Jeux Olympiques d'Albertville 1992

 

Tous les matches se déroulent à la patinoire de Méribel.

Groupe A (9, 11, 13, 15 et 17 février 1992)

Suède - Pologne 7-2 (2-1,3-0,2-1)
Finlande - Allemagne 5-1 (1-0,2-0,2-1)
États-Unis - Italie 6-3 (2-1,0-2,4-0)

Finlande - Pologne 9-1 (4-0,1-0,4-1)
États-Unis - Allemagne 2-0 (0-0,1-0,1-0)
Suède - Italie 7-3 (2-0,4-1,1-2)

Italie - Pologne 7-1 (5-1,1-0,1-0)
États-Unis - Finlande 4-1 (1-0,1-1,2-0)
Suède - Allemagne 3-1 (3-1,0-0,0-0)

Italie - Allemagne 2-5 (0-2,2-0,0-3)
Suède - Finlande 2-2 (1-0,0-1,1-1)
États-Unis - Pologne 3-0 (0-0,2-0,1-0)

Allemagne - Pologne 4-0 (1-0,1-0,2-0)
Finlande - Italie 5-3 (3-0,0-1,2-2)
Suède - États-Unis 3-3 (0-1,0-1,3-1)

Classement : 1 États-Unis 9, 2 Suède 8, 3 Finlande 7, 4 Allemagne 4, 5 Italie 2, 6 Pologne 0

L'entraîneur suédois Conny Evensson a déclaré dans Hockey Mag avant le Mondial qu'il ne tenait pas forcément à terminer premier de son groupe car cela impliquait de jouer son quart de finale dès le lendemain du match en soirée contre les physiques Américains. Mais quand son équipe est menée 3-0, sa perspective est d'affronter les terribles Russes. Elle sauve le match nul qui lui accorde les Tchécoslovaques en adversaires, et ce ne sont pas les Américains qui s'en plaindront, qui se retrouvent face à la France en quarts en gardant la première place.

 

Groupe B (8, 10, 12, 14 et 16 février 1992)

Canada - France 3-2 (1-1,2-0,0-1)
Tchécoslovaquie - Norvège 10-1 (4-0,5-1,1-0)
CEI - Suisse 8-1 (3-0,3-0,2-1)

CEI - Norvège 8-1 (3-0,2-0,3-1)
Tchécoslovaquie - France 6-4 (0-2,4-1,2-1)
Canada - Suisse 6-1 (1-0,4-0,1-1)

Canada - Norvège 10-0 (3-0,3-0,4-0)
Suisse - France 3-4 (2-1,1-2,0-1)
CEI - Tchécoslovaquie 3-4 (1-2,1-0,1-2)

CEI - France 8-0 (2-0,4-0,2-0)
Suisse - Norvège 6-3 (0-1,1-1,5-1)
Canada - Tchécoslovaquie 5-1 (1-0,2-1,2-0)

Norvège - France 2-4 (0-1,0-0,2-3)
Tchécoslovaquie - Suisse 4-2 (1-1,1-1,2-0)
Canada - CEI 4-5 (2-3,0-1,2-1)

Classement : 1 Canada 8, 2 CEI 8, 3 Tchécoslovaquie 8, 4 France 4, 5 Suisse 2, 6 Norvège 0.

Atteindre les quarts de finale, voilà l'objectif que s'étaient fixés les Français, un exploit pour eux qui n'ont pas encore goûté au groupe A mondial. Mais les exploits de Philippe Bozon et d'un tout jeune Stéphane Barin le laissent augurer, après deux belles résistances face au Canada dans un mémorable match d'ouverture puis face à la Tchécoslovaquie, les deux adversaires désignés, Suisse et Norvège, sont battus tour à tour, et le rêve devient réalité.

 

Quarts de finale (18 et 19 février 1992)

Canada - Allemagne 3-3 (1-2,1-0,1-1,0-0) / 3-2 aux tirs au but
États-Unis - France 4-1 (0-1,3-0,1-0)
CEI - Finlande 6-1 (2-1,2-0,2-0)
Suède - Tchécoslovaquie 1-3 (1-1,0-0,0-2)

Le quart de finale contre le Canada constitue le record d'audience des JO en Allemagne, et l'image du tir au but de Peter Draisaitl, ralenti mais pas arrêté par le gardien Sean Burke, et qui s'arrête juste sur la ligne de but, restera gravée dans les mémoires. Et que dire des 5,2 millions de Français qui ont suivi les Bleus contre les Américains devant leur petit écran ? Beaucoup espèrent que le hockey sur glace puisse décoller après ce succès sportif et populaire, mais il intervient alors que le hockey français est en pleine crise avec une ligue professionnelle exsangue où il ne reste plus que cinq clubs.

 

Matches pour les places de 9 à 12 (18 et 19 février 1992)

Italie - Norvège 3-5 (1-1,1-2,1-2)
Suisse - Pologne 7-2 (1-0,2-2,4-0)

 

Matches pour les places de 5 à 8 (20 février 1992)

Allemagne - France 5-4 (1-0,3-3,1-1)
Suède - Finlande 3-2 (2-0,1-1,0-1)

 

Demi-finales (21 février 1992)

Canada - Tchécoslovaquie 4-2 (2-1,0-1,2-0)
États-Unis - CEI 2-5 (1-2,1-0,0-3)

 

Finale (23 février 1992)

Canada - CEI 1-3 (0-0,0-0,1-3)

L'entraîneur canadien Dave King avait prédit que les Russes seraient perturbés par les évènements politiques dans leur pays. Il se trompait. Certes, l'URSS n'existe plus et ses joueurs portent le maillot unifié de la "Communauté des États Indépendants" (CEI) en attendant celui de leur nouveau pays - ils sont tous Russes en l'occurrence. Mais cela n'empêche pas certains d'automatismes de persister, même si nul ne sait si l'image de l'imperturbable colonel Viktor Tikhonov porté en triomphe marque ou non la fin d'une époque. Toutes les anciennes stars soviétiques sont parties en NHL... sauf deux, Vyacheslav Bykov et Andreï Khomutov, qui jouent à Fribourg-Gottéron en Suisse et dont le talent toujours vivace a pu s'imposer au hockey tout en puissance des Canadiens et de leur jeune star Eric Lindros. Mais dans une finale crispante où la moindre erreur peut s'avérer fatale, c'est Vyacheslav Butsaïev qui ouvre enfin le score en troisième période. Son tir dans un angle impossible rebondit sur le bouclier puis sur le patin de Sean Burke, qui doit encore en faire des cauchemars.

 

Match pour la troisième place (22 février 1992)

Tchécoslovaquie - États-Unis 6-1 (2-0,1-0,3-1)

 

Match pour la cinquième place (22 février 1992)

Suède - Allemagne 4-3 (0-2,1-0,3-1)

 

Match pour la septième place (22 février 1992)

Finlande - France 4-1 (0-0,2-0,2-1)

 

Match pour la neuvième place (21 février 1992)

Norvège - Suisse 5-2 (2-0,0-1,3-1)

 

Match pour la onzième place (20 février 1992)

Italie - Pologne 1-4 (0-3,1-0,0-1)

 

 

Meilleurs marqueurs

                               MJ   B  A Pts  Pén
 1 Joe Juneau             CAN   8   6  9  15   4'
 2 Andrei Khomutov        CEI   8   7  7  14   2'
 3 Robert Lang            TCH   8   5  8  13   8'
 4 Teemu Selänne          FIN   6   7  4  11   6'
 5 Eric Lindros           CAN   8   5  6  11   6'
 6 Hannu Järvenpää        FIN   8   5  6  11  14'
 7 Slava Bykov            CEI   8   4  7  11   0'
 8 Yuri Khmylev           CEI   8   4  6  10   4'
 9 Mika Nieminen          FIN   8   4  6  10   6'
10 Nikolaï Borshchevsky   CEI   8   7  2   9   0'

Équipe-type : Roy Leblanc (USA) ; Igor Kravtchuk (CEI) - Dmitri Mironov (CEI) ; Håkan Loob (SUE) - Slava Bykov (CEI) - Eric Lindros (CAN).

Trophée du fair-play : URSS.

 

 

Les JO précédents (Calgary 1988)

Les JO suivants (Lillehammer 1994)

 

Retour aux archives