Suisse - Canada (9 novembre 2004)

 

Match comptant pour la Deutschland Cup 2004.

Après avoir réussi le carton plein (remporter la coupe du monde alors qu'il est déjà tenant du titre des JO et des Mondiaux), le Canada devra maintenant défendre toutes ses couronnes, et en particulier la plus importante, la médaille d'or olympique reconquise au bout de cinquante ans d'attente, et qu'il risque de devoir défendre à Turin sans les stars de NHL. C'est donc une mission de développement qui a été confiée à Marc Habscheid, nommé entraîneur avec un contrat de trois ans, dans l'optique de ces Jeux. Une mission qui commence ce soir en Suisse, un pays que Habscheid connaît bien pour y avoir évolué à Berne il y a une dizaine d'années.

Les années précédentes, la Deutschland Cup se jouait à quatre nations et était systématiquement précédée d'un match amical Suisse-Canada. Cette année, le passage de la Deustchland Cup à cinq équipes permet d'intégrer ce match dans le calendrier du tournoi basé à Hanovre, même s'il se joue quand même de façon "déportée", imitant un processus bien connu dans l'Euro Hockey Tour. Côté suisse, on note la première sélection de Cyrill Geyer, remarqué par ses performances en club à Rapperswil. Côté canadien, l'effectif compte encore pas mal de joueurs de LNA et de LNB, et une fois en Allemagne, il sera modifié et ne comportera presque plus que des hockeyeurs de DEL.

Mais le plus amusant dans ce match est sans doute le duel des gardiens : Martin Gerber et Corey Hirsch étaient encore concurrents il y a quelques semaines à Langnau, avant que le Canadien ne claque la porte du club. Surtout, Hirsch a fait des déclarations tapageuses dans la presse canadienne pour soulever le problème de ses compatriotes évoluant en Europe qui perdaient leur emploi du fait de l'arrivée temporaire de joueurs libérés par le lock-out, comme Gerber qui l'a privé de sa place de titulaire. S'il s'est emporté contre l'égoïsme des grévistes de NHL, Corey Hirsch n'agit pas différemment : en trouvant finalement un poste de n1 à Kassel, il a du même coup écarté le gardien allemand Jan Münster, dégoûté d'être aussi mal récompensé des efforts faits depuis le début de saison, et qui a dû se recaser en deuxième division à Landshut. Hirsch avait tout simplement vécu lui-même ce qui est le lot des joueurs européens lorsque leur club recrute un étranger à leur place.

Le premier tiers-temps est marqué par des déficits de concentration dans la défense helvétique, que Martin Gerber compense un temps, notamment avec deux arrêts rapprochés face à son coéquipier de club Jeff Shantz. Mais une minute plus tard, il s'incline devant une contre-attaque d'Andy Delmore, le défenseur de Mannheim. Les arrières suisses souffrent face à la vitesse de jeu du Canada qui double la mise en supériorité numérique par Jame Pollock après une faute inutile de Reichert.

Menés de deux buts, les Suisses reviennent sur la glace motivés et multiplient les occasions, mais elles restent vaines et ils se découragent petit à petit, ne parvenant pas à maintenir leur forte pression plus de dix minutes. Il ne leur reste donc qu'un tiers-temps pour refaire leur retard. Et c'est alors que les visiteurs semblent maîtriser le match qu'Adrian Wichser trouve enfin la faille d'un tir précis. Le Canada se laisse un peu aller et la Suisse le lui fait payer cher en égalisant aussitôt par Valentin Wirz. C'est donc aux tirs au but que la décision se fait. Deux joueurs de Rapperswil, Stacey Roest et Dale McTavish, y donnent la victoire au Canada, ce qui permet à Corey Hirsch de prendre sa revanche en gagnant son duel à distance avec Gerber et d'être élu meilleur joueur de son équipe.

Dans les rangs suisses, c'est Martin Plüss qui a le droit à cette distinction, lui qui a réussi d'excellents débuts en Elitserien. Il était dans les meilleurs marqueurs du championnat suédois, au milieu des stars revenues de NHL, quand une commotion cérébrale l'a contraint à une pause de dix jours, qui est obligatoire dans ce cas selon les règlements suédois. Quoi qu'il en soit, Plüss a d'ores et déjà prouvé qu'il est le meilleur attaquant de son pays et qu'il soutient la comparaison au niveau international. En revanche, on s'interroge sur Goran Bezina, lui en qui les Nord-Américains fondaient de bons espoirs du fait de son gros gabarit. Sa prestation de ce soir a en effet été catastrophique avec énormément de passes manquées. Enfin, signalons que le buteur Adrian Wichser a ressenti à l'issue de la rencontre une douleur à l'épaule, conséquence d'un coup pris samedi lors de Rapperswil-Lugano. Il va donc quitter la sélection, remplacé par Daniel Steiner, un joueur qui n'a pas les mêmes qualités de patinage mais qui est tout aussi capable de se frayer un chemin près de la cage.

Élus meilleurs joueurs du match : Martin Plüss pour la Suisse et Corey Hirsch pour le Canada.

 

Commentaires d'après-match

Ralph Krueger (entraîneur de la Suisse) : "Perdre fait toujours mal, mais jouer, attaquer et lutter comme nous l'avons fait ce soir est quand même un motif de satisfaction. Cette fois, en effet, nous n'avons mis qu'une période à entrer en carburation, alors que dans le passé il nous a presque toujours fallu un match entier."

Marc Habscheid (entraîneur du Canada) : "Nous sommes contents d'avoir obtenu la victoire, c'est l'essentiel. La volonté était présente, nous avons joué un hockey dur et vraiment inspiré. Mais la précision faisait défaut, comme dans une équipe qui n'a pas joué ensemble depuis longtemps."

 

Suisse - Canada 2-2 (0-2, 0-0, 2-0, 0-0) / 0-2 aux tirs au but

Mardi 9 novembre 2004 à 20h15 à la Bodensee-Arena de Kreuzlingen. 3750 spectateurs.

Arbitrage de M. Schimm (ALL) assisté de MM. Küng et Popovic (SUI).

Pénalités : Suisse 2' (2', 0', 0', 0'), Canada 8' (4', 4', 0', 0').

Engagements : Suisse 43 (14, 12, 14, 3), Canada 39 (13, 8, 14, 4).

Évolution du score :

0-1 à 09'47" : Delmore assisté de King

0-2 à 16'42" : Pollock assisté de Pittis (sup. num.)

1-2 à 49'09" : Wichser

2-2 à 51'53" : Wirz assisté de Conne et Plüss

Tirs au but :

Suisse : Wichser (à côté), Jeannin (poteau), Fischer (arrêté), Plüss (arrêté).

Canada : Robitaille (arrêté), Roest (réussi), McTavish (réussi).

 

Suisse

Gardien : Martin Gerber.

Défenseurs : Mark Streit - Olivier Keller ; Julien Vauclair - Goran Bezina ; Martin Steinegger - Cyrill Geyer ; Timo Helbling.

Attaquants : Ivo Rüthemann - Thomas Ziegler - Thierry Paterlini ; Andres Ambühl - Andreas Camenzind - Marc Reichert ; Flavien Conne - Martin Plüss - Patric Della Rossa ; Patrick Fischer - Sandy Jeannin - Adrian Wichser.

Canada

Gardien : Corey Hirsch.

Défenseurs : Shane Peacock - Jamie Heward ; Derrick Walser - Micki Dupont ; Jame Pollock - Andy Delmore ; Daniel Laperrière.

Attaquants : Dale McTavish - Stacy Roest - Yves Sarault ; Randy Robitaille - Jesse Bélanger - Éric Landry ; Ryan Gardner - Domenic Pittis - Éric Lecompte ; Rob Zamuner - Scott King - Jeff Shantz.

 

Retour aux matches internationaux