Suède - Russie (21 avril 2004)

 

Match amical.

Ilya Kovalchuk est légèrement blessé et laissé au repos, et Viktor Tikhonov, qui ne veut pas bouleverser ses autres lignes, décide de le remplacer sur le premier bloc par Nikolaï Pronin, le jeune attaquant du CSKA qui ne devrait normalement pas être dans la sélection définitive pour le championnat du monde. Il ne convainc d'ailleurs pas, mais la première ligne continue de se créer les meilleures occasions par Prokopiev, Tverdovsky et Sushinsky. C'est plutôt mauvais signe pour les Russes, car cela prouve que les autres blocs n'ont pas pris leurs responsabilités, même en l'absence de Kovalchuk. On a vu ce que donnait l'an dernier une équipe trop déséquilibrée. C'est la première ligne qui descend au niveau des autres, et non l'inverse.

Peu habitués à se faire siffler certaines fautes "légères" qui nuisent au jeu mais sont tolérées en Superliga russe, les Russes se retrouvent à cinq contre trois en fin de deuxième tiers-temps. En vingt-trois secondes, un slap de Niclas Hävelid et un tir du poignet d'Andreas Salomonsson donnent la victoire à la Suède. À l'inverse, les Russes ne parviendront pas à se créer d'occasion franche alors qu'ils jouent les deux dernières minutes à cinq contre trois.

La victoire des Suédois est globalement méritée car ils ont légèrement dominé un match vraiment pas emballant. Le Globen pas très rempli n'a pas vu de beau jeu ce soir. Le principal enseignement pour la Tre Kronor est le match solide de Henrik Lundqvist, qui n'a pas laissé le moindre rebond aux Russes. Grâce à de meilleurs matches amicaux, il a sans doute maintenant la faveur des pronostics pour être le n1 dans les cages suédois, car il est plus constant que l'autre jeune gardien Stefan Liv.

 

Commentaire d'après-match

Vladimir Yurzinov (entraîneur-adjoint de la Russie) : "Les Suédois nous ont proposé le hockey qui nous attend tous aux championnats du monde - rugueux et même brutal par moments. Je suis content que les joueurs ne soient pas entrés dans ce jeu-là et qu'ils aient contenu leurs émotions. Le match a été très équilibré. Certaines portions ont enchanté notre staff, avec une bonne organisation, l'implication physique nécessaire et des combinaisons. Cependant, nous avons été déçus par la perte de concentration de l'équipe à certains moments. On ne peut pas reprocher le premier but encaissé à trois contre cinq, mais le second juste après, si. Nous avons tenu le rythme élevé proposé jusqu'à la fin. Nous n'avons toujours pas résolu nos problèmes en supériorité et en infériorité numérique. Nous tirons autant que nos adversaires, mais il nous manque la précision, et ça, nous ne pouvons pas l'apprendre aux joueurs."

 

Suède - Russie 2-0 (0-0, 2-0, 0-0)

Mercredi 21 avril 2004 à 19h00 au Globen de Stockholm. 5716 spectateurs.

Arbitrage de Jyri Rönn (FIN) assisté de Conny Ekenberg et Fredrik Ulriksson (SUE).

Pénalités : Suède 26' (4'+10', 4', 8'), Russie 16' (2', 10', 4').

Tirs : Suède 16 (3, 7, 6), Russie 19 (10, 4, 5).

Évolution du score :

1-0 à 39'21" : Hävelid assisté de Tärnström (double sup. num.)

2-0 à 39'44" : Salomonsson assisté de Hedström et Påhlsson (sup. num.)

 

Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Ronnie Sundin - Per Hållberg ; Daniel Tjärnqvist - Thomas Rhodin ; Dick Tärnström - Niclas Hävelid ; Thomas Johansson.

Attaquants : Fredrik Sjöström - Jörgen Jönsson - Jonas Höglund ; Niklas Andersson - Johan Davidsson - Magnus Kahnberg ; Andeas Salomonsson - Samuel Påhlsson - Jonathan Hedström ; Jonas Rönnqvist - Johan Franzén - Niklas Nordgren.

Russie

Gardien : Maksim Sokolov.

Défenseurs : Vassili Turkovski - Oleg Tverdovsky ; Vitali Proshkin - Dmitri Bykov ; Dmitri Kalinin - Andreï Skopintsev ; Dmitri Yushkevich - Aleksandr Guskov.

Attaquants : Nikolaï Pronin - Aleksandr Prokopiev - Maksim Sushinsky ; Aleksandr Ovechkin - Sergueï Zinoviev - Valeri Zelepukin ; Andreï Bashkirov - Vyacheslav Butsaïev - Vladimir Antipov ; Sergueï Mozyakin - Aleksandr Skugarev - Andreï Morozov.

 

Retour aux matches internationaux