Nice, contraint de changer une équipe qui gagne

 

Les Aigles du NHE ont réussi une très belle saison 2018/19 en atteignant leurs premiers play-offs et en terminant à la septième place - la meilleure de l'histoire du club - avec une différence de buts quasi-équilibrée. Un défi encore plus grand les attend : confirmer après avoir perdu tous leurs étrangers, leurs deux meilleurs JFL et leur capitaine ! Troisième attaque de Ligue Magnus l'an passé, Nice a perdu ses neuf meilleurs marqueurs, dont un seul volontairement : Frédéric Bergeron se contentait trop du poste d'ailier gauche après avoir peiné au centre, alors que Stan Sutor ne pouvait "gaspiller" un poste d'étranger pour un ailier de troisième ligne dans sa construction d'équipe.

Ces neuf marqueurs cités comprenaient deux joueurs prêtés par Poprad qui ont forcément été rendus au club slovaque ami. L'ailier Matej Palocko, pas à son poste, était devenu centre par défaut sur la ligne finlandaise, jusqu'à récolter la meilleure fiche +/- de l'équipe sur la saison écoulée. Peter Bjaloncik était arrivé en octobre pour compenser les blessures et un déficit de centres de métier. Les Finlandais, eux, ont tellement bien réussi qu'ils se sont mis en valeur pour mieux repartir. Tous réclamaient une augmentation de salaire supérieure à ce que le club était prêt à proposer. Pour Florian Sabatier, obtenu "grâce" à la faillite d'Épinal, les chances qu'il reste paraissaient quasi-nulles dès l'origine.

Nice aurait par contre pu espérer conserver Matus Matis, mais il a préféré la proposition salariale de Lyon, ce qui a fait grincer les dents sur la côte d'Azur - et peut-être depuis les dents du joueur concerné lui-même - compte tenu du contexte financier du club lyonnais, exclu à cette heure de la ligue. Mais le départ qui a eu le plus d'impact, c'est celui du précieux JFL Peter Hrehorcak. Dès le début de saison, des prises de bec témoignaient d'une relation un peu distendue. Lorsque l'attaquant slovaque s'est blessé au ligament latéral du genou en janvier, il a tout fait pour revenir pour les play-offs... pour être peu utilisé par Sutor qui ne le sentait pas encore en pleine possession de ses moyens physiques, ni - surtout - libéré de l'appréhension psychologique de se refaire mal... Il l'a mal vécu et est parti fâché.

Trois entraîneurs complémentaires

Depuis six ans, le tandem Stan Sutor - Pascal Margerit est la seule constante dans un club azuréen à l'effectif souvent chamboulé. Les deux hommes, qui ont un travail par ailleurs et ne sont pas employés à plein temps, souhaitaient du renfort. L'ex-coach de Nantes, Daniel Babka, a été chargé de la préparation physique et du travail vidéo après avoir été présenté à Sutor par la légende du hockey niçois et français Peter Almasy. Les deux Slovaques se sont vite trouvé des atomes crochus. Les trois entraîneurs, quasiment du même âge, sont complémentaires en apportant chacun leur spécialité : Margerit est un ancien attaquant, Babka un ancien défenseur et Sutor un ancien gardien.

Le plus exigeant des trois est certainement le coach principal, au jugement impitoyable envers ses confrères masqués. Il a déjà consommé quatre titulaires en trois années de Ligue Magnus. Ervins Mustukovs avait reçu avertissements sur sa trop faible implication aux entraînements avant d'être remplacé en janvier par un gardien plus jeune et travailleur, l'international croate Vilim Rosandic, dont les performances n'ont pas convaincu. Le second gardien Julian Barrier-Heyligen a même été lancé en play-offs, titularisé lors du match 2 à Grenoble où il a déclaré s'être senti "dans une machine à laver" après un mois et demi sans jouer. Dans les discussions de fin d'année, Sutor lui a fixé un cap pour jouer plus souvent : améliorer sa régularité.

Son nouveau titulaire, Sutor l'a trouvé chez lui, à Poprad. Le gardien tchèque Patrik Nechvatal restait sur quatre saisons en ligue autrichienne, trois avec le club tchèque de Znojmo puis une moins concluante à Innsbruck, avant de rentrer dans la ville morave d'où était originaire sa copine. Mais ce retour à Znojmo s'est mal passé : trois premiers matches catastrophiques, puis une blessure malheureuse au genou à l'entraînement. Pendant son absence, un ex-international finlandais avait été engagé (Teemu Lassila). Craignant de ne plus jouer, Nechvatal a donc rejoint Poprad, là encore derrière un bon titulaire (Tomas Vosvrda), mais il s'agissait d'un compatriote et ami connu depuis l'âge junior et avec lequel il était plus facile de communiquer. Bien remis de son début de saison horrible, Nechvatal a signé des performances très solides à près de 93% d'arrêts. Les réseaux de l'entraîneur niçois ont fonctionné à plein : Sutor avait été une recommandation-clé dans le recrutement de Vosvrda par Poprad. Aujourd'hui, c'est Vosvrda qui a chaudement conseillé Nechvatal. Le gardien tchèque a immédiatement amené de la sérénité défensive à l'équipe.

De bons leaders défensifs et un gros doute de profondeur

Si l'on a parlé des joueurs partis, à savoir tous les cadres du début de saison, un joueur très important est resté : le joker Olivier Dame-Malka. Toujours attiré par l'étranger, il a été convaincu par Nice qu'il pourrait se mettre en valeur pour l'équipe de France en devenant le capitaine des Aigles et endossant un costume de leader de l'équipe. Après un championnat du monde où il a comme toujours polarisé - entre un but de la zone neutre et de mauvaises pénalités - Dame-Malka reste attaché à ce maillot bleu qui a toujours été son objectif.

De caractère plus discret, Radek Deyl peut être un autre type de leader pour les lignes défensives. Le quadruple champion de Slovaquie est très expérimenté avec une grande intelligence de jeu défensive, y compris dans la relance. C'était le seul titulaire de l'équipe de Strasbourg à ne pas avoir eu une fiche négative à deux chiffres sur la saison dernière, et c'est suffisamment notable au vu de son temps de glace. C'est une très bonne recrue pour la défense niçoise.

Lubomir Dinda devait être une autre valeur sûre de Ligue Magnus, mais son séjour azuréen s'est terminé dès la fin août. "Nous n'étions pas faits pour travailler ensemble. Je n'en dirai pas plus", s'est contenté de dire Stan Sutor à Nice Matin. Il a aussitôt été remplacé par Martin Matejicek, qui avait fréquenté l'équipe tchèque des moins de 20 ans avant de fracturer le pouce dans son dernier match avant de s'envoler pour le Mondial junior 2011. C'est donc exclusivement dans son pays qu'il s'est illustré. Il a passé les sept saisons suivantes en Extraliga tchèque à Zlin, y compris les play-offs 2014 où il a contribué au titre de champion en marquant le but gagnant de la première victoire (2-0) en demi-finale, le jour de l'anniversaire de son père, un match-clé alors que son club avait perdu les deux premières manches. Il a finalement perdu sa place l'an dernier et a été prêté presque toute la saison. Si Matejicek a évidemment évolué essentiellement dans un registre purement défensif en Extraliga, son slap de la droite est un atout qui n'est pas à négliger. Il est mobile pour son gabarit (1m88) et comprend bien le jeu avec son expérience du haut niveau.

La paire Aurélien Dorey - Quentin Scolari est toujours présente, mais Nice a été très impacté par le nouveau règlement qui limite les feuilles de match à 18 joueurs et 2 gardiens et oblige à aligner 10 Joueurs formés localement (JFL). Il n'est donc plus question d'aligner huit défenseurs, comme on a vu Stan Sutor le faire parfois au complet. Il n'y en a plus besoin que six et il y en a... juste six ! Compte tenu des besoins de renforts étrangers en attaque, il fallait au moins trois JFL en défense (ce que n'est pas Dame-Malka qui a appris tout son hockey au Canada). Or, un JFL, il y en avait un... à Poprad ! Il s'agit de Boris Brincko, le fils de Dusan Brincko, assistant-coach du club après avoir été l'adjoint Daniel Babka à Nantes. Boris a plus joué avec "Orange U20", la sélection slovaque des moins de 20 ans qui complète le championnat, qu'en club ; dans les deux cas, son impact a été très limité. Il est prêté à Nice comme il l'était à Nantes. Mais on se souvient combien il avait été critiqué au Petit-Port où l'on ne voyait en lui aucune valeur ajoutée sur les joueurs français. Ce qui est vrai en Division 1 risque de l'être encore plus au niveau supérieur.

Avec six arrières seulement, que se passera-t-il s'il y a un blessé ? Nice peut toujours compter dans ce cas-là sur le polyvalent Yoanne Lacheny. Mais si l'équipe est au complet, celui-ci repassera à son vrai poste, celui d'attaquant.

Une équipe bâtie par le centre

Stan Sutor a construit son attaque autour du recrutement de centres de métier, qui faisaient défaut l'an passé à l'exception de Sabatier. Il en a engagé trois, tous étrangers, avec des missions bien précises pour chacun. Premier élément du dispositif, Radovan Heizer aura ainsi un rôle collectif essentiel : apporter sa grande expérience aux jeunes Français Romain Carpentier (en photo ci-dessus) et Rémi Thomas sur la troisième ligne. Et justement, le trio composé de la recrue slovaque et des ailiers amiénois a été le plus efficace lors de la préparation, alors même que sa contribution ne devait pas se juger uniquement en terme de points, mais par son travail dans les deux sens de la glace. Heizer n'est pas très rapide mais compense par son sens du placement. Il doit aussi améliorer les unités spéciales par son sens du sacrifice, que ce soit en se jetant devant les lancers en infériorité numérique ou en allant faire barrage de son corps et prendre des coups devant la cage en supériorité numérique.

Autant Heizer est l'homme d'expérience, autant le centre tchèque Jakub Illes est le choix de la jeunesse et de la vitesse. Il fait partie de la génération de jeunes gagnait tout à Vitkovice, celle dont on vous avait parlé sur Hockey Archives parce que s'y était jointe une curiosité australienne, Nathan Walker (depuis lors en NHL). Il a connu une demi-saison en équipe première, mais a été prêté le reste du temps. Il a connu une bonne dernière saison à Poruba en exprimant ses qualités techniques et en s'engageant dans les duels. Il est bien bâti à 1m86 et arrive avec un ailier de beau gabarit (1m90), Ondrej Kopta, lui aussi mobile et physique. Les deux hommes ont été coéquipier à Vsetín et peuvent former un tandem percutant.

Le troisième homme le plus approprié à leurs côtés semble être un ailier plus petit, mais au pur talent offensif de buteur : Rastislav Vaclav. Il succède à Peter Bjaloncik en tant que prêt de Poprad et fait partie de la même génération championne de Slovaquie U18 en 2016 : alors que Bjaloncik avait alors été le meilleur marqueur des play-offs, Vaclav avait pour sa part été le meilleur buteur.

Le centre annoncé comme le numéro 1 est Mike Aviani, car c'est un CV supérieur à ce que Nice s'autorise habituellement à recruter. Il tournait à 0,6 point par match en ECHL avant d'être embauché par le Medvescak Zagreb, intéressé par son double passeport canado-croate. Ses qualités techniques et sa capacité à proposer des solutions à ses défenseurs lors des sorties de zone ont séduit le staff niçois. Il est déjà passé par des ligues européennes solides et n'est pas censé avoir besoin d'une période d'acclimatation. Mais justement, c'est lui qui a eu le plus de mal à être à la hauteur de sa réputation pendant le camp estival. C'était encore plus vrai de son ailier Lukas Lofquist : le Suédois venu de Mulhouse, manquant de vitesse et pas au niveau, n'a pas été conservé et a été remplacé juste avant le championnat par Antonin Dusek, un vétéran aux 500 matches d'Extraliga tchèque qui quitte son pays pour la première fois à 33 ans. Indication importante : il est centre, ce qui peut indiquer que Sutor veut se ménager une carte ou n'a pas trop confiance dans ses trois centres initiaux.

Après les départs de Hrehorcak et Sabatier, les Aigles avaient absolument besoin d'un joueur français avec des qualités offensives marquées. Ils ont très tôt jeté son dévolu sur Norbert Abramov en le convainquant qu'il aurait plus de temps de jeu à Nice qu'à Gap : il a donc signé dans son cinquième club différent en cinq ans ! Il a pu douter de son choix après le départ de Luciano Basile qui ouvrait sans doute plus de possibilités dans l'effectif des Rapaces des Hautes-Alpes. Mais si certains Français ont été déçus par le passé de leur temps de jeu sur la Côte d'Azur, les promesses faites à Abramov sont une réalité tangible en observant l'effectif niçois. Ce n'est pas un hasard s'il a été placé sur la ligne d'Aviani.

Un seul joueur pourrait chambouler la hiérarchie des lignes d'attaque en se portant candidat à un rôle plus offensif, Loïc Chabert. Il a en effet de bonnes mains et peut distribuer de bons palets. Mais il lui faut retrouver d'abord un peu de confiance après une saison noire à cause de blessures à Neuilly (fracture du pouce et luxation de l'épaule) puis une saison noire par les résultats de l'équipe à Strasbourg. Louis Petit, quant à lui, progresse bien. Ailier à l'origine, il a assumé la saison passée le poste de centre de la quatrième ligne, mais il y a un domaine où il a encore beaucoup à apprendre, ce sont les mises au jeu (30% à peine de réussite). Le quatrième trio est complété par Yoann Lacheny... et c'est presque tout.

La réserve derrière les potentiels titulaires se limite à un seul homme : Alexis Sutor. La saison passée, le fils du coach s'est systématiquement habillé pour faire le compte de JFL après le départ de Quentin Mahier fin octobre. Ce rôle ingrat par excellence, adopté par dévouement familial, disparaît avec le resserrement des feuilles de match. Il vaut mieux qu'il joue avec la réserve de D3 plutôt qu'il cire le banc en Magnus. Cette saison, s'il doit être appelé pour pallier une blessure, ce sera parce qu'on aura vraiment besoin de lui, avec une chance de jouer. L'hypothèse de l'utilisation du jeune retraité Zbynek Hampl, en cas de blessure d'un étranger, est également plausible. Voilà pour l'alternative.

18 joueurs et 2 gardiens, c'est une taille d'équipe certainement mieux adaptée aux moyens niçois. Engager des JFL pour remplir des quotas était du gâchis pour tout le monde. Le hockey mineur du NHCA ne donne pas le même potentiel pour compléter l'équipe avec des juniors que les concurrents directs Chamonix et Anglet, ni même que Mulhouse. On imagine mal que les Aigles auraient pu se qualifier avec l'avalanche de blessures qu'a connu Chamonix. La position niçoise reste donc fragile.

Tant qu'ils sont au complet, toutefois, les Aigles peuvent parfaitement prétendre à retourner en play-offs. Ils ont prouvé leur valeur pendant la pré-saison après avoir renoué avec la tradition du camp estival dans les belles conditions de Poprad. Et s'il est difficile d'envisager aller plus haut que s'ils viennent de faire en championnat, il est un nouvel objectif à portée que le club affiche désormais comme prioritaire : aller loin en Coupe de France.

Marc Branchu

 

 

Effectif :

Gardiens

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2018/19   MJ   Min   Moy.     %
 7 NECHVATAL Patrik     08/07/1992  191  83         (Tchèque)  Znojmo      AUT-1    3    88   6,84  79,6%
                                                               Poprad      SVK-1   16   725   2,56  92,9%
30 BARRIER Julian       28/01/1993  180  82  Saint-Nazaire     Nice        FRA-1   14   480   4,00  87,6%

Défenseurs

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2018/19   MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 5 DAME-MALKA Olivier   30/05/1990  179  87    (Fra/Canadien)  Florida     ECHL    20   0   6   6   +14   12'
                                                               Nice        FRA-1   13   4   5   9   +2    30'
21 SCOLARI Quentin      05/02/1994  187  90  Grenoble          Nice        FRA-1   46   2   8  10   -15   39'
48 DOREY Aurélien       09/08/1994  192  94  Rouen             Nice        FRA-1   48   4   7  11   -11   64'
77 BRINCKO Boris        13/04/1999  188  83  JFL   (Slovaque)  Poprad/U20  SVK-1   30   1   0   1   -16    8'
                                                               Michal./U20 SVK-2   14   0   2   2   -5    20'
89 DEYL Radek           14/09/1989  182  84        (Slovaque)  Strasbourg  FRA-1   43   7  12  19   -8    95'
   MATEJICEK Martin     04/09/1991  188  91         (Tchèque)  Zlín        TCH-1    5   0   0   0   -4     4'
                                                               Poruba/Jih. TCH-2   61   3   9  12   +10   70'

Attaquants

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2018/19   MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 6 PETIT Louis          06/01/1998  177  73  Dijon             Nice        FRA-1   48   3   2   5   -9    26'
12 LACHENY Yoanne       05/06/1992  184  76  FV Paris          Nice        FRA-1   46   2   2   4   -9     6'
14 CHABERT Loïc         14/10/1991  186  88  Dijon             Strasbourg  FRA-1   50   9  14  23   -31   64'
15 ILLES Jakub          15/12/1995  186  88         (Tchèque)  Poruba      TCH-2   47  14  19  33    0    16'
16 THOMAS Rémi          22/08/1994  186  85  Amiens            Nice        FRA-1   48   3   7  10   -10   22'
17 KOPTA Ondrej         17/04/1995  190  84         (Tchèque)  Pre./Vsetin TCH-2   67  19  12  31   +4    69'
20 CARPENTIER Romain    21/01/1994  177  85  Amiens            Nice        FRA-1   47   3  15  18   -4    10'
22 VACLAV Rastislav     02/02/1998  178  78        (Slovaque)  Poprad      SVK-1   27   2   2   4   +2    18'
                                                               S. Nova Ves SVK-2    6   2   3   5   -1     0'
71 HEIZER Radomir       23/11/1987  187  88        (Slovaque)  Poprad      SVK-1   65   4   8  12   -1    20'
79 ABRAMOV Norbert      09/01/1993  185  79  Cergy             Gap         FRA-1   54  11  16  27   -1    16'
86 SUTOR Alexis         18/02/1999  172  70  Nice              Nice        FRA-1   40   0   0   0    0     2'
93 AVIANI Mike          07/04/1993  180  86   (Cro./Canadien)  Medvescak   AUT-1   23   4   7  11    0    14'
                                                               Herning     DAN-1   20   4   4   8   -4    18'
   DUSEK Antonin        08/04/1986  184  86         (Tchèque)  Pardubice   TCH-1   57   5  13  18   -14   16'

Entraîneur : Stan Sutor (SVK, 48 ans), assisté de Pascal Margerit (48 ans) et Daniel Babka (SVK, 47 ans).

Partis : Ervins Mustukovs (G, 25 MJ à 91,1%), Vilim Rosandic (G, 19 MJ à 88,5%), Juha Tarkkanen (D, 5+35, Anglet), Marek Drtina (D, 2+3, Nové Zamky, SVK), Miroslav Macejko (D, 1+7, Penza, RUS-2), Roni Viirlas (D, 1+7, Borås, SUE-3), Juuso Perttilä (A, 26+26), Tuukka Rajamäki (A, 19+32, Katowice, POL), Peter Hrehorcak (A, 16+18, Chamonix), Florian Sabatier (A, 13+23, Amiens), Matus Matis (A, 17+17, Lyon, FRA-2), Matej Palocko (A, 8+20, Poprad, SVK), Frédéric Bergeron (A, 14+11, Nantes, FRA-2), Peter Bjaloncik (A, 5+13, Poprad, SVK), Zbynek Hampl (A, 2+8, arrêt), Valère Vrielynck (A, 1+9, Neuilly, FRA-2).

 

Revoir la présentation 2018/19

 

 

Retour à la Ligue Magnus 2019/2020