Cristobal Huet

 

1968. Quarante-quatre ans après Chamonix, Grenoble accueille les Jeux olympiques d'hiver, la deuxième olympiade hivernale en France. Un événement qui fera date pour le développement du hockey dans l'hexagone : les Français découvrent les sports de glace et les patinoires se multiplieront. Parmi ces nouveaux passionnés, Dominique Huet tombe sous le charme du hockey sur glace après la quinzaine olympique iséroise qui a vu le succès de l'insatiable Union Soviétique aux dépens de la grande rivale Tchécoslovaquie. Pouvait-il alors imaginer qu'il allait devenir le père d'un futur olympien qui allait tutoyer les sommets, jusqu'à devenir le rempart du club le plus prestigieux au monde, et toucher ensuite le trophée suprême de la discipline ?

Cristobal Huet est né le 3 septembre 1975 à Saint-Martin-d'Hères, où se trouve une des plus grands maternités de l'agglomération grenobloise. Cristobal ? Un clin d'il de la famille après les années passées au Chili, où elle résidait jusqu'au coup d'État de Pinochet. Cristobal étant à l'origine le meilleur ami d'Antoine, aîné du futur Cristowall. À Grenoble, les deux frères vont rapidement goûter au hockey, en suivant leur père les soirs de match, et en jouant dans le domicile familial... au grand dam du voisinage qui venait souvent se plaindre du bruit.

Antoine sera le premier à jouer les patins au pied. Il deviendra d'ailleurs champion de France cadets en 1989 avec quelques futures figures du hockey grenoblois, comme Stéphane Arcangeloni et Stéphan Tartari. Antoine Huet jouera quelques saisons avec les Brûleurs de loups, ainsi qu'à Saint-Gervais et Val Vanoise entre 1990 et 1996. Il deviendra des années plus tard entraîneur des jeunes apprentis hockeyeurs grenoblois.

Dans le sillage d'Antoine, Cristobal se lance à son tour sur la glace. Son équipe étant à la recherche d'un gardien, étant le plus petit de la bande, et souhaitant se démarquer, on lui propose ce poste. Il s'y essaye et y prend beaucoup de plaisir. Ce poste, "Cristo" ne le quittera plus, la légende du hockey français est en train de naître. Ce jeune garçon calme connaît ses premières joies et ses premiers honneurs, notamment celui de traverser l'Atlantique pour participer au fameux Tournoi Pee-Wee de Québec, une compétition qui regroupe des jeunes hockeyeurs de 11 et 12 ans du monde entier, une véritable institution à laquelle Huet participera par deux fois avec Grenoble. Si parfois les oppositions sont difficiles, ce tournoi constitue tout de même une très bonne occasion pour ces jeunes de s'aguerrir et de vivre de grands moments. Comme celui d'assister à l'entraînement du mythique Canadien de Montréal. Devant ses yeux, Cristobal Huet observe le mythe du CH, Patrick Roy. Le jeune Huet pouvait-il imaginer que, des années plus tard, il succéderait au légendaire Roy devant la cage du Canadien ? Cristobal réalise alors doucement que le hockey prendra une part importante dans sa vie. Le bac sera en poche mais il lâchera les études pour s'investir complètement dans sa discipline.

"Je suis et je serai toujours le petit gars de Grenoble qui a connu une enfance heureuse, une enfance passée à jouer au hockey avec ses potes et à rêver de hockey et de la NHL. Je n'ai rien inventé." [La Presse]

Une trajectoire fulgurante à Grenoble

Par son potentiel, le jeune Huet ne passe plus vraiment inaperçu, pas même aux yeux de l'équipe de France. En 1992, il effectue sa première compétition sous le maillot bleu à l'occasion du Championnat d'Europe junior. L'année suivante, il sera d'ailleurs élu meilleur gardien de la compétition après une honorable troisième place des Bleuets dans le groupe B européen, aux côtés notamment de Jonathan Zwikel et François Rozenthal. Et lors de son premier et seul Mondial U20 disputé en Normandie, il figurera dans l'équipe-type de la compétition.

Lorsque Cristobal Huet débute dans l'équipe senior grenobloise, le but des Brûleurs de Loups est vaillamment gardé par Patrick Rolland. Un titulaire qui fait également office de formateur et de conseiller éclairé pour Cristobal, même si le potentiel hors normes du jeune talent représente une menace pour le poste de titulaire de Rolland. Ce dernier quittera finalement l'Isère pour Brest en 1996, laissant le champ à Huet, devenu le numéro 1 incontournable.

"Il restera un joueur d'exception. Il était comme beaucoup d'autres à quinze-seize ans, mais il avait un rêve. Il a su saisir les opportunités pour le réaliser. Il a toujours su faire preuve d'une énorme humilité : jamais il ne s'est satisfait du niveau auquel il est arrivé, ni parce qu'il était en équipe de France junior, ni parce qu'il était gardien en élite, etc." [Patrick Rolland à Hockey Archives]

Cristobal Huet est en apprentissage au cours de ses deux premières années grenobloises avec l'équipe senior mais il prend confiance au fur et à mesure des matchs. Les deux dernières seront un récital. En 1997, il est élu meilleur gardien du championnat de France alors que Grenoble atteint la demi-finale. Et en 1998, les Brûleurs de Loups remporteront le titre aux dépens d'Amiens. Champion de France à 22 ans, Huet réussira le tour de force de remporter les trophées de meilleur gardien et meilleur joueur du championnat de France, performance que seuls Daniel Maric (1982) et Florian Hardy (2013) sont parvenus à réaliser. "Cristo" quittera donc l'Isère sur une bonne note, au grand désarroi de Grenoble qui connaît des problèmes financiers et qui voit partir ses stars.

En pleine éclosion, Dany Dubé, alors sélectionneur de l'équipe de France, le retient pour la première fois en sélection senior en vue des Championnats du monde disputés en Finlande. Le gardien angevin François Gravel a la préférence de Dubé lors du premier match face au pays hôte (1-6) mais Huet est lancé lors de la deuxième joute. Le 28 avril 1997, Cristobal Huet dispute son premier match en compétition officielle avec les Bleus. Cette première tombe contre la Slovaquie et la rencontre semble bien engagée lorsqu'Arnaud Briand et Christian Pouget permettent à la France de mener 2-0 après seulement cinq minutes de jeu. Mais la bande de Zdeno Cíger et Jozef Stümpel va laisser un très mauvais souvenir au portier isérois puisque celui-ci sera sorti à la 25e minute après avoir encaissé trois buts, dont deux à 129 secondes d'intervalle.

L'aventure olympique

La Slovaquie a gâché les débuts de Huet dans la cour des grands mais celui-ci va connaître le summum d'un sportif : les Jeux olympiques. Le nouveau coach de la France est désormais Herb Brooks, instigateur du Miracle de 1980 derrière le banc des jeunes Américains. À Nagano, il n'y a eu guère de miracle pour les Bleus, qui n'ont pu passer le cap du tour préliminaire. La France terminera tout de même sur une bonne note, Huet contribuant à une victoire face à l'Italie (5-1), le grand rival de l'époque, lors du match pour la 11e place. Titulaire de la cage bleue de 1997 à 1999, François Gravel, un des nombreux Québécois naturalisés pour l'équipe de France à cette époque, laisse le champ libre à "Cristo", en dépit des sélections de son mentor Patrick Rolland et du nouveau venu Fabrice Lhenry. Mais cela n'empêche pas l'équipe de France, toujours sous le joug de la Fédération Française des Sports de Glace, de subir une relégation quelque peu prévisible en 2000.

Heureusement, la ferveur olympique apporte du réconfort au hockey français puisque les remarquables performances de Cristobal Huet en qualification permettent de contribuer à une cinquième olympiade consécutive de l'équipe de France de hockey, un record pendant plusieurs années dans le sport collectif français avant l'hégémonie de la sélection de handball. Contrairement à Nagano, Huet disputera tous les matchs de poule du tournoi olympique de Salt Lake City. Le premier match contre la Suisse (3-3), au cours duquel le cerbère isérois réalise 30 arrêts, est plutôt prometteur mais ses parades ne pourront rien ensuite face au Belarus et à l'Ukraine, qui mettront fin aux espoirs de second tour face aux meilleurs joueurs du monde. Cristobal Huet et les Denis Perez, Baptiste Amar, les jumeaux Rozenthal, Arnaud Briand, Stéphane Barin et Philippe Bozon auront au moins permis d'exposer le hockey français lors de cet évènement sportif majeur, auquel les Bleus du hockey ne goûteront plus pendant une longue traversée du désert.

Taire les critiques suisses

En parallèle aux participations aux Jeux olympiques, Cristobal Huet avait quitté Grenoble pour la Suisse, rejoignant une Ligue Nationale A plus relevée, plus professionnelle aussi. L'agent Gérald Métroz l'attire dans le Tessin, à Lugano. En Suisse, l'arrivée du gardien français est vue avec beaucoup de scepticisme, voire de condescendance, en particulier de la part des médias alémaniques. Lorsque Huet encaisse, sous le maillot de l'équipe de France, quatre buts en six minutes aux Mondiaux de Zurich face à la Suède, le quotidien Blick ironise sur la nouvelle recrue luganaise. Son contrat annuel de 60 000 francs suisses (50 000 euros), signé avant les Championnats du monde, est dérisoire pour le championnat suisse et dix fois inférieur à certains de ses coéquipiers. Malgré les promesses et le prestige qu'il a acquis en France, Cristobal n'est rien en Suisse. L'étiquette des "clochards du hockey" qu'un quotidien helvète avait collé aux hockeyeurs français est une malheureuse réalité.

Mais le calme et le détachement qui caractérisent le "petit Français" vont lui permettre de faire ses preuves dans un contexte difficile. Le 12 septembre 1998, Cristobal Huet sort victorieux de sa première rencontre avec les bianconeri, une victoire 3-1 contre Davos, mais la réglementation des joueurs étrangers (trois sur la feuille de match) lui laisse peu de champ pour s'imposer dans l'effectif. Devant la cage luganaise, Lars Weibel a toujours la préférence du coach Jim Koleff pendant une grande partie de la saison régulière, au terme de laquelle le Lugano HC termine à la troisième place. Weibel est conforté dans sa place de titulaire durant les playoffs. Pendant un temps.

Après le quart de finale victorieux contre Davos, les Luganais gagnent difficilement le match 1 de la demi-finale face à Zoug (7-6). Les errements défensifs de son équipe poussent Koleff à opérer un changement devant la cage. Cristobal Huet obtient la chance de se révéler et de faire taire, définitivement, les commentaires acerbes qui ne l'ont pas épargné depuis son arrivée en Suisse. Et il va le faire avec brio. Première rencontre en playoffs et premier blanchissage. Une entrée en scène fracassante qui permet à Huet de s'emparer du poste de titulaire. Lugano élimine Zoug en cinq manches, le gardien français n'encaissant que cinq buts lors de la demi-finale. Et en finale face à Ambrì-Piotta, "Cristo" est irrésistible. D'abord en triomphant durant la séance des tirs au but du premier match, puis en contribuant aux trois autres succès synonymes de titre. Lugano remportera probablement le titre le plus savoureux de son histoire, aux dépens des rivaux biancoblù pourtant leaders de la saison régulière. Huet termine lui avec un pourcentage d'arrêts de 95%. Si décrié à son arrivée, le Français remporte un deuxième championnat national consécutif.

Champion de Suisse en 1999 en devenant joker providentiel, Cristobal Huet est désormais le chouchou de la Resega et voit arriver un complice de l'équipe de France, Philippe Bozon. À l'image de son portier tricolore qui établit un record d'invincibilité (248 minutes et 10 secondes) et de blanchissages (8) en LNA, Lugano impressionne. Sur la scène européenne en atteignant la phase finale de la défunte European Hockey League, puis en championnat en atteignant deux autres finales. Si Lugano échoue ces fois-ci, Cristobal Huet aura l'honneur de recevoir le trophée Jacques Plante, le titre de meilleur gardien élu par les entraîneurs et capitaines du championnat suisse. Cette distinction reviendra à "Cristo" en 2000 et 2001.

Cristo goes to Hollywood

2001, c'est probablement l'année charnière. Huet a enfin acquis le respect en Suisse par ses prouesses devant le but, des prouesses qui finissent par atteindre les États-Unis. Le 24 juin 2001, au septième tour, les Kings de Los Angeles choisissent Cristobal Huet en tant que 214e choix de la draft NHL. Ce dernier devient ainsi seulement le deuxième hockeyeur repêché par une équipe NHL, deux ans après Yorick Treille. La nouvelle est sensationnelle pour le gardien isérois alors âgé de 25 ans... qui n'apprendra la nouvelle que le lendemain. Un an plus tard, Huet signera son premier contrat avec la franchise californienne, un contrat à deux volets qui l'obligera d'abord à faire ses preuves dans la filiale des Kings, les Manchester Monarchs. Une période d'apprentissage pour s'adapter à l'exigeante NHL.

"Je pense que je tente d'être trop un gardien de réflexes, je considère qu'il ne faut pas se jeter trop rapidement sur la patinoire de nos jours en NHL. Je tente toujours d'améliorer ma technique, mais en regardant quelques matchs de NHL, je me suis aperçu qu'il fallait être plus patient et bien lire le jeu." [nhl.com]

En AHL, Cristobal réalise des performances honorables, dans l'attente d'avoir sa chance en NHL, où le poste est bloqué par Félix Potvin et Jamie Storr. La chance du Français viendra en début d'année 2003, lorsque Potvin se blesse. Cristobal Huet est appelé par les Kings le 20 février pour affronter les Flyers de Philadelphie. Son entraîneur Andy Murray, qui a officié à Lugano en 1993, laisse l'ex-luganais sur le banc. Los Angeles est mené 2-0 mais Murray décide alors de remplacer Jamie Storr par Huet durant le troisième tiers-temps, qui ne pourra éviter une défaite 5-0. Mais le portier bleu aura l'occasion de se rattraper très rapidement.

Cinq jours plus tard, Storr est de nouveau partant à Pittsburgh dans l'antre du légendaire Mario Lemieux, mais il encaisse deux buts en un quart d'heure, signés Martin Straka et "Super Mario". Huet est alors de nouveau appelé. Il réalise 16 arrêts sur les 17 lancers des Penguins, son coéquipier Zigmund Palffý amassant 4 points durant la rencontre : Cristo remporte sa première victoire en NHL. Andy Murray titularisera le frenchie lors des huit derniers matchs de la saison 2002-2003. Parmi ces rencontres, le 15 mars, les Carolina Hurricanes et les Kings restent sur un 0-0 après 60 minutes, puis en prolongation. L'instauration de la séance des tirs au but en saison régulière n'intervenant qu'à partir de 2005 en NHL, Kevin Weekes et Cristobal Huet empocheront tous deux le blanchissage, le premier en NHL pour le gardien français. Qualifiés pour les playoffs lors des trois saisons précédentes, les Kings de Los Angeles ne seront pas du bal de printemps en 2003.

La saison suivante, Potvin et Storr quitteront la Californie. Arrive alors Roman Cechmánek, gardien tchèque triple champion du monde qui évoluait jusqu'alors aux Flyers de Philadelphie. Cristobal avouera qu'il aura beaucoup appris à ses côtés. Car si le Français parvient à réaliser deux blanchissages lors de ses quatre premiers matchs, l'expérimenté Cechmánek a l'étiquette de numéro 1. Son deuxième jeu blanc, face au Colorado, interviendra d'ailleurs après onze matchs consécutifs sur le banc. Mais une fois de plus, c'est une blessure du gardien titulaire qui lui laissera davantage le champ libre. L'Isérois disputera finalement la moitié des rencontres. Doucement, le frenchie se fait une place au soleil dans la cité des anges, il croise dans la patinoire Cuba Gooding Jr ou Julia Roberts. Mais il n'est pas encore à son plein potentiel avec un pourcentage d'arrêts de 90,7%, certes au sein d'une équipe à la dérive, peu inspirée offensivement et qui a souffert de la blessure de Palffý. Les Kings échouent pour se qualifier pour les playoffs pour la deuxième année consécutive et sont encore loin de leur apogée qui interviendra quelques années plus tard.

La transaction inattendue

Mais Huet ne sera pas acteur de cet apogée car en NHL, tout peut se bousculer. En marge du repêchage 2004, les Kings de Los Angeles, les Sénateurs d'Ottawa et le Canadien de Montréal effectuent une transaction à trois. L'attaquant tchèque Radek Bonk et le 77e choix au repêchage sont transférés d'Ottawa à Los Angeles. Puis Bonk est ensuite échangé avec Cristobal Huet à Montréal en échange du gardien Mathieu Garon et du 95e choix. Persuadé d'un renouvellement de bail en Californie, Cristo rejoint finalement le Canada et le club de hockey le plus prestigieux au monde.

Il faudra pourtant patienter un an avant de voir un gardien français avec le CH sur la poitrine. En 2004 éclate le lock-out, un désaccord entre la NHL et l'association des joueurs (NHLPA). Pour la première fois dans l'histoire du sport américain, une saison entière d'une ligue majeure sera annulée. Comme la majorité des joueurs, Cristobal décide alors d'évoluer en Europe pour la saison, il fait le choix de Mannheim, en DEL allemande, malgré quelques contacts en Suisse. Il faut admettre que les Adler le suivaient depuis moment... même si leur premier choix était Jamie Storr, l'ancien concurrent de Cristo aux Kings, qui a finalement décidé de rester aux États-Unis sur conseil de sa famille.

Le quatrième français à évoluer à Mannheim - après Philippe Bozon, Christian Pouget et Denis Perez - se montre rapidement solide mais ses prestations voilent une crise qui couve au sein du club avec un changement d'entraîneur en cours de saison. Mannheim parvient tout de même à se hisser jusqu'en finale mais les Adler sont battus par les Eisbären. Huet fut une des rares satisfactions de l'équipe, pourtant favorite pour le titre. La saison en Allemagne s'achève sur un goût d'inachevé, et s'ensuit une mauvaise surprise. Le tricolore a en effet subi une blessure mal diagnostiquée par le médecin de l'équipe. On le dit apte à reprendre le jeu, le portier français jouant les playoffs avec un bandage. Mais à l'entraînement, le genou lâche, poussant Huet à une longue convalescence. Il est opéré en France où les chirurgiens changent un ligament et réparent un ménisque. Son avenir se trouble, mais il garde les pieds sur terre et relativise, ayant déjà vécu une blessure au genou et une rééducation.

C'est ainsi qu'il arrive dans le club de ses rêves, blessé, incertain quant à ses chances de revenir au jeu, en toute discrétion. Une année s'est écoulée depuis la transaction qui l'a amené de la Californie au Québec, et le public montréalais n'a encore d'yeux que pour José Théodore. Huet sera même oublié lors de la traditionnelle présentation de l'équipe en début de saison. Il n'est pour le moment que spectateur, il doit faire preuve de patience.

Pour l'heure, il savoure son arrivée à Montréal, apprécie d'atterrir dans une atmosphère européanisée et francophone, lui qui a gardé de très bons contacts avec des Québécois, dont ceux qui ont garni l'équipe de France comme Robert Ouellet ou Pierre Allard. La convalescence se passe loin des projecteurs. Les médias et les fans québécois s'attendent à ce que Théodore fasse environ une soixantaine de matchs en saison régulière, il en avait disputé 67 en 2001-2002 et en 2003-2004. Tout le microcosme montréalais pense alors que cette recrue "exotique" n'aura que des miettes. Il n'en sera rien.

Ayant profité de sa blessure pour travailler ses déplacements son positionnement avec le coach des gardiens Roland Mélanson, le Français retrouve la glace en novembre 2005, d'abord en AHL, où il ne disputera que quatre matchs, avouons-le peu reluisants. Pourtant, fin novembre, le Canadien de Montréal, en pleine chute au classement, se décide à changer de doublure. Le Directeur Général Bob Gainey, également entraîneur intérimaire après le limogeage de Claude Julien, annonce le départ de Yann Danis pour Hamilton, Huet prend le chemin inverse, plus rapidement que prévu. Et la roue tourne très vite. Théodore n'est pas en réussite depuis le début de saison, enchaîne les contre-performances, et pour ne rien arranger il se blesse. Le 17 décembre 2005 face au Minnesota, le Français, devenu numéro 39 après 35, est titularisé pour la première fois devant la cage montréalaise. Il stoppe 24 tirs du Wild mais en laisse passer quatre, dont celui de Kurtis Foster en prolongation. Trois jours plus tard, Cristobal se rattrape contre Ottawa, devant les fans du Canadien, en devenant cette fois le héros de la prolongation puis de la séance de tirs au but, arrêtant les essais de Dany Heatley et Daniel Alfredsson. Le "petit" Isérois remporte son premier succès sous le maillot de la "Sainte-Flanelle", qui plus est dans l'électrique Centre Bell.

L'imperturbable Cristobal saisit les chances les unes après les autres et joue alors sans pression, il a tout à gagner. Et il gagne. Cinq blanchissages dans une série de douze parties, sept au total (le deuxième meilleur total de la ligue), une invincibilité qui atteindra 173 minutes, un pourcentage d'arrêts de 93% (le meilleur de la ligue !), et 15 victoires en tant que titulaire. Sa réussite insolente permet à Montréal, au fond du trou trois mois plus tôt, de rallier les playoffs. Le gardien français est irrésistible et métamorphose le Canadien. Le style du Français et son attitude font mouche.

Une réussite jusqu'aux étoiles

Le conte de fées Cristobal commence, la folie Huet s'empare de Montréal. Les habitués du Centre Bell scandent son nom, certains d'entre eux entonnent la Marseillaise. Une improbable ferveur francophile pour le "cousin" se propage, parmi la population, dans les médias, dans un marché pourtant exigeant. Et dire qu'il était un inconnu aux yeux du grand public de la Belle Province en début de saison... Et Théodore ? Il ne fait plus l'unanimité. Après les contre-performances, les pépins physiques, le gardien québécois est contrôlé positif à la finastéride, une substance interdite par l'Agence Mondiale Antidopage. S'ensuivront plusieurs frasques, de sa part ou de son entourage, qui lui feront perdre la confiance absolue du public et des médias, qui ont désormais un autre chouchou. Le 8 mars 2006, Montréal décide alors de se séparer de cet élément perturbateur et de ses casseroles en le transférant au Colorado en retour du Suisse David Aebischer.

Qualifié sur le fil pour les playoffs avec trois points d'avance sur Atlanta et Toronto, le Canadien de Montréal s'attaque à du lourd au premier tour : les Carolina Hurricanes. Pourtant, le CH surprend les favoris au match 1 avec une gifle 6-1, Huet stoppant 42 des 43 lancers de ses adversaires. Le Français en arrêtera ensuite 41 lors d'un match 2 marathon, Michael Ryder offrant la victoire à Montréal en deuxième prolongation. Menés 2-0 dans la série, les Hurricanes parviendront à renverser la tendance en obtenant quatre succès consécutifs synonyme de qualification. Lors du match 6, le Canadien s'incline en prolongation à cause d'un but de Cory Stillman sur lequel le défenseur du CH Craig Rivet dévie la trajectoire et surprend Cristo. Montréal ne passe pas le premier tour mais ressort grandi de cette série, offrant une franche résistance au futur champion de la Coupe Stanley, en témoigne le seul but d'écart systématique des quatre manches remportées par Carolina. La série a été plus équilibrée que prévu, et les nombreuses fautes des Hurricanes, dont une de Rod Brind'Amour sur Huet et une autre à l'il de Saku Koivu, ont irrité les montréalais.

Tous gardent en mémoire qu'un gardien français a porté le club durant un hiver très difficile et lui a redonné pleine confiance. Le Centre Bell a découvert un phénomène que ses habitués surnomment "Saint Cristobal" ou "Cristowall". Pour autant, avec 456 000 dollars à l'année, Cristobal est l'un des joueurs les moins bien payés de la NHL. Mais à l'été 2006, il peut devenir agent libre. Signe qu'il souhaite miser sur sa révélation, le Canadien de Montréal évite ce risque et prolonge son contrat de deux ans pour un montant de 5,75 millions de dollars. Cristobal a la confiance de l'organisation, il a la faveur du public. Mais David Aebischer, arrivé en fin de saison précédente, annonce la couleur : il n'a pas l'intention de faire de la figuration et souhaite jouer la majorité des rencontres. Le nouveau coach Guy Carbonneau demeure prudent et veut instaurer le système d'alternance.

Mais rapidement, le Français prend l'ascendant sur le Suisse et confirme sa belle année 2005-2006. Aebischer devra revoir ses ambitions à la baisse face au phénomène français, se contentant du rôle de substitut au sein d'une équipe de Montréal qui est dans le bon wagon des playoffs en fin d'année, quatrième de la conférence est. Les solides prestations du gardien français lui permettent alors de participer à un événement inédit dans l'histoire du hockey français. Le 24 janvier 2007, Cristobal Huet devient, à 31 ans, le premier hockeyeur français à jouer le All-Star Game NHL puisqu'il est l'un des trois gardiens de la conférence est avec Ryan Miller et Martin Brodeur. À Dallas, Huet évoluera lors du concours d'habilités, puis lors du match des étoiles le temps d'une période, match perdu 12-9 par l'équipe de la conférence est.

Le vent tourne à Montréal

Ce moment exceptionnel a donné le sourire au Français mais le début d'année 2007 va virer au cauchemar. Le 14 février 2007, face à New Jersey, Huet réalise un grand écart difficile et tombe sur le dos : il est blessé aux ischio-jambiers. Et dans le même temps, le jeu de Montréal se dégrade et les défaites s'enchaînent. Du 6 au 17 février, le Canadien subit six revers consécutifs, une mauvaise série qui sera lourde de conséquences. Aebischer et le prometteur Jaroslav Halák sont impuissants alors que Huet ne sera rétabli que pour le dernier match de la saison régulière, face à Toronto. En vain. Montréal rate les playoffs pour deux points.

Or, Montréal attend l'émergence d'un certain Carey Price. Ce jeune gardien de 20 ans natif de Vancouver a été repêché au cinquième rang de la draft NHL en 2005, il vient de connaître une année monumentale avec le titre de champion du monde junior et le titre AHL avec Hamilton, en plus des nombreuses distinctions personnelles. Et ses performances lors du camp d'entraînement estival 2008 du Canadien, où il fut l'attraction, ont créé une véritable effervescence autour de lui.

Si Price a déjà du répondant, Huet a toujours les faveurs du coach Carbonneau. Et Montréal joue très bien, en bonne position dans les premiers rangs de la conférence est. Cristo tient le choc et connaît même un mois de janvier idyllique avec 11 matchs joués sur 12 possibles, conclus de 8 victoires. L'Isérois est élu meilleur gardien du mois de janvier en NHL. Il participe même au mémorable match du 19 février 2008 contre les New York Rangers. Les Rangers mènent 3-0 en l'espace de cinq minutes et chassent Price du match, titularisé mais remplacé par le portier français. Les New-Yorkais mènent même 5-0 après 25 minutes de jeu. Et puis l'impossible. Le Canadien de Montréal réaliser pour la première fois en cent ans d'histoire, à combler un déficit de cinq buts. Dans un Centre Bell hystérique, les Montréalais l'emportent durant une séance de tirs au but au cours de laquelle Huet arrête les trois essais new-yorkais : victoire improbable 6-5 !

Passage remarqué à Washington

Une semaine après ce succès historique qui a permis à Montréal de prendre les commandes de la conférence, une bombe retentit dans la mégalopole québécoise. Le Directeur Général Bob Gainey annonce, à la date limite des transferts, l'échange de Cristobal Huet à Washington pour un choix de deuxième tour à la prochaine draft. Stupeur. Huet reconnaîtra, par sa modestie qui le caractérise, qu'il n'était pas au top niveau durant les derniers matchs. Mais il est un peu choqué, tout comme de nombreux fans montréalais abasourdis, tombés sous le charme du "cousin".

Fidèle à lui-même, Cristo part en gentleman en dépit de sa déception. Gainey justifiera cette décision par le futur statut d'agent libre du Français en juillet 2008, et parce qu'il préférait favoriser un duo jeune avec Carey Price, qui avait répondu aux lourdes attentes, et Jaroslav Halák en guise de (spectateur) suppléant.

Le chapitre montréalais se referme avec fracas pour Cristobal Huet, qui y a probablement joué son hockey le plus abouti, s'élevant pendant un temps dans un état de grâce qui lui a permis de devenir le meilleur gardien du monde. Cet état de grâce, il aura tout de même le mental pour le prolonger dans son point de chute, chez les Capitals, au grand désarroi du vieillissant Olaf Kolzig. À Washington, il retrouve le coach Bruce Boudreau, qui l'a dirigé en AHL à Manchester. Boudreau fait pleine confiance à Huet, qui le lui rend bien : un pourcentage d'arrêts remarquable de 93,6% et 12 victoires consécutives permettent aux Capitals de réaliser une remontée spectaculaire et de se qualifier pour les playoffs.

Washington affronte Philadelphie lors d'un premier tour des playoffs 2008 qui s'annonce indécis. Les Flyers font tout de même la différence et font un grand pas vers la qualification en menant la série 3-1. Mais les Capitals s'accrochent aux matchs 5 et 6 durant lesquels Huet est éblouissant avec 30 et 33 arrêts. Le cerbère tricolore sera une fois de plus impérial durant un match 7 âprement disputé à Washington. Il réalise 31 arrêts mais s'incline devant un rebond de Joffrey Lupul en prolongation, synonyme de qualification pour Philadelphie.

Comme prévu, le Français devient agent libre en juillet 2008 avec la possibilité de discuter avec les équipes de son choix, devenant un des rares gardiens sur le marché. Il laisse tout de même la porte ouverte à Washington, qui recrutera finalement... José Théodore. Il est finalement pisté par Chicago, où le Directeur Général Dave Tallon est extrêmement intéressé à l'idée de le recruter. Huet signera aux Blackhawks avec un jackpot à la clef : un contrat de quatre ans à 22,5 millions de dollars. On apprendra que Washington avait proposé moins pour une durée inférieure.

Chicago est la nouvelle destination de Cristo Huet, mais il aura l'occasion de revenir à Québec pour un tournoi marquant. Les championnats du monde 2008 ont lieu dans la Belle Province pour fêter le centenaire de l'IIHF et marquent le retour de l'équipe de France parmi l'élite mondiale. Huet n'a plus porté le maillot bleu depuis la qualification manquée pour les Jeux olympiques de Turin, et à Québec, il y fera un retour remarqué. Il épatera les 10 000 spectateurs du Colisée, dont de nombreux nostalgiques qui crieront "Huet, Huet !", face à la Suisse (40 arrêts), puis il sera décisif lors des deux matchs de barrage contre l'Italie (40 et 41 arrêts). La France est sauvée dès son retour en élite, en grande partie grâce à un Cristo héroïque.

L'enfer au paradis

La parenthèse bleue se refermera pour quelques années pour Cristobal Huet, qui pose ses valises à Chicago, où l'émergence de nouvelles stars comme Patrick Kane, Jonathan Toews ou Duncan Keith fait souffler un vent d'optimisme quant à l'avenir des Blackhawks. Devant la cage, son principal concurrent au poste de titulaire se nomme Nikolaï Khabibulin. Le Russe traîne également un gros contrat (6,75 millions de dollars annuels) et avait été soumis au ballottage, sans qu'aucune autre équipe NHL ne le réclame. L'entraîneur Joel Quenneville prône un système d'alternance mais Huet est moins souverain qu'à ses années montréalaises et lors de son bref passage à Washington, malgré des statistiques honorables. En dépit d'une blessure qui l'éloigne durant 14 parties, "The Bhulin Wall" prend tout de même l'ascendant sur "Cristowall". Khabibulin obtient la préférence du coach, y compris en playoffs au cours desquels Chicago atteint la finale de conférence, déjoué par Détroit.

En 2009, Khabibulin quitte l'Illinois pour Edmonton mais le scénario se répète pour Huet, cette fois-ci concurrencé par Antti Niemi. Le Français est à son avantage durant l'automne, avec sept victoires consécutives en novembre et un pourcentage d'arrêts de 91,2% au Nouvel An. Mais, malheureusement pour lui, ses performances deviennent ensuite plus irrégulières. Le portier tricolore atteint le fond durant deux des trois dernières rencontres de la saison régulière, à un moment fatidique pour dégager le titulaire des playoffs. D'abord contre Détroit le 7 mars 2010, il connaît une seconde période cauchemardesque en encaissant 4 buts sur 8 tirs en l'espace de six minutes, Niemi le remplace. Deux semaines plus tard à Columbus, les buts s'enchaînent, Huet est titularisé, remplacé en deuxième période par Niemi, puis de nouveau aligné. Cristo encaisse au total sept buts, il est détruit psychologiquement et perd totalement la confiance du staff. En playoffs, il ne jouera que vingt minutes, au match 1 du deuxième tour contre Vancouver. Antti Niemi n'est pas le gardien le plus rassurant de la ligue mais il profite des failles du Français pour s'accaparer le poste de titulaire. Cela n'empêchera pas Chicago de remporter la Coupe Stanley, la première depuis 1961.

Simple spectateur du triomphe de son équipe, Cristobal Huet a vécu l'enfer au paradis. Il n'en demeure pas moins vainqueur du trophée ultime d'un hockeyeur, le premier français à remporter la Coupe Stanley garde des souvenirs mémorables de l'après-victoire, du défilé devant deux millions de personnes dans les rues de Chicago. Alors, pour un pays où le hockey est toujours en manque de reconnaissance, Cristo prend à cur son rôle d'ambassadeur. Il présente la mythique coupe dans son fief grenoblois, devant 1500 personnes, devant les fans et les copains dans la patinoire Pôle Sud, puis à Paris, devant la tour Eiffel. Bien loin d'avoir la popularité d'un Tony Parker et ce dès ses premiers pas à San Antonio, Cristo le discret, visage familier pour les amateurs de hockey mais peu connu du grand public, en profite pour projeter une lumière bénéfique pour le hockey français.

Retour à la maison suisse

Cette Coupe Stanley ferme la parenthèse NHL de Cristowall, à bientôt 35 ans. Son contrat pharaonique est devenu handicapant. Chicago, qui s'est déjà débarrassé de Niemi, cherche également une solution pour le dossier Huet. L'une d'elles consiste à l'envoyer en AHL, alors son contrat ne compterait pas. Mais évidemment, évoluer dans la filiale des Blackhawks n'intéresse pas le n39, et le contrat faramineux bloque toute possibilité de transfert vers une autre équipe NHL. Il ne reste qu'une option : retourner en Europe.

On parle de Lugano, où officie son ancien complice Philippe Bozon en tant qu'entraîneur, mais le poste est déjà dévolu à un certain David Aebischer. Le choix s'arrêtera finalement à Fribourg-Gottéron. Huet est prêté par les Blackhawks au HCFG qui leur verse une indemnité. À sa deuxième saison, les Dragons atteignent les demi-finales du championnat suisse, Huet s'adjugeant la plus faible moyenne de buts encaissés par match de LNA.

Le faible espoir de revenir en NHL demeure un temps. Il est soumis au ballottage en septembre 2011 mais aucune équipe ne le réclame. Au début de l'année 2012, les discussions sont ouvertes avec Gottéron pour une prolongation de contrat, mais les négociations tardent au goût du club fribourgeois. Stephen Bartlett, l'agent du portier tricolore, souhaite un contrat à 700 000 francs suisses (600 000 euros) et une clause pour la NHL. Mais Fribourg-Gottéron perd patience et préfère s'assurer d'avoir un gardien numéro 1, Benjamin Conz en l'occurrence. À 37 ans, Cristo, sans proposition NHL, se résout alors à rentrer à la maison : Lausanne. Il souhaite un cadre plus posé pour sa famille, qui a dû endurer l'imprévisibilité d'une carrière de hockeyeur, et sa femme Corine est originaire de Leysin, dans le canton de Vaud dont Lausanne est la capitale.

Le club de Lausanne a toutefois une particularité : en 2012, il est encore pensionnaire du deuxième échelon suisse, la Ligue Nationale B. Mais le LHC est devenu très ambitieux, d'autant plus après ce coup de maître du directeur sportif Jan Alston, qui est parvenu à convaincre Cristobal. Et le pari sera gagnant. Le Lausanne HC termine quatrième de la saison régulière mais réalise d'excellents playoffs face à Viège, Ajoie et Olten, puis contre Langnau lors du barrage pour la promotion en élite. Huet est le grand artisan de la montée de Lausanne, après sept ans de purgatoire, et ce dès da première année de contrat.

Sous l'ère Huet, Lausanne garde sa place en LNA. Contre toute attente, le gardien français permet aux Vaudois d'atteindre un niveau inattendu avec trois participations en quart de finale, dont deux mémorables en 2014 et 2015, puisque les Vaudois donneront des sueurs froides aux favoris Zurich et Berne. Cristo est irrésistible, en dépit de la quarantaine. Il finit les saisons 2014 et 2015 avec respectivement 92,8% et 93,1%, il poste sept blanchissages durant l'exercice 2014-2015, et écope de plusieurs surnoms à Malley, dont "l'assurance-vie du Léman" ou "le cauchemar du CP Berne". Et il remporte deux trophées de meilleur gardien durant ses années lausannoises.

À défaut de JO, des Mondiaux plus ambitieux

Cristobal Huet vit une seconde jeunesse à Lausanne, mais l'équipe de France demeure son autre priorité. Malheureusement, après Nagano 1998 et Salt Lake City 2002, il n'y aura pas de troisième olympiade pour Cristobal avec les Bleus, qui vivent des campagnes de qualification olympique déchirantes, toujours au fil du rasoir : Klagenfurt 2005, Riga 2013 et Oslo 2017. Le poteau rentrant du kazakh Andreï Samokhvalov en 2005 et la réussite de Mattias Nørstebø à 149 secondes de la fin en 2017 sont deux des buts les plus poignants qu'a pu encaisser le 39 de l'équipe de France. Et en Lettonie en 2013, la victoire obligatoire par deux buts d'écart face aux hôtes semblait promise à l'issue du premier tiers-temps, avant le désenchantement et l'égalisation des Baltes. La France s'imposera en prolongation mais il a manqué, encore une fois, un but pour aller aux Jeux olympiques. Riga et sa Marseillaise noyée dans les larmes bleues demeure peut-être le pire souvenir pour le gardien tricolore.

À défaut d'avoir pu contribuer à une nouvelle qualification olympique, Cristobal Huet participera pleinement à la pérennisation de l'équipe de France de hockey en élite mondiale. Sa sérénité et ses parades sont décisives pour le maintien, lors de la première victoire en compétition officielle de la France face au Belarus en 2011 à Koice, lors de la première victoire en douze ans face aux rivaux suisses en 2012 à Helsinki, lors de l'angoissante victoire aux tirs au but face à Lettonie en 2015 aux Mondiaux de Prague, puis un nouveau succès en fusillade face à l'Allemagne aux Mondiaux 2016 de Saint-Pétersbourg.

Mais dans les dernières années de Cristo en bleu, l'équipe de France ne se contente plus du maintien et des parties de chiffonnier pour le maintien. Aux Mondiaux 2012 face au futur finaliste slovaque, la France est à deux doigts de prendre la place des Slaves en quart de finale, vaincue 4-5. Huet est déçu mais la faible marge laisse présager du meilleur.

Le meilleur arrivera aux Championnats du monde 2014 et 2017. En 2014 à Minsk, tout a commencé par un tremblement de terre. Le 9 mai 2014, les Bleus et Huet se transcendent face au Canada, à l'image de cet incroyable arrêt du bout de la mitaine du gardien français devant Morgan Rielly. Les Français envoient les Canadiens jusqu'à la séance des tirs au but, au terme de laquelle les hommes de Pierre Pousse et Dave Henderson récoltent une improbable victoire. Le début d'une quinzaine de rêve pour les Bleus qui obtiendront le ticket pour les quarts grâce au succès renversant et historique aux dépens de la Slovaquie, une autre victoire en fusillade contre la Norvège et un large succès face au Danemark, trois autres rencontres auxquelles Cristobal Huet a participé avec brio, comme toute l'équipe. Le quart de finale contre une Russie quasiment à domicile ne délivrera aucune surprise, on retiendra tout de même les splendides arrêts de Huet, l'homme du match côté français. L'équipe de France de hockey réalisait en 2014 la meilleure performance de son histoire, quand en 1995, pour une performance identique, elle dépendait fortement des "francos", les joueurs à double nationalité. Une autre ère, avant qu'une génération de joueurs, nés et formés en France, n'assure l'avenir du hockey français. Cristobal Huet est le symbole de cette génération.

Les adieux de Cristo

Si 2014 constitue la meilleure performance de Cristobal et les Bleus, 2017 demeurera la plus émotionnelle à l'occasion des Championnats du monde co-organisés à Paris, un contexte parfait pour le mur tricolore, alors âgé de 41 ans, de quitter la maison bleue, tout comme son complice Laurent Meunier, le capitaine avec un grand C. Tous deux étaient les deux derniers hockeyeurs olympiens encore en activité. Un héritage qui unit les deux complices, amis de longue date. Irréprochable dans son attitude, Meunier n'en demeure pas moins admiratif du personnage Cristo.

"Pour se prendre des shoots pareils, les gardiens ne sont souvent pas bien nets. Ils restent souvent à part. Contrairement à beaucoup de gardiens, Cristo est un joueur comme un autre. Il participe beaucoup à la vie de groupe." [Laurent Meunier, Le Monde]

Certes Florian Hardy se réservera une grande partie de la lumière par ses remarquables prestations face à la Finlande et face au Canada, mais l'Isérois offrira de belles dernières prestations au public français : deux victoires à l'issue de la séance des tirs au but contre la Suisse et le Belarus, et puis le feu d'artifice contre la Slovénie, la der des der alors que la France échoue d'un point pour une nouvelle qualification en quart de finale, victime collatérale d'un groupe exceptionnellement très disputé. À 24 secondes de la fin, pour qu'il vive et savoure l'euphorie de son départ et la reconnaissance de tous, Dave Henderson emploie son temps mort pour le sortir et le remplacer par Florian Hardy. Sous les "Cristo !" des spectateurs, les joueurs enlacent leur ange gardien, qui a veillé sur la maison bleue depuis deux décennies. S'ensuivra, après le buzzer, une danse improvisée avec les joueurs, un tour de la patinoire pour saluer les fans, une petite vidéo hommage sur le cube et une haie d'honneur pour rejoindre une dernière fois les vestiaires de l'équipe de France. Ce 15 mai 2017, une pluie d'émotions envahit les 12 807 spectateurs, une grande et belle page du hockey français se tourne.

Cristobal Huet aura disputé deux tournois olympiques et dix-sept championnats du monde, dont treize en élite, ce qui constitue un record que seuls la légende soviétique Vladislav Tretiak et le portier biélorusse Andrei Mezin ont atteint.

Après les adieux de Bercy en 2017, il restait une dernière saison en club à effectuer. Peut-être celle de trop. À Lausanne, Sandro Zurkirchen est devenu titulaire indiscutable. Cristobal Huet fait désormais office de figurant, limité par des performances déclinantes en raison d'un genou gauche devenu handicapant. Mais là encore, le club vaudois et son public offrent un bel hommage pour le départ de Cristowall. Le 24 mars 2018, alors que le LHC est assuré du maintien, le gardien français est aligné pour le dernier match de la saison contre Langnau. Il contribuera à une victoire 2-1 sous l'ovation et les chants des spectateurs qui lui sont dédiés. Au micro, il ne pourra retenir ses larmes, comme s'il réalisait que le temps était venu. Il restera pour au moins deux saisons dans la maison lausannoise en tant qu'entraîneur de gardiens, en parallèle de sa vie de famille avec Corine, et ses enfants Ewan et Ayden.

Il n'empêche que cette fin de hockeyeur semble irréelle tant Cristobal aura défié la longévité. Tant de chemin parcouru. Par ses performances, sa sérénité, son humilité, sa ténacité, le jeune Isérois est devenu au fil des ans un gardien respecté, une star du palet, le meilleur hockeyeur français de l'histoire, une légende du sport français. Cristobal Huet a tutoyé des sommets vertigineux et transporté le hockey français, chanceux d'avoir enfanté un tel joueur, à un niveau que personne n'aurait imaginé.

Nicolas Jacquet

 

 

Statistiques

                                                         saison régulière                                play-offs
                                               MJ   Min. Buts   Tirs   Moy.   B     %       MJ  Min. Buts  Tirs   Moy.   B     %
1992    France 18 ans           Euro B U20      3    148    4     56   2,29   0   92,9%
1993    France 18 ans           Euro B U20      6    340   13          2,29   1
1994/95 CSG Grenoble              France
1995    France 20 ans         Mondiaux B U20    7    420   15    148   2,14   1   89,9%
1995/96 CSG Grenoble              France
1995/96 France                Internationaux    1+    60    3          3,00   0
1996/97 CSG Grenoble              France
1996/97 France                Internationaux    2    119    5          2,52   0
1997    France                   Mondiaux       3    101   12     58   7,13   0   79,3%
1997/98 CSG Grenoble              France       41
1997/98 France                Internationaux    7    420   19          2,71   1
1998    France                      JO          2    120    5     67   2,50   0   92,5%
1998    France                   Mondiaux       1      6    3      5  33,33   0   40,0%
1998/99 HC Lugano               LNA suisse     21   1275   58          2,73   1             10   628   18         2,10   1
1998/99 France                  Qualif. CM      3    180    7     80   2,33   0   91,3%
1998/99 France                Internationaux    6    360   15          2,50   1
1999    France                   Mondiaux       1     60    6     21   6,00   0   71,4%
1999/00 HC Lugano               LNA suisse     31   1886   50          1,59   8             13   783   29         2,23   0
1999/00 France                  Qualif. CM      3    180   10     97   3,33   0   89,7%
2000    France                  Qualif. JO      2    120    6          3,00   0
2000    France                Internationaux    2    100    6          3,60   0
2000    France                   Mondiaux       4    239   11    102   2,76   0   89,2%
2000/01 HC Lugano               LNA suisse     39   2365   77          1,95   6             18  1141   39         2,05   2
2000/01 France                Internationaux    3    180    8          2,67   0
2001    France                  Qualif. JO      3    179    5    103   1,68   0   95,1%
2001    France                  Mondial D1      4    240    9     79   2,25   1   88,6%
2001/02 HC Lugano               LNA suisse     39   2307  106          2,76   4              1    60    3         3,00   0
2001/02 France                Internationaux    6    359   13          2,17   1
2002    France                      JO          3    179   10     86   3,36   0   88,4%
2002    France                  Mondial D1      5    299    5     81   1,00   2   93,8%
2002/03 Manchester Monarchs        AHL         30   1784   68    868   2,29   1   92,2%      1    30    4    18   8,08   0   77,8%
2002/03 Los Angeles Kings          NHL         12    541   21    241   2,33   1   91,3%
2003/04 Los Angeles Kings          NHL         41   2199   89    961   2,43   3   90,7%
2004    France                Internationaux    2    120    2     54   1,00   0   96,3%
2004    France                   Mondiaux       4    196   17    114   5,19   0   85,1%
2004/05 Adler Mannheim             DEL         37   2001   93   1095   2,79   1   91,5%     14   851   40   492   2,82   2   91,9%
2004/05 France                  Qualif. JO      5    300    5    117   1,00   2   95,7%
2005/06 Canadiens de Montréal      NHL         36   2103   77   1085   2,20   7   92,9%      6   386   15   212   2,33   0   92,9%
2005/06 Hamilton Bulldogs          AHL          4    237   15    109   3,79   1   86,2%
2006/07 Canadiens de Montréal      NHL         42   2286  107   1280   2,81   2   91,6%
2007/08 Canadiens de Montréal      NHL         39   2278   97   1150   2,56   2   91,6%
2007/08 Washington Capitals        NHL         13    771   21    329   1,63   2   93,6%      7   451   22   242   2,93   0   90,9%
2008    France                Internationaux    1     20    2          6,00   0
2008    France                   Mondiaux       5    250   15    169   3,60   0   91,1%
2008/09 Chicago Blackhawks         NHL         41   2351   99   1087   2,53   3   90,9%      3   130    7    78   3,23   0   91,0%
2009/10 Chicago Blackhawks         NHL         48   2731  114   1083   2,50   4   89,5%      1    20    0     3   0,00   0  100,0%
2010/11 HC Fribourg-Gottéron    LNA suisse     41   2451  117   1448   2,86   4   91,9%      4   214   18    76   5,07   0   76,3%
2011    France                Internationaux    3    183    9     45   2,95   0   93,3%
2011    France                   Mondiaux       6    281   16    183   3,41   0   91,3%
2011/12 HC Fribourg-Gottéron    LNA suisse     39   2321   82   1026   2,12   6   92,0%     11   698   28   311   2,41   1   91,0%
2012    France                Internationaux    4    210   12     87   3,44   0   88,5%
2012    France                   Mondiaux       5    299   18    152   3,61   0   88,2%
2012/13 Lausanne                LNB suisse     36   2134   84          2,36   3             13   787   35         2,67   1
                                Qualif LNA                                                   6   360   16   162   2,66   0   90,1%
2012/13 France                Internationaux    2    120    3     51   1,50   0   94,1%
2013    France                  Qualif. JO      2    123    5     55   2,44   0   90,9%
2013    France                   Mondiaux       5    285   16    164   3,36   0   90,2%
2013/14 Lausanne                LNA suisse     44   2649   91   1275   2,06   1   92,8%      7   408   16   206   2,36   0   92,2%
2014    France                Internationaux    3    179    5          1,68   1
2014    France                   Mondiaux       6    369   16    163   2,60   0   90,2%
2014/15 Lausanne                LNA suisse     36   2113   65    953   1,85   7   93,2%      7   448   11   187   1,48   0   94,1%
2015    France                Internationaux    4    244    8    127   1,97   0   93,7%
2015    France                   Mondiaux       5    288   10    129   2,09   1   92,3%
2015/16 Lausanne                LNA suisse     46   2768  112   1248   2,43   1   91,0%      3   180    5    66   1,67   2   92,4%
2015/16 France                Internationaux    3    179   12    117   4,02   0   89,7%
2016    France                   Mondiaux       5    276   14    121   3,05   0   88,4%
2016    France                  Qualif. JO      3    180    4     71   1,33   0   94,4%
2016/17 Lausanne                LNA suisse     40   2405   98   1219   2,44   3   91,9%      4   262   13   142   2,98   0   90,8%
2016/17 France                Internationaux    4    227   10    105   2,64   0   90,5%
2017    France                   Mondiaux       4    249   10     99   2,41   0   89,9%          
2017/18 Lausanne                LNA suisse     21   1105   64    560   3,48   1   88,6%      3   109    8    49   4,40   0   83,7%
Totaux NHL                                    272  15261  625   7216   2,46  24   91,3%     17   986   44   535   2,68   0   91,8%
Totaux LNA suisse                             397  23645  920  (7729)  2,33  42   91,9%     81  4931  188 (1037)  2,29   6   90,5%
Totaux en équipe de France                    145   8078  367  (3134)  2,73   8   90,4%

 

Palmarès

- Champion de France 1998

- Champion de Suisse 1999

- Coupe Stanley 2010

Honneurs individuels

- Meilleur gardien du championnat de France (trophée Jean Ferrand) 1996/97 et 1997/98

- Meilleur joueur français du championnat de France (trophée Albert Hassler) 1997/98

- Meilleur gardien du championnat de Suisse (trophée Jacques Plante) 1999/00, 2000/01 et 2013/14

- Meilleur gardien du championnat de Suisse (médias) 2014/2015

- Trophée Roger Crozier de la meilleure moyenne de buts encaissés en NHL 2005/06

- Participation au All-Star Game NHL 2007

 

 

Retour à la liste des biographies