord, Champigny, Meudon et l'ACBB sont incapables de prendre un point, et ils ne bougent donc pas de leurs positions respectives aux trois dernières places du classement.

11/03 Suisse : Davos brise le signe indien...

...et pourtant, Zurich a tout tenté ! Même de faire revenir Ari Sulander, blessé aux adducteurs depuis la quatrième manche. Une tentative désespérée malgré les tests effectués par le vétéran finlandais à l'échauffement d'avant-match. Reto Berra, aligné donc dans les cages pour la troisième fois de suite, a connu un troisième revers de rang face à un HC Davos retrouvant pour l'occasion son meilleur buteur Michel Riesen. L'éphémère Oiler d'Edmonton ne fut toutefois pas le héros de la soirée, plutôt le discret Josef Marha, crédité d'un doublé décisif face à un Berra définitivement trop tendre (3-0). Avec ses deux passes, le pigiste tchèque Zbynek Irgl a lui confirmé sa montée en puissance, au contraire d'un Alexandre Daigle fort décevant durant ce premier round. Mine de rien, Davos vient là clore deux ans d'insuccès pour le champion de la saison régulière en quarts de finale. Côté zurichois, ce dernier match de la saison fut également celui de l'emblématique ailier Michel Zeiter (34 ans) sous le chandail frappé du lion, partant à Langnau après près de quinze ans de bons et loyaux services.

Comme prévu, la dynamique zougoise n'a laissé aucune chance à Rapperswil, corrigé (6-2) au Herti lors de la septième manche. La grande forme du Polonais Mariusz Czerkawski (six buts et six passes sur l'ensemble de la série aux côtés du prometteur Brady Murray et d'Oliver Kamber) ne fut donc pas suffisante pour enrayer la tendance. Si Paolo Duca n'a pas marqué ce soir, les Oleg Petrov, Paul Di Pietro, Krys Kolanos, Trevor Meier, Duri Camichel et autres Björn Christen auront grandement participé à la fête. Mais celle-ci sera de courte durée, Zoug étant déjà tourné vers sa demi-finale contre Berne.

Cette fois-ci, Ambrì n'a pas laissé passé l'occasion de conclure face à Bâle. Après s'être fait remonter trois victoires, les "biancoblù" ont rapidement assommé les Rhénans (3-0 après dix minutes de jeu) sous l'égide du Finlandais Eero Somervuori, auteur d'un quadruplé pour son dernier match avec les Léventins (5-1). Tout est bien qui finit bien pour Larry Huras et sa bande, alors que Bâle, un après la joie des playoffs, goûtera au stress de la "finale" du play-out face à Langnau, dernière étape avec les barrages. Une échéance attendue de pied ferme à Bienne, où la finale de LNB face à Viège s'est préparée avec les arrivées du Genevois Serge Aubin, du gardien tchèque Marek Pinc, décisif dans le sauvetage de Fribourg-Gottéron, mais aussi, last but not least, d'un certain Jiri Slegr (35 ans, ex-Litvinov)... Est-il vraiment utile de revenir sur les intentions véritables de l'EHC Bienne ?

11/03 Finlande : les Pelicans éliminent le TPS

Les Pelicans de Lahti vivent une résurrection cette saison. Non seulement ils ont arrêté de creuser leurs dettes, mais en plus ils sont devenus enfin compétitifs sous la houlette de l'ex-sélectionneur Hannu Aravirta. Ils ont fini dixièmes de la saison régulière, derniers qualifiés pour le tour préliminaire des play-offs, et ils y ont même fait tomber une victime prestigieuse, le TPS Turku. Autrement dit, Jesse Saarinen, l'ailier formé au club des Pelicans, a battu... Jesse Saarinen, le défenseur du TPS, ex-Grenoblois.

Cette surprenante qualification est due au jeune gardien Antti Niemi, qui était jusqu'ici connu pour être le parfait homonyme de l'ancien gardien de l'équipe de Finlande... de football (Antti Niemi, Fulham, à ne pas confondre avec le défenseur international, de hockey sur glace celui-là, Antti-Jussi Niemi !). Ce Niemi-là s'est fait un nom avec un blanchissage de 32 tirs au premier match et a ajouté 40 arrêts dans la victoire 3-1 au deuxième match. Avec une masse salariale deux fois inférieure, les Pelicans ont donc fait tomber le TPS... qui plonge à son tour dans la crise. Car rien ne va plus dans le club de Turku, qui dominait le hockey finlandais il y a dix ans. La moyenne de spectateurs sur la saison écoulée a été inférieure d'un millier de personnes à la moyenne prévisionnelles, et les commentaires négatifs sur sa situation financière sont de plus en plus fréquents. Ce n'est pas cette élimination précoce qui va arranger les choses. La roue tourne dans le hockey finlandais, puisque l'autre grand club de ces dernières années, le Jokerit, n'est plus si florissant maintenant que Harkimo investit moins de sa poche.

13/03 Dernière ligne droite en NHL

La NHL entre dans le dernier mois de compétition et la bataille pour les 8 premières places touche à sa fin, avec son lot de surprises et de déceptions.

Dans la conférence Est, les Sabres de Buffalo n'ont plus qu'un point d'avance sur les Devils de New Jersey. Décimés par les blessures, les Sabres ont un peu ralenti et perdu un match crucial 3-2 contre les Devils. Ces derniers sont toujours aussi solides avec un Martin Brodeur exceptionnel (12 blanchissages et 41 victoires). Derrière, ça se bouscule. Si le Lightning de Tampa Bay est toujours troisième grâce à son trio d'attaquants Lecavalier-St Louis-Richards, il est à égalité avec les Thrashers d'Atlanta en tête de la division sud-est. Un titre qui vaudra cher car Ottawa et Pittsburgh sont intercalés et paraissent destinés à un affrontement épique au 1er tour des playoffs. Si la présence des Senators à ce niveau ne surprend pas, la performance de la jeune équipe des Penguins est plus enthousiasmante avec un trio de meneurs très jeunes : Sidney Crosby est en passe de mener la ligue en points à seulement 19 ans, Evgeni Malkin devrait gagner le trophée Calder de meilleur débutant, alors que Jordan Staal, 18 ans, frôle déjà les 30 buts ! Ces six équipes doivent rester vigilantes. Le sprint pour les places qualificatives a en effet pris des rebondissements étonnants. Les Islanders et les Rangers sont pour le moment dans le bon wagon mais ne disposent d'aucune avance sur le tenant du titre Carolina, en passe donc de rater les playoffs quelques mois après avoir soulevé la coupe ! Toronto et Montreal craquent un peu sur la fin, les Canadiens multipliant les contre-performances, notamment dans les cages, depuis la blessure de Cristobal Huet. Enfin, pendant que Boston s'écroule aussi, les Panthers de Floride réalisent un sprint désespéré avec 7 victoires en 10 matches pour recoller au peloton des prétendants. Rien est fait donc pour la 8e place. En revanche, Washington, avec un seul succès ce mois-ci, et Philadelphie, coulé, sont hors course.

À l'ouest, les Predators de Nashville mènent la danse vers le premier trophée du Président de leur jeune histoire grâce à une équipe complète et solide dans tous les compartiments du jeu. Un coup d'accélérateur bienvenu car Detroit les talonne pour la tête de la ligue. Les Ducks d'Anaheim sont eux aussi dans la course, meneurs tranquilles de la division Pacifique. Les Canucks de Vancouver disposent pour leur part du 3e strapontin de premier de division, une résurrection portée par un Roberto Luongo en état de grâce. Derrière, les écarts sont infimes pour les quatre autres candidats. Dallas, San José, Minnesota et Calgary se tiennent en trois points mais paraissent simplement lutter pour leur ordre de classement. Quatre défenses très solides et des attaques homogènes, bref quatre formations finalement assez similaires les unes aux autres... Car c'est bien la spécificité à l'ouest : le top-8 semble déjà figé. Colorado, 9e et qui a vu la fin de sa série de matches à guichets fermés entamée il y a dix ans, compte en effet 8 pts de retard sur les Flames. Malgré une bonne série, l'Avalanche est en passe de rater les premiers playoffs de son histoire depuis le déménagement à Denver en 1995-96. À l'exception des Blues de St Louis qui ont décollé depuis le changement d'entraîneur vers la 10e place, les cinq autres équipes connaissent des bilans négatifs. Edmonton s'est écroulé et voit revenir Chicago et Columbus sur ses talons. Phoenix et Los Angeles se bagarrent pour leur part pour éviter la dernière place à l'issue de saisons à oublier.

Il ne reste qu'une douzaine de rencontres et un mois de compétition avant le début des playoffs : tous les projecteurs sont désormais braqués sur la conférence Est...

13/03 Division 2 : Le Havre disqualifié

Les demi-finales de division 2 déterminées le week-end dernier ont connu un rebondissement de dernière minute. Battu sur la glace au Havre samedi, La Roche-sur-Yon a déposé le jour même une réclamation justifiée, en remarquant que le défenseur Kévin Igier n'aurait pas dû être qualifié pour jouer avec les Havrais. En effet, dans le cas d'un partenariat, dès qu'un espoirs surclassé a évolué avec le club de niveau supérieur à dix reprises, il ne peut plus évoluer pour le club associé de niveau inférieur. Il s'agit en fait d'une erreur d'interprétation des dirigeants normands (ce qui les dispensera de sanction financière puisque la volonté de tricher n'a pas été retenue) : Igier n'a atteint son quota de 10 matches de Ligue Magnus avec Rouen que le 2 mars (premier match des play-offs Magnus), mais si on tient compte des coupes, il les a atteints dès le 28 novembre, et n'était donc plus qualifiable pour Le Havre à partir de cet instant. Les trois matches de deuxième phase auxquels Igier a participé (dont un où il a inscrit le but décisif contre Nantes) sont donc perdus sur tapis vert, et c'est la Roche qui jouera les play-offs.

Rappelons que cette règle ne vaut que pour des clubs partenaires. Une équipe-réserve peut aligner des juniors qui ont passé la saison en Magnus. C'est ainsi qu'on a vu Auvitu jouer avec la D2 du Mont-Blanc samedi, et surtout que la réserve caennaise s'est renforcée pour torpiller une fois de plus les plans du rival régional Cherbourg.

13/03 Ligue Magnus : les enseignements de la saison confirmés

Il n'y a pas lieu de systématiquement douter des bilans de la saison régulière parce que l'on arrive en play-offs. Les vérités de la saison se sont en effet vérifiées lors de la première manche des demi-finales. Briançon, battu trois fois sur quatre par Grenoble en comptant la Coupe de la ligue, s'est de nouveau incliné chez sa bête noire. Pierre-Luc Sleigher avait pourtant marqué un joli but égalisateur juste après l'ouverture du score, mais les deux buts isérois du début de deuxième période ont éteint des Diables Rouges trop maladroits en jeu de puissance. Et Morzine-Avoriaz a confirmé sa pole position de la saison régulière en mettant à jour à son tour les failles de l'armada rouennaise. Les mieux classés, pas forcément favoris de tous, ont donc remporté la première manche.

14/03 Suisse : quand Pivron et Perroton se font face

Les entraîneurs français officiant à l'étranger ne sont pas légion, il est encore plus rare que deux d'entre eux se rencontrent. C'est pourtant ce qui s'est passé dans les finales de la zone romande de 1re ligue suisse, et les Young Sprinters de Neuchâtel entraînés par le Gapençais Alain Pivron y ont battu le Star Lausanne, dont s'occupe l'ex-entraîneur de Gap, Laurent Perroton, et ils ont ainsi remporté le titre honorifique de champion romand amateur. Les Neuchâtelois, qui étaient un des meilleurs clubs de Suisse au début des années soixante, renaissent à l'ambition cette saison, et ils feront leur grand retour en LNB l'an prochain.

14/03 Allemagne : le champion éliminé

Après deux titres consécutifs, les Eisbären de Berlin ont atteint la fin d'un cycle avec une défaite dès les "pré-play-offs" contre Francfort. Les champions avaient pourtant remporté la première manche de cette courte série à l'extérieur, mais ils avaient ensuite concédé une cruelle défaite à domicile à cause de deux grosses erreurs de son défenseur offensif Andy Roach. L'international américain, perturbé par le forechecking adverse, a ainsi été bien malgré lui à l'origine des deux buts de Michael Hackert (1-2). Lors du troisième match, un ressort était cassé, et le jeu de puissance de Francfort a balayé les Berlinois (6-0). C'est surtout une fin de cycle pour l'entraîneur Pierre Pagé, qui ne devrait pas tarder à rebondir. En Autriche, il y a en effet un club nommé Salzbourg qui regorge de l'argent de son sponsor, qui vient d'inviter une équipe de NHL (les Los Angeles Kings) à son tournoi estival, et qui aimerait un autre entraîneur célèbre pour succéder à Hardy Nilsson.

Francfort jouera maintenant un quart de finale alléchant contre son grand rival, le favori du championnat Mannheim. Le principal outsider Düsseldorf n'aura pas non plus la partie facile face à Hambourg, l'équipe en forme qui s'est débarrassé de Krefeld en deux manches. Pourtant, le meilleur marqueur du championnat, Brad Smyth, est au centre d'une mini-crise. Après avoir prolongé son contrat, le staff ne paraît plus satisfait de son travail. Que son nom ait été rayé de la feuille de match juste avant la deuxième manche - officiellement parce qu'il était soudain malade - a alimenté les rumeurs. Ce sont d'autres joueurs qui ont qualifié Hambourg, et en particulier Benoît Gratton, auteur de quatre buts en deux matches alors qu'il n'en avait marqué que huit en saison régulière.

14/03 Ligue Magnus : deux demi-finales très différentes

Les deux demi-finales prennent une tournure très différente. D'un côté, face à l'excellente défense grenobloise, Briançon a dû se montrer aussi fort dans ce domaine. Le but décisif a été marqué par Mickaël Perez avant la mi-match et cet avantage a été préservé jusqu'au bout (1-2). Style de match très différent en Haute-Savoie où l'on a croulé sous une avalanche de buts, à cause d'erreurs défensives bien plus nombreuses. Ce haut pointage n'a pas été favorable aux Dragons, qui ont encore concédé un écart insurmontable en début de match (6-5). Rien n'est joué dans les deux demi-finales. Briançon a repris un ascendant psychologique en faisant douter les attaquants grenoblois, alors que Rouen peut se targuer de son invincibilité à domicile en 2007 pour garder espoir dans sa série.

15/03 Ligue Magnus : les trophées

Les trophées de Ligue Magnus n'étaient pas tous évidents à attribuer cette saison. Le titre de meilleur gardien pouvait difficilement échapper à Eddy Ferhi, et pour celui de meilleur espoir, Sacha Treille, avec sa contribution défensive très utile pour un junior, paraissait le candidat le plus pertinent, même si le cadet Auvitu a été un challenger. Mais pour celui de meilleur joueur français, en revanche, la course paraissait assez ouverte. Toutes les hypothèses étaient permises, y compris l'élection d'un défenseur (Amar, battu au deuxième tour de scrutin) qui aurait été inédite. C'est finalement Jonathan Zwikel qui a été élu par les entraîneurs de Ligue Magnus et le sélectionneur national, pour le rôle qu'il a joué dans la première place de Morzine-Avoriaz. Le club haut-savoyard est d'ailleurs le grand vainqueur de ces désignations, puisque Stéphane Gros, en sachant gérer cette équipe qui mêlait des joueurs étrangers de bon calibre et des Français qui ont su accepter des rôles spécifiques dans l'ombre, a été élu meilleur entraîneur.

Meilleur joueur français : Jonathan Zwikel (Morzine-Avoriaz).

Meilleur espoir : Sacha Treille (Grenoble).

Meilleur gardien : Eddy Ferhi (Grenoble).

Meilleur arbitre : Marc Mendlowictz / Frédéric Bachelet.

Meilleur entraîneur : Stéphane Gros (Morzine-Avoriaz)

16/03 Suisse : Berne ferme son verrou à double tour

Berne n'a pas tremblé lors de la première manche des demi-finales de LNA. Sous l'impulsion de la paire québécoise Simon Gamache - Christian Dubé et d'un doublé de l'international Marc Reichert, Berne n'a pas laissé l'ombre d'une chance à Zoug (4-0). Ce Berne-là semble être un modèle d'équilibre, tant à l'arrière où le métier de Marco Bührer, combiné à l'organisation défensive sans faille de John Van Boxmeer, qu'à l'avant. Ce système sans failles n'a pas laissé le moindre espace aux Di Pietro, Petrov et autres Kolanos. Le scénario s'est ainsi répété hier soir et l'ex-"renégat" bâlois Éric Landry, en échappée, fut le seul à déjouer un Lars Weibel des grands soirs (1-0). Au sommet de son art devant le filet, Bührer s'est ainsi offert un quarantième jeu blanc en carrière et donné à Berne une avance (déjà décisive ?) de 2-0 dans la série...

Les Grisons, vainqueurs in extremis de Zurich en quarts, ont facilement dominé l'outsider Kloten (5-0) dans la manche d'ouverture. En demi-teinte face aux ZSC Lions, la première ligne fut renaissante mardi soir avec un doublé de Michel Riesen et trois points pour ses acolytes Reto von Arx et Alexandre Daigle. Avec son deuxième jeu blanc de rang, Jonas Hiller a également confirmé sa montée en puissance. Mais voilà, au contraire de Berne, Davos n'a pas su doubler la mise hier soir, s'inclinant sur la plus courte des marges (3-4) dans la banlieue zurichoise. Le doublé du joker tchèque Zbynek Irgl et un filet de "l'enfant-terrible" Peter Guggisberg portait pourtant le HCD en tête à l'entame du dernier acte avant que les Aviateurs, par l'international Romano Lemm et les jeunes Viktor Stancescu et Roman Wick, ne renversent la tendance. Dans ce vrai match de playoffs, l'expérience de Ronnie Rüeger fut décisive face aux attaquants grisons, et notamment un Alexandre Daigle n'ayant touché la cible qu'une seule fois depuis l'entame des séries finales...

Battus en sept rounds dans leur série face à Ambrì, les Bâlois, se sont fait blanchir à Langnau (0-2) dans le premier match de la finale du play-out de LNA. Malgré l'arrivée du buteur canadien d'Ambrì Hnat Domenichelli, le club rhénan a cédé à deux reprises en quatre minutes dans l'acte médian avant de rectifier le tir à la maison (4-3). Avec un but, une passe et une activité de tous les instants, Hnat Domenichelli fut le principal artisan de ce succès aux-côtés du défenseur offensif Martin Sevc. Vu le rendement affiché par les cinq "mercenaires" alignés hier soir par Mike McParland, il semble acquis que le Yorick Treille (engagé par Bâle en début de semaine), sauf coup dur, n'aura pas à quitter son costume de surnuméraire...

Rarement l'expression "monter à tout prix" n'a pris autant de sens dans le cas présent de l'EHC Bienne. Las des échecs à répétition aux portes de la LNA, Bienne a même tâté le terrain juridique pour mettre fin aux barrages, ce système toujours aussi désavantageux pour le champion de LNB (trop régulièrement frustré de promotions). Et Bienne, pour ce faire, a sorti le chéquier et tiré sur tout ce qui bouge pour enrôler des clients du standing de Serge Aubin, Kirby Law, Marek Pinc et autres Jiri Slegr... Bienne a proprement dessoudé Viège (8-3) dans une première manche à sens unique de la finale de LNB. Tous les renforts se seront illustrés dans ce match, notamment Kirby Law avec son doublé, mais aussi les "anciens" comme le Québécois Alexandre Tremblay (deux filets et une passe).

Le changement de décor fut radical lors d'une deuxième manche totalement dominée par Viège (6-3). À domicile, les jokers haut-valaisans ont sonné la charge, bien secondés par les joueurs du crû. Ainsi, la grande révélation Kevin Lötscher (tout juste 19 ans) y est allé de son doublé alors que les Derek Cormier, Terry Yake et autres Anthony Iob ont distribué les bons points. Côté biennois, le doublé de Kirby Law fut insuffisant et la première titularisation du prestigieux Jiri Slegr, tout juste arrivé la veille, est attendue avec une certaine impatience...

16/03 Ligue Magnus : deux demi-finales très différentes

Après avoir eu sa saison perturbée par une blessure, le défenseur briançonnais Milan Tekel, Ménagé en quart de finale, voire en froid avec son entraîneur, a connu un début de demi-finale peu convaincant. C'est pourtant lui qui a fait passer les Diables Rouges devant ce soir avec son but en prolongation, à quatre contre trois grâce à une pénalité du meilleur espoir Sacha Treille.

Pendant que Briançonnais et Grenoblois resserrent les défenses (2-1), Rouennais et Morzinois continuent de faire le spectacle, ce qui ne fera pas du vainqueur de cette série le favori de la finale. Les Dragons ont fait parler la poudre à l'île Lacroix avec un triplé de Marc-André Thinel (7-5), mais leur hourra-hockey pourra-t-il masquer jusqu'au bout leur manque d'investissement défensif ?

17/03 République Tchèque : les favoris doivent s'employer

En apparence, tout s'est passé tranquillement dans les play-offs tchèques : les quatre équipes les mieux classées se sont qualifiées pour les demi-finales. Mais en pratique, les deux favoris du championnat Liberec et Pardubice ont dû attendre le septième match hier soir pour se qualifier.

Liberec a fait la différence dans le tiers-temps du dernier match contre Trinec grâce à un doublé de Vaclav Pletka. Dans le duel des gardiens champions du monde, Hnilicka a donc battu Cechmanek. Mais que ce fut dur... Trois fois, Liberec a pris l'avantage dans la série, et trois fois, Trinec est revenu. Et le fait de prendre la tête du duel n'était déjà pas simple Au match 1, Liberec s'en est sorti par un tir lointain Lukas Zib qui a profité d'un mauvais changement de ligne des visiteurs pendant la prolongation. Au match 3, les Tigres blancs ont réussi à gagner à l'extérieur sur un but de Tomas Klimenta à cinq minutes de la fin. Et au match 5, Liberec s'est fait encore plus peur pour garder la tête. Lubomir Korhon a en effet donné l'avantage à Trinec à l'avant-dernière minute... mais le défenseur Lukas Zib, le meilleur joueur de Liberec actuellement, a égalisé juste après ! Et c'est ensuite le capitaine Stanislav Prochazka, qui avait finalement échappé à la suspension après une faute au match précédent, qui a apporté la victoire en prolongation.

Pardubice semblait se diriger vers une qualification sans problème en menant 3-0 dans sa série... mais a bien failli voir resurgir les vieux spectres des play-offs ratés. Tout d'un coup, son adversaire Znojmo a retrouvé sa défense accrocheuse, et le gardien Jiri Trvaj n'a plus rien voulu savoir. S'il a fini par craquer au septième match (5-0), c'est parce qu'il s'est fait intensément pilonner (48 tirs !). Et comme toujours cette saison, le salut de Pardubice est venu de Petr Sýkora, auteur d'un triplé.

Les difficultés rencontrées par les favoris rendent la course au titre plus ouverte. Le champion sortant, le Sparta Prague, est prêt à remettre ça car il s'est rassuré dans son quart de finale. On présentait son gardien Tomas Duba comme son point faible, lui qui s'était exilé plus de cinq ans avant de pouvoir faire ses débuts au Sparta, son ancienne équipe junior. Le meilleur gardien du championnat du monde junior 2001 a prouvé le contraire : blanchissage au match 1, sauvetage miraculeux couché sur la glace à trois contre cinq au match 2, un total de 41 arrêts au match 3... Zlín a pu gagner une manche pour l'honneur, mais c'est tout.

Ceské Budejovice, pour sa part, confirme l'euphorie qui s'est emparée de la ville de Bohême du sud depuis plusieurs mois, en enchaînant les matches à guichets fermés dans sa patinoire de 6421 places. Son adversaire en quart de finale, le Slavia Prague, ne remplit certes pas la grande Sazka Arena, mais y assembler près de douze mille spectateurs n'est déjà pas si mal compte tenu des prix des billets souvent critiqués. Les Pragois avaient gagné leur séquence à domicile avec le match 3 et le match 4 (ce dernier sur un fabuleux revers en lucarne dos au but de Josef Beranek), mais ils se sont finalement inclinés dans leur salle au match 6.

17/03 Ligue Magnus : Morzine-Avoriaz attend son adversaire

Rouen, ratant de belles occasions et quelques cages ouvertes, a pris une leçon d'efficacité (2-5) face à des Morzinois qui ont montré ce qu'étaient des contre-attaques rondement menées ou des lancers précis. Tandis que Rouen termine sa saison sans le moindre trophée pour la première fois depuis six ans, le HCMA accède à la première finale de son histoire et écrit une page supplémentaire dans sa success story. Mais il devra attendre jusqu'à mardi le nom de son adversaire, car la série entre Briançon et Grenoble est serrée au possible entre deux équipes denses qui ne lâchent rien.

Les Brûleurs de Loups ont été menés 2-0 ce soir sur deux buts consécutifs en infériorité, mais ils ont réussi à égaliser peu après la mi-match sur deux buts coup sur coup de leurs centres Ludek Broz et Roger Jönsson, pour finalement s'imposer sur un but à dix minutes de la fin de Nicolas Antonoff (score final 2-4 après la dernière réalisation de Tartari en cage vide). Après avoir frôlé l'élimination, ils reprennent donc l'avantage de la glace pour la belle.

17/03 Division 1 : Tours en Ligue Magnus

Tant qu'à faire, la célébration de la remontée programmée de Tours en Ligue Magnus pouvait avoir plus de valeur si elle était obtenue après un match à forte adversité. C'est pourquoi les Diables noirs étaient motivés pour être champions dès ce soir en gagnant chez leur principal concurrent Gap, ce qu'ils ont fait dans un match serré (2-1). Les Tourangeaux sont matinaux puisque leurs supporters ont été conviés via le site du club à venir accueillir le bus de leur équipe demain à 9h30.

Un nul aurait en fin de compte suffi aux Tourangeaux, car le deuxième Neuilly-sur-Marne a fléchi à Valence (où Tours avait déjà perdu son seul point de 2007) en s'inclinant 6-4. Il conserve néanmoins sa place car Courbevoie a concédé le nul au Vésinet (4-4). Cela aurait pu permettre à Amnéville de revenir dans la course aux barrages, ce que les Lorrains n'ont fait qu'à moitié en arrachant le nul 4-4 à Montpellier sur un but à la dernière seconde de Marian Hanzel. Les Mosellans reste à un point derrière le trio Neuilly/Courbevoie/Gap.

Pour la relégation, Viry a perdu tout espoir puisque, après la bagarre contre Garges, son gardien Francis Larivée et son meilleur défenseur Yvan Kerneis ont été suspendus pour respectivement trois et quatre matches. Les Jets ont largement été battus à Limoges (7-2). Le match qui valait le plus cher ce soir était le derby du Val-d'Oise, et c'est l'entraîneur-joueur de Garges, Jaroslav Sikl, qui l'a retourné en mettant un triplé alors que son équipe était menée 0-2, pour une victoire finale 7-4. Rien n'est fini cependant. Avignon est le premier club à assurer mathématiquement son maintien après sa victoire 7-5 à Bordeaux.

17/03 Division 2 : Brest a un pied en finale

Brest a creusé la différence dès la demi-finale aller de D2 en prenant un avantage conséquent (9-4) qui sera difficile à remonter pour Reims qui n'a pas une attaque aussi efficace. Les Albatros ont fait la différence grâce à leur ligne de vétérans, et c'est peut-être l'expérience qui a être manqué aux Rémois ce soir. Dans l'autre demi-finale, Belfort a ramené un bon match nul de La Roche-sur-Yon (4-4), qu'il faudra confirmer à domicile.

En poule de relégation, l'ACBB, qui n'avait pas gagné un match cette année et qui semblait s'enfoncer sans cesse, a battu Cholet (6-4) et se donne un peu d'air en laissant Meudon (qui les devançait jusqu'ici à la différence de buts particulière) seul dernier.

18/03 Division 3 : Caen II qualifié

La journée d'hier soir a permis de clarifier beaucoup de choses en D3. La réserve de Caen a gagné 5-4 à Évry avec un doublé de Charles Geslain et un but décisif marqué à une minute de la fin de Jonathan Janil. Cela lui permet de se qualifier pour le tournoi final de division 3, alors que Cherbourg s'est une nouvelle fois fait couper l'herbe sous le pied. Dans la poule sud, Font-Romeu, battu 7-5 au match aller à Clermont-Ferrand, a pris sa revanche au match retour hier soir en gagnant 5-4. Les Auvergnats gardent la première place à la différence de buts particulière mais les Pyrénéens pourraient bien les accompagner au tournoi final en qualité de meilleurs deuxièmes. Pour faire toute la lumière sur la D3, il faudra cependant attendre samedi prochain, en particulier un explosif Mulhouse - Neuilly II où les Scorpions seront dans l'obligation de s'imposer.

18/03 Suède : la hiérarchie a prévalu

Après une fin de saison régulière trépidante, la hiérarchie a prévalu dans les quarts de finale d'Elitserien, mais à des degrés divers : deux séries qui se sont prolongées au septième match et deux séries qui ont été pliées en quatre matches secs. Mora, qui a accroché les play-offs par une superbe remontée, n'a ainsi rien pu faire face à l'impitoyable favori Färjestad.

Plus décevante, la prestation de Luleå, qu'aucun des trois premiers n'avait voulu choisir comme adversaire, et qui a pourtant bien vite plié les armes contre le quatrième de la saison régulière Linköping. Quand on a la plus mauvaise équipe en supériorité (0/18 !) et en infériorité (62%), il est difficile d'espérer quoi que ce soit en play-offs, surtout avec une faiblesse récurrente aux mises au jeu qui a coûté deux buts au match 2. Luleå a semblé souffrir de problèmes internes au vestiaire, comme un conflit larvé entre le Tchèque Chabada et le Slovaque Bartecko. L'autre joueur pointé du doigt est le nouvel international suédois Fredrik Hynning, dont la rumeur dit qu'il a signé un contrat à Timrå avant même la fin de saison, alors que c'est officiellement interdit. Il est vrai que certaines occasions en or ratées ont symbolisé l'impuissance offensive du LHF face au gardien slovaque Rastislav Stana en très grande forme. Mais la surprise à Linköping est venue de Patric Blomdahl, un joueur habituellement chargé de faire la police comme le montrent ses statistiques (0 buts, 1 assists, 106 minutes de pénalité). Et pourtant, Blomdahl a marqué cinq buts durant ce quart de finale !

A posteriori, HV71, deuxième au classement, peut se dire qu'il a misé sur le mauvais cheval. Le club de Jönköping s'était choisi Brynäs comme adversaire, à la fois pour éviter un long voyage dans le nord et parce que c'est une équipe qui lui réussit bien. Le problème est que Brynäs lui a fait très peur en menant 2 victoires à 1 dans la série. Mais avec le système suédois, l'équipe la mieux classée joue d'abord à l'extérieur, et son avantage se fait sentir en jouant les matches 4 et 5 à domicile. Elle a finalement joué de son avantage de la glace pour gagner dans la douleur au match 7, grâce à deux buts de suite de Jari Kauppila à moins de dix minutes de la fin.

L'avantage de la glace a bien moins joué dans le derby MODO-Timrå, puisque les deux matches de suite à Örnsköldsvik ont été tous deux gagnés par les visiteurs. Dos au mur, MODO a pourtant préservé sa qualification, d'abord en gagnant à Timrå grâce à deux buts et une assistance de l'inattendu Zdenek Blatny : l'ailier tchèque n'avait marqué que trois points depuis son arrivée d'AHL il y a deux mois. Ce soir, c'est en prolongation que Per Svartvadet a finalement libéré MODO, qui aime bien faire durer le suspense. Déjà, au match 3, c'est au début de la deuxième période supplémentaire de vingt minutes que le défenseur Tobias Enström avait libéré les siens.

Les deux qualifiés tranquilles - Färjestad et Linköping - vont maintenant s'affronter en demi-finale, de même que les deux qualifiés in extremis, HV71 et MODO.

En ce qui concerne la poule de promotion/relégation, les deux équipes d'Elitserien ont très bien commencé. Malmö n'a pas perdu un point, en s'appuyant sur le talent indéniable de la tête à claques Fedor Fedorov, alors que Skellefteå n'a concédé sa première défaite qu'au quatrième match. Par contre, Leksand n'a gagné qu'une fois en quatre journées et est mal placé pour l'instant..

18/03 Ligue Magnus : Anglet glisse vers la D1

Dans le duel des mal lotis, le troisième match a été bien maîtrisé hier par l'Hormadi. Julien Figved a retrouvé sa solidité et les Basques, qui avaient tôt pris un petit avantage, ont crucifié les Bourguignons sur deux breakaways en infériorité de Grenier et Larroque au deuxième tiers. En revanche, Dijon a réagi aujourd'hui en gagnant 5-1 avec des doublés de Kévin Dugas et Miroslav Kristin. Le duel a été plus que tendu puisque Kristin et Cantos ont été renvoyés aux vestiaires après une altercation, et surtout que Mickaël Wiart et William Mouly ont pris une pénalité de match lors d'une nouvelle échauffourée à quatre secondes de la fin. Jérôme Patard avait déjà eu sa licence retirée la veille après un mauvais geste. Si l'on ajoute à cela les blessés angloys et les lâcheurs dijonnais, les bancs vont être courts de part et d'autre au prochain match à Dijon, entre deux équipes qui auront décidément vécu une saison noire.

20/03 Ligue Magnus : Grenoble en finale

L'effectif le plus équilibré de la Ligue Magnus a donc finalement atteint la finale après deux cruels échecs consécutifs en demi-finale. Grenoble a fait valoir cette densité sur la durée dans cette série pour s'imposer dans cette demi-finale. Les Brûleurs de Loups ont bien maîtrisé le premier tiers-temps, avec un but de Baptiste Amar dès la première pénalité du match contre Royer. Mais en deuxième période, également en supériorité numérique, Mickaël Perez a dévié entre les jambières de Bronsard un tir de la bleue de Petr Kratky. On a senti un soudain regain d'énergie dans les contres briançonnais, et après un contournement de cage en vitesse de Dufour, son compère Sleigher a récupérer le palet face à la cage. L'avantage des visiteurs a duré une minute, le temps de deux pénalités contre Szélig et Terglav. Grenoble a fait le tourner la rondelle, et le deuxième slap de Jimmy Lindström a fait mouche. Une contribution d'autant plus précieuse que Lindström, sorti des lignes après le quatrième match, n'était presque plus aligné qu'en jeu de puissance. Et c'est encore Amar, élu joueur du match, qui a inscrit le but décisif, avec un tir détourné qui a lobé le petit gardien Christian Bronsard, bien malheureux sur ce coup-là (3-2). Morzine-Avoriaz recevra donc Grenoble pour les deux premiers matches de la finale vendredi et samedi.

21/03 Suisse : Bührer a dépassé Huet

Après trois matchs d'abstinence, Zoug est enfin parvenu à marquer devant le cuirassé bernois. Muets samedi dernier pour la troisième fois de suite (0-4), les Zougois ont dû attendre près de 211'25" pour tromper la vigilance de Marco Bührer (nouveau record en la matière lors des play-offs, le précédent étant détenu depuis huit ans par un certain Cristobal Huet). Cet honneur est revenu au Canado-Suisse Trevor Meier, avant que le centre tchèque Kamil Piros puis le Russe Oleg Petrov ne passent la dernière couche (3-1). Zoug s'octroie ainsi un petit sursis dans une série où Berne compte toujours deux victoires d'avance.

Sous l'impulsion du joker tchèque Zbynek Irgl (deux réalisations), de plus en plus insatiable, Davos s'est défait de Kloten lors de la troisième manche (4-3) avant de s'adjuger la quatrième reprise dans la banlieue zurichoise (6-3). Critiqué pour son rendement en dents de scie lors de ces playoffs, le Canadien Alexandre Daigle a retrouvé par deux fois le chemin des filets alors que la paire tchèque Irgl-Marha, de plus en plus complémentaire, a su agir au moment opportun pour renverser la tendance (les Flyers menaient 3-1 au deuxième tiers). Une démonstration de force rapprochant un peu plus le HCD de la finale, lui qui mène dorénavant 3-1 dans cette série...

Corrigé samedi en Emmental (2-9 avec un quadruplé de l'ex-Davosien Fabian Sutter), Bâle a rectifié le tir à la maison (4-0) lors du match 4 de la finale du tour de relégation. Et même proprement rendu la monnaie de leur pièce à des SCL Tigers étouffés devant un Daniel Manzato intraitable. Les renforts rhénans (un but pour le défenseur-offensif Martin Sevc, un pour son collègue Tomas Divisek et deux passes pour Hnat Domenichelli) furent de nouveau sous les feux de la rampe alors que Thomas Nüssli, longtemps blessé, a signé son retour d'un doublé. Voilà la série revenue à égalité (2-2).

L'avantage de la glace semble également être prépondérant dans la finale de LNB. Rossé dans le Haut-Valais lors de la deuxième manche (3-6), Bienne avait réagit en dominant Viège à la maison (5-2). Pour sa grande première sous le tricot seelandais, le joker de luxe Jiri Slegr y est allé de ses trois points. Invincible dans son antre de la Litterna-Halle, Viège semblait bien parti pour récidiver, menant 2-0 après huit minutes de jeu sur des buts du vétéran Terry Yake et du bouillant Anthony Iob. Mais voilà, Bienne a de la ressource et Kirby Law, le joker plus productif du moment, a encore frappé par trois fois. Finalement, c'est l'Américano-Suisse Thomas Rüfenacht, présent sur les deux premiers filets viégeois, qui scella l'issue de cette quatrième manche en mort-subite (6-5). Malgré tous ses renforts, Bienne n'a toujours pas gagné à Viège, qui vient, par cette victoire de récupérer l'avantage de la glace... La série demeure plus indécise que jamais (2-2).

23/03 Grenoble donne la leçon au premier match

Sept buts... Cela faisait deux mois que l'attaque de Grenoble n'avait pas marqué autant en un match, et il a fallu que cela se produise à la première manche de la finale. En fait, les Brûleurs de Loups ont réussi le coup parfait : ils ont fait le dos rond au premier tiers-temps, repliés sur leur gardien Eddy Ferhi, et c'est Martin Masa, leur buteur tchèque muet ces derniers temps, qui les a mis sur orbite en marquant à la treizième minute, sur leur deuxième supériorité numérique, et surtout sur ce qui n'était que leur deuxième tir cadré. Après avoir ouvert le score, tout a été plus facile pour les Isérois, qui ont défendu comme ils savent le faire et utilisé leurs jeux de puissance creuser le score. 1-7, c'est un score très lourd pour une finale, mais ça ne fait qu'une victoire à zéro et Morzine n'a sûrement pas l'intention de tomber deux fois dans le même panneau.

24/03 Deux Treille, un seul Rozenthal... et un Barin !

Il ne faut jamais dire jamais. Un an après sa retraite internationale, Stéphane Barin, le doyen de l'équipe de France, a été de nouveau sélectionné pour le prochain Mondial en Chine. Totalement absent des Bleus depuis plus d'un an, Nicolas Pousset fait également son retour : il bénéficie de la bonne saison de Morzine-Avoriaz et se console ainsi de sa mauvaise soirée d'hier. Ce n'est pas le jeune Quessandier qui a été sacrifié sur l'autel de l'expérience, mais c'est Simon Bachelet qui sort des titulaires.

En attaque, on se compte en famille. François Rozenthal est bien présent malgré sa saison manquée à Amiens, mais pas son jumeau Maurice, victime d'un choc contre la balustrade dans son élan après avoir marqué en play-offs. Par contre, on recense les deux frères Treille, y compris Sacha, encore junior et à peine arrivé chez les seniors il y a un mois. Antoine Lussier, devenu un visage familier depuis l'an dernier où il était encore l'inconnu dans la maison, n'est plus que remplaçant.

Gardiens : Fabrice Lhenry (Esbjerg, DAN, 75 sélections), Eddy Ferhi (Grenoble, 10 sélections).

Défenseurs : Baptiste Amar (Grenoble, 135 sélections, 7 buts), Vincent Bachet (Amiens, 148 sélections, 16 buts), Jean-François Bonnard (Grenoble), Nicolas Pousset (Morzine-Avoriaz, 82 sélections, 2 buts), Nicolas Besch (Rouen, 61 sélections, 2 buts), Benoît Quessandier (Rouen, 8 sélections), Stéphane Barin (Villard-de-Lans, 235 sélections, 36 buts).

Attaquants : Pierre-Édouard Bellemare (Leksand, SUE, 43 sélections, 10 buts), Sébastien Bordeleau (Berne, SUI, 12 sélections, 4 buts), Yorick Treille (Genève-Servette, SUI, 55 sélections, 13 buts), Laurent Meunier (Genève-Servette, SUI, 125 sélections, 26 buts), Kévin Hecquefeuille (Grenoble, 54 sélections, 12 buts), Jonathan Zwikel (Morzine-Avoriaz, 152 sélections, 28 buts), Julien Desrosiers (Rouen, 35 sélections, 20 buts), Olivier Coqueux (Esbjerg, DAN, 72 sélections, 13 buts), Laurent Gras (Amiens), Sacha Treille (Grenoble, 3 sélections), Luc Tardif jr (Villard-de-Lans, 30 sélections, 5 buts), Clément Masson (Chamonix, 16 sélections, 1 but), François Rozenthal (Amiens, 166 sélections, 57 buts).

Troisième gardien : Landry Macrez (Rouen, 2 sélections).

Remplaçants : Cristobal Huet (G, Montréal, NHL, 77 sélections), Cédric Dietrich (G, Gap, 0 sélection), Benjamin Dieude-Fauvel (D, Amiens, 10 sélections), Simon Bachelet (D, Grenoble, 72 sélections, 3 buts), Thomas Roussel (D, Amiens, 3 sélections), Teddy Trabichet (D, Grenoble, 0 sélection), Antoine Lussier (A, Sierre, SUI, 18 sélections, 1 but), Brice Chauvel (A, Amiens, 74 sélections, 5 buts), Maurice Rozenthal (A, Villard-de-Lans, 202 sélections, 62 buts), Damien Fleury (A, Villard-de-Lans, 10 sélections, 1 buts).

24/03 Division 1 : Courbevoie repasse deuxième

Neuilly-sur-Marne, en pleine lutte pour la place de barragiste, a été durement frappé par la déchirure musculaire dont a été victime son gardien Roman Svaty. La semaine dernière, c'est sa doublure Eddy Persico qui avait gardé les cages lors de la défaite à Valence. Finalement, les Nocéens ont pu trouver un remplaçant en utilisant la règle du joker médical, autorisé uniquement en cas de blessure d'un gardien. Ils ont ainsi engagé Jonathan Pelletier, récemment éliminé en demi-finale du championnat des Pays-Bas avec Amsterdam. En 2004, Pelletier avait participé au jeu de télé-réalité "Making the Cut" dont le vainqueur gagnait une place au camp d'entraînement des Chicago Blackhawks. Une situation un peu paradoxale pour Pelletier, puisque Chicago l'avait justement drafté en 1998, sans jamais le mettre sous contrat !

Pelletier a encaissé un but dès la quatrième minute contre Montpellier, il s'est repris par la suite mais l'attaque de Neully-sur-Marne a été moins performante que d'habitude (2-2). Comme les autres prétendants Amnéville et Gap se sont neutralisés (4-4), la soirée fait l'affaire de Courbevoie qui reprend la deuxième place après avoir gagné 3-2 à Valence grâce à un doublé de Jan Timko. Le problème pour le COC, c'est qu'il reçoit l'épouvantail Tours la semaine prochaine. Les Diables noirs paraissent cependant prenables, puisqu'ils ont concédé un étonnant match nul à domicile contre Le Vésinet (6-6). Le gardien tourangeau Arnaud Goetz a été en difficulté pour une de ses rares titularisations.

En poule de relégation, le retour de Francis Larivée - qui a vu sa suspension réduite en appel - dans les cages de Viry n'a pas empêché Bordeaux de ramener une victoire synonyme de maintien (5-2). Garges-lès-Gonesse aurait bien voulu en faire autant, mais a été battu (5-4) à Dunkerque, qui revient à un point, sur un but à vingt-quatre secondes de la fin de Benjamin N'Guyen. Limoges y croit encore après deux buts de Tomas Valko qui lui ont permis de ramener un nul 3-3 de Cergy.

24/03 Division 2 : Brest-Belfort en finale

Avec son avance de l'aller, Brest s'est aisément qualifié même en concédant en fin de match une défaite à Reims (3-2). Les Albatros rencontreront en finale une équipe qui leur avait infligé une sévère défaite au Rinkla Stadium en première phase : Belfort, vainqueur d'un duel serré contre La Roche-sur-Yon (3-2). Rappelons que le vainqueur de la finale sera promu en division 1 et que le perdant jouera un barrage contre le cinquième de la poule de maintien de D1.

25/03 Suisse : Davos et Berne en finale

Comme prévu, Berne et Davos ont rallié la grande finale de LNA. Tous deux en cinq manches, certes, mais assurément pas de la même manière. Les Bernois, monstres de solidité et de rigueur défensive, ont aussitôt rebondi après leur revers au match 4. Évidemment, Marco Bührer y est allé de son jeu blanc alors que l'ailier suédois Christian Berglund s'est mis au diapason de ses collègues étrangers en scorant par trois fois au début du derniers tiers-temps (4-0). La note est salée pour Zoug, qui n'a jamais pu trouver la moindre solution au casse-tête bernois et dût même son disputer son dernier match avec cinq défenseurs valides...

Là où Berne a misé sur une organisation sans faille, Davos a plutôt misé sur son cur et ses individualités pour venir à bout de Kloten (3-1). Le but du jeune Dino Wieser (18 ans et préféré à un vieux briscard comme Gian-Marco Crameri par le coach Arno Del Curto), en supériorité numérique, débloqua la situation en début de match avant que l'offensif Fabian Guignard ne rétablisse la parité à l'approche du tiers médian. Le Tchèque Petr Taticek offrit l'avantage aux Grisons en deuxième période avant que son compatriote Josef Marha ne scelle l'élimination des Kloten Flyers (3-1). Ceux-ci n'ont pas démérité et seront restés fidèles à leur étiquette de trouble-fête.

26/03 Suisse : Bienne champion de LNB

Ce fut dur mais Bienne a finalement réussi et validé la première partie de son contrat. Non sans une farouche résistance de Viège, essentiellement dans sa Litternahalle. C'est là-haut, dans leur fief du Haut-Valais, que les Viégeois furent les plus coriaces et accrochèrent leurs deux seules victoires sur l'ensemble de la série. Car Bienne, plus dense collectivement, a su faire la différence à domicile avant de classer l'affaire à Viège lors du sixième round dimanche soir. L'ailier québécois Alexandre Tremblay délivra Bienne en mort-subite (3-2) et fit mentir son entraîneur Kim Collins, qui l'avait précédemment "sacrifié" pour faire de la place aux nouveaux arrivants. Et parmi ceux-ci, le jugement est très contrasté. Si le gardien tchèque Marek Pinc, fantasque mais efficace, s'avéra être la bonne pioche attendue, Jiri Slegr fut franchement décevant. Hormis un premier match à trois points, le Tchèque, arrivé lors du match 3, parut emprunté, à court de forme, et se blessa après deux matchs. Son forfait profita, on l'a vu, au top-scoreur Alexandre Tremblay qui fut, à l'instar de Serge Aubin et d'un Kirby Law surprenant d'efficacité, l'un des piliers de la brigade offensive.

Programmé pour vaincre, Bienne fut donc poussé dans ses derniers retranchements pour mater la rébellion viégeoise, symbolisée par la jeunesse de Kevin Lötscher ou la forme du grand (1,93m) gardien Raffael Walter. L'expérience des Terry Yake, Derek Cormier et la roublardise du bouillant Anthony Iob (la presse romande avait fait de l'Italo-Canadien le principal concurrent "aux poings" de Slegr) tourmenta également le quotidien de Seelandais désormais lancés vers leur Graal : une accession en LNA via un barrage face à Langnau, battu en six manches par des Bâlois ressuscités.

Le derby cantonal promet beaucoup et les Langnau Tigers se souviendront sûrement du mauvais tour joué par Marek Pinc, alors pigiste à Fribourg-Gottéron, il y a quelques semaines.

26/03 Allemagne : Mannheim et Düsseldorf souverains

Mannheim et Düsseldorf sont plus que jamais favoris de la DEL. Ils sont déjà en demi-finales, par quatre victoires à une, alors que leurs adversaires souffrent encore. Düsseldorf, privé de trois de ses meilleurs joueurs (Vikingstad et Collins blessés, Brown suspendu) a même terminé sur un cinglant 6-1 contre une équipe de Hambourg qui a encore dégradé son image après une insulte raciste prononcée par son centre Marc Beaucage à l'encontre du défenseur du DEG Jean-Luc Grand-Pierre. Contagion de son entraîneur Bill Stewart, au centre d'une polémique semblable juste avant de quitter l'Autriche pour la ville hanséatique en novembre.

Quant à Mannheim, son grand rival Francfort lui a forcément mené la vie dure. Mais le tournant de la série a eu lieu dès le premier match. Les Adler étaient menés à domicile devant leurs treize mille supporters, mais Pascal Trépanier a égalisé à la dernière seconde, puis l'inlassable patineur Rico Fata a marqué le but mérité en prolongation. Dès lors, les Lions avaient laissé passer leur chance.

Une troisième série était partie pour être rapide : comme toujours, Nuremberg allait se faire sortir en quart de finale. Les Scorpions de Hanovre avaient remporté les deux premières manches... mais ils ont ensuite perdu les trois suivantes. Comme dans les fractales, cette configuration s'est répétée à plus petite échelle au match 4 et au match 5 : Nuremberg était mené 0-2 avant de gagner à chaque fois 3-2. Vendredi, c'est Jame Pollock, clairement dominé dans le "duel des artilleurs de la bleue" face à Sascha Goc au début de la série, qui a égalisé puis marqué le but vainqueur en prolongation. Hier soir, à l'issue d'un match que les deux entraîneurs ont qualifié de très bon hockey, il a même fallu aller en prolongation. Nuremberg croyait à la victoire, échappée à l'avant-denrière minute. Son équipe pouvait douter, mais Benoît Laporte n'a alors pas dérogé à la stratégie établie en saison régulière : jouer la mort subite avec trois attaquants et un défenseur. Cette prise de risque aurait-elle raison de la tactique défensive de Hans Zach ? La réponse s'est fait attendre durant un quart d'heure, mais elle a été positive : Brian Swanson a marqué le but vainqueur. Après sept éliminations consécutives en quarts de finale, Nuremberg veut croire que la malédiction est exorcisée.

Ingolstadt non plus n'est pas mort, après avoir exploité les pénalités adverses pour gagner 6-4 hier soir. Pourtant, le KEC croyait avoir fait le plus dur vendredi : une victoire 1-0 au bout de... 65 tirs sur Jimmy Waite, élu trois fois de suite gardien de l'année (dont une devant Huet) mais seulement troisième du vote cette saison. Ivan Ciernik, qui avait raté la cage ouverte sur la seule erreur de Waite au cours du match, avait pris sa revanche en marquant enfin le premier but de la soirée à la 76e minute de jeu.

26/03 Formule des prochains championnats

Sur proposition de la Commission Ligue Magnus, les décisions suivantes ont été entérinées par le Comité Directeur du 12 mars 2007 et présentées aux présidents de clubs lors de la réunion du 24 mars :

- Stabilité du nombre d'équipes engagées en Ligue Magnus sur les 3 prochaines saisons (14)

- Suppression des matchs nuls en saison régulière. Une séance de tirs aux buts départagera les équipes à égalité à l'issue de la prolongation.

- Suppression des barrages

D'autre part, le principe du plafonnement de la masse salariale a été maintenu avec des déplafonnements possibles pour les clubs formateurs.

Concernant la prochaine édition de la finale de la Coupe de France, une option a été posée auprès du Palais Omnisports Paris-Bercy pour le dimanche 17 février 2008.

27/03 Ligue Magnus : troisième match de la finale

Grenoble a décidé de prendre les choses en main dans la troisième manche de la finale de Ligue Magnus et a patiné fort d'entrée, poussant Morzine-Avoriaz à la faute. Cependant le HCMA a très bien tué trois pénalités et s'est ensuite procuré la meilleure occasion en 2 contre 1 quand Halttunen a raté la cage grande ouverte sur service de Pipa. Ce sont finalement les BDL qui ont ouvert le score, et la surprise vient de l'identité du buteur : Martin Millerioux s'est retrouvé en première ligne du fait de l'absence de Brad Woods, mal remis d'une charge de Pipa au match 2, et le défenseur de l'ombre a marqué d'un parfait tir du poignet en lucarne. Un deuxième but grenoblois a même été refusé à Hecquefeuille sur un rebond dans le slot, M. Bergamelli estimant que le premier lancer de Wallin avait ricoché sur le masque du gardien.

Les buts refusés s'équilibrent en deuxième période : Dan Welch feinte joliment Simon Bachelet et Evan Cheverie met le rebond au fond sur le revers, mais M. Bergamelli avait sifflé avant, alors que Ferhi n'avait en fait pas gelé le palet. Le même duo prend sa revanche un peu plus tard : Cheverie dévie un tir en angle fermé de Welch et égalise à 1-1. Le match est totalement relancé, et on assiste à une action complètement folle pendant une supériorité morzinoise : Drouin oublie le palet sur un slap, Grenoble lance un 3 contre 2 moyennement conclu par un tir rasant de Paquet, le jeu repart dans l'autre sens à 3 contre 2 et Millerioux revient chiper le palet par-derrière à Welch. En fin de tiers, Cheverie envoie un troisième palet dans les filets, logiquement invalidé puisqu'il tenait sa crosse nettement en l'air sur sa déviation.

Chacune des deux équipes aura eu son tiers-temps, et il reste vingt minutes pour les départager. Le match bascule sur une main de Welch qui saisit un poil trop longtemps le palet. L'arbitre le sanctionne pour retard de jeu. Ludek Broz marque en angle très fermé, parfaitement excentré par la passe de Baptiste Amar. Morzine-Avoriaz ne convertit pas la supériorité numérique qui lui est à son tour accordée, et se fait prendre ensuite à six sur la glace. Un surnombre fatal, puisqu'en fin de pénalité, Broz trouve la passe qu'il pourrait maintenant exécuter les yeux fermés, pour Martin Masa au second poteau. 3-1, score final, et rendez-vous demain pour la quatrième manche.

28/03 Ligue Magnus : Grenoble champion

Dans cette quatrième manche de la finale, M. Mendlowictz fait connaître rapidement les consignes au point par une série de pénalités de part et d'autre. Aussitôt que Grenoble se retrouve pour la première fois en supériorité numérique, à quatre contre trois, l'inévitable Ludek Broz est sur la glace. Le début de sa présence n'est pas fameux : il percute son compatriote Valcak, puis à la première entrée en zone offensive, fait tout de suite une mauvaise passe interceptée. Mais il se remet à l'ouvrage, prend place à la pointe et sert idéalement Kévin Hecquefeuille à côté de la cage. C'est le but grenoblois, le premier d'une longue série. Une passe complètement ratée de Johan Ohlsson dans le dos de son collègue rebondit contre la bande et arrive dans la crosse de Roger Jönsson qui ne se pose pas de question et allume la lucarne. C'est ensuite Jimmy Lindström qui récupère un palet en fond de zone et sert Masa dans le slot.

3-0 pour Grenoble, ce n'est pas le meilleur score pour avoir du spectacle. Les BDL abordent le deuxième tiers de façon très prudente, en ne prenant aucun risque, en préférant aller changer au banc que jouer un coup à fond. Tout de suite, un but malheureux assomme Morzine : la passe de derrière la cage de Paquet vers Masa est déviée contre son camp par Zwikel. En toute facilité, Grenoble gère son avance, et l'accentue même à 5-0 sur un 2 contre 1 du duo Jönsson/Lindström. Eddy Ferhi n'autorise aucun espoir à Morzine en ne laissant même pas de rebonds. Les visiteurs persévèrent quand même assez pour marquer juste avant la pause, en infériorité numérique, sur une reprise de l'enclave de Mathieu Mille.

Bien sûr, Morzine-Avoriaz avait déjà remonté trois buts en vingt minutes au match 2 et est capable de renverser les montagnes avec son cur. Bien sûr, les Grenoblois se disent qu'ils doivent restent vigilants, mais au-delà des mots et des pensées qu'on se sent obligés d'avoir, croient-ils vraiment à la réalité d'un retour morzinois ? Et pourtant... Niko Halttunen réduit vite l'écart après un bon travail en supériorité de Dan Welch. Et puis, c'est la surprise : la mitaine d'Eddy Ferhi rate la trajectoire d'un tir du poignet d'Immonen. Plus que 5-3, et Gérald Guennelon demande aussitôt un temps mort, ce qu'on lui avait reproché de ne pas avoir fait dans la même situation à Morzine. Les deux buts d'avance restant ne fond plus qu'un à moins de cinq minutes de la fin quand Evan Cheverie dévie un palet entre les jambières de Ferhi. Mais ce sera tout. La peur au ventre, les Grenoblois soufflent de cette victoire dans la douleur face à des Morzinois qui ont gagné le "trophée du panache".

La Coupe Magnus, l'officielle, est bel et bien pour Grenoble, club patient logiquement parvenu à cette consécration avec l'effectif le plus équilibré du championnat. Mais le trophée n'aura pas tenu très longtemps, cédant sous le poids du président Blache dans les vestiaires. Déjà un peu plié ces dernières années, le voilà cassé. Cela fait une coupe à réparer... En profitera-t-on pour corriger le palmarès ?

29/03 Benoît Laporte roi de la prolongation

Après six échecs de suite, Nuremberg a finalement franchi le mur des quarts de finale. Le défenseur offensif Jame Pollock a encore frappé, en permettant à son équipe de mener 2-0 à Hanovre devant une faible coulisse de 4200 personnes. Mais les hommes de Hans Zach ont prouvé que, menés au score, ils pouvaient mettre l'adversaire sous pression et provoquer des erreurs. Ils ont ainsi égalisé à 2-2. Mais la mort subite a encore été favorable à Nuremberg, avec comme au match précédent un but vainqueur de Brian Swanson. Le centre originaire de l'Alaska avait été conservé dans l'effectif cette saison alors que la majorité des supporters souhaitait son départ, et il se montre de plus en plus digne de la confiance du staff.

C'est surtout le bilan en prolongation de l'équipe de Benoît Laporte qui épate : elle en est à cinq victoires pour une défaite, et même 8 contre 1 en incluant les tirs au but. Düsseldorf est prévenu pour la demi-finale. Le DEG part favori face à une équipe qui risque de décompresser après cette qualification tant attendue, mais il est privé de son leader offensif Tore Vikingstad, le centre norvégien blessé au bras. Ses habituels ailiers allemands Kreutzer et Kathan traversent une crise de confiance offensive, et c'est la troisième ligne qui a qualifié Düsseldorf.

Cologne a bouclé sans trop de mal son quart de finale contre Ingolstadt, avec une victoire 5-1. Doug Mason, l'entraîneur du KEC, a clos cette série en rendant hommage à son collègue Ron Kennedy, qui a combattu un cancer pour revenir sur le banc d'Ingolstadt pendant ces play-offs. On aura donc droit en demi-finale au grand classique Cologne-Mannheim. Pour cette revanche de la finale de la coupe, face à un effectif impressionnant de profondeur, le KEC pourra compter sur une ligne actuellement en grande forme : celle menée par le Suédois Daniel Rudslätt, qui a prouvé aux sceptiques qu'il pouvait avoir la même influence sur le jeu en play-offs, avec les ailiers Dave McLlwain et Ivan Ciernik.

29/03 République Tchèque : le champion des champions

Ce sont les deux derniers champions, Pardubice et le Sparta Prague, qui se retrouveront en finale tchèque : une vraie affiche qui promet une chaude ambiance, et en quelque sorte un retour à l'ordre établi après plusieurs saisons riches en surprises. L'unique bouleversement de la hiérarchie, c'est le Sparta qui l'a réalisé en sortant le solide vainqueur de la saison régulière, Liberec. Les tigres blancs avaient pourtant ouvert leur demi-finale par une victoire, mais ils ont touché trois poteaux au match 2, et ils n'ont plus été les mêmes après cette défaite à domicile. Peu à peu la malchance s'est transformée en nervosité, en peur de perdre, en relances fébriles, en indiscipline et en jeux de puissance sans solutions. On disait que le Sparta retomberait sur terre en play-offs, que sa défense était faible et ses gardiens instables... Et pourtant, le tenant du titre est bien en finale. Et il le doit surtout à Jaroslav Hlinka, impérial dans cette série avec trois buts et cinq assistances. (retrouvez des résumés vidéo des demi-finales sur ce site)

30/03 Suisse : Berne, quand la défense va

Si l'indécision flottait avant la première mise au jeu, Davos a clairement démontré au SCB que le choc frontal attendu aura bien lieu. La première manche donna raison aux Grisons, plus résistants défensivement et assurément plus réalistes (3-2). Habituellement discret en saison régulière, le centre tchèque Josef Marha a confirmé son étiquette d'homme des grands rendez-vous en marquant deux jolis buts sur contre-attaque, dont un en désavantage numérique. Reto von Arx, également sur une échappée, passa la dernière couche (3-2).

Une bonne piqûre de rappel pour des Bernois qui remirent les pendules à l'heure au deuxième round. Un 4-0 sonnant et trébuchant dans une BernArena pleine aux as (près de 17 000 personnes) et confirmée dans la semaine comme patinoire majeure des futurs mondiaux 2009. En haussant le ton comme il savent si bien le faire dans leur antre, les joueurs de la capitale fédérale ont proprement rendu la monnaie de leur pièce aux Grisons, excessivement nerveux et qui perdirent coup sur coup leur prolifique buteur tchèque Zbynek Irgl (blessé) et le top-scoreur Alexandre Daigle, sorti en troisième période pour des problèmes d'ordre cardiaques. Cela fait presque un mois que Berne et Marco Bührer, blanchi pour la cinquième fois depuis le début des séries éliminatoires, sont invaincus chez eux...

Pour le premier volet du barrage de promotion/relégation, Bienne, récent champion de LNB, s'est cassé les dents face à Langnau Tigers opportunistes et réactifs. il pour il et dent pour dent, les Emmentalois ont su contenir les assauts biennois pour faire la différence en deux minutes, juste après l'égalisation du Canadien Kirby Law. Malgré le succès (4-1) du pensionnaire de LNA, ce derby bernois est sans doutes loin d'être terminé.

31/03 Division 1 : Gap pour finir ?

La bataille à rebondissements pour la deuxième place, celle qui donnera le droit d'affronter Dijon en barrages, aboutira-t-elle en fin de compte à la consécration du favori initial Gap ? C'est la tendance qui se dessine après l'avant-dernière journée. Courbevoie, qui occupait la deuxième position, a en effet été une nouvelle fois réduit à l'impuissance par Tours (0-5). C'est ce qu'attendaient Gap et Neuilly-sur-Marne, dans leur confrontation directe. Les Gapençais se sont imposés 3-1, après un dernier but en cage vide de Romain Moussier, et ils sont maintenant idéalement placés. Ils évolueront à domicile lors de la dernière journée. Leur adversaire, Valence, ne sera pas à sous-estimer, car il a créé plus d'une surprise et vient encore de ramener une victoire 5-3 de Montpellier.

Le blanchissage de Francis Gourdeau (2-0 contre Avignon) a permis à Garges-lès-Gonesse d'être la dernière équipe à décrocher son maintien direct en division 1. Le seul espoir pour les suivants, c'est donc la place de barragiste. Et c'est Limoges qui l'a reprise en battant 7-3 le concurrent direct Dunkerque, dans un match marqué par un triplé de Tomas Valko et la mise à l'écart du gardien visiteur Julien Peyre. Les Nordistes, qui recevront Viry la semaine prochaine, devront donc espérer un faux-pas de Limoges en Avignon pour repasser devant.

 

 

Le mois précédent (février 2007)

Le mois suivant (avril 2007)