Canada - URSS (22 avril 1989)

 

Championnats du monde, sixième journée.

Après les Américains, ce sont les Canadiens qui ont failli être rattrapés par un cas de dopage. Hier, un contrôle positif de Randy Carlyle était évoqué, mais il n'est pas sanctionné car l'analyse de l'échantillon B révèle un taux trop différent de l'échantillon A, bien qu'ils soient tous deux au-dessus des normes admises. Cette bizarrerie inexpliquée provoque des rumeurs de manipulation... Le défenseur s'est dit pour sa part satisfait d'avoir été soutenu par son équipe.

On a le sentiment que les Soviétiques ne vont pas forcément s'engager à fond. Ce match contre le Canada ne compte ni pour le Championnat d'Europe, ni pour la poule finale pour le titre. Ils laissent aussi au repos Larionov, remplacé par Nemchinov au centre de la première ligne. Cela ne signifie pas que l'URSS ne va pas essayer de gagner, surtout si on lui fait des cadeaux. Après seulement une minute de jeu, Mark Messier n'arrive pas à réceptionner la passe du revers de Brian Bellows, pressé par Kamensky : Vyacheslav Bykov hérite du palet dans l'axe et le donne à Andrei Khomutov tout seul devant le gardien Sean Burke pour le dribbler tranquillement (0-1).

Après avoir été accroché par Dave Ellett derrière la cage canadienne, le centre de la quatrième ligne Aleksandr Chernykh reste en place pour l'avantage numérique et est alors atteint au niveau de la tempe par la crosse de Daneyko qui fait un grand mouvement tournant alors qu'il se couche sur la glace. Le Russe - image de gauche - a l'arcade qui saigne et est sonné au point de perdre l'équilibre en quittant la glace. Aucune faute n'est sifflée pour cette crosse haute involontaire, mais d'autres coups de sifflet retentissent. Un surnombre soviétique est compensé par une faute en zone offensive de Messier qui accroche Chiriaev. Au retour sur la glace de tous les prisonniers, le premier bloc de l'URSS multiplie les pertes de palets et Kevin Dineen égalise après une succession de lancers (1-1). Comme Nemchinov remplace le blessé Chernykh à son poste d'origine, Slava Bykov est envoyé sur le premier trio... et c'est un succès immédiat ! Il échange le palet les yeux fermés comme s'il avait toujours fait partie de la KLM, et Vladimir Krutov marque en prenant son propre rebond (1-2).

Les Soviétiques contrôlent de plus en plus le jeu sans que le match ne prenne beaucoup d'intensité. Les supériorités numériques sont imperceptibles de part et d'autre car elles ne se traduisent par aucun avantage visible sur la glace. Quand Khalizov est pénalisé pour un petit geste d'humeur, le commentateur russe en rigole, s'amusant surtout des deux joueurs canadiens (Ferraro et McBain) qui se sont percutés à pleine vitesse. Mais cette pénalité anodine prend soudain de l'importance. John MacLean en profite pour égaliser : son slap du cercle gauche transperce Arturs Irbe au niveau des jambières (2-2). L'URSS prend ça comme un très léger contretemps. Une minute plus tard, une "passe à la Fetisov" - expression entrée dans le dictionnaire du hockey russe - envoie en échappée Sergei Makarov qui place le palet dans la lucarne gauche (2-3).

Le Canada doit être un peu plus incisif dès la zone adverse pour ne pas laisser les Russes étaler leur maîtrise technique. Mark Messier vole ainsi un palet à Valeri Kamensky et sert du revers Brian Bellows près de la cage, mais Arturs Irbe bloque bien cette rondelle de la crosse. Glenn Anderson fait même faute loin du jeu sur la contre-attaque, et Kamensky convrtit ce jeu de puissance sur une passe parfaite de Khomutov derrière la cage (2-4). Shiriaev fait trébucher Dineen sur l'action suivante et Irbe doit enfin s'employer pendant une onfériorité numérique, principalement devant Yzerman et Messier. Les Canadiens tuent ensuite une pénalité de James Patrick qui a fait un net croc-en-jambe à Bykov. Quand ils reviennent à cinq, Yzerman décale en entrée de zone Glenn Anderson qui réduit le score d'un tir du poignet parfait, frappant le poteau gauche à mi-hauteur (3-4). Dix-sept secondes plus tard, Kasatonov retient Dineen du bras. Yzerman, dont la quatrième ligne est peu apparue sur la glace, est encore aligné à la place de Messier pour essayer de faire la différence sur cet avantage numérique. Et si le Canada avait lui aussi caché son jeu ?

À 53'37", Nemchinov fait obstruction sur Yzerman sous les yeux de l'arbitre et Makarov part lui aussi en prison pour avoir contesté la décision. Ces deux minutes à 5 contre 3 paraissent providentielles à ce moment du match. Mais le Canada très approximatif ne s'y procure que deux tirs non cadrés alors que Krutov rappelle qu'il est un excellent spécialiste d'infériorité numérique. Une ola parcourt le Globen qui savoure le spectacle et l'ambiance même quand la Suède ne joue pas. Même accroché par Hawerchuk, Bykov parvient en déséquilibre à lancer un 3 contre 1, que gâchent mais Kasatonov et Kamensky gâchent un 3 contre 1, mais l'arbitre revient à la faute, suivie trente secondes plus tard d'un cross-check d'Ellett dans le slot. C'est une double supériorité numérique dans l'autre sens... qu'annule Mario Marois en plongeant de manière très théâtrale quand Fedorov le pousse dans le dos dans l'enclave : bras levés au ciel et crosse jetée à dix mètres ! Pour les Canadiens, cette simulation un peu grotesque se voulait une démonstration par l'absurde des problèmes d'arbitrage (ils se plaindront aussi d'un chronomètre arrêté pas assez vite). La plupart des fautes avaient un fondement, mais il est vrai que le jeu haché n'a pas vraiment permis à ce match de prendre son ampleur. On attend le véritable duel en poule finale. Le Canada a surtout pris soin de s'adapter au contexte international, mais s'est parfois un peu trop contenté de parfaire son organisation défensive.

Étoiles Hockey Archives : *** Andrei Khomutov / ** Vyacheslav Bykov / * Steve Yzerman

Marc Branchu

Commentaires d'après-match :

Dave King (entraîneur du Canada) : "Parfois, jouer au hockey en Europe, c'est comme une corrida et nous sommes le taureau. Ils n'arrêtent pas de nous piquer dans le dos, et quand nous sommes morts, c'est merci beaucoup, c'était un match sympa. Nous devons maintenir l'arbitre hors du match. Nous devons jouer de manière super-intelligente et en contrôle total. Ces joueurs peuvent le faire, j'en suis convaincu. Tout ce qu'on peut faire est espérer qu'on pourra s'ajuster, parce que sinon, nous irons aux devants de problèmes dans le tour final."

Canada - URSS 3-4 (1-2, 1-1, 1-1)
Samedi 22 avril 1989 à 19h30 au Globen de Stockholm. 13850 spectateurs.
Arbitrage de Seppo Mäkelä (FIN) assisté d'Anders Ekhagen et Sven Olof Lundström (SUE).
Pénalités : Canada 18' (8', 2', 8') ; URSS 18' (4', 4', 10').
Tirs cadrés : Canada 29 (9, 6, 14) ; URSS 33 (13, 12, 8).
Tirs non cadrés : Canada 6 (3, 0, 3) ; URSS 6 (3, 0, 3).
Tirs bloqués : Canada 5 (1, 0, 4) ; URSS 3 (0, 1, 2).
Engagements : Canada 42 (16, 10, 16) ; URSS 27 (7, 8, 12).

Évolution du score :
0-1 à 01'05" : Khomutov assisté de Bykov et Kamenski
1-1 à 07'49" : McBain Dineen assisté de Patrick et Dineen Ferraro
1-2 à 16'14" : Krutov assisté de Bykov et Makarov
2-2 à 35'24" : MacLean assisté de Hawerchuk et Marois (sup. num.)
2-3 à 36'39" : Makarov assisté de Fetisov
2-4 à 42'28" : Kamenski assisté de Khomutov (sup. num.)
3-4 à 49'23" : Anderson assisté d'Yzerman
en noir, la feuille de match officielle ; en rouge, les corrections de Hockey Archives
 

Canada

Attaquants :
9 Kirk Muller (A) - 10 Dale Hawerchuk (C, 2') - 15 John MacLean
23 Brian Bellows (-1) - 22 Mark Messier (-2, 2') - 18 Glenn Anderson (-1, 2')
20 Andrew McBain - 27 Ray Ferraro - 11 Kevin Dineen
17 Gerard Gallant (2') - 19 Steve Yzerman (+1) - 7 Brent Ashton

Défenseurs :
2 David Ellett (6') - 44 Mario Marois (-1, 2')
3 Kenneth Daneyko (-1) - 24 Dave Babych (-1)
8 Randy Carlyle (+1) - 5 James Patrick (2')

Gardien :
1 Sean Burke [sorti à 59'45"]

Remplaçant : 33 Grant Fuhr (G). En réserve : 31 Peter Sidorkiewicz (G), 26 Scott Stevens (coupure à la joue), 16 Pat Verbeek.

URSS (2' pour surnombre)

Attaquants :
9 Vladimir Krutov (+1) - 12 Sergei Nemchinov (2') - 24 Sergei Makarov (A, +1, 2')
13 Valeri Kamenski (+1) - 27 Vyacheslav Bykov (+2) - 15 Andrei Khomutov (+1)
25 Sergei Yashin (-1) - 29 Sergei Fedorov (-1, 4') - 10 Aleksandr Mogilny (-1)
8 Yuri Khmylev - 21 Aleksandr Chernykh [blessé à 02'38"] - 18 Dmitri Kvartalnov

Défenseurs :
2 Vyacheslav Fetisov (C, 2') - 14 Valeri Shiriaev (2')
22 Vladimir Konstantinov (+1) - 7 Aleksei Kasatonov (+1, 2')
3 Svyatoslav Khalizov (2') - 6 Ilya Byakin

Gardien :
20 Arturs Irbe

Remplaçant : 30 Vladimir Myshkin (G). En réserve : 1 Sergei Mylnikov (G), 5 Aleksei Gusarov, 11 Igor Larionov.

 

Retour aux Championnats du monde 1989