Mars 2000

 

Reims remporte le duel au sommet

Le match décalé (et oui, ça y est, la première journée du championnat est enfin terminée !) entre les deux premiers du championnat s'est soldé par une large victoire des Rémois (7-3) aux dépens de Caen. Reims prend ainsi une bonne option sur la première place de la saison régulière.

Dissensions à Amiens

Lors de son arrivée à la présidence d'Amiens, Hervé Petit avait découvert que quatorze joueurs possédaient un contrat à durée indéterminée et s'était résolu à les transformer en contrats à durée déterminée. Dans le même temps, il a ainsi annoncé à Laurent Lecomte et Christophe Moyon qu'ils ne seraient plus dans l'équipe la saison prochaine, tandis que les cas de Pierre Pousse et Olivier Duclos restent en suspens. Il en a légalement le droit compte tenu du dépôt de bilan du club et de la loi sur les licenciements économiques, mais cela crée des remous au sein du club, où Pierre Pousse a abandonné la charge de capitaine. Hervé Petit réunira tous ses joueurs lundi 6 mars. Pendant ce temps, Amiens a gagné à Chamonix (4-1) en match avancé de la trente-quatrième journée.

Reims s'assure de la première place

Compte-rendu de match : Caen - Anglet (4 mars 2000).

Grâce à sa large victoire sur Lyon (7-2), Reims est maintenant assuré de terminer de nouveau premier de la saison régulière en raison de la défaite de Caen. Viry a vécu un calvaire à Rouen avec deux lignes, un Ménard écuré puis remplacé en cours de match, et un score final de 16-3. Qui dit mieux ? Angers ! Les Ducs ont encaissé un sévère 16-0 à Milan. Pour certains, il est temps que la saison régulière se termine.

Nationale 1 : Brest confirme

En écartant un de ses plus dangereux adversaires, Mulhouse, sur le score de 7-4 grâce à quatre buts dans la dernière période, Brest a pris une grande option sur la première place.

Compte-rendu de match : Villard - Dunkerque (4 mars 2000).

Caen avec brio

Compte-rendu de match : Caen - Reims (7 mars 2000).

Rouen a été battu en prolongation à Amiens (2-1), tandis que Chamonix arrachait un nul à Anglet (5-5) et qu'Angers s'imposait à Viry (6-0). En tournoi franco-italien, Milan a battu Lyon 9-1.

Caen bisse

Pour sa deuxième rencontre contre Reims en deux jours, cette fois pour le compte des demi-finales de la Coupe de France, Caen s'est de nouveau imposé (2-0). La finale Rouen - Caen se déroulera à la patinoire de Boulogne-Billancourt.

Suède : Djurgården vire en tête

Malgré une victoire pour l'honneur sur la glace de Djurgården lors de la dernière journée, jouée le 7 mars, Brynäs doit laisser la première place au club de Stockholm. Le club de Gävle n'a pas à s'interroger trop longtemps sur ce qui lui a manqué, c'est un manque de réussite dans les rencontres serrées : une seule victoire en sept matches qui sont allés en prolongation ou aux tirs au but, c'est bien trop peu, et pas forcément encourageant avant les play-offs quant à la capacité des joueurs à gérer la pression. Le MoDo des jumeaux Sedin, qui impressionnait en début de saison tant en championnat qu'en EHL, et qui faisait alors figure de meilleur club d'Europe, a en fin de compte dégringolé jusqu'à la sixième place. Battu aux tirs au but à Västerås lors de la dernière journée, l'AIK ne parvient pas à reprendre la dernière place en play-offs à l'HV 71 Jönköping, qui remporta pour sa part sa séance de penaltys après s'être fait remonter de 5-1 à 5-5 durant le temps réglementaire. La tension fut trop forte pour le président de l'HV 71, qui s'évanouit lorsque fut marqué le tir au but vainqueur. Résultats complets.

Italie : Asiago seul au monde

En l'absence de Milan, le championnat italien est dominé de la tête et des épaules par Asiago, qui n'a connu qu'une seule défaite : c'était lors de la deuxième journée, à Vipiteno. Depuis, et jusqu'à la première manche des quarts de finale contre Valpellice (remportée 8-2), Asiago a aligné 35 victoires consécutives en championnat, dont deux ont toutefois dû être obtenues en prolongation. Le record de 1992 des Devils de Milan, l'ex-équipe de Berlusconi (34 victoires consécutives) a été battu. La série d'Asiago est toujours en cours, et on se demande si une équipe pourra y mettre un terme d'ici la fin des play-offs.

Brest s'impose à Dunkerque

Brest a remporté son match en retard à Dunkerque (2-1), qui avait été reporté pour cause de coupure de courant. Les Albatros ont quasiment assuré leur première position, tandis que Dunkerque devra cravacher jusqu'au bout pour se qualifier en demi-finales. Compte-rendu du match.

Dernière journée de l'Élite

Compte-rendu de match : Angers - Amiens (11 mars 2000).

Caen a conservé sa deuxième place en gagnant 4-1 à Chamonix, devançant Rouen, vainqueur 6-3 d'Anglet, son adversaire en quarts de finale. Viry finit la saison par un nul 3-3 à Lyon. En tournoi franco-italien, Reims et Milan se séparent sur un score de parité (4-4).

Pronostics pour les quarts de finale :

Reims 95 % - Chamonix 5 %.

Caen 90 % - Lyon 10 %.

Rouen 80 % - Anglet 20 %.

Amiens 60 % - Angers 40 %.

Tournoi franco-italien : les qualifiés

Après la déroute (dont on n'ose penser qu'elle soit volontaire) d'Amiens à Angers, c'est Rouen qui prend la dernière place qualificative pour la finale du tournoi franco-italien. Celle-ci opposera Milan, Reims, Caen et Rouen du 17 au 19 mars 2000 à Milan.

Nationale 1 : la bonne affaire d'Épinal

Épinal s'est idéalement placé dans la course aux demi-finales en s'imposant 4-3 à Dunkerque. Du coup, Épinal et Villard, qui a obtenu le nul 2-2 à Mulhouse, comptent quatre points d'avance sur Briançon (battu 5-3 à Brest) et Mulhouse. Avec deux points de moins que ce duo, on retrouve Dunkerque, que cette défaite à domicile a placé dans une situation très difficile. Dans le match des mal classés, Saint-Gervais a pris sa revanche sur Clermont (3-2).

Fin de la saison régulière en Allemagne...

La saison régulière de la DEL s'est terminée dimanche 12 mars. Les huit qualifiés pour les quarts de finale sont connus depuis quelque temps, puisque Francfort, dernier club encore dans l'incertitude, a fini la saison avec huit victoires dans le temps réglementaire en onze matches, et a même pris la septième place à Augsbourg lors de la dernière journée. Les quarts de finale seront donc Cologne - Augsbourg, Munich - Francfort, Krefeld - Berlin Capitals et Kassel - Mannheim, et se joueront au meilleur des cinq manches. Les résultats complets de la saison.

... et en République Tchèque

En même temps que la France et l'Allemagne, la République Tchèque connaissait sa dernière journée de championnat. Après des années de domination de Vsetín, c'est le Sparta Prague, finaliste de l'EHL, qui reprend le flambeau en écrasant la saison régulière avec onze points d'avance sur Zlín. Le classement.

Suède : Djurgården piégé

La première manche des quarts de finale a réservé une bien mauvaise surprise à Djurgården, le vainqueur de la saison régulière, battu à domicile par Färjestad. Elle a peut-être également sonné le réveil de MoDo, vainqueur 3-2 à Västrä Frølunda.

Caen remporte la Coupe de France

Dans une patinoire de Boulogne-Billancourt remplie aux couleurs normandes, Caen a rapidement pris le dessus pour s'imposer 4-1 face aux Rouennais. On regrettera le comportement d'une petite frange des supporters des Dragons (les Black Dragons) qui se sont distingués par des insultes et des lancers de canettes sur la glace, attitude qu'on espère ne plus revoir sur les patinoires françaises. Cela n'a pas empêché Caen d'étoffer son palmarès avec cette Coupe de France qui le qualifie pour la Coupe Continentale, si celle-ci existe encore l'an prochain, tant le flou artistique continue malheureusement de régner à l'IIHF.

Tournoi franco-italien : la finale

Milan a été piégé d'entrée sur sa glace par Rouen (1-4) tandis que Caillou a vécu un calvaire dans les buts caennais, les Léopards ayant été balayés par Reims (0-9). Caen a eu tort de prendre ce match à la légère, car il se pourrait que le vainqueur du tournoi soit qualifié pour la prochaine Coupe des Champions, ce qui pourrait faire un deuxième club français en plus du champion national.

Pour la deuxième journée, Milan s'est défait de Caen (4-3), mais Reims a relancé le suspense en s'imposant 5-2 contre Rouen.

Rouen bat Caen 4-1 et maintient le suspense mais le final du tournoi sera à la hauteur de cette année bouffonne : une bagarre générale éclate après 22 secondes de jeu entre Reims et Milan, laissant Ribanelli et Peca en sang. Reims quitte la glace et Milan remporte le match 5-0 par forfait. Donc, logiquement, Reims prend un point de pénalité et Rouen gagne le tournoi pour avoir remporté sa rencontre contre Milan. En tout cas, le hockey ne sort pas grandi de cette affaire.

Voilà ce que c'est que d'organiser des compétitions sans queue ni tête, sans enjeu défini et sans véritable sens. Cela ne sert à rien d'organiser des matches internationaux de ci, de là, alors qu'il faut de vraies coupes européennes ou alors à la rigueur des tournois régionaux qui se disputeraient en marge des championnats nationaux. Malheureusement, l'IIHF n'est même plus capable de gérer ses coupes d'Europe et cette mascarade risque de se reproduire si Milan intègre la LNB suisse (les clubs suisses ont récemment voté contre la proposition), décrédibilisant encore plus les championnats européens.

Si on veut de vrais championnats, on ne peut y intégrer d'équipes étrangères. Si on veut de vraies coupes européennes, il faut prendre le temps de les pérenniser au lieu de céder aux lobbyings comme l'IIHF. La seule solution du problème Milan est qu'ils réintègrent le championnat italien, mais la réconciliation semble difficile avec les clubs du Trentin - Haut Adige. A moins de téléporter la ville de Milan en France ou en Suisse, il faudra pourtant en passer par là.

Finlande : la dernière place pour l'Ilves

L'Ilves Tampere a décroché la dernière place qualificative en quarts de finale en battant le SaiPa Lappeenranta (3-1), son rival pour cette huitième position lors de l'avant-dernière journée, revenant ainsi à égalité au classement, puis en le doublant dans l'ultime journée (victoire 8-4 à Pori tandis que SaiPa perdait 1-2 à domicile contre l'IFK Helsinki). L'Ilves retrouvera en quarts le TPS Turku, large dominateur de la saison régulière devant l'HPK Hämeenlinna et le Tappara Tampere. Le quart le plus attendu opposera le Jokerit Helsinki et Lukko Rauma, qui a pris l'avantage de la glace grâce à une belle fin de saison (une seule défaite dans les onze derniers matches).

Milan : ce qui s'est passé

Voilà ce que l'on peut dire de ce qui s'est passé dimanche soir après recoupement des différentes versions : un but est marqué après 22 secondes de jeu, et, sur l'engagement suivant, Esposito donne un coup de crosse à Paradis (qui lui avait donné un discret coup selon les supporters milanais). Les deux hommes, qui avaient un contentieux depuis un précédente rencontre, se battent et Ribanelli tente alors de les séparer. C'est alors que Peca s'en prend à ce dernier. Les deux hommes finissent en sang et la bagarre dégénère en pugilat général, prémédité par les Italiens selon les Rémois, qui prétendent que l'entraîneur milanais avait demandé à ses joueurs que Paradis, Laksola, Zwikel ou encore le gardien Pietilä ne finissent pas le match. Il faut dire qu'Esposito avait délibérément visé Paradis lors de l'entraînement d'avant-match. Les Milanais, eux, insistent sur le fait qu'il est scandaleux que l'entraîneur rémois Jari Gronstrand ait participé à la bagarre (pour protéger ses joueurs selon les Finlandais). Ce qui est certain, c'est l'attitude anormalement passive du trio arbitral italien qui a laissé faire et n'est pas intervenu alors qu'il aurait pu arrêter la bagarre pendant que Peca était à terre, et a attendu qu'il se relève et retourne au combat.

Jari Gronstrand, après concertation avec Guy Fournier et des représentants de la fédération italienne, demande alors à ses joueurs d'arrêter le match pour éviter le pire. Les Rémois se retranchent dans leurs vestiaires, mais des supporters milanais tentent de défoncer la porte. Les joueurs, soutenus par ceux de Caen et Rouen, sont escortés par la police jusqu'à leur bus, où ils subissent la volée de projectiles d'environ trois cents tifosi milanais. Le pare-brise vole en éclats. Pour éviter que les supporters milanais ne l'interceptent, le bus ressort par la frontière suisse.

Championnats du Monde féminins

La France a réussi un bon nul en ouverture des Championnats du Monde féminins, groupe B, contre le Danemark (2-2). Elle doit maintenant affronter l'Italie et la Norvège. Rappelons que les deux premières seront qualifiées avec les deux dernières équipes du groupe A pour un tournoi de qualification olympique.

Suisse : Lugano bien parti

Lugano, avec les Français Philippe Bozon et Cristobal Huet, est bien part pour conserver son titre de champion de Suisse. Après avoir facilement écarté (4 manches à 0) les rivaux tessinois d'Ambri-Piotta en demi-finales (tandis que Zürich se débarrassait tout aussi facilement de Zoug), Lugano a en effet aisément remporté la première manche de la finale (5-2).

Championnats du monde féminins

La France a logiquement battu l'Italie 8-2. Elle jouera son dernier match contre la Norvège, qui a battu le Danemark (3-1). En cas de défaite, sa qualification pour la poule finale se jouerait à la différence de buts contre le Danemark. En fait, ce pourrait être le match décisif pour prendre une des deux premières places du Mondial au final, compte tenu de la force de la Suisse dans l'autre groupe.

Féminines : le rêve s'envole

Battue par la Norvège (2-6) lors du Mondial B à Riga, l'équipe de France féminine a perdu son dernier espoir de qualification olympique. En effet, la victoire du Danemark contre l'Italie (5-0) permet aux Scandinaves de passer devant les Françaises à la différence de buts (+3 contre +2) et de se qualifier pour la poule finale. Compte tenu de ses moyens, la France devrait néanmoins assurer son maintien contre les Tchèques et les Lettonnes. Ce revers ne doit pas constituer un coup d'arrêt dans la progression régulière des Bleues depuis des années, car l'objectif de Salt Lake City était vraiment beaucoup trop haut.

Meunier absent des play-offs

A cause d'une fracture du pied datant du match Caen - Lyon en quarts de la Coupe de France, Laurent Meunier ne pourra pas disputer les play-offs, mais pourrait revenir à la compétition à l'occasion des Championnats du Monde. Par ailleurs, il rejoindra l'an prochain le Grenoblois Yorick Treille à l'université de Boston, où il poursuivra ses études d'ingénieur.

Suisse : Bozon exclu, Lugano battu

 Zürich a pris sa revanche dans la deuxième manche de la finale suisse en battant Lugano (3-2) dans la dernière minute, grâce à un but de Zeiter, tandis que Philippe Bozon a reçu une pénalité de match pour un coup de crosse et sera suspendu pour la troisième manche.

Suède : Djurgården peut souffler

Après avoir dominé la saison régulière, Djurgården est passé près de se faire bouter hors des play-offs dès les quarts de finale, à l'issue d'une série marquée par des incidents entre joueurs et des supporters qui venaient parfois provoquer les joueurs. Bref, une ambiance assez délétère. Opposé à Färjestad, le club de Stockholm était mené 3 manches à 2 et a dû aller à Karlstad obtenir le droit de disputer une manche décisive. En s'imposant 4-3 en prolongation lors de ce match à l'extérieur, Djurgården a sauve les meubles et partait favori de la septième manche, qu'il disputait cette fois à domicile. Mais Tore Vikingstad ouvrait le score pour les visiteurs dès la quatrième minute. Finalement, Djurgården égalisait par Jimmie Ölvestad et ne réussissait à prendre le large que dans l'ultime tiers-temps (4-1, score final). Djurgården retrouvera Luleå en demi-finales, tandis que Brynäs sera opposé à MoDo. Après une saison tourmentée, le club d'Örnsköldsvik est en effet revenu dans une phase ascendante et c'est lui qui s'est le plus facilement qualifié, écartant Frölunda en cinq manches. Tous les résultats.

Première manche sans surprise...

Compte-rendu de match : Caen - Lyon (24 mars 2000).

Les quatre favoris ont remporté à domicile la première manche des quarts de finale du Championnat de France. Cela a néanmoins été plus dur que prévu pour Reims, qui n'a battu Chamonix qu'en prolongation (3-2, but de Zwikel). A noter que Ruokonen a été blessé, rejoignant à l'infirmerie Guennelon, Grossi et Orsolini.

... la deuxième non plus

Les quatre équipes bénéficiant de l'avantage de la glace ont toutes pris une avance de 2 matches à 0. Ces quarts de finale pourraient ainsi être écourtés et se terminer dès mardi 28, date de la troisième manche. C'est peut-être Anglet, auteur d'une bonne résistance, qui a le plus de chances de retarder l'échéance, dans sa patinoire de La Barre. Les résultats.

Mondial B féminin

La France a retourné une situation compromise (les Bleues étaient menées 3-1 après deux tiers par trois buts d'Inese Geca-Miljone) et arraché un match nul 3-3 contre la Lettonie. La France a pourtant réussi 46 tirs cadrés contre seulement 8 aux Lettones ! La bataille pour l'accession au groupe A et au tournoi olympique est tout aussi chaude, puisque, après la surprenante défaite des Suissesses contre le Kazakhstan (1-2), la Norvège et la Suisse se sont renvoyées dos à dos (2-2). Norvège - Kazakhstan sera décisif.

Suisse : Un seul être vous manque...

Sans Philippe Bozon, Lugano a été battu à domicile (2-3) par Zürich, qui mène 2 manches à 1 lors de cette finale. Des incidents entre supporters ont éclaté avant le match aux abords de la patinoire, faisant un blessé. En LNB, Coire a conquis le titre en écrasant la Chaux-de-Fonds de Christian Pouget 13-2 lors du cinquième match de la finale.

Par la plus petite des marges

L'équipe de France féminine a battu la République Tchèque grâce à un unique but de la jeune Sophie Serre à la mi-match et prend la cinquième place finale du Mondial B. Le surprenant Kazakhstan est promu dans le groupe A après avoir battu la Norvège sur le même score que la Suisse (2-1). Tous les résultats.

Amiens champion de France junior

Après le match en retard (2-2) contre Saint-Gervais/Chamonix, deux semaines après la fin théorique du championnat, Amiens est sacré champion de France junior, titre après lequel les Picards couraient depuis 20 ans. Ce championnat junior élite disputé pour la première fois en poule unique n'aura pas été une franche réussite, avec de nombreux matches reportés, des changements d'horaires et de lieux intempestifs (Grenoble - Reims) et même un forfait (Lyon pour son déplacement à Viry), alors que les joueurs se plaignaient d'un manque de matches. Le podium final n'est pas encore connu en raison des matches en retard de Saint-Gervais/Chamonix. Pour l'instant, Viry et Grenoble suivent Amiens. Les résultats du championnat Junior Elite.

Grande-Bretagne : finale de la Challenge Cup et Superleague

Compte-rendu de match : Sheffield - Nottingham (26 mars 2000).

Tandis que les rivaux traditionnels Sheffield et Nottingham disputaient un derby en finale de la Challenge Cup, les poules de play-offs de la Superleague s'achevaient avec l'élimination du vainqueur de la saison régulière, Bracknell. Piégés à domicile par Newcastle (3-4), les Bees terminaient par une superbe victoire à Londres (5-3), mais ils n'étaient déjà plus maîtres de leur destin. Nottingham ne pouvait faire barrage à Newcastle, et c'est ainsi que les Riverkings, bons derniers de la saison régulière, se qualifiaient pour les demi-finales. Dans l'autre poule, Cardiff, vainqueur de ces play-offs l'an passé, passait à la trappe avec Manchester. On retrouvera donc à l'occasion du premier week-end d'avril à Manchester, des demi-finales Londres - Ayr et Sheffield - Newcastle, le samedi, puis les finales le lendemain. Tous les résultats de la saison britannique.

Finlande : quarts de finale

Les quarts de finale de SM-liiga se sont achevés avec l'élimination de celui que d'aucuns présentaient comme le rival le plus sérieux pour le TPS Turku, à savoir Tappara. Le club de Tampere a en effet été piégé d'entrée (1-3) à domicile par l'IFK Helsinki et n'a jamais pu refaire cet handicap initial et perdit deux fois dans la capitale. Play-offs fastes pour les clubs d'Helsinki, après une saison régulière décevante, puisque le Jokerit s'est lui aussi qualifié. Après une première défaite sur la glace de Lukko Rauma (1-0), le tournant de la série était le deuxième match, disputé à Helsinki. Ce fut une rencontre d'anthologie : alors que le score était de 2-2 après le temps réglementaire, la prolongation s'éternisa. Il fallut attendre 95'27" de jeu (soit plus de trente-cinq minutes de prolongation) pour voir Kvartalnov inscrire le but vainqueur. Lukko avait laissé passer sa chance et le Jokerit se qualifiait en quatre manches. Tous les résultats.

Allemagne : Mannheim éliminé

Après trois titres consécutifs, Mannheim a été éliminé dès les quarts de finale et a même été humilié lors des deux dernières manches par Kassel (1-7 dans un match houleux et 2-7). Si l'on voulait pousser le chauvinisme un peu loin, on constaterait que cette fin de cycle coïncide avec la fin des renforts français chez les Adler (Perez étant reparti l'an passé après Pouget et Bozon). Plus sérieusement, Krefeld, avec les Français Barin et Ouellet, a été sorti par les Berlin Capitals. Qualification logique de Cologne et, plus difficilement, de Munich. Les résultats complets de la saison.

Au quart de tour

Compte-rendu de match : Angers - Amiens (28 mars 2000).

Compte-rendu de match : Lyon - Caen (28 mars 2000).

Compte-rendu de match : Angers - Amiens (29 mars 2000).

Les quarts de finale se sont révélés une formalité pour Reims, Caen et Rouen, respectivement vainqueurs de Chamonix, Lyon et Anglet. Amiens a en revanche dû attendre la quatrième manche pour éliminer Angers.

Pronostics pour les demi-finales : Caen - Rouen 50% / 50 %, Reims - Amiens 60 % / 40 %.

Suisse : Bozon sauve Lugano

Après avoir perdu le quatrième match à Zürich, Lugano se retrouvait dans une situation délicate. Mais l'attaquant français, en réussissant un triplé lors de la cinquième manche au Resega, a permis aux siens de gagner en prolongation (4-3) et d'espérer encore dans cette série finale. Tous les résultats suisses.

Subvention pour Amiens

Le conseil municipal de la ville d'Amiens a voté une subvention de 400 000 francs en faveur des Gothiques. La mairie compte maintenant suivre de près le plan de redressement qui prévoit pour l'instant le licenciement de sept joueurs (Pousse, Lecomte, Duclos, Gras, Dewolf, Moyon et Riihijärvi). A l'intérieur du club, ces mesures avaient provoqué la fronde des joueurs, qui reprochaient notamment à leur entraîneur Antoine Richer d'avoir été complice de la direction.

 

Le mois précédent (février 2000)

Le mois suivant (avril 2000)

 

Retour au sommaire