Octobre 2003

 

01/10 Allemagne : compromis pour Fribourg-en-Brisgau

Après être passé près de l'exploit vendredi à Kassel (défaite 2-3 malgré un doublé du duo Faith/Coqueux), Fribourg-en-Brisgau a obtenu dimanche sa première victoire à domicile, qui plus est contre le champion en titre Krefeld (5-4). Le plus heureux de tous était sans doute Sergueï Stas, qui a pris une petite revanche sur son ex-club en inscrivant trois assists. Tout comme Stéphane Barin, le joueur du Bélarus ne rentrait plus dans les plans de Butch Goring, devenu entraîneur de Krefeld en janvier dernier, et qui a fait le ménage avec les joueurs en place à l'intersaison.

Par ailleurs, Fribourg-en-Brisgau a négocié un compromis avec la DEL au sujet de l'affaire Mares/Vasicek, ces deux Tchèques que le club espérait pouvoir aligner comme joueurs allemands avant d'apprendre qu'ils consommeraient en fait deux places de joueurs étrangers. La direction de la ligue a autorisé les Fribourgeois à donner une licence supplémentaire à un des deux joueurs initialement prévus dans l'effectif et dont les places ont été prises par la "dénaturalisation" de Mares et Vasicek. Fribourg a porté son choix sur le Slovaque Petr Korinek, qui possède un potentiel largement supérieur au défenseur canadien Matt Smith et palliera le manque de centres. Les résultats allemands.

01/10 Suisse : Todd Elik viré par Koleff

Les relations étaient devenues impossibles depuis plusieurs jours entre Jim Koleff, le nouvel entraîneur de Langnau, et l'attaquant canadien Todd Elik, deux fortes personnalités. Le staff du club a tenté de minimiser l'affaire en déclarant qu'Elik continuerait à faire partie de l'équipe, mais il a dû se résoudre à l'évidence et s'en séparer. Koleff a ainsi gagné son duel avec cette forte tête, mais n'est-ce pas au péril de son image auprès du public, qui idolâtre Todd Elik ? Jim Koleff s'était déjà mis le public à dos à Lugano à cause de sa conduite vis-à-vis des joueurs les plus appréciés, comme Philippe Bozon. En se contentant de déclarer "mon cur reste à Langnau" pour tout commentaire sur son départ, Elik a sans doute rappelé ses liens avec le public.

02/10 Rob Millar revient à Villard

Après avoir été invité au camp NHL des Chicago Blackhawks, sans convaincre, l'attaquant américain Rob Millar fait son retour à Villard-de-Lans. Moribonds il y a une semaine, les Ours ont retrouvé des couleurs en battant samedi le leader Mulhouse, alors qu'ils étaient alors eux-mêmes derniers au classement. Avec ce nouveau renfort, ils sont plus que jamais candidats à la poule Magnus.

04/10 NHL : Nylander, Storr... Huet

Le centre suédois Michael Nylander, qui aurait dû jouer la saison sur la première ligne des Washington Capitals avec Jágr et Grier, s'est fracturé la jambe lors du camp d'entraînement à la suite d'une charge contre la bande de Nolan Yonkman, un joueur qui lutte pour une place dans l'effectif et joue donc sans retenue. Après avoir joué les 310 derniers matches de NHL sans interruption, y compris avec des blessures à la mâchoire ou à l'épaule, Nylander sera cette fois forcé de rester loin du jeu pendant plus d'un mois.

Signalons par ailleurs que Jamie Storr, l'ex-concurrent de Huet chez les Los Angeles Kings, ne sera pas resté longtemps le troisième gardien de l'Avangard Omsk. N'ayant pas grand-chose à espérer en Russie, il a finalement été engagé en NHL par les Carolina Hurricanes, où il sera a priori la doublure de Kevin Weekes.

Enfin, bonne nouvelle pour Cristobal Huet : il est sorti vainqueur de la mise en concurrence avec Milan Hnilicka, qui a été envoyé en AHL aux Manchester Monarchs, ce qui renforce sa position puisque les Los Angeles voulaient le mettre à l'épreuve en recrutant le gardien tchèque.

04/10 Super 16 : Brest humilie Rouen

L'attaque de Brest est décidément aussi exceptionnelle que l'annonçaient ses membres. Le meilleur marqueur du championnat Ludek Broz a rajouté deux buts et une assist et Rouen a été passé à la moulinette ce soir (7-2). La défense des Dragons a fait pâle figure, et Éric Raymond a même été remplacé après avoir encaissé deux buts rapprochés en début de troisième tiers-temps. Faut-il déjà craindre une catastrophe pour Rouen ? Restons prudents. Le risque d'une élimination n'est pas vraiment présent, puisque les Normands n'ont été battus que par les deux autres favoris de la poule, Amiens et Brest. Il sera impératif de se rassurer face à Tours avant de se lancer dans la Coupe Continentale. L'année dernière, on se souvient que les Diables Noirs avaient expié les problèmes de licence de Rouen que leur président avaient eu le malheur de dévoiler au grand public.

L'autre perdant de cette journée dans la poule ouest, c'est paradoxalement... Anglet, qui était exempt ! En effet, le résultat du match de leurs concurrents directs Tours-Angers n'arrange pas du tout les Basques. Non seulement les Tourangeaux ont obtenu leur première victoire (6-5), mais les Angevins ont eux aussi obtenu un point en poussant jusqu'à la prolongation, décidée par un but de l'Ukrainien Taras Bega.

Rouen pourra prendre exemple sur Mulhouse, qui a passé ses nerfs sur Clermont (9-2) après la défaite à Villard, emmené par le duo Jokinen-Segla. Grenoble n'a pas réussi le même festival offensif, butant à son tour sur le gardien slovaque d'Épinal, Stanislav Petrik (2-1). Mais le fait du jour est le retour de la hiérarchie de l'an passé puisque Villard (4-1 à Gap) et surtout Dijon (6-3 chez l'ambitieux Briançon) ont gagné à l'extérieur et pris une option sur la Poule Magnus... jusqu'à la prochaine journée, car la poule est réserve bien des surprises.

04/10 Caen : bienvenue en D1 !

Caen est définitivement adoubé en division 1 après l'exploit réussi ce soir devant Strasbourg (4-3). Après des rencontres serrées contre des équipes franciliennes, les Normands sont parvenus à élever leur niveau pour frapper un grand coup. Neuilly-sur-Marne, vainqueur de Cergy 4-2, se retrouve du coup seul leader. Courbevoie, qui a remporté sa première victoire 6-4 au Vésinet et qui a renvoyé trois de ses quatre étrangers (les Finlandais Kivakka et Keskinen et le défenseur suédois Björn Albin), et Amnéville (5-4 devant Asnières) se retrouveront la semaine prochaine dans un match déjà très important pour l'attribution de la quatrième place de la poule nord.

Au sud, c'est Mont-Blanc qui a remporté le derby au sommet face à Chamonix (4-2). Quant au leader du groupe, c'est encore et toujours Limoges, qui s'est imposé 8-6 à Garges-lès-Gonesse avec un quintuplé de l'intenable Martindale.

06/10 NHL : Décès de Dan Snyder

Dan Snyder, le joueur des Altanta Thrashers, est décédé hier des suites de l'accident de voiture dans lequel il avait été impliqué lundi dernier avec son coéquipier Dany Heatley. Il souffrait d'importantes lésions cérébrales et était dans le coma pendant ces six jours. Snyder était le passager de Heatley qui avait perdu le contrôle de sa Ferrari à 130 km/h sur une voie étroite. La voiture s'était sectionnée dans le choc contre les barrières et les deux hommes avaient été éjectés.

Dany Heatley, grand espoir du hockey canadien, champion du monde en mai dernier, risque des poursuites judiciaires pour sa responsabilité dans la mort de Snyder. Il souffre par ailleurs lui-même de trois blessures au genou, dont une déchirure complète du ligament croisé antéro-externe. Il passera sur le billard dans une dizaine de jours, et devra également être opéré de l'épaule et de la mâchoire.

08/10 DEL : Mason remplace Whistle à Iserlohn

Iserlohn a été le premier club de DEL à licencier son entraîneur après une quatrième défaite de suite vendredi dernier. Cela n'était jamais arrivé à ce club au cours de la dernière décennie, mais Dave Whistle a inauguré le siège éjectable. Il n'a pas assumé la difficile succession de Greg Poss, qui a rejoint à l'intersaison une équipes aux plus hautes ambitions, Nuremberg.

Whistle, à Bracknell puis à Belfast, était considéré comme le meilleur entraîneur de l'ancienne Superleague britannique, mais il lui est reproché d'avoir sous-estimé le niveau du championnat allemand. La préparation estivale a été jugée insuffisante, et l'équipe manquait de travail et de discipline. Les joueurs, à qui l'entraîneur entendait donner plus de responsabilités, se reprochaient ouvertement leurs erreurs sur la glace, et on assistait à une forme de "chacun pour soi" au lieu du collectif uni qui avait fait la force d'Iserlohn ces dernières années.

L'assistant Teal Fowler a assuré l'intérim pendant deux déplacements difficiles à Berlin et à Hambourg, soldés par deux défaites, même si un point a été ramené de la capitale où Iserlohn ne s'est incliné qu'aux tirs au but. Mais le club a annoncé aujourd'hui que le remplaçant de Whistle serait Doug Mason, ex-entraîneur de Krefeld il y a un peu plus de deux ans. Cet autre Canadien considéré comme un travailleur méticuleux avait ensuite rejoint la Suisse, mais il avait été viré de Zoug l'automne dernier après un début de saison proprement catastrophique.

08/10 Collectif hockey

Le Directoire du hockey sur glace avait été créé suite à l'Assemblée Générale de la FFSG à Avignon les 25 et 26 mai 2002.

Le Bureau Exécutif de la FFSG s'était engagé à inscrire le Directoire dans le cadre d'une modification statutaire (nécessaire pour une autonomie du hockey). Lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire prévue à Reims le 14 juin 2003, faute d'un nombre suffisant de personnes, une Assemblée Extraordinaire a été arrangée le 4 octobre 2003, date à laquelle tous les championnats de hockey avaient débuté (et donc où peu de personnes seraient présentes). En effet : 42 des 267 clubs de glace étaient représentés dont 10 des 127 clubs de hockey ! Il était alors très commode d'éliminer les éléments dérangeants. Le Directoire de hockey fait donc à l'heure actuelle partie du passé, et Luc Tardif, son président, se retrouve démissionné de ses fonctions.

Le hockey français se retrouve donc à nouveau dans le giron fédéral, et son avenir semble bien compromis une fois de plus. Le Directoire avait su redonner une organisation, une image, une crédibilité au hockey que personne n'avait su faire dans le passé. Le Directoire avait su renouer le dialogue avec les médias, et un programme de diffusions et de promotion du hockey avait même été organisé. Il est facile de nommer des personnes, travailleuses, avec des qualités et des connaissances du hockey, pour ensuite les faire disparaître, et récolter les fruits de ce travail. L'heure est grave, l'avenir du hockey français est (une nouvelle fois) plus qu'inquiétant.

Aujourd'hui, nous sommes dans la situation d'une structure fédérale qui vacille, soucieuse de conserver un contrôle sur les activités du hockey, avec à leur sommet des personnes plus préoccupées de leur siège que des sports qu'ils ont en charge, et un ensemble de personnes qui veulent donner au hockey des chances de se développer.

Pour ceux qui n'acceptent pas ces facilités de manuvre, et qui ne veulent pas que la tête de Luc Tardif ne soit tombée pour rien, un "collectif hockey" a vu le jour. Rejoignez ce mouvement de passionnés : seul le nombre fera la force. Pour que l'ère nouvelle du hockey qui avait été amorcée par Luc Tardif et le Directoire du hockey ne s'arrête pas maintenant, aussi facilement.

09/10 Russie : Tsygurov quitte Nijni Novgorod

Les médias russes attendaient avec impatience les retrouvailles, prévues mardi, entre Guennadi Tsygurov, l'entraîneur de Nijni Novgorod, et son ancien club actuellement mal en point, l'Avangard Omsk, qui l'avait licencié malgré les services rendus il y a un an et demi pour engager à sa place quelqu'un de mondialement connu, Ivan Hlinka. Mais la revanche n'a même pas eu lieu, car Tsygurov a rendu son tablier la veille. Il faut dire que le promu Nijni Novgorod restait sur neuf défaites.

Le départ de leur entraîneur a déçu les joueurs, et le capitaine Pavel Torgaïev a rappelé que Tsygurov avait répété qu'il ne quitterait pas son poste dans des moments aussi difficiles. Toujours est-il que son successeur se nomme Igor Averkin, qui était déjà arrivé en cours de saison en 2001/02. À l'époque, il avait réussi à redonner de la confiance à l'équipe, mais pas à empêcher la relégation. Il est à craindre qu'il en soit de même cette fois-ci, car Nijni Novgorod est toujours victime de la versatilité de l'implication de ses dirigeants.

Lorsque, depuis son domicile de Togliatti, il a appris à la radio que Nijni Novgorod menait 3-1 à cinq minutes de la fin mardi, Guennadi Tsygurov a téléphoné à son successeur pour lui adresser ses félicitations. "Hélas, Guennadi Fedorovitch, s'entendit-il répondre, il n'y a plus que match nul..." Le pauvre Tsygurov ne savait plus où se mettre. Il y a des moments comme ça où tout va mal...

Par ailleurs, signalons que l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) a fait sa première apparition en Russie. Elle est arrivée chez le champion en titre, le Lokomotiv Yaroslavl, pour contrôler cinq joueurs. Mais les dirigeants locaux ont été surpris en constatant que la liste incluait Aleksandr Suglobov, actuellement en Amérique du Nord sous contrat avec les New Jersey Devils (il a été parmi les derniers joueurs renvoyés en AHL à l'issue du camp), et un autre joueur parti à Voronezh depuis trois mois... On mettra ça sur le compte du temps de rodage. Rappelons que l'AMA a mandat pour effectuer des contrôles inopinés pour tous les sports des fédérations internationales signataires (et de la fédération russe via l'IIHF). En revanche, elle se heurte au refus de collaborer des ligues professionnelles nord-américaines, en particulier la NHL qui ne daigne même pas répondre à ses courriers. Les résultats russes.

10/10 Une Coupe d'Europe en comité restreint

Avec la possibilité d'un lock-out NHL l'an prochain, il était urgent de se doter d'une vraie Coupe d'Europe qui serve de vitrine au hockey continental où chaque pays reste pour l'instant dans son coin. Les représentants des sept grands pays se sont réunis hier, et s'il y aura bien une compétition au sommet, sa forme ne peut que décevoir. On est très loin de l'EHL, et la nouvelle formule ressemblera en pratique trait pour trait à la prochaine Superfinale de Coupe Continentale, à savoir un unique week-end de compétition en janvier avec deux poules de trois équipes et une finale.

La différence, c'est bien sûr que tous les grands pays enverront leur champion, mais cela se fera aux dépens de tous les autres, qui n'auront même pas la possibilité de qualifier un représentant. Par leur égoïsme et leur mépris des nations moyennes, sacrifiées sur l'autel des médias, les ligues des pays de hockey entravent ainsi une chance unique de promouvoir ce sport sur ce continent, et le condamnent à jamais à rester dans un monde clos entre initiés. Alors que la plus minuscule franchise de NHL a certainement un taux de notoriété supérieur aux meilleurs clubs européens, ceux-ci font preuve de bien peu d'ambitions à long terme. Ce n'est pas ce tournoi en comité restreint et en un seul week-end qui permettra au hockey européen de se développer et de se faire connaître...

Ce tournoi final prévu pour janvier 2005 réunira les champions des cinq premiers pays au classement IIHF récemment créé, qui seront très probablement la Suède, la Finlande, la République Tchèque, la Slovaquie et la Russie. Le sixième club invité sera celui qui offrira les meilleures conditions d'accueil et d'hébergement. En clair, ce sera celui, du champion de Suisse ou du champion d'Allemagne, qui mettra le plus sur le table...

10/10 Équipe de France

Heikki Leime a communiqué sa sélection pour la manche de l'Euro Hockey Challenge qui se déroulera à Briançon du 7 au 9 novembre. On y note le retour de plusieurs anciens à la place des juniors qui avaient fait belle impression en Lettonie. Il s'agit de Benoît Bachelet, Jean-François Bonnard, Arnaud Briand, Benoît Pourtanel ou encore Patrick Rolland. Si les juniors ont désormais d'autres objectifs dans leurs catégories, un des débutants les plus remarqués de Riga, Nicolas Favarin, est à nouveau sélectionné.

Gardiens : Fabrice Lhenry (Mulhouse), Patrick Rolland (Grenoble).

Défenseurs : Baptiste Amar (Grenoble), Vincent Bachet (Amiens), Jean-François Bonnard (Grenoble), Allan Carriou (Rouen), Sébastien Dermigny (Ajoie, SUI), Nicolas Favarin (Villard-de-Lans), Benoît Pourtanel (Rouen), Nicolas Pousset (Rouen).

Attaquants : Nicolas Antonoff (Grenoble), Benoît Bachelet (Grenoble), Arnaud Briand (Rouen), Brice Chauvel (Amiens), Xavier Daramy (Anglet), Laurent Gras (Amiens), Laurent Meunier (Grenoble), Anthony Mortas (Amiens), François Rozenthal (Amiens), Maurice Rozenthal (Rouen), Yven Sadoun (Brest), Jonathan Zwikel (Amiens).

Remplaçants : Richard Aimonetto (A, Amiens), Simon Bachelet (D, Grenoble), Christophe Burnet (G, Chamonix), Olivier Coqueux (A, Fribourg-en-Brisgau, ALL).

11/10 Havlát-y-pas qu'il reviendrait...

On pensait que Martin Havlát en resterait à sa pige de début de saison (à 10 000 $ le match) avec le Sparta Prague, puisqu'il était rentré au Canada avec l'intention de trouver un accord avec les Ottawa Senators. Mais ceux-ci ont choisi la négociation dure et n'ont offert "que" 1,35 millions de dollars par saison alors que Havlát avait descendu ses exigences à 1,95 M$. Le joueur tchèque a donc annoncé qu'il rentrerait en Europe. Dernier bluff ou vrai retour en Extraliga ?

Plus que de l'absence de Havlát, le Sparta Prague a souffert ces derniers temps de la blessure de six titulaires. Hier soir, il a retrouvé un grand sourire et a offert un festival offensif contre Zlín (10-4, avec des doublés de Jan Marek, Roman imícek et Gabriel pilár) qui lui permet d'occuper la deuxième place au classement. Le leader est toujours Pardubice, qui se déplacera demain chez le champion en titre, le Slavia Prague. Celui-ci a perdu beaucoup de joueurs à l'intersaison et n'a évité le naufrage complet en début de championnat que grâce à son gardien Roman Malek. Mais il va mieux, invaincu depuis quatre rencontres, même s'il n'occupe encore que la dixième place.

Si le cas Havlát est en suspens, une autre grande star tchèque est revenue pour de bon. Viré après trois journées par Voskresensk, Martin Procházka a tiré un trait définitif sur le championnat russe et a signé pour trois ans avec son ancien club, Kladno. En six rencontres, le meilleur buteur de l'équipe nationale tchèque depuis la partition de l'ex-Tchécoslovaquie a inscrit trois buts, dont deux étaient décisifs, lors de son premier match pour ses nouvelles couleurs à Liberec (4-3 à l'avant-dernière minute) et hier soir contre Vitkovice (4-2, Radek Gardon ayant ensuite marqué le dernier but en cage vide). Après une année de purgatoire en division inférieure, Kladno revit avec son nouvel héros et occupe actuellement la huitième et dernière place qualificative pour les play-offs. Les résultats tchèques.

11/10 Super 16 : prolongations à gogo

Rouen n'a pas réussi à se rassurer face à Tours à une semaine de l'échéance européenne. Menés trois fois au score, les Dragons n'ont arraché la victoire qu'en prolongation sur un but d'Alain Vogin (4-3). Notre autre représentant en Coupe Continentale, Amiens, n'a pas été beaucoup plus emballant. Il a fallu avoir recours au vieux Denis Perez, auteur d'un doublé, pour battre Anglet à cinq minutes de la fin (3-2). Les Basques, pour qui le point pris par Tours constitue une autre mauvaise nouvelle, n'auront pas le droit à l'erreur la semaine prochaine dans un match capital contre Angers. Dunkerque a marqué son premier but à domicile, et en a même inscrit trois. Mais c'était insuffisant contre la formidable attaque brestoise (3-8).

Bien que son défenseur suédois Robert Johannesson, qui vivait difficilement la cohabitation dans le même logement avec les deux Tchèques et leurs familles qui ne parlaient que leur langue natale, ait annoncé son départ, Briançon s'est rattrapé de son non-match de la semaine dernière (qui a coûté son poste à Philippe Combe, le coach venu de Gap à peine engagé qui est reparti aussi vite qu'il était arrivé) en allant brillamment prendre un point à Grenoble. Lionel Orsolini y a marqué son premier but sous ses nouvelles couleurs et Juha Jokiharju a égalisé à cinq secondes de la fin après avoir sorti le gardien. Mais les Brûleurs de Loups ont quand même assuré la victoire en prolongation sur un but de Baptiste Amar (3-2). C'est également dans le temps supplémentaire que l'autre équipe iséroise, Villard-de-Lans, est allée remporter un succès précieux à Épinal dans un match de gardiens. Les perdants du jour sont Dijon (2-4 contre Mulhouse) et Gap (4-5 à Clermont) qui ont perdu, eux, dès le temps réglementaire.

11/10 Division 1 : Caen tombeur de leaders

Après Strasbourg, le nouveau leader Neuilly-sur-Marne est à son tour tombé à Caen. Les coupeurs de tête de Rodolphe Garnier ont blanchi une équipe francilienne trop inefficace avec l'appui de leur gardien Robert Marton. C'est leur quatrième victoire de suite, à chaque fois par un but d'écart, preuve d'une équipe volontaire et combative. Les Normands prennent du même coup la tête du championnat, devant l'Étoile Noire de Strasbourg. Celle-ci s'est bien reprise en gagnant 6-0 à Asnières, mais elle s'inquiète pour son Wacken toujours pas remis en glace, ce qui pourrait obliger à décaler le premier match à domicile, dans quinze jours contre Neuilly, à Colmar, ville désormais sans équipe senior en compétition mais qui devient l'hôte de recours des autres équipes alsaciennes.

Courbevoie devait ce soir rester accroché au wagon après avoir comme l'an passé eu des problèmes avec ses recrues. Albin et Keskinen ont été renvoyés après être arrivés à l'entraînement dans un état peu recommandable, et Kivakka, pas emballé par le niveau de la D1, est retourné en Finlande auprès de sa copine. Le COC va se rabattre sur deux Slovaques, mais il lui fallait surtout battre Amnéville ce soir. Or les Mosellans ont réussi à grappiller un match nul à l'extérieur et s'accrochent à la quatrième place qualificative pour la poule haute.

Il n'y a maintenant plus qu'un seul invaincu tous groupes confondus en D1, et il s'agit du Mont-Blanc, qui a gagné chez le précédent leader Limoges (5-3). Chamonix a repris la troisième place en battant 5-1 Avignon, qui avait bénéficié d'un point supplémentaire dans la semaine grâce à la défaite sur tapis vert infligée à Garges-lès-Gonesse pour défaut de licence lors de la première journée. Lyon (8-5 contre Garges) se replace dans la course à la qualification, tandis que Morzine, privé de Boisson malade et d'un de ses Suédois qui s'est blessé, s'est contenté d'un match nul à Valence (2-2).

11/10 Division 2 : Montpellier sans pitié

Le choc du jour en poule sud opposait Viry-Châtillon à Toulouse, et le score (2-1) est inhabituel à ce niveau. Comme on le devine, les héros du soir sont les deux gardiens, mais pour des raisons différentes. Celui de Toulouse, Raphaël Vincent, est le héros malheureux. Il est sorti de ses cages par erreur d'interprétation d'un geste arbitral et a permis l'ouverture du score adverse en cage vide, avant d'être expulsé quelques minutes plus tard pour un crachat. En revanche, le nouveau gardien canadien de Viry, Francis Larivée, s'est distingué par deux arrêts d'extraterrestre alors que Toulousains avaient déjà levé les bras à chaque fois. Cet ancien n50 de la draft NHL qui a atterri en division 2 française (fait sûrement unique dans les annales !) a gardé tous ses réflexes après deux années sans hockey durant lesquelles il travaillait dans un Buffalo Grill de la région.

Dans l'autre match au sommet, le derby des Savoies, Chambéry s'est imposé à Annecy en remontant deux buts de retard dans le dernier tiers-temps puis en prenant l'avantage à trois minutes de la fin sur un but de Joël Raymond, auteur d'un triplé. Cette deuxième défaite à domicile met les Chevaliers du Lac dans une position difficile. C'est tout le contraire pour Montpellier, véritable épouvantail de la D2, qui a haché menu l'ACBB/Paray (17-0). Enfin, la bonne nouvelle de la soirée est que Toulon a enfin pu faire son entrée dans le championnat, avec suffisamment de joueurs disposant d'une licence à jour. Les Varois ont toutefois perdu 8-5 à Bordeaux.

13/10 Pierre Brisard, révélation suédoise pour la France ?

La dernière recrue mulhousienne a frappé fort samedi soir puisque Pierre Brisard a inscrit le premier but de son équipe à Dijon (victoire 4-2) pour son premier match. Brisard est un junior de dix-neuf ans qui a été formé à Malmö, en Suède, pays où il est né d'un père français. La saison passée, il disputait encore le très relevé championnat Junior Superelit suédois avec l'équipe du MIF, dont il a terminé troisième compteur. Néanmoins, il lui aurait été difficile d'intégrer les rangs professionnels de Malmö, et il a fait bifurquer sa carrière vers le pays de son père. Il pourrait se révéler très vite une très bonne affaire pour Mulhouse, mais aussi pour l'équipe de France (des moins de 20 ans, dans un premier temps).

15/10 Jonas Höglund à Davos

Après avoir commencé la saison avec deux étrangers par mesure d'économies, Davos, décevant neuvième au classement, a décidé de se séparer de l'un d'eux, Lonny Bohonos, talentueux mais qui n'a pas toujours le rendement attendu. Son salaire de 600000 francs suisses permettra d'engager pour le même prix deux étrangers, plus un gardien pour pallier l'actuelle blessure au coude de Lars Weibel. Pour l'instant, Davos a obtenu de son équipe partenaire de LNB, Olten, le prêt de son second gardien Patrick Kucera, mais espère engager Claudio Bayer, pourtant sous contrat avec Thurgovie. Quant à Bohonos, il a vite retrouvé un employeur, les ZSC Lions, dont les finances sont pourtant également dans le rouge...

Hier soir, Davos s'est mis d'accord avec un des deux étrangers à recruter. Il s'agit de Jonas Höglund, vice-champion du monde au printemps dernier avec la Suède, qui a disputé plus de six cents rencontres avec trois équipes canadiennes de NHL, Calgary, Montréal et Toronto. L'autre renfort pourrait bien être Todd Elik, viré par Jim Koleff à Langnau et qui vient de s'entendre avec le club sur les conditions de cette rupture de contrat.

Quant à Lars Weibel, élu meilleur gardien suisse de la LNA ces deux dernières saisons, il vient d'annoncer qu'il boycotterait l'équipe nationale cette année, mécontent d'avoir perdu sa place de titulaire au profit de Marco Bührer (Berne) aux derniers championnats du monde. Les relations tumultueuses entre les joueurs de Davos et le sélectionneur national Ralph Krüeger sont décidément le problème n1 de l'équipe de Suisse. Les résultats suisses.

15/10 Kennedy sauve sa tête

Les dirigeants d'Ingolstadt avaient prévenu après les deux nouvelles défaites du week-end : Ron Kennedy, l'ancien entraîneur de l'équipe nationale d'Autriche puis de Bolzano, jouait sa tête ce mardi contre Iserlohn, qui par coïncidence est l'unique équipe de DEL à avoir changé d'entraîneur jusqu'ici cette saison. La victoire ou la porte, tel était l'ultimatum. La tête de Ron Kennedy, à qui on reproche les résultats médiocres mais aussi son système de jeu défensif peu attractif, était donc placée sur le billot hier soir. Après, le premier tiers-temps, où Iserlohn menait 1-0, on était déjà en train d'aiguiser la lame. Mais finalement, la hache a été rangée au placard, au moins provisoirement. En s'imposant 4-1, les joueurs d'Ingolstadt ont sauvé la tête de leur entraîneur.

Ingolstadt obtient ainsi sa troisième victoire et repasse devant Fribourg-en-Brisgau, qui lui avait laissé la dernière place dimanche en battant Düsseldorf 2-1 aux tirs au but, grâce à un match exceptionnel de son gardien tchèque Hugo Haas, qui a arrêté 64 des 65 tirs adverses. Le Norvégien Trond Magnussen et le Belge Mike Pellegrims ont tenté chacun dix lancers cadrés sans jamais trouver la faille ! Le DEG ne décolle pas au classement, et les absents n'arrangent rien. Clayton Young est suspendu après avoir été exclu pour un coup de crosse à Fribourg, le gardien russe Andrei Trefilov se remet d'une opération au coccyx, l'attaquant norvégien Tore Vikingstad s'est claqué les adducteurs, et même le Suédois Johan Molin, le plus décevant des renforts, qui ne s'est pas imposé aux côtés des Norvégiens et a été relégué en fond de banc, souffre d'un nerf coincé. Le derby entre le champion en titre Krefeld et Düsseldorf dimanche prochain opposera donc deux équipes en pleine crise.

17/10 Coupe Continentale : deuxième tour

Rouen commence aujourd'hui son grand défi européen, alors que les derniers résultats ont semé le doute. Miikka Rousu a rechaussé les patins, mais ses récurrents problèmes d'adducteurs le laisseront-ils tranquilles ce week-end ? Amiens aborde le tournoi avec plus de confiance, glanée lors du premier tour de cette Coupe Continentale ainsi qu'en championnat, mais a le désavantage d'affronter d'entrée cet après-midi le favori Asiago. Sans Benoît Laporte parti (avec succès jusqu'ici) à Augsbourg en DEL, et a priori sans le néo-boulanger Topatigh qui ne devrait plus jouer que de manière occasionnelle, les vice-champions d'Italie ont tout de même encore de bons éléments étrangers, et il faudra se méfier également de la ligne de Stefano Frigo en forme en ce moment. Toutefois, même si Asiago est invaincu, il n'a pas encore rencontré en championnat d'adversaire du calibre de Rouen ou Amiens. L'incertitude est donc réciproque dans la préparation de ce tournoi.

Enfin, Amsterdam ne sera pas un faire-valoir. Certes, le gardien Phil Groeneveld (ex-Viry et Rouen) est blessé et sera opéré sous peu. Mais il faudra prêter une grande attention aux frères Hoogsteen, deux Néerlando-Canadiens qui ont fait une entrée remarquée sous le maillot des Pays-Bas il y a quelques semaines, les Norvégiens s'en souviennent. En défense, on retrouve la vieille connaissance Tom Hartogs (ex-Grenoble et Brest), reconverti arrière comme son ancien compagnon de ligne Stéphane Barin, ainsi que l'ex-joueur de NHL Zarley Zalapski, qui n'a pas convaincu lors de ses précédentes étapes en Allemagne, en Italie ou au Danemark. On sait que le hockey est une drogue, mais on lui souhaite quand même d'arrêter avant de se retrouver star du championnat turc...

Groupe F (à Oswiecim, Pologne) : Milan (ITA) 40 %, Unia Oswiecim (POL) 30 %, Metalurgs Liepaja (LET) 29 %, KHL Zagreb (CRO) 1 %.

Groupe G (à Rouen, France) : Asiago (ITA) 30 %, Rouen (FRA) 25 %, Amiens (FRA) 25 %, Amsterdam (HOL) 20 %.

Groupe H (à Székesfehérvár, Hongrie) : Alba Volán (HON) 30 %, Olimpija Ljubljana (SLO) 25%, Kazzinc-Torpedo Ust-Kamenogorsk (KAZ) 25 %, Dunaferr (HON) 20 %.

Groupe I (à Zvolen, SVK) : HKm Zvolen (SVK) 50 %, Jukurit Mikkeli (FIN) 20 %, Sokol Kiev (UKR) 15 %, HK Riga (LET) 15 %.

17/10 Russie : le moindre point compte

Alors que ces dernières années le championnat de Russie se limitait à une lutte entre une poignée de clubs puissants, il est cette saison plus serré que jamais. L'an dernier, il n'y avait qu'un strapontin à pourvoir en play-offs, les autres billets étant presque compostés d'avance. Maintenant, personne n'est à l'abri d'une déconvenue. Après quinze journées, seuls trois points (soit le prix d'une victoire) séparent le troisième du dixième. La hiérarchie peut donc changer du jour au lendemain. Après avoir raté son début de saison, Kazan a ainsi démoli le Lokomotiv Yaroslavl, jusqu'ici tranquille, samedi dernier. Cette victoire de l'entraîneur tchèque Vladimir Vujtek sur son ancien club est aussi la plus lourde défaite du champion en titre en saison régulière depuis cinq ans.

Depuis, Yaroslavl en est à trois défaites consécutives et a été rejoint par le peloton. Malgré l'apport d'Oleg Tverdovsky, qui a retrouvé avec plaisir en Russie le rôle qu'il avait avant de partir en NHL, celui d'un défenseur offensif qui n'hésite pas à appuyer l'attaque, le riche Avangard Omsk est encore plus mal loti et n'est pas même parmi les qualifiés en play-offs. C'est le revers de la médaille de ce classement en mouchoir de poche, les équipes ne prennent plus aucun risque dans leur jeu. Ce sont ainsi les deux équipes au style le moins ambitieux qui trônent en haut de tableau. Le match au sommet entre le dauphin et le leader opposait ainsi mercredi le Lada Togliatti et le Dynamo Moscou.

Togliatti, c'est une équipe qui encaisse moins de 1,4 but par match depuis plusieurs saisons, et où l'entraîneur Piotr Vorobiev a inventé la version hockey du "catenaccio". Mais l'entraîneur du Dynamo, Zinetulla Bilyaletdinov, a réfuté que ce soit une équipe défensive. Il faut dire qu'il ne fait pas mieux. Dans une chronique à Sport-Express, l'ancien "Gretzky de l'est" Sergueï Makarov a ainsi affirmé s'être endormi dans les tribunes du Dynamo, une équipe qui joue le contre et laisse l'adversaire faire le jeu, même contre des équipes de milieu de tableau. Il appelait de ses vux un retour en forme de Yaroslavl ou Omsk, capables de jouer offensivement, pour que le triste exemple des leaders ne fasse pas tache d'huile. Le choc Lada-Dynamo s'est en effet conclu sur le triste score de 1-1, et Togliatti, faute de volonté offensive, a manqué une chance de prendre la tête du championnat pour la première fois depuis six ans.

18/10 Super 16 : Épinal dans la course

Pendant que Rouen et Amiens s'affrontaient en Coupe Continentale (victoire 4-2 des Dragons ce soir, qui permet à Amsterdam, surprenant vainqueur d'Asiago, d'avoir son destin en mains en cas de victoire demain sur les Gothiques), les autres équipes de la poule ouest luttaient pour les dernières places qualificatives. Accroché à domicile par Angers (4-4), Anglet est quatrième pour l'instant mais n'est pas le mieux placé car il doit encore se déplacer chez ses deux adversaires. Au contraire, Tours, vainqueur 8-4 de Dunkerque, recevra Angloys et Angevins lors des matches retour.

Dans la poule est, le choc Mulhouse-Grenoble a donné lieu à un match de gardiens, et c'est Fabrice Lhenry qui l'a remporté en restant infranchissable jusqu'au bout, alors que Patrick Rolland s'est finalement incliné sur un but de Ruokonen en tout début de prolongation, à quatre contre trois. Derrière, on retrouve pour l'instant les mêmes qualifiés que l'an dernier, Villard (qui a battu Clermont 5-2) et Dijon (vainqueur 4-2 à Gap). Mais attention, car Épinal prend peu à peu le pli du Super 16 et pourrait se retrouver de manière assez inattendue dans la course. Grâce à un doublé de Christophe Ribanelli, joueur de l'ombre qui réussit un excellent début de saison, les Vosgiens sont allés gagner à Briançon, toujours en dessous de son potentiel et qui commence à perdre beaucoup trop de points.

20/10 Coupe Continentale : Rouen avec l'aide d'Amiens

C'est une difficile épreuve qu'ont dû subir les supporters rouennais pour passer le deuxième tour de Coupe Continentale. Il leur a fallu en effet soutenir Amiens face à Amsterdam lors de la dernière journée du tournoi, pour ne pas que les deux clubs français soient tous deux éliminés par les Néerlandais. En effet, les Dragons ont failli payer leur match nul 0-0 du premier jour contre l'équipe hollandaise, sans Phil Groeneveld blessé mais avec sa surprenante doublure Casper Zwart. Dans le même temps, Amiens pensait avoir fait le plus dur en remportant la victoire contre Asiago à l'issue de son "plus mauvais match de la saison". En réalité, les Italiens ont été trop affaiblis par rapport à ces dernières années et ont lâché prise après ce premier revers, alors que leurs espoirs de qualification s'étaient envolés. Le 0-6 encaissé ensuite face à Amsterdam par les Transalpins, qui avaient aligné leur second gardien, a d'ailleurs failli faire des clubs français des victimes collatérales.

Mais, même s'ils n'avaient plus leur destin en mains après leur défaite contre Rouen dans la fièvre du samedi soir, les Amiénois ont réussi à mater les Néerlandais, et ont ainsi ouvert la porte aux Dragons qui ont craché le feu sur les Italiens démotivés. Rouen accède donc au troisième tour, grâce à ses prestations sur la glace et sans repêchage comme l'an passé. Comme la poule suivante sera tout aussi équilibrée que celle-ci, il y a un vrai coup à jouer pour que le hockey français soit représenté dans la Superfinale, et que le club normand se refasse à nouveau un nom sur la scène européenne, pour ne plus vivre uniquement sur ses exploits continentaux d'antan.

Pronostics des poules du troisième tour :

Groupe J (à Herning, Danemark) : Vålerenga Oslo (NOR) 35 %, Rouen (FRA) 25 %, Herning (DAN) 20 %, Unia Oswiecim (POL) 20 %.

Groupe K (à Linz, Autriche) : Linz (AUT) 30 %, Keramin Minsk (BLR) 30 %, Jukurit Mikkeli (FIN) 25 %, Kazzinc-Torpedo Ust-Kamenogorsk (KAZ) 15 %.

22/10 Coupe de France : tirage du deuxième tour

Hier soir, Morzine a finalement battu Chamonix en prolongation (3-2) dans un match qui a dû être inversé et décalé car le toit de la patinoire morzinoise a une fâcheuse tendance à tomber sur la tête de ses occupants. Privés de patinoire, les Pingouins ont été déçus de la date choisie pour ce match, et ont soupçonné Chamonix d'avoir exigé une date aussi précoce pour pouvoir observer Morzine avant de le rencontrer en championnat samedi prochain. Si les Chamois craignaient effectivement leurs adversaires, ils avaient raison puisqu'ils ont été battus.

Ce n'est pas la seule surprise de ce premier tour de Coupe de France puisque quatre clubs de division 2 ont éliminé des adversaires de D1. Grâce à un bon match de son gardien Franck Laures, Montpellier a encore battu Avignon, comme en amical, alors que Viry-Châtillon a pris une revanche sur sa défaite de pré-saison à Asnières en allant cette fois s'y imposer 4-3. Mais les plus grosses surprises viennent de clubs de bas de tableau de D2, Toulon, qui a éliminé Valence aux tirs au but, et surtout Le Havre, qui a eu raison de Courbevoie 3-1.

Le DTN Patrick Ranvier a procédé lundi au tirage au sort des seizièmes de finale, toujours conditionnés par des critères de proximité géographique. Il y aura trois chocs entre clubs de Super 16, Dijon-Épinal, le derby isérois Grenoble-Villard, qui a de bonnes chances de provoquer l'élimination d'entrée du tenant du titre, et le choc Rouen-Brest, important psychologiquement pour les Dragons face à une équipe qui les a battus deux fois cette saison. Pour le reste, la présence de nombreux clubs de D2 explique que de nombreuses confrontations soient particulièrement déséquilibrées. La Coupe de France.

Lyon 15 % - Briançon 85 %

Grenoble 75 % - Villard-de-Lans 25 %

Gap 90 % - Morzine 10 %

Mont-Blanc 99 % - Chambéry 1 %

Nantes 1 % - Angers 99 %

La Roche-sur-Yon 1 % - Clermont-Ferrand 99 %

Mulhouse 99 % - Amnéville 1 %

Dijon 65 % - Épinal 35 %

Limoges 70 % - Montpellier 30 %

Toulon 1 % - Anglet 99 %

Amiens II 5 % - Dunkerque 95 %

Le Havre 10 % - Caen 90 %

Rouen 65 % - Brest 35 %

Viry 1 % - Amiens 99 %

ACBB 10 % - Garges-lès-Gonesse 90 %

Tours 95 % - Neuilly-sur-Marne 5 %

25/10 Super 16 : Rouen rechute

Après avoir prouvé sa valeur en Coupe Continentale, Rouen a rechuté à domicile, battu par Anglet sur un lancer incongru poteau rentrant de Jean-Christophe Filippin (2-3). Ces deux points sont extrêmement précieux pour l'Hormadi, qui distance ses adversaires directs Angers (défait 3-7 par Amiens en encaissant les sept buts en deuxième période !) et Tours (battu 5-1 à Brest) et qui passe même devant les Dragons ! Car, et c'est l'autre nouvelle du jour, les Rouennais se retrouvent dans une position inconfortable. Et le calendrier n'est pas fait pour les rassurer puisque l'échéance suivante est le déplacement à Amiens. Ce match au sommet sentira plus que jamais la poudre. Une victoire sera impérative pour les Normands, sinon ils risquent de tergiverser et sans doute de sacrifier la Coupe Continentale. Tout ça pour ça...

La solution pourrait revenir d'un renfort extérieur. Alors que les rumeurs concernant un retour d'Éric Doucet courent toujours, c'est vers la Finlande que se tourne Rouen. Le RHE devrait en effet engager Kimmo Salminen, un pur buteur qui s'était révélé au JYP Jyväskylä et avait même été deux fois sélectionné en A. Après une expérience ratée en Suède à l'AIK, il a joué en SM-liiga avec Ässät, KalPa, Kärpät (qu'il a d'abord contribué à faire monter) et le HIFK.

Dans la poule sud, les ténors n'ont pas autant de problèmes au classement. Pourtant, Grenoble a encore une fois incroyablement peiné à domicile face au "petit poucet" Gap. C'est en effet celui-ci qui a ouvert le score par Anthony Perez. Certes, les Brûleurs de Loups ont pris l'avantage dès le deuxième tiers par le junior Christophe Tartari, mais ce n'est que dans les cinq dernières minutes qu'ils ont pu creuser l'écart (5-1).

Les duels les plus importants pour la qualification ont donné lieu à des prolongations. Du coup, tout le monde est content, les gagnants à domicile, Dijon et Clermont-Ferrand, et leurs vaincus, Villard et Épinal. S'il n'y a pas de vrai gagnant dans cette situation, il y a en revanche un vrai perdant. Il s'agit de Briançon, qui regrette un lancer lointain et potentiellement égalisateur de Tomas Kramny qui serait rentré dans la cage et serait ressorti à l'insu de l'arbitre. Les Diables Rouges ont donc été blanchis à domicile par Mulhouse, vainqueur 2-0 sur des buts d'Étienne Croz et Guillaume Chassard. Après l'expérience non probante Billy Combe, les Briançonnais ont engagé cette semaine l'entraîneur québécois Luciano Basile pour alléger la charge de Jokiharju, mais leurs chances de qualification se sont encore amincies ce soir.

26/10 Italie : Mohoric humilié par ses anciens coéquipiers

Le gardien slovène Klemen Mohoric a vécu un début de saison difficile dans le championnat italien, qu'il a choisi de rejoindre cette saison. Il y a moins de deux semaines, il annonçait qu'il quittait le "Torinovalpe", association de Turin et Valpellice, après seulement six journées de championnat, en raison des piètres conditions matérielles offertes. Il devait en effet partager son logement avec deux autres joueurs, et devait en outre prendre à sa charge la plus grande part de son équipement de jeu. Lundi dernier, Mohoric a donc rejoint Merano, qui cherchait justement un gardien après la blessure de son titulaire Günther Aufderklamm.

Malice du calendrier, pour son premier match sous ses nouvelles couleurs, Mohoric se retrouvait hier soir face à... Torinovalpe. Et ses anciens coéquipiers lui ont fait subir un véritable calvaire. En neuf minutes, le Slovène a en effet encaissé trois buts en six tirs, et a alors été sorti pour laisser place à Thomas Tragust. Dans la passe difficile que vit Merano, seul club de l'élite à six de l'an passé à être en difficulté dans le nouveau championnat, ce Tragust est la seule bonne satisfaction. Âgé de seulement 17 ans, c'est lui qui a assuré l'intérim avant l'arrivée de Mohoric.

Et quel intérim ! Thomas Tragust a été lancé dans le grand bain dans une équipe de Merano qui venait de perdre chez le dernier, Egna, un club sans patinoire couverte qui doit jouer en exil et n'est absolument pas au niveau. Et il l'a relancé en obtenant un blanchissage pour son premier match de série A (6-0 contre Brunico) ! Il a ensuite enchaîné par une nouvelle victoire (6-3 à Gardena), puis par une excellente prestation chez le grand favori Milan, ne concédant que trois buts en quarante tirs, ce qui explique la courte défaite 3-2. Hier soir, il a encore fait meilleure figure que Mohoric, même s'il a encaissé deux buts de David Stricker au dernier tiers-temps. Et si ce débutant faisait de l'ombre au gardien international slovène ?

Pendant ce temps, le club piémontais a trouvé un remplaçant à celui-ci. Tomi Raisanen, un gardien finlandais de niveau médiocre, déjà brièvement passé par Milan pour six rencontres lorsque Muzzatti avait une pubalgie en 2001/02, et qui n'évoluait qu'en Central Hockey League la saison passée. Pour devenir titulaire, il devra s'imposer à David Di Gironimo, excellent hier soir avec trente-cinq arrêts en trente-six tirs. Torinovalpe a ainsi définitivement tourné la page de Mohoric, et a distancé Merano, seulement huitième, par la même occasion.

Hier soir également, les deux favoris se rencontraient. Toujours pas remis du choc de leur piteuse élimination conjointe en Coupe Continentale, Asiago et Milan se sont séparés sur un score nul 3-3. Ils laissent ainsi Bolzano et Alleghe seuls en tête.

26/10 Russie : les grandes manuvres

La semaine a été particulièrement agitée dans la Superliga russe. Deux des clubs les plus puissants du pays, l'Avangard Omsk et le Lokomotiv Yaroslavl, ont en effet limogé leur entraîneur presque au même moment. Dans les deux cas, les hommes licenciés n'avaient pas réussi à sortir de l'ombre de leurs prédécesseurs - Ivan Hlinka pour Omsk et Vladimir Vujtek pour Yaroslavl. Néanmoins, les deux situations sont très différentes.

D'un côté, l'Avangard Omsk est vraiment dans une position dramatique. Il restait sur sept défaites d'affilée, et compte neuf points de retard sur la huitième place qualificative en quarts de finale. Un gouffre dans un championnat russe très serré, où derrière le Dynamo légèrement détaché en tête, les autres participants virtuels aux play-offs se tiennent actuellement en quatre points.

Omsk avait d'abord remplacé son président Anatoli Bardin par Konstantin Potapov, le vice-président de la compagnie pétrolière Sibneft, dont le PDG est le milliardaire Roman Abramovich qui tire les ficelles dans l'ombre. L'Avangard avait ensuite envoyé en équipe-ferme Maksim Sokolov, au moment même où Tikhonov annonçait sa sélection, où le gardien féru de littérature figurait évidemment. Sokolov a en effet raté son début de saison. De quoi regretter Jamie Storr, qui a finalement signé un contrat en NHL à Carolina plutôt que de venir jouer les utilités à Omsk ? Pas forcément, car le deuxième gardien ukrainien Aleksandr Vyukhin a bien assumé son rôle.

Mais la situation était devenue impossible, car les relations entre Sergueï Gersonsky et certains joueurs étaient devenues intenables. Le club avait le choix entre le virer, ou bien placer sur la liste des transferts des stars comme Sokolov ou encore l'attaquant chéri des supporters Maksim Sushinsky. Même les attaquants tchèques Pavel Patera et Tomas Vlasak menaçaient de rompre leurs contrats. Entre les stars et l'entraîneur, les dirigeants avaient déjà fait son choix bien avant, en imposant de désigner comme capitaine Oleg Tverdovsky au lieu de Prokopiev.

Restait à connaître le successeur de Gersonsky, et c'est finalement Valeri Belousov. L'ex-entraîneur de Magnitogorsk ne tenait plus qu'un rôle de conseiller, à la fois en équipe nationale et pour le Traktor Chelyabinsk, son club d'origine d'où sont issus tant de grands joueurs et entraîneurs. Mais il a su se laisser convaincre de revenir au charbon. Son intronisation hier soir a été un grand succès. Omsk a étrillé l'AK Bars Kazan (4-0), deuxième au classement, et Maksim Sokolov, pour son retour en grâce, a réussi un blanchissage face à la meilleure attaque du championnat !

D'un autre côté, considérons la position du Lokomotiv Yaroslavl, bien moins compliquée puisqu'il est septième et "dans le paquet". Le double champion en titre a fondé ses succès sur la patience et le travail de fond, et on ne s'attendait pas à ce qu'il panique pour si peu. Mais depuis qu'elle a été battue à Kazan chez son ex-entraîneur Vujtek, l'équipe a inexplicablement perdu son jeu, concédant cinq défaites en six rencontres. Alors Vladimir Yurzinov a dû prendre la porte.

Et c'est là que le président de Yaroslavl, Youri Yakovlev, a un peu perdu le sens des proportions. Il a ainsi contacté Scotty Bowman, le légendaire entraîneur canadien qui lui a gentiment rappelé qu'il avait pris sa retraite, ou encore Hannu Aravirta, l'ex-entraîneur de la Finlande qui lui a expliqué qu'il avait l'intention d'honorer son contrat actuel avec le HIFK Helsinki. Le nom du nouvel entraîneur ne sera communiqué que pendant la trêve de novembre, peut-être le temps que Yakovlev parvienne à joindre Anatoli Tarasov en direct de l'au-delà...

Loin de cette folie des grandeurs, c'est Vladimir Kryuchkov, par intérim, qui a pris en charge l'équipe, comme il l'avait fait en 2000/01 lorsqu'il avait succédé à Piotr Vorobiev en cours de saison. Et c'est justement contre l'actuel club de Vorobiev, le Lada Togliatti, passé brièvement en tête du championnat la semaine dernière, que le Lokomotiv Yaroslavl a renoué avec la victoire hier soir (3-2).

28/10 Super 16 : le match au sommet pour Amiens

Pendant que Rouen connaissait bien des malheurs en championnats, ce sont Amiens et Brest qui trônaient au pinacle de la poule ouest. Et le dernier match aller encore à disputer, reporté en raison de la qualification picarde pour le deuxième tour de Coupe Continentale, opposait justement ces deux équipes. Dès les premières journées, il a été clair que Brest a constitué cette saison une très belle équipe, qui s'immisce dans le quatuor traditionnel Rouen-Amiens-Mulhouse-Grenoble, une de ces cinq équipes au moins devant donc tirer une croix sur les demi-finales. D'ici là, les Albatros se seront d'ailleurs peut-être renforcés, car Briec Bounoure a évoqué un "coup de collier" financier toujours possible pour recruter un défenseur et un attaquant.

Mais la formation actuelle a déjà un fort potentiel, notamment offensif, et les Amiénois l'attendaient avec impatience mais aussi anxiété. Ils ont été pleinement rassurés, avec une victoire 6-2 et une très belle prestation de leur jeu de puissance face à une équipe brestoise très forte jusqu'ici en infériorité. Cette fois, l'indiscipline a été fatale aux Albatros, et le capitaine Dino Grossi n'a pas montré l'exemple. C'est donc Amiens qui prend la tête, en attendant le match retour au Rïnkla.

Dommage que ce vrai match au sommet ait été un peu gâché par les déclarations dans L'Équipe de Briec Bounoure, qui menace de retirer son club du Super 16 si la formule ne propose pas plus de matches... Rappelons qu'il y a dix ans (quand son équipe était pro) il plaidait pour une ligue professionnelle resserrée, et qu'il y a cinq ans (quand elle ne l'était plus) il soutenait l'idée d'un championnat élargi avec de nombreuses poules géographiques et pas plus d'un match par semaine pour permettre aux joueurs d'avoir un emploi à côté. Le voilà aujourd'hui qui change à nouveau de position suivant les intérêts de son club... De toute manière, ce nouveau chantage malvenu est hors sujet faute... d'interlocuteur, car le hockey français fait face à de bien plus graves problèmes. Depuis la dissolution presque en catimini du Directoire et l'éviction de Luc Tardif, il dérive actuellement sans capitaine, et on s'interroge encore sur la crédibilité qu'aura la nouvelle Coordination Nationale du Hockey Français (CNHF) dont la création a été annoncée aujourd'hui par la FFSG, sans qu'on en connaisse pour l'instant les membres effectifs.

 

 

Le mois précédent (septembre 2003)

Le mois suivant (novembre 2003)