Avril 2003

 

01/04 Russie : quarts de finale (3)

Bien qu'ayant terminé deuxième de la saison régulière, le Severstal Cherepovets n'est pas encore considéré comme un "grand club" au même titre que Yaroslavl, Omsk ou Kazan. De plus, il avait été accusé de faire exprès de perdre en fin de saison pour éviter le Metallurg Magnitogorsk en quarts de finale. Il devait donc prouver qu'il n'avait pas peur de cet adversaire.

Severstal Cherepovets - Metallurg Magnitogorsk : match 1, match 2, match 3.

01/04 Russie : quarts de finale (4)

Le meilleur pour la fin...

Nouveau sélectionneur de l'équipe nationale russe, Vladimir Plyushchev devait d'abord passer un test en club. Lui qui veut refaire de la Russie une formation offensive attrayante rencontrait avec son équipe de Kazan l'adepte de l'ultra-défense le plus radical d'Europe, Petr Vorobiev, et son Lada Togliatti.

Il s'attendait à un duel difficile, mais certainement pas à cet incroyable scénario. Vous découvrirez comment les play-offs russes peuvent engendrer un détournement aérien, quelle curieuse méthode est adoptée pour sélectionner les arbitres, mais aussi comment un mystérieux clochard est devenu un personnage-vedette de la série. Tout ça à l'issue d'un cinquième match véritablement dantesque.

Ak Bars Kazan - Lada Togliatti : match 1, match 2, match 3, match 4 et match 5.

02/04 Suisse : comment Larry Huras mange-t-il un éléphant ?

Finale de LNA, 3è manche : Davos - Lugano.

02/04 Allemagne : Schwenningen quitte la DEL

Schwenningen quitte finalement la DEL après plus de deux décennies de présence au plus haut niveau. Le club a déclenché la procédure de faillite qui semblait inévitable compte tenu de la dette cumulée du club qui avait atteint le point de non-retour. Ceci sauve donc la place de Francfort, sportivement relégué mais repêché, même si les Lions n'ont pas à être fiers de leur saison une nouvelle fois à des années-lumière des ambitions affichées.

02/04 République Tchèque : finale logique

Ce seront finalement les deux premiers de l'Extraliga qui s'affronteront en finale pour une finale qui apparaît logique. Mais si la qualification de Pardubice contre Trinec rentre dans l'ordre des choses, certains s'attendaient à ce que le champion en titre, le Sparta, déboulonne le Slavia dans le derby de Prague.

Celui-ci a été fidèle à sa réputation. Il n'a pas laissé place à du beau hockey ou à de grandes actions techniques, mais il a été intense, physique et passionnant. Le duel de gardiens initié dans les deux premières rencontres avec un blanchissage chacun pour Roman Málek (Slavia) et Petr Bríza (Sparta) a connu son paroxysme dans les deux suivantes. Le Sparta recevait devant plus de dix mille spectateurs, et ceux-ci ont à chaque fois été tenus en haleine jusqu'aux tirs au but. Le Slavia et Málek remportèrent la première séance, et Bríza préféra de lui-même jeter l'éponge pour la seconde. Le gardien remplaçant Peter Prikryl s'y comporta bien en ne laissant passer que le tir de David Hruska, mais ce n'était pas suffisant... car Málek arrêta toutes les tentatives adverses.

Ensuite, le Sparta arracha la cinquième manche, mais s'inclina nettement dans la sixième. La finale opposera donc à partir de samedi l'impressionnante attaque de Pardubice (26 buts en 5 matches en demi-finale) et la défense de fer du Slavia, où Roman Málek tourne à 0,96 but encaissé par match dans ces play-offs...

Mais le club le plus heureux du pays actuellement n'est pas un des deux finalistes. Il s'agit de l'ancien champion Kladno, relégué l'an passé et qui vient de remonter en Extraliga après avoir remporté le barrage de promotion/relégation contre Havírov. Pour prouver qu'il a encore de l'avenir, ce club au riche passé a également remporté le championnat junior. Les résultats tchèques.

03/04 Autriche : deuxième chance pour Linz

Les play-offs autrichiens ont procédé à l'écrémage et il n'est finalement resté que les deux finalistes de l'an passé, Villach et Linz.

Le premier à être éjecté à été Feldkirch, balayé en trois manches en quart de finale par Klagenfurt malgré l'avantage de la glace. La politique de rappeler des vétérans a donc échoué. Certains joueurs avaient beaucoup trop de pouvoir dans ce club, plus que les trois entraîneurs qui se sont succédé, et ils ont souvent dicté leurs conditions néfastes à la condition de l'équipe. En plus, la saison s'est finie sur une note malsaine puisque Daniel Gauthier a frappé la tête d'un adversaire avec sa crosse. Il a d'abord écopé d'une suspension internationale jusqu'en avril 2004, avant que sa peine ne soit réduite en appel à quinze matches ferme et cinq avec sursis. Feldkirch a néanmoins confirmé au Canadien, son meilleur marqueur, qu'il resterait dans l'effectif la saison prochaine.

L'autre outsider sorti dès les quarts a été Vienne, qui a fait scandale en rompant le gentleman agreement conclu fin janvier entre les clubs, selon lequel personne n'irait recruter comme joker pour les play-offs un des Autrichiens évoluant à l'étranger. Les Vienna Capitals sont passés outre la parole donnée, et en déposant un recours légal, ils ont pu aligner Oliver Setzinger et Philipp Lakos à partir du quatrième match, puisque le règlement ne leur interdisait pas. Mais, renforts ou pas, Villach a calmé l'arrogance viennoise dans la manche décisive.

Villach n'a ensuite eu pas trop de mal à se débarrasser d'Innsbruck, pénalisé par la suspension de son international Martin Höhenberger, qui a ainsi nui à ses propres coéquipiers. Le joueur en forme de Villach est Sean Selmser, ce joueur venu des Scottish Eagles qui avait défrayé la chronique en Coupe Continentale en raison d'une pige à Belfast, contraire à l'esprit et à la lettre du règlement mais tolérée par l'IIHF qui avait fermé les yeux. Selmser a été décevant et critiqué toute la saison, mais il se révèle maintenant un joueur de play-offs.

Linz, avec son joker Serge Poudrier, a défait Klagenfurt en trois manches sans trop de problèmes, et a l'occasion de prendre sa revanche sur Villach afin de remporter son tout premier titre de champion. Les résultats autrichiens.

03/04 Finlande : un vu (presque) exaucé

Le HPK Hämeenlinna voulait mettre un terme à la sempiternelle domination du Jokerit Helsinki et du TPS Turku ? Le vu sera exaucé, mais sans doute pas comme il l'avait escompté. Après avoir éliminé le TPS Turku entraîné par Kari Jalonen, le HPK retrouvera en effet le Jokerit... pour la médaille de bronze !

Les deux favoris ont en effet tous deux été éliminés à l'issue d'une demi-finale qu'ils semblaient relativement contrôler. L'avantage de la glace avait été respecté... jusqu'à la cinquième et dernière manche, où ils ont tous deux été battus à domicile par des adversaires contents du vilain tour qu'ils ont joué. Premier de la saison régulière, Hämeenlinna a ainsi été piégé par le Tappara Tampere.

Quant au Jokerit Helsinki, champion en titre et champion d'Europe, il est tombé face au Kärpät Oulu à cause des prestations exceptionnelles du gardien néo-international Niklas Bäckström, qui a complètement écuré les attaquants adverses dans les deux dernières manches, et du buteur tchèque Petr Tenkrat, qui a marqué les deux buts de l'ultime victoire à Helsinki.

L'affiche Kärpät-Tappara change donc des habitudes prises ces dernières années, mais elle n'est pas inédite. Les deux équipes se sont déjà rencontrées deux fois en finale, il faut seulement remonter un peu plus loin dans le temps. En 1981, le Tappara était favori, mais il s'est fait surprendre en play-offs par l'équipe d'Oulu, emmenée par le jeune Kari Jalonen. Le Kärpät obtenait là son seul et unique titre. Six années plus tard, en 1987, il était à son tour dans la peau du favori, après avoir dominé la saison avec un Jalonen devenu meilleur marqueur de SM-liiga. Mais le Tappara, qui était l'équipe-phare des années 80 en Finlande, avait pris sa revanche... La belle commence ce soir, et aucune équipe ne part favorite cette fois dans ce duel d'outsiders.

Au fait... Il a beaucoup été question de l'ex-Rouennais Kari Jalonen ci-dessus. Sachez qu'il avait été pressenti ces derniers jours pour devenir l'entraîneur de Zoug, en Suisse. Mais l'EVZ a finalement choisi de faire revenir l'entraîneur Sean Simpson, actuellement à Hambourg. Depuis le titre obtenu par Simpson en 1998, les entraîneurs qui se sont occupés de Zoug, à savoir Péloffy, Mason et Pelletier, ont tous échoué. Jalonen trouvera peut-être une place plus aisée. Les résultats finlandais.

03/04 Les trophées du Super 16

Comme chaque année, les trophées des meilleurs joueurs du Super 16 ont été décernés. Le jury était composé des entraîneurs du Super 16 et du sélectionneur national Heikki Leime. La nomination qui a peut-être le plus surpris est celle de Laurent Gras au titre de meilleur joueur français, devant son coéquipier François Rozenthal. Par contre, l'élection de Fabrice Lhenry comme meilleur gardien, de Kevin Hecquefeuille, auteur d'une fin de saison fulgurante, comme meilleur espoir, et de Dennis Murphy comme meilleur entraîneur paraissent devoir faire l'unanimité.

Meilleur joueur français : 1 Laurent Gras (Amiens), 2 François Rozenthal (Amiens), 3 Guillaume Besse (Rouen).

Meilleur gardien : 1 Fabrice Lhenry (Mulhouse), 2 Antoine Mindjimba (Amiens), 3 Éric Raymond (Rouen).

Meilleur espoir : 1 Kevin Hecquefeuille (Amiens), 2 Alexandre Goncalves (Villard-de-Lans), 3 Nicolas Besch (Rouen).

Meilleur entraîneur : 1 Dennis Murphy (Villard-de-Lans), 2 Daniel Maric (Dijon), 3 Christer Eriksson (Mulhouse).

03/04 Super 16 : Amiens prend l'avantage

Amiens n'a pas laissé passer sa chance dans la première manche de la finale qu'il jouait à domicile. Rouen avait pourtant pris deux buts d'avance contre le cours de jeu, mais les Gothiques ont renversé la situation grâce à Kévin Hecquefeuille, qui a honoré brillamment son titre de meilleur espoir, et surtout à Vincent Bachet, qui fait une très belle fin de saison et qui a marqué deux buts. Rouen aura maintenant l'avantage de la glace mais est au pied du mur, dans une finale qui tient toutes ses promesses. Les résultats du Super 16.

Match pour la troisième place : Grenoble - Mulhouse.

04/04 Italie : les adieux de Benoît Laporte ?

Augsbourg a quasiment confirmé que Benoît Laporte serait son entraîneur l'an prochain. Après la France, la Suisse et l'Italie, il entamera ainsi un nouveau challenge en DEL. Si la nouvelle n'est pas officielle, c'est parce que l'intéressé préférait attendre que se termine la finale du championnat d'Italie, ce qui est fait de puis hier soir. Depuis qu'il est arrivé à Asiago, Benoît Laporte a remporté le premier titre de champion de l'histoire du club et a contribué à en faire un incontournable dans le hockey italien. Avec cette finale face au grand rival Milan, Asiago connaissait donc sans doute son dernier challenge avant le départ de son entraîneur.

Milan - Asiago, finale : match 1, match 2, match 3, match 4, match 5, match 6.

04/04 Russie, demi-finale (1) : Yaroslavl mieux que Pittsburgh ?

Yaroslavl est vraiment le meilleur club russe, et sans doute européen. Il dispose en outre d'une patinoire belle et moderne - chose encore rare en Russie - où l'on sait aussi faire le show, comme vous le verrez avec d'étonnants concours de baisers.

Son incroyable série de victoires en play-offs l'a fait comparer au Pittsburgh époque Bowman, Jágr et Lemieux, dont il chassait à distance le record.

Il peut compter pour cela sur sa star Andrei Kovalenko, le seul joueur au monde qui, après avoir réalisé un quadruplé historique, explique que ce n'est qu'une convention statistique et qu'il n'a pas fait exprès de marquer.

Lokomotiv Yaroslavl - Lada Togliatti : match 1, match 2, match 3.

05/04 Super 16 : Rouen arrache la belle

La finale de Super 16 est digne des espérances, et elle ira à un troisième match. Mais Rouen a dû s'arracher pour en arriver jusque là. Éric Doucet avait marqué en fin de premier tiers, les Normands ont longtemps tenu cet avantage mais ils se sont fait rejoindre dans les dernières minutes. Ce match de gardiens s'est donc terminé aux tirs au but, et Éric Raymond y a finalement pris légèrement le dessus sur Antoine Mindjimba en arrêtant toutes les tentatives picardes.

Pendant ce temps-là, Mulhouse, visiblement plus motivé à l'idée d'obtenir son tout premier podium national, a remporté le match pour la troisième place contre Grenoble. Les résultats du Super 16.

05/04 Division 1 : Nice assure

Il n'y a finalement pas eu trop de suspense dans l'attribution de la deuxième place de D1. Le Mont-Blanc a longtemps peiné à Cergy, même s'il a en fin de compte pu gagner par cinq buts d'écart. Pas suffisant pour mettre en danger Nice qui a terminé en beauté en gagnant à Chamonix (5-3). Strasbourg en a profité pour accrocher la quatrième place, un moindre mal compte tenu de son effectif, grâce à sa victoire à Limoges.

Annecy a de son côté battu la Vanoise et laisse ainsi à Valence, battu 6-2 au Vésinet, le soin de disputer le barrage contre Caen. Les résultats de division 1.

05/04 Division 2 : Caen deuxième

Alors qu'Avignon a assuré son titre de champion de D2 avec une victoire sans bavure 5-0 sur Garges-lès-Gonesse, Caen a pris la deuxième place en battant Bordeaux 5-2 dans une confrontation directe qui a tenu ses promesses, avec Rodolphe Garnier en héros de la promotion. En battant l'ACBB à l'issue d'un match médiocre, Lyon finit troisième et premier déçu. Le final a été plus convaincant pour la Roche-sur-Yon, qui a terminé en beauté contre Toulon (10-2), même si ce n'était que pour la sixième place. Les résultats de division 2.

06/04 Russie : demi-finale (2)

L'entraîneur tchèque Vladimír Vujtek attendait de connaître son adversaire en finale : aurait-il à affronter Omsk et son illustre compatriote Ivan Hlinka, le vainqueur des JO de Nagano, ou bien Cherepovets qui compte dans ses rangs son propre fils, Vladimír Vujtek junior, qui a lui aussi découvert les vertus de la charité envers les mendiants ?

Avangard Omsk - Severstal Cherepovets : match 1, match 2, match 3, match 4, match 5.

06/04 Super 16 : Rouen champion de France

Rouen remporte finalement un nouveau titre de champion de France à l'issue d'une finale exceptionnelle et palpitante jusqu'au bout, Amiens n'ayant jamais rien lâché. Le troisième match a été indécis jusqu'à ce que les Dragons prennent deux buts d'avance au dernier tiers, mais le but de Mortas alors que Mindjimba était sorti de sa cage a fait passer un ultime frisson dans le dos des Normands. Néanmoins, dans l'ensemble, Rouen a été plus frais que prévu physiquement et les Gothiques se sont trop rarement approchés du but de Raymond dans cette dernière rencontre. Les résultats du Super 16.

06/04 Division 3 : Montpellier champion

C'est sans surprise que Montpellier, à domicile et avec ses renforts slovaques, a remporté le tournoi final de division 3. On attendait surtout de savoir qui prendrait la deuxième place, sans doute synonyme de promotion en D2. Meudon avait réussi un joli coup en battant la réserve brestoise 5-1 le premier jour, mais Amiens II avait tout de suite affirmé ses ambitions en ne cédant que 4-3 contre Montpellier. Le duel entre les deux prétendants s'est finalement soldé par une victoire 5-1 de la réserve amiénoise sur le club formateur francilien. Toute la saison de D3.

07/04 Allemagne : Krefeld en finale !

C'est un moment incroyable qu'est en train de vivre Stéphane Barin avec son équipe de Krefeld (même si cela le prive sans doute des prochains championnats du monde). Le KEV, qui est en fin de cycle puisqu'il perdra ses stars Christoph Brandner et Brad Purdie à l'intersaison, s'est en effet qualifié pour la première fois de son histoire pour la finale du championnat d'Allemagne.

Il rencontrait pourtant en demi-finale le leader de la saison régulière, les Eisbären de Berlin, réputés pour leur jeu offensif flamboyant. Mais celui-ci s'est heurté vendredi soir à un exceptionnel Robert Müller. Le seul gardien allemand titulaire en DEL a réussi un blanchissage d'anthologie de quarante tirs et permis ainsi à Purdie de marquer l'unique but d'une victoire à l'extérieur ô combien importante. Krefeld pouvait donc conclure hier soir à domicile, et l'a fait brillamment en battant les Berlinois 4-1 avec deux buts pour l'attaquant tchèque Patrik Augusta.

La finale allemande donnera donc lieu à un derby du Rhin entre Krefeld et Cologne, qui a facilement battu Mannheim en trois manches. L'entraîneur de Cologne et de la sélection nationale, Hans Zach, ne s'est pas montré surpris de la qualification du KEV et a déclaré que ce sont les deux meilleures équipes de ces play-offs qui se retrouvent en finale. Les résultats allemands.

07/04 Finlande : Tappara champion

Même s'il s'est imposé en trois matches secs, ne croyez pas que le Tappara Tampere a eu la vie facile en finale de SM-liiga face au Kärpät Oulu. Ce n'est en effet qu'à la troisième prolongation, après 103'39" de jeu, qu'Esa Pirnes a inscrit le but vainqueur dans la troisième rencontre. Pirnes avait déjà marqué le but égalisateur en début de match, un but contesté par Oulu car le palet semblait enfoui sous les jambières du gardien, mais l'arbitre l'a vu entrer. C'est déjà ce même Esa Pirnes qui avait inscrit le but décisif dans la prolongation du premier match.

C'est une belle revanche pour le Tappara Tampere. L'an passé, il avait terminé premier de la saison régulière mais il avait dû laisser le titre à l'agaçant Jokerit. Cette saison, il s'est contenté d'une cinquième place, mais a montré ce que c'est que d'être une équipe de play-offs. Malgré les tours précédents difficiles face à Espoo et à Hämeenlinna, le Tappara a en effet pratiqué un jeu rythmé en finale et a surtout été le plus présent dans les moments décisifs. C'est pourquoi, outre une facile victoire à domicile, il a su remporter ces deux confrontations très serrées dans l'ambiance passionnée de la patinoire d'Oulu.

C'est la première fois depuis 1988 que le titre ne prend pas la direction de Helsinki ou de Turku. Et à l'époque, le champion s'appelait déjà Tappara... Les résultats finlandais.

07/04 Nouvelles des Français de Suisse

On sait que Philippe Bozon est revenu sur sa décision originelle de mettre un terme sa carrière cet été après deux ans à Genève, et qu'il a signé en janvier un nouveau contrat pour prolonger encore le plaisir. Il vient en plus d'apprendre une bonne nouvelle puisque la suspension de deux matches qu'il encourait pour le début de la prochaine saison a été levée en appel, de même que l'amende de mille francs suisses. En cause, la jambe qu'il l'avait laissé traîner devant Martin Steinegger lors du quart de finale contre Berne. Initialement, l'action avait été qualifiée de jeu dur intentionnel par le juge de la ligue suisse Heinz Tännler. Mais la chambre des recours a considérait que c'était tout au plus un simple "faire trébucher" et que Bozon jouait en premier lieu le palet.

Par ailleurs, Sébastien Dermigny a prolongé son contrat avec Ajoie. Après une année marquée par des changements de clubs incessants, le jeune Français a finalement pu se stabiliser dans le Jura, obtenant 4 buts et 7 assists en 43 matches de LNB. Il a joué sur la troisième ligne défensive (le junior français Olivier Devaux fait partie de son côté de la quatrième paire d'arrières). Il a donc estimé que continuer à profiter de son passeport suisse lui offrait de meilleures perspectives qu'un retour dans le Super 16, où il avait reçu des offres d'Amiens et de Mulhouse.

Comptes-rendus de la finale suisse : Lugano - Davos (4è manche) et Davos - Lugano (5è manche).

Transferts

C'est un classique : la saison est à peine terminée que l'on pense déjà à la suivante. Voici donc l'état actuel des transferts et rumeurs de transfert.

08/04 Suède : Frölunda joue aussi les prolongations

Les Suédois trouveraient indécent de rester dans l'ombre de leurs voisins finlandais. Donc le lendemain du titre obtenu par Tappara au terme du match le plus long de l'histoire des finales de SM-liiga, Frölunda et Färjestad ont décidé d'organiser leur propre marathon. Malheureusement, alors que l'heure tournait et que les défenses craquelaient peu à peu, il leur manqua un tout petit peu de patience pour battre le score établi la veille : 101'56" donc pour le match décisif de l'Elitserien contre 103'39" pour la dernière manche finlandaise.

Ce match a évidemment été marqué par la prestation exceptionnelle des deux gardiens, d'ailleurs tous deux finlandais, Fredrik Norrena et Sinuhe Wallinheimo. Il fallait donc une action de jeu étrange pour que l'un d'eux soit battu. Une scène dont tous les acteurs sont d'ailleurs finlandais, ce qui devient commun en Suède à force de débaucher tous les meilleurs joueurs de SM-liiga, un peu moins chers que ceux du cru. C'est en effet sur un centre de Tomi Kallio que le pauvre Hannes Hyvönen dévie le palet du patin dans ses propres filets gardés par Wallinheimo...

Ce sera décidément la soirée de la frustration pour Färjestad. Au regard de sa prestation à l'extérieur dans un Scandinavium de Göteborg plein à craquer, le champion en titre ne mérite pas son élimination cinglante en quatre manches sèches. Il a en effet mené 3-1 juste avant qu'un but controversé marqué du patin par Tomi Kallio ne relance Frölunda. Mais il était dit que le sort était contraire ce soir à l'équipe de Karlstad.

Ceci dit, Västra Frölunda mérite absolument son titre de champion pour avoir construit une équipe d'avenir où se sont affirmés quelques-uns des plus sûrs espoirs suédois. C'est la deuxième couronne nationale pour le club de Göteborg. Le premier remontait à 1965.

08/04 Problèmes de gardiens pour les Bleus

Le poste de gardien est en train de devenir un casse-tête pour Heikki Leime. Après avoir partagé la place de titulaire avec Jamie Storr lors de la fin de saison des Los Angeles Kings, Cristobal Huet a en effet dû retourner jouer les play-offs d'AHL avec les Manchester Monarchs. Puis, mauvaise nouvelle, voilà que Fabrice Lhenry s'est blessé à l'épaule. Si le cas du gardien mulhousien se révélait sérieux, on assisterait au retour inattendu d'un joueur qui avait fait une croix sur l'équipe de France, avec le rappel d'Antoine Mindjimba, qui a réalisé d'excellents play-offs. L'équipe de France aurait en effet besoin d'un autre gardien d'expérience aux côtés de Patrick Rolland.

09/04 La France récupère

L'équipe de France joue ce soir et demain à Varsovie ses deux matches de préparation pour les championnats du monde de division I. Programme minimal, mais déjà chargé, puisque le Super 16 s'est terminé plus tard que les championnats de nos concurrents, qui plus est avec trois matches en quatre jours pour la finale.

On comprend alors l'importance de la récupération avant le début du tournoi ce week-end. Pour l'instant, l'épaule de Fabrice Lhenry ne le handicape pas trop, même s'il sera remplaçant de Rolland ce soir. Les inquiétudes restent par contre fortes pour ce qui est du coude d'Arnaud Briand, dont la participation ou non aux Mondiaux sera décidée ce soir. Les matches internationaux.

09/04 Suisse : nouveau titre pour "Larry Potter"

Lugano est finalement redevenu champion de Suisse et Ronnie Rüeger a réussi à faire oublier Cristobal Huet grâce à ses bons play-offs. Selon un sondage en cours sur solohockey.com, les Tessinois attribuent en leur grande majorité le mérite du titre à Larry Huras, arrivé en novembre à la place de Jim Koleff. Le Canadien a encore ajouté un trophée à sa collection, et confirme par la même occasion sa réputation de magicien. Certains supporters de Lugano lui ont d'ailleurs trouvés un nouveau surnom : Larry Potter.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, Lugano a également obtenu la signature du très courtisé Ville Peltonen. À près de trente ans, le joueur qui avait offert son unique titre mondial à la Finlande a retrouvé la grande forme cette saison avec le Jokerit Helsinki. Il remplacera Brandon Convery comme troisième étranger au sein du HCL, qui conservera par ailleurs Petteri Nummelin et Mike Maneluk.

Compte-rendu de la dernière manche de la finale : Lugano - Davos.

09/04 Slovaquie : Bratislava champion

La finale de l'Extraliga slovaque entre le Slovan Bratislava et Koice avait commencé par une prolongation-record, décidément très à la mode en ce moment. L'enjeu du moindre palet était tel qu'il ne fallait prononcer la voyelle de trop. Cela ne risque pas d'arriver à Vladimír Vlk, dont le lancer de bleue avait soulagé les 8750 spectateurs (guichets fermés) à la 94ème minute. C'est le deuxième plus long match de la (courte) histoire du championnat slovaque, derrière une demi-finale Martin-Trencín qui avait duré cent neuf minutes en 1996.

Malheureusement, la suite fut moins enthousiasmante. Après cette grande résistance du premier jour, le gardien Miroslav Simonovic ne put contenir par la suite les attaquants du Slovan. Les hommes de Róbert Spísak concédèrent donc trois nouvelles défaites et Bratislava put savourer un nouveau titre. Il est un peu dommage qu'une saison aussi serrée et palpitante entre les quatre grands clubs slovaques se soit ainsi terminée par une finale en quatre manches sèches.

09/04 NHL : play-offs

Les play-offs de NHL commencent ce soir. Voici une présentation des premiers duels de cette cuvée 2003.

À l'ouest, seules quatre équipes de l'an passé se sont à nouveau qualifiées. Dallas, le n1, rencontre une nouvelle fois Edmonton : les deux formations s'affrontent pour la sixième fois en sept ans, après avoir tous les deux manqué la qualification l'an passé. Les Oilers, face à leur bête noire, devront tromper Turco, qui a réussi la plus faible moyenne de buts encaissés de l'ère moderne (1,71).

Le très expérimenté tenant du titre, Detroit, sera opposé à l'équipe d'Anaheim. C'est la deuxième participation depuis leur création pour les Mighty Ducks, qui devront hausser leur niveau de jeu en attaque comme en défense pour surprendre les Red Wings et leur pléiade de stars. La vitesse et le jeu de puissance seront les clés du succès dans ce duel.

Colorado, troisième, a conservé son titre de division à la dernière journée, offrant du même coup le titre de meilleur marqueur à Peter Forsberg et de meilleur buteur à Milan Hejduk, au nez et à la barbe de Näslund dans les deux cas. Toutefois, l'adversaire du premier tour sera difficile à vaincre : Minnesota, qui accède aux playoffs pour sa troisième saison, possède la quatrième défense - mais la plus faible attaque - des seize qualifiés. Le coach Jacques Lemaire avait remporté la coupe Stanley avec New Jersey en 1995, avec le même type de défense qui fait la part belle à la trappe en zone neutre... La jeune franchise fait figure d'épouvantail à l'ouest, mais l'Avalanche, avec son mythique gardien Roy, reste redoutable.

L'opposition entre Vancouver et Saint-Louis voit s'affronter deux des meilleurs attaques de la NHL, dans un choc qui s'annonce exceptionnel. Les gardiens sont toutefois plus friables (Les Blues en ont utilisé sept !). Markus Näslund et Todd Bertuzzi, chez les Canucks, s'efforceront de surprendre la défense des Blues qui a enregistré le retour de Chris Pronger.

À l'est, l'attaque explosive d'Ottawa, en tête de la NHL, reste favorite face à une faible défense des Islanders, en chute libre en fin de saison. Toutefois, les Senators ont souvent du mal en playoffs, et le buteur new-yorkais Aleksei Yashin aura une motivation supplémentaire face à son ancien club.

La meilleure défense ex-æquo, New Jersey, a l'avantage, a priori, dans son duel difficile face aux Bruins. En dépit des problèmes de gardiens, Boston, qui récupère Sergueï Samsonov, possède de sérieux atouts offensifs, à l'image de son capitaine Joe Thornton. Les Devils, plus expérimentés, possèdent une équipe très complète qui passe rarement à côté du rendez-vous des playoffs.

Tampa Bay, leader de la division sud-est, et qui participe aux playoffs pour la deuxième fois seulement, rencontre son dauphin Washington. Le Lightning du gardien Khabibulin veut confirmer sa domination en saison régulière, avec une attaque vive et rapide. En face, les Capitals, très inconstants, espèrent le réveil de Jaromír Jágr et Peter Bondra, décevants ces dernières semaines.

Enfin, Philadelphie et Toronto, deux habitués des playoffs, s'engagent dans un bras de fer équilibré. Les deux formations, qui se rencontrent souvent pour des séries très chaudes, ont fait un gros recrutement et ont connu leur lot de blessures. L'expérience est équivalente, et ce choc plein d'incertitude s'annonce passionnant.

10/04 Russie : la finale

Yaroslavl parviendrait-il à réussir un incroyable doublé en remportant les play-offs russes sans perdre un seul match pour la deuxième année de suite ?

Lokomotiv Yaroslavl - Severstal Cherepovets : match 1, match 2, match 3, match 4.

10/04 L'équipe de France se rode

Pas facile, ces deux matches amicaux à Varsovie, dans une capitale polonaise qui n'est pas une ville de hockey et qui a eu du mal à attirer les foules. Il fallait en effet faire très rapidement et sans entraînement le mélange entre ceux qui sortaient d'une finale éprouvante et ceux qui n'ont plus joué depuis plusieurs semaines. La première rencontre a été perdue 4-3, avec un doublé de Michal Garbocz (Anglet) pour la Pologne, mais les Bleus viennent de prendre nettement leur revanche (6-3).

C'est une autre joueur angloy, le jeune Xavier Daramy, qui s'est mis en évidence côté français en marquant un but à chaque rencontre. Les autres buts ont été inscrits par Rozenthal et Aimonetto hier, Treille, Mortas, Gras, Dewolf et Dostal aujourd'hui. Les alignements ont été sensiblement modifiés car il a fallu compter avec les légères blessures de Brice Chauvel et Jonathan Zwikel, en plus de celle de Briand toujours incertain (si le Saint-Pierrais devait manquer le Mondial, Vincent Bachet le remplacerait comme capitaine). Le défenseur mulhousien Lilian Prunet a donc dû jouer à l'attaque, flanqué des frères Sadoun.

Les Bleus se sont donc globalement rassurés. Restent les inquiétudes dans les cages. Patrick Rolland a gardé les buts français dans ces deux matches, la décision définitive au sujet de l'épaule de Lhenry et d'un éventuel rappel de Mindjimba sera prise samedi. Les matches internationaux.

12/04 Le grand défi de Stéphane Barin

Pendant que les Bleus se préparent à leur défi mondial à Zagreb, Stéphane Barin aborde un autre challenge colossal, qui constituerait l'aboutissement de ses cinq années de fidélité à Krefeld et de son travail pour s'imposer en DEL. Son club vit la page la plus importe de son histoire depuis cinquante ans avec cette finale contre Cologne, et hockeyarchives.info vous la fera évidemment vivre au quotidien.

Premier match : Cologne - Krefeld.

12/04 Féminines : onzième titre pour Cergy

Les filles de Cergy-Pontoise ont remporté leur onzième titre de championnes de France en treize ans en battant en finale Grenoble (5-2 à l'aller et 9-1 au retour cet après-midi). La seule équipe à avoir contesté la suprématie du club de la préfecture du Val d'Oise depuis 1991 est Lyon, un club qui s'est débarrassé de sa section féminine. Cette saison, Cergy a remporté tous ses matches de championnat, et le seul adversaire qui l'a un peu titillé est Montpellier, éliminé en demi-finale par Grenoble. Les résultats féminins.

13/04 Classement des clubs français

Les classements définitifs (hors barrages) des championnats de France ayant été établis par la victoire de Courbevoie à Morzine hier soir, voici comme chaque année le nouveau classement des clubs français, qui présente le bilan de chacun depuis 1987.

13/04 Bilan du Super 16

Il s'en est passé, des choses, lors de cette première saison du Super 16. Hockey Archives dresse le bilan club par club du championnat écoulé. Ne manquez pas ce bilan du Super 16.

13/04 Phases finales pour les jeunes

La finale du championnat de France minimes, qui se déroulera à Reims, donnera finalement lieu à un affrontement très classique entre quatre clubs bien établis, Amiens, Grenoble, Rouen et Anglet.

Dans la demi-finale est, Amiens a en effet remporté ses trois matches à domicile, et Grenoble a pris la deuxième place du tournoi picard malgré ses deux défaites aux tirs au but contre Amiens et Reims.

Dans la demi-finale ouest, Courbevoie avait bien géré les deux premières journées, mais a chuté ce matin contre Rouen, sur le score trop lourd de 0-3. Anglet, battu la veille par le COC, a profité de l'aubaine en battant Viry-Châtillon, mais ce fut difficile puisque le but salvateur a été marqué en milieu de troisième tiers, avant que les Basques ne doublent la mise en cage vide. Courbevoie peut regretter l'opportunité manquée de très peu, alors que Viry, pourtant champion d'Ile-de-France, a été dominé physiquement et a manqué de maîtrise individuelle en attaque, ne parvenant pas à marquer de tout le week-end. Le championnat de France minimes.

Le titre cadets élite, sur lequel Viry a pris une option, pourrait se jouer dès cette semaine, mais en attendant, des joueurs qui ont moins l'occasion de se mettre en évidence se disputent le titre de cadet excellence. C'est le cas de l'équipe d'Amiens 2, qui a aussi fait carton plein à domicile, devant Annecy. Les deux qualifiés de l'ouest sont Caen et Évry. Le championnat de France cadets.

Terminons avec la catégorie junior excellence, dans laquelle il reste moins d'une dizaine de clubs dans toute la France. La Roche-sur-Yon organisait le tournoi final, et a célébré l'évènement en remportant le trophée, devant Meudon, qui est en fait associé avec Évry pour les cadets et juniors, et Mulhouse, qui dispute durant la saison le championnat junior A de Suisse romande, mais constate le chemin qui reste à parcourir par rapport à la compétition junior élite que les Alsaciens ont l'intention de rejoindre l'an prochain. Le championnat de France juniors.

14/04 Les Bleus face à leur défi

C'est aujourd'hui que commencent les championnats du monde de division I avec l'équipe de France, qui doit d'entrée affronter le défi physique de la Grande-Bretagne (16h00, en différé à 19h00 sur Sport +), un adversaire assez rare, mais dont les Bleus se souviennent en raison des mauvais coups qu'ils avaient pris lors d'un tournoi de pré-qualification olympique. La France n'a pas enregistré de forfait de dernière minute, et les joueurs blessés, Briand et Lhenry, seront bien présents, même si pas à 100% car un peu à court de préparation. Du coup, il a fallu "couper" un joueur et c'est tombé sur Loïc Sadoun. Le jeune âge de Xavier Daramy n'a donc pas constitué un frein à sa sélection définitive, il faut dire qu'il a démontré toute sa valeur dans les matches amicaux en Pologne.

Le favori légitime de la compétition est la Norvège, eu égard aux joueurs de talents qui composent son effectif. À l'excellent trio de Düsseldorf Vikingstad/Magnussen/Jakobsen, il faut ajouter ceux qui jouent dans l'Elitserien suédoise, un championnat que même Maurice Rozenthal, meilleur buteur en activité chez les Bleus mais blessé pour ces Mondiaux, n'a pas pu intégrer. De plus, Espen Knutsen (Columbus, NHL) est lui aussi revenu en équipe nationale. Mais les Norvégiens nous ont habitué ces dernières années à des résultats très en dessous de leurs possibilités théoriques. Retrouveront-ils l'esprit d'équipe et le jeu collectif sans lequel les meilleures individualités ne pourront rien ?

Outre la Grande-Bretagne toujours gênante, mais qu'il faut peut-être mieux rencontrer d'entrée quand elle n'est pas encore rodée, il faudra se méfier de l'Italie. Certes, celle-ci n'est plus bardée d'une majorité d'oriundi, mais on aurait tort de mésestimer les joueurs locaux, qui ont maintenant eu l'occasion de prouver leur valeur, même si certains de leurs compatriotes ne veulent pas le reconnaître. En outre, les Italiens n'auront pas de point faible dans les cages car Mike Rosati, qui ne s'attendait pas à venir car il croyait fermement à une qualification de Mannheim en DEL, apportera finalement son expérience.

Pronostics pour la montée en élite : Norvège 40 %, France 27 %, Italie 20 %, Grande-Bretagne 10 %, Estonie 2 %, Croatie 1 %.

14/04 Allemagne : Barin proche de la consécration

Stéphane Barin n'est plus très loin de ce qui pourrait constituer le sommet de sa carrière. Surtout confiné à un rôle de joueur de l'ombre à Krefeld, il s'est même permis de marquer un but hier pendant la finale, ce qui ne lui était arrivé que deux fois cette saison.

Deuxième match : Krefeld - Cologne.

14/04 Un tournoi serré et difficile

La première journée du groupe B de la division I mondiale à Zagreb a été pour le moins étonnant. Dommage qu'il n'y ait pas eu grand monde pour voir ça, car la patinoire était presque vide pour les matches auxquels la Croatie ne participaient pas. C'est tout d'abord l'Estonie, promue de la division II, qui a créé la sensation en faisant tomber en ouverture l'Italie, reléguée de l'élite. Les Transalpins rejoignent ainsi la longue liste des équipes qui ont mal digéré l'année suivant la descente, surprises par des adversaires qu'elles pensaient à leur portée.

La France et la Norvège ont déjà connu ça avant elle, ce qui ne signifie pas qu'elles sont à l'abri d'une nouvelle désillusion. La Grande-Bretagne, dont les cent cinquante supporters formaient déjà la moitié de l'assistance, a ainsi tenu en échec les Bleus, qui ne s'en sortent pas si mal car l'égalisation préserve leurs chances. Après ces deux surprises, on en venait à se demander si la Croatie, promise à la relégation, n'allait pas battre la Norvège, favorite pour la montée, ce qui aurait constitué le pompon, mais le morceau aurait quand même été un peu gros. La logique a été respectée, mais les Norvégiens n'ont fait la différence qu'autour de la mi-match, alors que le score était encore de 1-1. Les Français, qui rencontrent ces mêmes Croates demain soir, sont prévenus.

Compte-rendu du match : Grande-Bretagne - France.

15/04 Suisse : Sabourin à La Chaux-de-Fonds

Après avoir connu une saison satisfaisante à la tête de Dunkerque, l'ancien entraîneur des équipes de France masculine et féminine, Stéphane Sabourin, 38 ans, a signé un contrat d'une année, plus option pour une saison supplémentaire, avec La Chaux-de-Fonds. Ce club de LNB suisse ressort d'une année très difficile car il a dû se serrer fortement la ceinture en raison d'une lourde dette. Sabourin, qui a déjà prouvé sa capacité à travailler avec de faibles moyens à Viry-Châtillon comme à Dunkerque, semble donc un choix opportun pour les Montagnards.

Pour aider à rebâtir son effectif de l'an prochain, La Chaux-de-Fonds a conclu un accord de partenariat avec Lausanne, qui pourrait permettre le prêt de joueurs comme Thierry Bornand ou encore Thomas Stastny, fils - élevé en Suisse - d'Anton et neveu de Peter, peut-être les joueurs slovaques les plus célèbres de l'histoire. Lausanne est un club que Sabourin connaît bien, puisqu'il y a entraîné les juniors élite en 1995 et 1996, avant son arrivée en France.

15/04 Les Bleus se rassurent

Compte-rendu du match : Croatie - France.

16/04 Autriche : la dernière ligne de Serge Poudrier

Après que sa saison avec Lausanne se fût terminée, Serge Poudrier avait été engagé comme joker par Linz. Le défenseur franco-canadien avait là sans doute une occasion d'ajouter une dernière ligne à son riche palmarès. Son club du moment, adversaire de Grenoble et Rouen en Coupe Continentale à l'automne dernier, est en effet à la quête de son tout premier titre de champion d'Autriche.

La finale Linz - Villach : match 1, match 2, match 3, match 4.

16/04 Pas de révolution russe

Il n'y a pas eu de révolution hier dans la réunion très attendue de la ligue russe, entité qui a la délégation de la fédération pour gérer les deux premiers niveaux de championnats. Tout d'abord, l'idée d'une autonomie des clubs de Superligue a été rejetée par un premier vote. Dans la foulée, on a confirmé que l'élite russe serait composée comme prévu de seize clubs la saison prochaine. La décision de réduire ce nombre de clubs, prise presque à l'unanimité il y a un an, a entre-temps été contestée par les clubs qui se sont rendus compte que ce serait eux qui seraient relégués, notamment le puissant Spartak. Mais on se tiendra au règlement et à ce qui avait été initialement décidé, à savoir faire un double aller-retour, soit soixante matches. Pour caser dans le calendrier cette imposante saison régulière, elle pourrait commencer fin août et amputer un peu une période de pré-saison habituellement assez longue en Russie.

Par ailleurs, la règle des 3+2, qui obligeait les clubs à aligner une ligne complète de juniors, dont trois de moins de dix-huit ans, a été sensiblement modifiée. Même si le titre de champion du monde juniors avait montré la nécessité de privilégier la formation, elle a été sensiblement modifiée, et les clubs ne seront désormais tenus qu'à avoir trois juniors dans leur composition.

Il a été aussi décidé de limiter l'effectif utilisable à 28 joueurs sur toute la saison, et le nombre de joueurs prêtés à trois, ce qui devrait limiter les mouvements de joueurs parfois chaotiques. Par contre, la proposition de ne pas accorder d'augmentation de plus de 10% à un joueur d'une année sur l'autre a été rejetée, ce qui aurait permis de calmer la folle inflation salariale.

Pour ce qui est des étrangers, il n'y a pas eu non plus de bouleversements, et on a gardé la limite de trois. La seule différence est que les joueurs des pays de la CEI (Belarus, Ukraine et Kazakhstan) ne seront plus considérés comme étrangers, alors qu'ils devaient jusqu'ici pour être considérés comme "Russes" renoncer par écrit à jouer avec leur équipe nationale.

C'est une bonne nouvelle pour le Metallurg Magnitogorsk, qui compte traditionnellement bon nombre de Kazakhs, et elle ne tombera pas dans l'oreille d'un sourd. En effet, Magnitogorsk vient d'engager à son tour un entraîneur tchèque, le troisième en Russie après Vujtek et Hlinka. Il s'agit de Marek Sykora, élu trois fois meilleur entraîneur de l'Extraliga. Dès sa descente d'avion, il a dit que, dans l'hypothèse où des places s'ouvriraient aux étrangers, il y avait de très bons gardiens en République Tchèque, et a cité de Jirí Trvaj (il pourra y avoir un gardien étranger par équipe la saison prochaine, même s'ils devraient disparaître en 2004/05).

16/04 Et pendant ce temps-là à Budapest...

Pendant que la France fait face à une rude opposition à Zagreb, l'autre groupe de la division I mondiale se déroule à Budapest...

Première journée : Lituanie - Pologne, Roumanie - Kazakhstan et Hongrie - Pays-Bas.

Deuxième journée : Kazakhstan - Lituanie, Pologne - Pays-Bas et Hongrie - Roumanie.

17/04 L'exploit français

Compte-rendu du match : France - Norvège.

17/04 Viry-Châtillon champion de France cadets

Même reparti avec un nouveau club, Viry-Châtillon continue d'amasser les titres de champion de France dans les catégories de jeunes. Même si les Essonniens ont été éliminés en minimes et en juniors, ils se sont rattrapés avec le championnats de France cadets élite en obtenant définitivement le titre ce soir après leur dernier match. Le plus dur avait sans doute déjà été fait en allant s'imposer sur la glace du Mont-Blanc, mais il fallait tout de même négocier ces deux déplacements de la semaine pascale, hier à Grenoble et aujourd'hui à Valence. Cela a été fait, et les Castelvirois peuvent donc savourer leur titre.

Cette victoire est aussi celle de l'entraîneur Peter Almasy, dont les qualités de formateur sont unanimement reconnus. Il va quitter Viry l'an prochain pour des raisons affectives. L'ancien exilé tchécoslovaque devenu joueur de l'équipe de France est en effet marié à une Niçoise et a gardé des liens très forts sur la Côte d'Azur. C'est donc du développement de club de Nice qu'il s'occupera l'an prochain, pour développer, là-bas aussi, la formation. Almasy travaille depuis un mois avec le staff de Viry-Châtillon pour réfléchir à la nouvelle organisation qui serait la plus adaptée au fonctionnement du club après son départ. Le championnat de France cadets.

18/04 Barin dans une forme de finale

Stéphane Barin a marqué hier soir son deuxième but en finale de DEL, soit autant que durant tout le reste de la saison ! Mais cela a-t-il été suffisant pour Krefeld ?

Troisième match : Cologne - Krefeld.

18/04 République Tchèque : le Slavia champion

Le titre de champion tchèque est finalement resté à Prague, mais pas aux mains du tout-puissant Sparta, ce club qui est plus que jamais le plus riche du pays depuis qu'Anschutz en est partiellement propriétaire (le groupe américain avait même fait abandonner les couleurs traditionnelles pour adopter le gris des Los Angeles Kings). Non, c'est le Slavia Prague, l'autre club de la capitale, force reconnue en football mais beaucoup moins en hockey sur glace, qui a su grandir ces dernières années dans l'ombre du Sparta et qui est finalement devenu champion pour la première fois.

C'est aussi une grande première pour l'entraîneur Vladimír Ruzicka. Au cours sa brillante carrière de joueur qui l'a conduit du titre mondial de 1985 à la consécration olympique de 1998, il n'avait en effet jamais remporté son championnat national.

Le Slavia Prague s'est imposé cette année par une défense de fer, et on pensait que ce serait déterminant pour la finale. Mais le premier match s'est conclu par un score de 1-0 pour Pardubice, et le Slavia s'est alors trouvé pris à son propre piège. Il a compris qu'il fallait marquer, et c'est paradoxalement un défenseur, Jan Hejda, qui s'est fait remarquer pour son apport offensif. Il a participé à tous les buts de son équipe au deuxième match et a inscrit un doublé dans le troisième, dont un fantastique solo à quatre contre quatre qui a dupé toute la défense adverse. Mais une énième erreur défensive a permis à Pardubice d'égaliser juste derrière et ce n'est qu'en prolongation que Kolarik a soulagé le public praguois.

Le Slavia s'est promis de ne plus commettre ces inhabituelles erreurs défensives et a ensuite signé un 2-0 plus classique, avec un doublé du buteur Radek Duda. À ce moment-là de la série, le Slavia menait trois victoires à une, et il était tout proche du titre. Il mena ensuite 3-1 à Pardubice à dix minutes de la fin, avant de faire rejoindre aux portes de la gloire et battre aux tirs au but. Les festivités étaient décalées pour le sixième match à Prague, mais le Slavia s'y fit humilier 1-5 chez lui.

Quasiment éliminé quatre jours plus tôt, Pardubice était donc à nouveau favori hier soir avec un match décisif dans sa patinoire. Le titre ne devait plus lui échapper, mais il buta à nouveau sur l'incroyable défense du Slavia de Prague, qui n'eut besoin que d'un petit but, signé Michal Sup, pour s'adjuger la victoire et le titre. Le héros du titre est bien évidemment le gardien Roman Málek. Lorsqu'on lui demandait s'il pensait être le gardien n1 des Tchèques aux championnats du monde, il répondait que cela dépendrait sans doute de l'issue de la finale. Le match d'hier soir aurait alors donné la réponse... Avec onze blanchissages en saison régulière et cinq en play-offs, si la saison de Málek n'est pas prodigieuse, il va falloir réinventer la définition de ce mot. Les résultats tchèques.

18/04 NHL : Anaheim pour un coup de tonnerre !

Les Mighty Ducks d'Anaheim, les Senators d'Ottawa et les Devils du New Jersey sont les premiers qualifiés pour le deuxième tour des playoffs de NHL. Les Californiens d'Anaheim ont remporté leurs quatre matchs face aux Red Wings d'un seul but, dont deux en prolongations. Le gardien Jean-Sébastien Giguère devient le héros local, n'ayant encaissé que six buts dans la série. Ses 63 arrêts de la première rencontre, conclue en troisième prolongation, avaient donné le ton : les Red Wings deviennent les premiers tenants du titre balayés au premier tour depuis 1952 ! À l'époque, Toronto avait cédé devant... Detroit (mais la NHL se jouait à six et le premier tour équivalait à une demi-finale).

Toutes les séries sont en fait très serrées. À l'ouest, Dallas, n1, souffre face à Edmonton. Les Oilers se sont adjugé les matchs 1 et 3, Dallas remportant les 2, 4 et 5. La série retourne au Canada, sans Dvorak, blessé. Colorado souffre moins face au petit poucet du Minnesota. Malgré une défaite à domicile 4-2 lors du premier match, l'Avalanche, tenue par Roy dans les cages, domine facilement la faible attaque du Wild (3-2, 3-0, 3-1). Le Minnesota a attendu onze ans pour retrouver les playoffs, mais il faudra maintenant un exploit de leurs joueurs à Denver pour rêver d'un deuxième tour. Les Canucks sont de leur côté en grande difficulté face à la défense des Blues. Saint-Louis a perdu son capitaine MacInnis, blessé à l'épaule, mais le gardien Osgood a réussi à stopper les tentatives de Näslund et Bertuzzi, trop discrets lors des premiers matchs. Après un succès 6-0 lors du premier match, les Blues ont perdu le second 2-1, mais ont fait le break à domicile (3-1 et 4-1) pour mener 3 victoires à 1. Vancouver doit retrouver son attaque dès vendredi à domicile.

À l'est, les leaders tiennent leur rang, sans trop trembler. Ottawa, rarement en réussite en playoffs, avait perdu à domicile 3-0 face aux Islanders, avant de réagir et de remporter les quatre parties suivantes grâce notamment à Hossa. Les Devils, dominateurs défensivement lors des trois premiers matchs (2-1, 4-2, 3-0), ont laissé Boston y croire de nouveau en s'inclinant lourdement sur la glace des Bruins 5-1. Brodeur a réagi au 5e match avec son deuxième blanchissage (3-0), et New Jersey se qualifie en restant invaincu à domicile. Mention spéciale à John Madden, huit points au compteur tout en muselant le capitaine des Bruins, Joe Thornton.

La série entre Tampa Bay et Washington est en revanche favorable aux équipes évoluant à l'extérieur. Washington s'impose lors des deux premiers matchs 3-0 et 6-3, mais la jeunesse du Lightning s'est rebellée. Replaçant Martin Saint-Louis aux côtés de Lecavalier et Prospal, le coach Tortorella a réussi à renverser la vapeur. Victorieux 4-3 en prolongation, puis 3-1, Tampa Bay gagne pour la première fois depuis 1998 dans l'antre des Capitals, et reprend l'avantage de la glace.

Enfin, comme prévu, Philadelphie-Toronto demeure la série la plus accrochée. Un triplé de Mogilny a permis aux Maple Leafs de s'imposer dans le match 1 (5-3). Décimés, ils s'inclinent ensuite 4-1 chez les Flyers. À domicile, Toronto parvient à remporter le 3e match 4-3 en deuxième mort subite, avant que Philadelphie ne reprenne l'avantage de la glace au bout de la nuit : le 78è tir sur Belfour fut le bon, Recchi donnant la victoire aux Flyers en troisième prolongation !

18/04 La France en position de force

Compte-rendu du match : France - Estonie.

19/04 Et pendant ce temps-là à Budapest...

Dans l'autre groupe de la division I mondiale, il reste deux journées à jouer demain et après-demain, mais la lutte pour la montée s'est déjà circonscrite à deux équipes, alors que celle pour le maintien s'avère plus serrée que prévu...

Troisième journée : Pologne - Roumanie, Lituanie - Pays-Bas et Hongrie - Kazakhstan.

20/04 Allemagne : à un tournant

Tout le monde jouait gros hier soir dans la finale de DEL : soit Krefeld s'imposait et devenait champion, soit Cologne gagnait et récupérait à la fois l'avantage de la glace et l'ascendant psychologique.

Quatrième match : Krefeld - Cologne.

20/04 La France remonte !

Compte-rendu du match : Italie - France, incluant un bilan lucide mais optimiste de la performance des Bleus.

21/04 Et pendant ce temps-là à Budapest...

Dans l'autre groupe de la division I mondiale, le ticket pour le groupe A s'est jouée au même moment que pour la France, dès l'avant-dernière journée.

Quatrième journée : Pays-Bas - Roumanie, Kazakhstan - Pologne (décisif pour la montée), et Hongrie - Lituanie.

Cinquième journée : Kazakhstan - Pays-Bas, Roumanie - Lituanie (décisif pour le maintien), et le controversé et bizarre Hongrie - Pologne.

22/04 Krefeld et Barin champions !

Alors que tout semblait compromis avec le retour de Cologne à deux manches partout, Krefeld a réussi l'exploit de s'imposer dans la Kölnarena pour devenir champion d'Allemagne.

Compte-rendu et photos de l'évènement : Cologne - Krefeld.

23/04 NHL : l'exploit de Minnesota

Le Wild de Minnesota a créé la deuxième sensation du premier tour des playoffs en éliminant Colorado 4 victoires à 3. Avec Detroit, sorti par Anaheim, ce sont donc les deux derniers vainqueurs de la coupe Stanley qui disparaissent prématurément. Pourtant, peu d'observateurs accordaient une chance à Minnesota, novice en playoffs et mené trois manches à une à l'aube du 5e match à Denver... pas même leur coach Jacques Lemaire ! Mais la jeune franchise avait faim de succès, et l'équipe de sans-grade envoie les All-Stars de l'Avalanche en vacances forcées. Le Wild remporte trois matchs de suite sur le score de 3-2, les deux derniers en prolongations - dont la première victoire à domicile en playoffs de l'histoire de la franchise, et deux succès à l'extérieur. Les héros se nomment Fernandez, le gardien, décisif en remplacement de Roloson blessé, et des attaquants sous-estimés comme Park, Brunette, Dupuis, ou Gaborik... Une victoire collective impressionnante !

Le Wild affrontera Vancouver au 2e tour, les Canucks ayant eux aussi réussi à renverser un handicap de trois victoires à une. Conduit par Markus Näslund, Vancouver s'est imposé à domicile 5-3, puis chez les Blues 4-3, avant de dérouler lors du septième match à domicile 4-1. Le duel de la division nord-ouest s'annonce palpitant. L'autre demi-finale de conférence opposera Anaheim, tombeur du tenant du titre, Detroit, 4-0, à l'équipe n1 de l'ouest, Dallas, vainqueur d'Edmonton 4 victoires à 2, pour un duel de la division Pacifique.

À l'Est, les quatre premières têtes de série se sont qualifiées plus ou moins facilement. Ottawa a sorti les Islanders de New York quatre victoires à une, et retrouvera Philadelphie au second tour, pour la revanche du premier tour de l'an passé (qualification des Senators). Les Flyers ont peiné pour sortir Toronto, 4 victoires à 3, mais ont fait la différence à domicile. Les Maple Leafs avaient entretenu le suspense chez eux en remportant le match 6 de justesse, en deuxième mort subite, 2-1.

Enfin, les New Jersey Devils de Brodeur, victorieux de Boston 4-1, rencontreront le Lightning de Tampa Bay, qui atteint ce niveau pour la première fois de son histoire. Les Floridiens ont en effet disposé des Capitals de Washington 4 victoires à 2. Le Lightning, mené par un extraordinaire et décisif Martin Saint-Louis (trois buts décisifs et cinq au total), a remporté quatre matchs consécutifs, dont trois sur la glace de Washington. Il aura fallu attendre la troisième prolongation du match 6 pour célébrer une qualification historique. Les deux oppositions à l'est s'annoncent équilibrées.

Les demi-finales de conférence : Dallas-Anaheim, Vancouver-Minnesota, Ottawa-Philadelphie, New Jersey-Tampa Bay.

24/04 Allemagne : Fribourg-en-Brisgau en DEL ?

Énorme surprise dans la deuxième Bundesliga allemande, puisque Fribourg-en-Brisgau a battu Riessersee en trois manches sèches et a donc obtenu la montée en DEL. Reste à savoir si le club va l'accepter, sachant qu'il évolue dans un contexte pas évident (la municipalité de Fribourg a récemment mis en place un plan d'économies budgétaires drastiques). Mais l'exemple de Bremerhaven, qui avait refusé de monter l'an passé et qui vient de vivre une saison noire, sans motivation, et conclue par une descente, pourrait faire réfléchir.

Fribourg-en-Brisgau se s'attendait pas du tout à un tel dénouement au départ, mais il n'a en rien volé son titre puisqu'il a écarté de sa route les favoris, Bietigheim-Bissingen et Riessersee. Une éventuelle montée de Fribourg appelle toutefois deux remarques :

1) Ce serait un incroyable développement pour la région de la triple frontière ("Dreiländereck" en allemand) entre France, Allemagne et Suisse. Les trois grandes villes de la zone, une dans chaque pays, avaient toutes un club en deuxième division il y a deux ans. Après Mulhouse en 2001, Bâle et éventuellement Fribourg-en-Brisgau cette année, elles pourraient avoir toutes un club au plus haut niveau national l'an prochain.

2) On sait que le buteur mulhousien Juraj Faith a signé un contrat pour l'an prochain avec Fribourg-en-Brisgau, qui pensait toujours évoluer en 2ème Bundesliga. En cas de promotion, serait-il jugé suffisamment bon pour la DEL ? Ou son recrutement serait-il reconsidéré ?

25/04 Pas de réclamation contre la France

La Norvège a et un temps l'intention de porter réclamation contre la présence de Yorick Treille contre l'Italie, afin d'obtenir une défaite sur tapis vert des Français qui ferait monter les Scandinaves dans l'élite. Ils affirment que Treille aurait dû être suspendu après deux méconduites de match face à la Norvège et l'Estonie. Mais, bien qu'il ait écopé de deux méconduites contre les Norvégiens, Treille ne s'était pas vu officiellement créditer de méconduite de match. De plus, une commission de l'organisation avait confirmé la qualification de Treille le soir même de la rencontre face à l'Estonie.

Mais une telle réclamation aurait dû être portée dans un délai d'une heure après le match en question. De plus, il semble que c'est l'IIHF qui a commis une erreur, puisque le système informatique n'aurait pas correctement enregistré la pénalité de match de Treille, et qu'on ne pourrait donc pas pénaliser la France qui n'est en rien responsable. La réclamation a donc disparu des plans norvégiens avant même d'avoir été déposée.

25/04 Mondial : J-1

La voilà finalement, fruit d'un labeur acharné : la présentation complète des Mondiaux 2003, le guide indispensable de la formidable quinzaine qui s'annonce. Il présente les enjeux du tournoi, les perspectives pour chacune des seize nations participantes, et les effectifs. Bonne lecture !

Par ailleurs, la liste désormais complète des matches amicaux vous donnera une idée de ce qui s'est passé jusqu'ici. Les matches internationaux.

26/04 Championnat de France junior : finale

Alors que commencent les championnats du monde, tous les meilleurs juniors français sont à Grenoble ce week-end pour le tournoi final junior élite. La première journée disputée hier devait déjà désigner les premiers favoris.

Première journée : Grenoble - Chamonix/Mont-Blanc et Rouen - Amiens.

26/04 Mondial : les incroyables débuts du Danemark

Quand un pays fait ses premiers pas en championnat du monde, c'est toujours un évènement. Et aujourd'hui, ça a carrément donné lieu à un match historique. Voici la chronique de ce formidable exploit du Danemark.

Groupe B : États-Unis - Danemark et Suisse - Russie.

Groupe C : Canada - Belarus et Lettonie - Suède.

Groupe D : République Tchèque - Slovénie et Finlande - Autriche.

26/04 Barrages : Caen en D1, Amiens II en D2

Les barrages ont finalement délivré leur verdict. Pour la réserve d'Amiens, c'est déjà le cas depuis la semaine dernière après une victoire étriquée sur le Havre, mais la perte du match retour à domicile n'a pas empêché la qualification et la promotion attendue en division 2, au même niveau que la réserve grenobloise. Les résultats de division 2.

Ce soir, c'était au tour de la division 1, et Valence, déjà sans ses étrangers dont le contrat était terminé, n'a pas pu inverser la tendance face à Caen. Les quatre buts de l'aller étaient trop lourds à remonter, et malgré l'ouverture du score d'Alvarez après dix minutes de jeu, les jeunes Chan et Verrolle ont assuré au cours de la deuxième période la montée en D1 des Caennais. Les résultats de division 1.

27/04 Amiens champion de France minimes

Après cinq deuxièmes places de suite, trois fois derrière Rouen et deux fois derrière Viry, Amiens a finalement retrouvé le titre de champion de France minimes. Le tournoi final se déroulait à Reims, qui accueillait ainsi de nouveau un évènement majeur du hockey français. Les Amiénois avaient pourtant perdu leur premier match face à Grenoble en prolongation, mais ils ont ensuite battu Anglet et surtout Rouen aujourd'hui pour une véritable finale. Malgré un savon passé contre Anglet (9-0), Grenoble doit se contenter de la troisième place. Le championnat de France minimes.

Pendant ce temps-là, à Clermont-Ferrand, Caen a remporté le tournoi final cadet excellence en battant 2-1 l'équipe 2 d'Amiens dans le match décisif. Rappelons que le titre national cadet élite a été remporté par Viry-Châtillon devant Amiens et Saint-Gervais (Mont-Blanc). Le championnat de France cadets.

27/04 Mondial : les Américains en poule de relégation

C'est déjà définitif, les États-Unis sont la première équipe éliminée et déjà reléguée en poule de maintien ! Cette dégringolade d'un des pays du "top 7" est d'ailleurs a priori plutôt une bonne affaire pour la France l'an prochain, même s'il faudra attendre un peu pour que dessinent les poules de 2004...

Groupe A : Allemagne - Japon et Ukraine - Slovaquie.

Groupe B : États-Unis - Suisse et Russie - Danemark.

Groupe C : Canada - Lettonie et Suède - Belarus.

27/04 Championnat de France junior : finale

Invaincu durant toute la saison, Rouen était le grand favori de la finale, et avait confirmé son statut en battant Amiens le premier jour. Mais la perte d'Aram Kevorkian rendait plus piégeux encore le match pour le titre face à Grenoble.

Deuxième journée : Amiens - Chamonix et Grenoble - Rouen.

Troisième journée : Grenoble - Amiens et Rouen - Chamonix.

28/04 Mondial : la Slovaquie et la Finlande impressionnantes

Groupe A : Slovaquie - Japon.

Groupe D : République Tchèque - Autriche et Finlande - Slovénie.

29/04 Mondial : la Suède à la peine

Une place en quarts de finale se jouait peut-être déjà entre l'Allemagne et l'Ukraine, dans un match pas forcément attrayant pour autant...

Groupe A : Allemagne - Ukraine.

Groupe B : États-Unis - Russie et Danemark - Suisse.

Groupe C : Suède - Canada et Belarus - Lettonie.

Groupe D : Slovénie - Autriche.

Anecdotes du mois

La nouvelle fournée des anecdotes et petites phrases du mois d'avril.

30/04 Mondial : finie la récré

Jusqu'ici, la Slovaquie et la Finlande avaient pu réaliser un festival offensif éblouissant. Aujourd'hui, place aux choses sérieuses, elles ont dû faire face à des défenses beaucoup plus difficiles à jouer, et ont ainsi connu leur premier test.

Groupe A : Slovaquie - Allemagne et Ukraine - Japon.

Groupe D : Finlande - République Tchèque.

 

 

Le mois précédent (mars 2003)

Le mois précédent (mai 2003)