Mars 1999

 

Ligue Elite : avant-dernière journée

Après quelques victoires étriquées, les Rémois ont finalement été battus à Lyon, sur deux buts marqués à 11 secondes d'intervalle par Allard et Aimonetto alors qu'il restait trois minutes à jouer. Amiens continue son festival offensif en s'imposant à Angers 7-3. Rouen n'a donc pas forcément fait une mauvaise affaire en ne battant pas Anglet (1-1 après prolongation), puisque les Normands seront probablement huitièmes (à moins qu'ils gagnent à Caen et que Lyon gagne à Anglet lors de la dernière journée) et peuvent envisager un nouveau duel avec Reims qu'ils avaient sèchement battu en quarts de finale l'an dernier. La bonne affaire du jour est réalisée par Caen, assuré de la sixième place après sa victoire à Chamonix (3-2) et qui affrontera Grenoble en quarts de finale. Les Isérois ont difficilement battu Viry 6-4, avec deux buts de Podlaha marqués dans les dix dernières secondes des premier et deuxième tiers-temps.

Dernière journée

La plupart des équipes ont gardé des réserves pour les play-offs durant cette dernière journée, ce qui explique notamment la défaite de Reims face à Angers (1-4). Comme Lyon a perdu à Anglet 4-3, Angers aura l'avantage de la glace en quarts de finale. Amiens ne s'est pas relâché face à Grenoble (4-2) tandis que Caen remportait le derby normand (5-1) et que Chamonix remportait le match des éliminés contre Viry (9-2).

Le classement final

Attention aux micros !

A l'issue d'un match retransmis à la télévision dans lequel il avait expliqué à un joueur qu'il n'avait pas "écrit ces p de règles", alors qu'un micro était placé sur lui, l'arbitre anglais Simon Kirkham a été sanctionné puisqu'il a été privé de la finale de la Challenge Cup qu'il devait initialement arbitrer.

Christian Pouget quitte Mannheim

Après avoir été écarté de l'équipe à cause du déclin de ses performances (4 points en 12 matches) sa mauvaise influence sur ses coéquipiers, l'international français est parti du club allemand à la recherche d'un nouveau club, probablement en Suisse.

Allemagne : Nuremberg en tête

Nuremberg a remporté la saison régulière de la DEL devant les Eisbären Berlin. Le champion en titre, Mannheim, termine troisième. Les autres qualifiés pour les play-offs sont Francfort, qui luttait pour la première place mais qui a connu une fin de saison catastrophique, ce qui a coûté sa place à l'entraîneur Bernie Johnston, Cologne, Landshut, Krefeld et Augsbourg, qui accède aux play-offs pour la première fois depuis 1972. Classement et commentaires.

Retraite internationale de Dieter Hegen

Dieter Hegen ne portera plus le maillot de l'équipe d'Allemagne qu'il a si souvent revêtu lors des grands rendez-vous. Il a néanmoins l'intention de jouer encore deux ans, mais pas forcément dans son actuel club, Rosenheim.

Grande-Bretagne : la saison régulière pour Manchester

Manchester Storm a remporté la saison régulière de la Superleague, ce qui a donné lieu à un trophée spécial (précisons qu'il y en a quatre par an en Grande-Bretagne) et à quelques festivités. Ainsi Pierre Allard, ému, a déclaré : << Mon cur est maintenant à Manchester, je serais capable de mourir pour cette équipe >>. Faut pas déconner non plus !

Le classement et les commentaires

Mes pronostics pour les play-offs

Quarts de finale : Reims - Rouen 85% / 15%, Angers - Lyon 45% / 55%, Grenoble - Caen 70 % / 30 %, Amiens - Anglet 95% / 5%

Pour la victoire finale : Amiens 50%, Reims 25%, Grenoble 10%, Lyon 5%, Angers 4%, Rouen 3%, Caen 2%, Anglet 1%.

Quarts de finale

Pour la première manche, les favoris n'ont pas fait de détails puisque Reims a écrasé Rouen 8-2 tandis que Amiens battait Anglet 4-0. Grenoble s'imposait face à Caen 4-1 et la seule victoire à l'extérieur revenait à Lyon, vainqueur à Angers 6-3.

Amiens et Lyon confirmaient dans la seconde manche en s'imposant respectivement face à Amiens 10-2 et à Angers 5-3. Mais la surprise venait de Reims où les Rouennais réussissaient à battre leurs hôtes avec leurs propres armes, à savoir la défense, en marquant l'unique but du match à dix minutes de la fin par Bussat. Mais la série la plus serrée pourrait être celle qui oppose Grenoble à Caen. En tout cas, la deuxième manche a tenu ses promesses en matière de suspense : Margerit croyait avoir marqué le but vainqueur des Normands à 46 secondes de la fin, mais Grenoble, après avoir fait sortir son gardien, égalisait à sept secondes de la fin par Guérard. La prolongation ne dura pas très longtemps puisqu'il ne fallut que 15 secondes à Kokkila pour trouver la lucarne de Rautio, donnant la victoire à Caen (5-4).

Caen confirmait à domicile dans le troisième match en s'imposant de nouveau en prolongation (3-2), grâce à un but décisif du Slovaque Martin Frank. En revanche, Rouen était battu à domicile (2-6) par des Rémois qui reprennent ainsi l'avantage dans la série. Angers entretenait l'espoir et le suspense en allant gagner à Lyon (2-1). Le premier qualifié devrait donc être Amiens, impérial à Anglet (5-2).

Et Amiens se retrouve effectivement en demi-finale après sa victoire 5-1 à Anglet. Rouen, sans Pajonkowski, a semble-t-il laissé passer sa chance en s'inclinant face à Reims (2-3), Guennelon marquant le but vainqueur après un quart d'heure de prolongation. Grenoble a relancé le suspense dans sa série en remporter le quatrième match à Caen 4-3, ce que n'a pas réussi à faire Angers, contraint de remporter ses trois derniers matches après sa défaite à Lyon (2-3).

On connaît maintenant deux nouveaux qualifiés puisque Reims s'est logiquement imposé contre Rouen (5-2) tandis que Lyon ne laissait aucune chance à Angers en s'imposant dans le Maine-et-Loire (6-1). Le suspense continue en revanche entre Grenoble et Caen, avec l'avantage aux Brûleurs de Loups qui ont remporté la cinquième manche 6 à 3.

Les Caennais étaient bien décidés à jouer leurs chances jusqu'au bout et ils dominaient largement Grenoble durant les deux premiers tiers-temps du sixième match, et se retrouvaient en avantage (1-0, but de Margerit). Mais, dans la dernière période, Filippin égalisait et Koivisto et Bachelet marquaient ensuite deux buts en l'espace de vingt secondes. Caen ne perdait pas espoir puisque Suutarinen réduisait le score mais Grenoble marquait deux nouveaux buts dans la cage laissée vide par Ribordy, portant le score à 5-2 et se qualifiant pour les demi-finales, ce qui ne ternit en rien la superbe première saison de Caen en Elite.

Championnats du Monde féminins

Dans le groupe A, les Canadiennes prennent leur revanche de Nagano en battant les Américaines en finale. (Résultats et commentaires)

Le groupe B a débuté dimanche 21 mars à Colmar, et les Françaises se sont imposées d'entrée en battant les Slovaques 3-0 (deux buts de Christine Duchamp et un de Cathy Deschaume). Après un match tranquille contre les Néerlandaises (9-1), elles ont obtenu le nul contre la République Tchèque (2-2), terminant ainsi en tête de leur groupe à la différence de buts. Mais une surprise plutôt mauvaise les attend, puisqu'elles rencontreront en demi-finales les Norvégiennes, qui faisaient figure de favorites en début de compétition et qui, après deux défaites, se sont qualifiées pour un but contre la Lettonie.

Menées 2-0 par les Norvégiennes, les Françaises réduisaient le score en fin de première période par Gwenola Personne, puis Deborah Israelewicz égalisait. Dans le dernier tiers, les Françaises essayaient de forcer la décision, mais un contre de Hege Ask offrait la victoire aux Norvégiennes (3-2). Elles auront fort à faire en finale contre les Japonaises, qui ont peiné contre les Tchèques (2-1).

Le Japon remplacera finalement la Suisse dans le groupe A après avoir atomisé la Norvège 7-1. Les Françaises voulaient terminer sur une note positive contre les Tchèques, et Céline Parmentier-Sadoun (la femme de Loïc) répliqua rapidement à l'ouverture du score de Madevetdva. Mais, grâce à Kornalikova et Jirkova, les Tchèques menaient 3-1 après seulement 8 minutes de jeu. Les Françaises décidèrent alors de remplacer leur gardienne de but Valérie Hostein par la jeune Nolwen Rousselle de Cergy. A peine six secondes plus tard, la jeune Lyonnaise Sophie Serre réduisait le score. C'est une autre Lyonnaise, Christine Duchamp, qui égalise dans le deuxième tiers-temps avant de donner l'avantage aux Bleues dans le troisième, puis, après l'égalisation de Quagliato, de marquer le but décisif. La France accède ainsi au podium. (Résultats et commentaires du groupe B)

Ligue Elite : demi-finales

Mes pronostics : Reims - Lyon 65%/35%, Amiens - Grenoble 80%/20%

Pour la revanche de la finale de 1998, Amiens n'a pas fait de cadeau à Grenoble en s'imposant 6-2 dans le premier match. Quant aux Rémois, ils ont construit leur succès dans les dix dernières minutes grâce à Haapamaki et Sadoun face à Lyon (4-2).

Mené rapidement 3-0, Grenoble n'a encore rien pu faire, battu 7-4 par des Amiénois toujours impressionnants offensivement. La soirée fut moins spectaculaire à Reims puisqu'une bagarre générale éclata après un coup de coude de Kysela sur Sadoun, entraînant l'exclusion de Haapamaki pour Reims et de Kysela et Aimonetto pour Lyon, et les blessures des Lyonnais Kubicek (sept points de suture), Allard (quatre points de suture) et Gachet (lèvre éclatée). Mais le match était déjà joué puisque les Rémois menaient alors 3-0, Gronstrand ajoutant un quatrième but à huit minutes de la fin. Si les deux camps dénonçaient l'arbitrage laxiste de M. Bachelet, ils se renvoyaient en revanche mutuellement la responsabilité des incidents. Espérons que les esprits seront calmés pour le troisième match, sinon le hockey n'en sortira pas grandi. En tout cas, on voit mal ce qui pourrait maintenant empêcher un choc Amiens - Reims en finale.

Par bonheur, le troisième match entre Lyon et Reims s'est déroulé dans un bon esprit, même s'il a été ultra-défensif, marqué notamment par l'excellente performance des deux gardiens Pietila et Rantanen. L'unique but de la rencontre ayant été marqué par Orsolini en infériorité numérique, c'est Reims qui se qualifie pour les demi-finales. En revanche, Amiens devra patienter, puisque les Gothiques ont été battus par une équipe de Grenoble bien décidée à ne pas lâcher le morceau. Pourtant, Amiens a mené trois fois au score, mais à chaque fois Grenoble a trouvé les ressources pour égaliser, Roh arrachant finalement le 3-3 à quatre minutes de la fin. Au bout de douze minutes de prolongation, Jean-François Bonnard offre le but de l'espoir aux Brûleurs de Loups.

On pouvait penser que Grenoble ne pourrait réaliser deux fois de suite le même exploit, d'autant plus qu'Amiens mena 2-0 dans le quatrième match grâce à Reierson et Jodoin. Mais, alors que Benjamin Agnel était en prison, Grossi marqua deux buts consécutivement en infériorité numérique. On allait assister de nouveau à une prolongation, qui s'achevait une nouvelle fois au bout de douze minutes. Cette fois, le sauveur s'appelait Dino Grossi, qui signait par la même occasion son triplé personnel. Pour espérer se qualifier, Grenoble devra réaliser un exploit plus grand encore : s'imposer sur la glace amiénoise (voir la suite à avril 1999).

NHL : Edmonton dégraisse

Après avoir échangé Tommy Salo des Islanders contre Mats Lindgren et un huitième tour de draft, dans le but de retrouver enfin un gardien de premier plan (Salo était barré par Potvin à New York) depuis le départ de Curtis Joseph, Edmonton s'est lancé dans une grosse transaction avec les Blackhawks : Boris Mironov, Dean Mc Ammond et Jonas Elofsson ont pris la direction de Chicago en retour de Chad Kilger, Daniel Cleary, Ethan Moreau et Christian Laflamme. Espérons qu'ils s'adapteront vite car Edmonton n'est plus en position d'être qualifié pour les play-offs, dépassé par Calgary.

NHL : record de victoires pour Patrick Roy

Patrick Roy a remporté sa 506è victoire en NHL, battant ainsi l'ancien record de Jacques Plante. Cet événement a eu lieu dimanche 28 mars lors du match Colorado - Los Angeles (7-2), qui a par ailleurs permis à l'Avalanche d'être la troisième équipe qualifiée pour les play-offs, après Dallas et Ottawa.

et record absolu de buts pour Gretzky

Après avoir égalé courant février le record de buts en carrière de Gordie Howe, Wayne Gretzky en est devenu l'unique détenteur en marquant son 1072è le lundi 28 mars 1999 lors du derby new-yorkais entre les Rangers et les Islanders (3-1 pour les Rangers). S'il a mis tout ce temps pour débloquer son compteur, c'est qu'il a manqué douze matchs parce qu'il était blessé au cou.

 

Le mois précédent (février 1999)

Le mois suivant (avril 1999)

Retour au sommaire