Fribourg-Gottéron - Grenoble (22 septembre 1998)

 

European Hockey League 1998/99, groupe E, première journée.

Le président de Fribourg-Gottéron, Gaston Baudet, a dit aborder la compétition en jouant chaque match pour le gagner, malgré un groupe difficile avec la vitesse et la technicité de Magnitogorsk ainsi que l'expérience du Sparta Prague. Le troisième adversaire Grenoble n'est évidemment pas considéré aussi fort. Il faut dire que la France est le seul pays à ne toujours compter aucune victoire en EHL après deux éditions.

Les champions de France grenoblois ont perdu leur gardien Cristobal Huet (justement vers le championnat suisse) et ont finalement renoncé à recruter son remplaçant prévu Ake Lillebjörn (ancien portier de Reims), trop cher. En grande difficulté financière, ils n'ont pas pu remplacer leur première ligne Barin-Ouellet-Hartogs et savent qu'ils n'ont pas l'équipe pour rivaliser sur les glaces européennes. Ils ont un effectif quantitativement limité avec douze professionnels restés avec des réductions de salaires, des jeunes et même un "chômeur" (Lemoine, au contrat amateur), un effectif diminué par la blessure du défenseur tchèque Martin Roh. Les vétérans Filippin et Lemoine ont donc été alignés derrière la troisième ligne des juniors pour compenser son inexpérience.

Grenoble s'est préparé physiquement pour être prêt pour l'EHL et a du coup bien commencé le championnat par six victoires. Son entraîneur Jaroslav Jagr annonce simplement l'ambition de remporter un match à domicile dans cette compétition, et a prévu une stratégie défensive pour ce premier déplacement. Les Suisses tentent d'imposer un défi physique, mais leurs adversaires ont du répondant. Les Brûleurs de Loups convertissent leur deuxième supériorité numérique grâce à un slap de la ligne bleue de Jean-Christophe Filippin qui trompe Alain Sansonnens, le deuxième gardien de Fribourg qui est titularisé pour cette EHL.

Les Suisses ne parviennent pas à trouver la faille en deuxième période, et subissent encore une échappée de Benjamin Agnel qui a pris le palet à Philippe Marquis. Eux-mêmes surpris, les Grenoblois se retrouvent à mener 3-0 après un but de près de Nemo Nokkosmäki, infiltré dans la défense adberse. Ils auraient même pu prendre une plus grande avance car ils manquent trois breakaways. Longtemps impuissant, Fribourg ne parvient à marquer que dans les dix dernières minutes à la faveur de deux avantages numériques. Le gardien finlandais Mika Rautio, auteur de 30 arrêts, a prouvé sa capacité à assurer la succession de Huet, lui qui avait été recruté aussi parce qu'il avait déjà une expérience de l'EHL avec Storhamar.

Les sifflets auront été nombreux ce soir. Ceux de l'arbitre d'abord, avec quatre pénalités de match lors d'une bagarre générale entre les jeunes (David Dousse et Marc Werlen pour Gottéron, Gauthier Fontanel et Mathieu Bellet pour Grenoble)... puis ceux du public de Fribourg, qui a vite réservé une sévère bronca à son équipe. La victoire historique d'une équipe française en EHL est arrivée là où on ne l'attendait pas.

Commentaires d'après-match :

André Peloffy (entraîneur de Fribourg-Gottéron) : "En première période, nous étions endormis, beaucoup trop crispés et en manque de confiance. Quand le public a sifflé en deuxième période, je ne l'ai pas accepté, parce qu'à ce moment-là nous mettions beaucoup de pression. Grenoble est une équipe très ordinaire... mais alors, que dire de la mienne ? Physiquement, nous n'étions pas présents. Comme depuis le début de saison. Torgaev veut vraiment tout faire à tel point qu'il patine pour rien. En tout cas, pour reprendre confiance ce soir, c'était plutôt raté !"

Jaroslav Jagr (entraîneur de Grenoble) : "C'est une victoire historique pour Grenoble. Je suis surpris de cet excellent résultat après toutees les difficultés que nous avons connues. J'avais imaginé une tactique précise pour les contrer : un attaquant chargé du forecheck, trois qui fermaient le centre de la patinoire et un qui restait en défense. Ce 1-3-1 a parfaitement fonctionné même si nous avons souvent évolué dans notre zone. Les Suisses nous ont trop sous-estimés et voilà ce qui est arrivé. Mais il faut rester modeste, j'espère que mes joueurs le seront."

 

Fribourg-Gottéron - Grenoble 2-4 (0-1, 0-2, 2-1)
Mardi 22 septembre 1998 à la patinoire Saint-Léonard. 1653 spectateurs.
Pénalités : Fribourg 74' (6', 2', 6'+10'+5'+20'+5'+20') ; Grenoble 80' (4', 6', 10'+10'+5'+20'+5'+20').

Évolution du score :
0-1 à 18'11" : Filippin assisté de B. Bachelet (sup. num.)
0-2 à 20'40" : Agnel
0-3 à 33'44" : Nokkosmäki assisté de Koivisto et Lemoine
1-3 à 51'15" : Chibirev assisté de Giger (sup. num.)
2-3 à 53'30" : Giger (sup. num.)
2-4 à 56'56" : Podlaha assisté de Lempiäinen

 

Fribourg-Gottéron

Attaquants :
Daniel Giger - Igor Chibirev - Pavel Torgaev
Robert Slehofer - Mario Rottaris (2') - Pascal Schaller
René Furler - Gerd Zenhäusern - David Dousse (2'+5'+20')
Réal Raemy - Valentin Wirz (2')

Défenseurs :
Antoine Descloux (2') - Patrice Brasey
Philippe Marquis (2') - Olivier Keller
Marc Werlen (5'+20') - Romain Fleury (4'+10')
Goran Bezina

Gardien :
Alain Sansonnens

Remplaçant : Thomas Östlund (G). Absents : Livio Fazio (convalescent), Philipp Orlandi (genou), Flavien Conne (genou gauche).

Grenoble

Attaquants :
Josef Podlaha (2') - Rami Koivisto - Mikko Lempiäinen
Benjamin Agnel - Marius Konstantinidis (4'+10') - Benoît Bachelet
Thibaut Fontanel - Mathieu Bellet (5'+20') - Xavier de Murcia
Simon Bachelet

Défenseurs :
Nemo Nokkosmäki - Ari Salo
Gauthier Fontanel (2'+5'+20') - Jean-François Bonnard
Jean-Christophe Filippin (2') - Jean-Philippe Lemoine (8')

Gardien :
Mika Rautio (2')

Remplaçant : Édouard Denis (G). Absents : Martin Roh (adducteur droit), Sébastien Caterino (luxation de l'épaule), Marc Billieras.

 

Retour à l'EHL 1998/99