Mai 2007

 

06/05 "Sauvés" des surprises

La journée a été donc marquée par un retour à l'ordre, aux championnats du monde. Les sept grands et le huitième bien installé, la Suisse, seront en quarts de finale. Le Bélarus a pourtant joué sa chance : il a tenu en échec les Slovaques, et comme il était obligé de gagner dans le temps réglementaire pour préserver ses espoirs, il a sorti son gardien à une minute de la fin. Il a donc encaissé un but en cage vide et reste à zéro, mais avec un point "moral".

Il ne restait donc plus qu'un invité-surprise potentiel, l'Allemagne, suspendue à la performance des Tchèques. Dos au mur, ceux-ci ont fait la course en tête face à un Canada accrocheur mais se sont fait peur jusqu'au bout pour arracher le nul 3-3 qui les qualifiait d'extrême justesse. La prolongation avait dès lors si peu d'importance pour la République Tchèque qu'elle y faisait rentrer son second gardien Pinc, battu après vingt-trois secondes par Eric Staal. L'essentiel, c'est qu'elle soit entrée en quart de finale... par la toute petite porte. Quatrième de poule, elle affrontera le gagnant de Suède-Russie demain (qui se jouera sans Aleksandr Ovechkin suspendu un match pour une charge dangereuse). Le perdant jouera contre les Slovaques. Il y a aura moins de calcul de l'autre côté : le vainqueur de Canada-États-Unis jouera contre la Suisse, et le battu contre la Finlande.

10/05 Accord transatlantique

L'IIHF a officiellement lancé la compétition désirée depuis longtemps entre le champion d'Europe et le représentant de la NHL. Elle s'appellera la Coupe "Victoria", en référence à la patinoire de Montréal où a eu lieu le premier match de hockey sur glace de l'histoire, et débutera en septembre 2008. Elle opposera deux clubs européens sélectionnés après la Coupe des Champions à une équipe nord-américaine. La NHL n'a pas voulu s'engager à ce que ce soit le vainqueur de la Coupe Stanley qui y participe forcément, même si la fédération internationale souhaite que ce soit le cas à partir de 2009. Pour l'année 2008, année du centenaire de la LIHG (ancêtre de l'IIHF), René Fasel a une idée en tête : il aimerait que ce soient les légendaires Canadiens de Montréal qui inaugurent la compétition.

Parallèlement, le nouvel accord IIHF/NHL a été ratifié pour une durée de quatre ans supplémentaires. La Russie n'a cependant toujours pas signé ce système qui accorde selon elle des compensations dérisoires pour les transferts des meilleurs joueurs. Les autres pays européens refusent quant à eux des indemnités progressives selon la valeur du joueur : ils se résignent au départ des meilleurs et estiment plutôt qu'un forfait unique évitera que les équipes de NHL viennent prendre plus de joueurs que nécessaire pour ensuite le reverser en ligue mineure. Le président de la fédération russe Vladislav Tretiak promet que bientôt la loi russe ne permettra plus aux hockeyeurs de sortir de leurs contrats avec un préavis de quinze jours, mais cela fait deux ans que cette modification législative est annoncée sans jamais voir le jour.

10/05 La Russie perd Morozov

Deux nouvelles concernant l'équipe russe aujourd'hui. Premièrement, Evgeni Nabokov, le gardien de San José, ne viendra finalement pas (raisons familiales), ce qui simplifie un peu les choses car il aurait été compliqué d'écarter Eremenko avec son blanchissage en quart de finale et les meilleures stats du tournoi. Deuxièmement, et c'est plus embêtant, Aleksei Morozov est forfait. Il avait manqué une partie de la deuxième période hier, et sa blessure au ménisque s'avère plus grave que prévu. Il sera opéré mercredi prochain. C'est sûr, ça simplifie là encore le casse-tête de Bykov : il a juste à faire monter Ovechkin sur la ligne de Kazan et à laisser ainsi la place qu'il occupait sur une ligne plus défensive au joker spécialiste Brylin. Mais il n'est pas dit que l'individualité Ovechkin s'intègre à cette ligne collective rodée, et c'est ni plus ni moins que le meilleur marqueur du championnat du monde que la Russie vient de perdre. Aleksei Morozov venait de battre le record de points pour un joueur russe dans une compétition internationale depuis l'éclatement de l'ex-URSS.

11/05 Les divisions mondiales l'an prochain

La Finlande, qui a accueilli son dernier Mondial en 2003, a pourtant eu le dessus sur la Suède, qui l'a eu en 2002, pour l'organisation des championnats du monde 2012, par 64 voix contre 35. L'autre pays encore candidat, la Hongrie, a retiré sa candidature le matin. Il est sans doute trop tôt pour ce pays qui n'est encore jamais monté en élite et qui va affronter un creux de générations avant de bénéficier sans doute plus tard des nombreuses constructions actuelles de patinoires. Rappelons la chronologie des prochains Mondiaux : Canada 2008, Suisse 2009, Allemagne 2010, Slovaquie 2011, Finlande 2012.

Voici les groupes mondiaux pour l'an prochain, où les Hongrois pourront peut-être essayer de réussir la première promotion de leur histoire.

Division I, groupe A (à Innsbruck, AUT) : Autriche, Pologne, Kazakhstan, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Corée du sud.

Division I, groupe B (à Sapporo, JAP) : Ukraine, Hongrie, Japon, Estonie, Lituanie, Croatie.

Division II, groupe A (à Brasov et Miercurea Ciuc, ROU) : Roumanie, Belgique, Espagne, Islande, Bulgarie, Irlande.

Division II, groupe B (à Newcastle, AUS) : Chine, Australie, Israël, Serbie, Mexique, Nouvelle-Zélande.

Division III (à Luxembourg, LUX) : Turquie, Corée du nord, Luxembourg, Afrique du sud, X. (L'Arménie a été exclue deux ans après son nouveau forfait cette année pour histoire de visas, un nouveau pays pourrait faire son entrée.)

En ce qui concerne les féminines, l'équipe de France se rendra en Lettonie pour la division I mondiale. En revanche, aucun volontaire ne s'est manifesté pour organiser la division II ou la division III.

Chez les moins de 20 ans, l'hégémonie nord-américaine risque d'être plus en plus prédominante. Faute d'autre candidat pour 2010, les Mondiaux juniors se dérouleront au Canada, déjà organisateur en 2009. Après ces deux années de suite dans le même pays, ils iront ensuite aux États-Unis en 2011... puis retourneront au Canada 2012. S'il est clair que l'évènement a plus de succès sur ce continent-là, le risque est de rentrer dans un cercle vicieux qui n'aidera pas à populariser ce tournoi en Europe et rendra encore compliqué son retour dans de bonnes conditions, même s'il y aura toujours les Tchèques chez qui les compétitions juniors ont une bonne couverture médiatique. Voici les groupes pour l'an prochain :

Mondial 20 ans (à Pardubice et Liberec, TCH) : Canada, Russie, États-Unis, Suède, République Tchèque, Slovaquie, Suisse, Finlande, Danemark, Kazakhstan.

Division I, groupe A (en Allemagne) : Allemagne, Autriche, Ukraine, Pologne, Norvège, Lituanie.

Division I, groupe B (à Riga, LET) : Bélarus, Lettonie, Grande-Bretagne, France, Slovénie, Hongrie.

Division II, groupe A (à Asiago et Canazei, ITA) : Italie, Roumanie, Japon, Corée du sud, Islande, Belgique.

Division II, groupe B (à Tallinn, EST) : Estonie, Pays-Bas, Croatie, Espagne, Mexique, Chine.

Division III (à Belgrade, SER) : Serbie, Australie, Nouvelle-Zélande, Arménie, Turquie, Bulgarie.

Chez les moins de 18 ans, pas de passe-droit pour les Tchèques qui croiseront bien les Lituaniens du côté de la Pologne, pendant que la France accueillera un groupe assez exotique à Lyon.

Mondial 18 ans (à Kazan, RUS) : Russie, États-Unis, Suède, Canada, Slovaquie, Suisse, Finlande, Allemagne, Danemark, Belarus.

Division I, groupe A (en Pologne) : République Tchèque, Slovénie, Kazakhstan, Pologne, Ukraine, Lituanie.

Division I, groupe B (à Riga, LET) : Lettonie, Japon, Norvège, Italie, Autriche, Pays-Bas.

Division II, groupe A (à Lyon, FRA) : France, Corée du sud, Croatie, Belgique, Australie, Chine.

Division II, groupe B (à Tallinn, EST) : Grande-Bretagne, Hongrie, Estonie, Roumanie, Israël, Espagne.

Division III (à Mexico, MEX) : Serbie, Mexique, Islande, Nouvelle-Zélande, Afrique du sud, vainqueur de la qualification Turquie-Bulgarie.

12/05 Équipe-type de division 1

Comme l'an passé, Hockey Archives a interrogé les entraîneurs de division 1 pour constituer l'équipe-type de la saison. Et il y a un nom que tout le monde a cité. Même ceux qui ne l'ont pas croisé directement n'ont pas omis pour autant : Jiri Rambousek, joueur déjà dominant techniquement en Ligue Magnus, l'est évidement tout autant au niveau inférieur, et le Tchèque de Gap occupe donc une place incontestée à l'aile gauche.

Un autre joueur a presque récolté l'unanimité, il s'agit de Dominic Perna, la petite merveille canadienne des Diables Noirs de Tours. Et comme Bob Millette l'a utilisé à l'aile droite, il ne restait plus de place dans l'équipe-type pour les autres ailiers, comme l'éternel Zambori par exemple. Par contre, la concurrence était moins vive au centre, ce qui a profité à un joueur connu en D1 depuis de longues années : Jan Timko, l'attaquant de Courbevoie, plus constant cette année dans ses performances que son habituel complice Sarnovsky.

En défense, les voix étaient plus dispersées, mais c'est toujours Karl Dewolf qui arrive en tête. L'entraîneur-joueur-coach-aboyeur de Dunkerque est une figure incontournable, en dépit de la relégation de Dunkerque. Et celui qui est finalement élu à ses côtés illustre l'avènement d'une nouvelle force défensive. Bien sûr, c'est Tours qui avait de loin les meilleures lignes arrières collectivement, mais aucune individualité ne s'en est dégagée plus qu'une autre. En revanche, si Neuilly-sur-Marne a terminé deuxième meilleure défense de la division, position inhabituelle pour les Bisons, la recrue canadienne Christian Gagnon y est certainement pour quelque chose.

Devant les filets, c'est pour la seconde année consécutive un Français qui est élu. Après l'Annecien Bossier, c'est cette année Jérémy Valentin qui a constitué la bonne surprise de la saison, contribuant à la très belle sixième place finale de l'inattendue équipe de Valence. Le gardien formé à Grenoble (une référence, non ?) devance Girouard (Tours) et Svaty (Neuilly) pour prendre place dans les cages.

L'équipe-type de D1 2006/07 : Jérémy Valentin (Valence) ; Christian Gagnon (Neuilly-sur-Marne) - Karl Dewolf (Dunkerque) ; Jiri Rambousek (Gap) - Jan Timko (Courbevoie) - Dominic Perna (Tours).

13/05 Le groupe de la France en 2008

L'IIHF avait envisagé la semaine dernière de procéder à un tirage au sort entre quatre chapeaux pour définir les groupes du championnat du monde en 2008. Mais plusieurs pays ont protesté devant ce changement de règlement non annoncé, et elle donc revenue à ce qui était prévu à l'origine, à savoir une distribution des équipes en fonction du classement IIHF. Ce qui signifie que la France, qui est évidemment le moins bien classé des seize participants, rencontrera la Suède, qui reste n1 mondiale grâce à son doublé de 2006 malgré son échec cette année, la Suisse, n8, et le Bélarus, n9. Des adversaires difficiles qui laissent peu d'espoir d'éviter la poule de maintien, où les Bleus pourraient retrouver des équipes plus à leur portée.

La France serait donc placée dans le groupe A, normalement programmé à Québec, ce qui est le souhait des joueurs et de l'encadrement. Cependant, le classement place le Canada dans un groupe de Halifax, alors que le lieu principal des Mondiaux est censé être Québec. Il reste donc à voir si des changements ne risquent pas d'intervenir.

Groupe A : Suède, Suisse, Bélarus, France.

Groupe B : Canada, États-Unis, Lettonie, Slovénie

Groupe C : Finlande, Slovaquie, Allemagne, Norvège.

Groupe D : République Tchèque, Russie, Danemark, Italie.

15/05 Championnat de Slovaquie élargi

L'Extraliga slovaque sera élargie à douze équipes l'an prochain. En plus du promu Kezmarok, la sélection nationale des moins de 20 ans, qui s'entraînera et jouera à la base de Puchov, sera intégrée au championnat. Cette initiative de la fédération fait suite à la prestation désastreuse des jeunes Slovaques qui ont échappé de justesse à la relégation aux derniers Mondiaux juniors en janvier. Elle a pour but de ramener au pays tous ces jeunes espoirs qui partent pour des promesses d'avenir meilleur dans les ligues juniors canadiennes voire tchèques, et des négociations sont déjà entamées avec eux.

16/05 Matches caritatifs avec Huet

L'association "Puck & Match" et le "Club France" organisent trois matchs caritatifs dont les bénéfices iront à l'unité 781 de l'Inserm dirigé par le Pr Arnold Munnich. Travaillant sur les maladies génétiques, les axes de recherche de cette unité sont notamment les malformations congénitales, les retards mentaux, les maladies mitochondriales, etc.

Le principe de ces matchs est simple. Une équipe composée d'internationaux français avec comme "fer de lance" Cristobal Huet (1er gardien des Canadiens de Montréal, seul français évoluant en NHL et sélectionné au dernier All Star Game) sera opposée à une sélection régionale constituée de joueurs de haut niveau formés et/ou évoluant localement.

Le planning des rencontres est le suivant :

Asnières-sur-Seine, le mercredi 23 mai 2007 à 20h30

Rouen, le vendredi 25 mai 2007 à 19h30

Amiens, le samedi 26 mai 2007 à 20h00

Pour le premier match à Asnières, plusieurs internationaux français et non des moindres ont déjà donné leur accord : Jonathan Zwikel (Morzine), Fabrice Lhenry (Esbjerg - DAN), François Rozenthal (Amiens), Maurice Rozenthal (Villard-de-Lans), Julian Marcos (Amiens), Elie Marcos (Amiens), Brice Chauvel (Amiens), Anthony Mortas (Amiens), Julien Desrosiers (Rouen) etc.

Pour ne pas être en reste, l'Ile-de-France pourra compter sur des joueurs tels que Aram Kevorkian (Chamonix), Frédérick Brodin (Caen), Michaël Brodin (Caen), Quentin Pépy (Caen), Loïc Sadoun* (Amiens), Yven Sadoun* (Chamonix), Stephen Dugas (Dijon), Franck Constantin (Epinal), tous formés dans des clubs franciliens et évoluant actuellement en Ligue Magnus. Les billets peuvent être réservés sur le site www.ahclub.info et retirés le soir du match. Le tarif unique a été fixé à 5 euros.

* à confirmer

 

 

Le mois précédent (avril 2007)

Le mois suivant (juin 2007)